L’entreprise Rossel, du teinturier au pressing

La famille Rossel arrive de Belgique et s’installe rue des Bouchers à Lille, en 1867, pour créer une entreprise artisanale de nettoyage-dégraissage de vêtements.

Henri, un des frères Rossel ouvre un magasin de nettoyage à Roubaix rue Saint Georges (aujourd’hui rue du Général Sarrail) en 1881. C’est un simple dépôt de linge, car les vêtements sont nettoyés à Lille. Le succès est immédiat. Un autre frère, Édouard Rossel, crée un atelier de teinturier dégraisseur « Rossel-Motte » au 118 rue d’Isly en 1882.

L’entreprise propose le nettoyage de tous les vêtements, quelle qu’en soit la matière : coton, laine, soie, velours, fourrure, popeline et même les tissus d’ameublement, tapis et rideaux

Papier en tête Rossel 1898 ( document P. Lambaere )

En 1912, Édouard Rossel cède l’entreprise à sa sœur Marie, mariée à Constantin Petitprez. Marie Petitprez-Rossel reprend l’affaire familiale pour une raison bien précise : assurer l’avenir de deux de ses enfants : Maurice Petitprez son fils et Albert Lambaere son gendre.

Albert Lambaere ( document P. Lambaere )

En 1919, l’entreprise devient la S.A.R.L « Petitprez Lambaere ». Elle est dirigée par Maurice Petitprez et Albert Lambaere. Le nom Rossel est bien évidemment gardé comme marque commerciale, car l’enseigne possède déjà une très forte notoriété.

( document P. Lambaere )
Usine Rossel Motte rue d’Isly ( document P. Lambaere )

Dans les années 1920, l’entreprise se développe de façon très importante, par l’absorption de concurrents comme la teinturerie Maincent à Roubaix, en 1928, et par la création et la reprise de plusieurs magasins dans le Nord.

La direction décide alors de créer un service transport pour la livraison de tous ses points de vente en fourgonnette. L’effectif passe ainsi de 10 salariés en 1919 à 60 salariés en 1939.

L’activité de l’entreprise continue pendant l’occupation allemande : la population roubaisienne est en manque de vêtements neufs, et continue d’entretenir les tenues vestimentaires usagées.

fourgonnette de livraison 1951 ( document P. Lambaere )

Après la seconde guerre mondiale, les affaires reprennent fortement. Au début des années 1950, on dénombre 21 points de vente et 200 dépôts dans les départements 59 et 62. Plusieurs tonnes de vêtements sont nettoyées chaque jour. L’activité teinture est malheureusement en régression, mais compensée par de nouveaux services : remaillage, glaçage, blanchissage, imperméabilisation, stoppage, vente de détachants etc

André Lambaere ( document P. Lambaere )

La nouvelle génération arrive : les deux frères Jean et Pierre Petitprez et André Lambaere décident de changer le nom commercial de l’entreprise ; Rossel-Motte devient Rossel.

Véhicules 1955 ( documents P. Lambaere et collection privée )
Le point de vente de Roubaix au 18 rue du général Sarrail en 1954 ( collection privée )

Dans les années 1960, 50 magasins et 300 dépôts sont désormais implantés dans le Nord Pas de Calais. 5000 pièces sont nettoyées quotidiennement à l’usine de la rue d’Isly.

la flotte en 1959 ( document P. Lambaere )

En 1962, l’entreprise démarre une campagne de publicité « Express Pressing Rossel » pour son nouveau service de nettoyage, plus rapide et moins cher ( service à domicile ).

Publicité ( document Nord Eclair )

La même année, Rossel expérimente un premier pressing dans un point de vente à Armentiéres, grâce à la miniaturisation du matériel. C’est une révolution dans le domaine du nettoyage. Désormais il est possible de nettoyer les vêtements sur place, dans le magasin. Peu de matériel est nécessaire : une mini chaudière, une presse, un mannequin, un fer à repasser, une planche et bien sûr la machine de nettoyage à sec.

Le fait de créer un Centre de Nettoyage Pressing sur le point de vente permet de réaliser des économies importantes de transport avec l’usine de Roubaix, de réduire les délais, le prix de revient et donc de diminuer le prix de vente. Rossel crée le nettoyage discount avec une nouvelle enseigne « 5 SEC Pressing » marque déposée pour les deux départements de la région, en 1965.

Buvard 5 SEC ( document P. Lambaere )

5 SEC Pressing : CINQ car cinq prix seulement sont proposés à la clientèle et SEC comme nettoyage à sec : 1 Franc pour nettoyer un pull, 2 Francs pour une jupe, 3 pour un pantalon, 4 pour une veste et 5 pour un manteau.

Le succès est immédiat ; le concept se développe rapidement dans de nombreux magasins de l’entreprise après transformation, surtout dans les centres commerciaux, car le consommateur est heureux de pouvoir déposer ses vêtements à l’entrée du magasin et de les récupérer après avoir fait ses courses en 1 heure.

À suivre . . .

Remerciements à Philippe Lambaere ainsi qu’aux archives municipales

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.