Les pompiers de Hem – 1

C’est le 18 septembre 1811 que Napoléon, qui vient de peu d’échapper à un incendie lors de son mariage, décide de professionnaliser l’action contre le feu dans la capitale française et confie cette mission à un corps militaire : le bataillon des sapeurs pompiers de la ville de Paris, en remplacement du corps des gardes pompe créé dans la capitale au 18ème siècle.

Il prévoit que le cadre communal s’impose pour mettre en œuvre les moyens humains et matériels pour faire face aux risques. C’est une loi de 1831 qui institue la constitution de corps communaux de sapeurs-pompiers. En 1907, la ville de Hem édifie un bâtiment communal face à l’église Saint-Corneille comportant morgue, prison et pompe à incendie.

Emplacement du bâtiment communal (Document Historihem)

Le bâtiment (Document Nord-Eclair)

Le bâtiment (Document Au Temps d’Hem)

Au début du vingtième siècle les compagnies et escouades de sapeurs-pompiers volontaires de province sont principalement équipées de pompes à bras : engin hippomobile ou tiré à bras dont le service nécessite un personnel nombreux (au moins une vingtaine de personnes) pour approvisionner la cuve en eau (chaîne humaine) et pour pomper (équipes de 4 ’’batteurs’’ qui se relaient après une ou deux minutes de battage.

Pompes à incendie début 20ème siècle à Hem (Document au temps d’Hem)

A l’époque la commune de Hem, dont la population compte environ 5.000 habitants, dispose d’un corps de sapeurs-pompiers composé de 23 hommes. Ils sont peu rémunérés, dispersés dans la commune, sans lien entre eux, et ne disposent que d’un matériel extrêmement vétuste et concrètement la ville ne dispose donc d’aucun moyen sérieux de lutte contre l’incendie.

Lors du tournage, dans les années 1960 du feuilleton « En famille » qui reconstitue la lutte contre un incendie fin 19ème, on peut se faire une idée claire des faibles moyens de l’époque face à un incendie qui fait rage. Une pompe à bras d’époque est intégrée au tournage pour rendre la scène crédible.

Tournage du feuilleton et usage d’une pompe à bras (Document Nord-Eclair)

Dès 1925, le Conseil Municipal s’occupe de la question de la protection des pompiers. Il contracte une assurance minimale pour chaque homme, non assuré jusque là contre les accidents possibles, et le pourvoit d’un casque, les soldats du feu ne disposant jusqu’alors que d’une vareuse et d’un képi. Malheureusement les disponibilités budgétaires ne permettent pas, de suite, l’achat d’une autopompe.

Fin 1926, le corps de pompiers est réduit de 23 à 12 hommes dont la commune s’engage à fournir l’habillement et l’équipement. Elle s’engage également à pourvoir à l’entretien du matériel et à contracter des assurances pour chacun contre les accidents et la mort pouvant subvenir durant l’exercice de ses fonctions.

Nouvelle autopompe garée devant l’église (Documents Historihem et Au temps d’ Hem)

Un sergent mécanicien est recruté pour l’entretien de l’autopompe qui est finalement acquise en 1927 grâce à une souscription lancée par l’amicale des sapeurs-pompiers juste fondée. Pour ce faire il est autorisé à construire un petit atelier de planches attenant à la caserne qui lui permet d’effectuer des travaux accessoires pour gagner sa vie.

L’inauguration du nouveau matériel a lieu le 22 mai 1927 sous la présidence d’honneur du commandant Mahieu, inspecteur du corps des sapeurs-pompiers du Nord Pas-de-Calais et la nouvelle auto défile au son de la Marseillaise exécutée par la musique municipale.

Inauguration du nouveau matériel d’incendie (Documents Historihem et Le Dimanche de Roubaix-Tourcoing)

Puis le cortège se rend à l’ Hempempont pour assister à une manœuvre de la pompe et à divers exercices de sauvetage et d’escalade, puis à un banquet à l’Auberge et enfin au grand carrousel monté qui a lieu dans la cour de l’estaminet Boussemart à la Place où la journée se termine par un grand bal familial.

A suivre…

Remerciements à Historihem, la Ville de Hem et André Camion et Jacquy Delaporte pour leur ouvrage Hem d’Hier et d’Aujourd’hui ainsi qu’à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem

La Pouponnière Boucicaut 1979 à 1982

Fondation Boucicaut Collection Particulière.

Introduction

Marguerite Boucicaut (née Guérin) est la fondatrice, avec son mari Aristide, du premier grand magasin « Le Bon Marché » à Paris. Elle meurt en 1887. Par testament en décembre 1896, elle a désigné l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris comme légataire universel. Parmi ses nombreux legs, l’un concerne l’établissement d’une « maison refuge » pour jeunes mères en difficulté (des filles mères) dans les environs de Lille. L’Assistance Publique acquiert un terrain boulevard de Cambrai à Roubaix et réalise la construction d’un établissement dénommé « Fondation Boucicaut », inauguré le 5 juillet 1897. Il deviendra ensuite une maternité, puis une crèche et enfin « La Pouponnière Boucicaut », structure sociale importante et paradoxalement assez peu connue des roubaisiens.

Le buste de Mme Boucicaut, veillant sur le jardin d’enfants Photo IsaVanspey

Appuyée sur ma modeste expérience en tant qu’auxiliaire de puériculture à la Pouponnière Boucicaut, service du Centre Communal d’Action Sociale de la Ville de Roubaix, je vous propose de vous faire visiter les lieux. La pouponnière est un lieu d’hébergement et de soins pour les enfants placés sous sauve garde de justice ou présentant un handicap. Les parents bénéficient de visites, sur place et parfois selon, les situations, d’une journée ou week-ends à domicile. Il s’agit d’un service émanant de la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales). Les enfants porteurs de handicap, n’ont alors que très peu de lieu d’accueil. Il existera par la suite un lieu d’accueil de jour, pour eux, appelé « la marelle » au sein même de l’établissement. Les enfants mis sous protection ont pour profil : des orphelins, des enfants abandonnés, nés sous X , souffrant de négligence et/ou de mauvais traitements. Plus, rarement à cette époque ceux dont les parents n’ont plus de domicile et dont «  la mise à l’abri » est provisoire.

La maison des gardiens Photo IsaVanspey

Le bâtiment est situé au 60 boulevard de Cambrai à Roubaix. Juste après les grilles, sur la droite, la maison des gardiens M et Mme Lambert. M Lambert est le monsieur PLUS de cet établissement. Toujours bienveillant et souriant, les enfants l’adorent. Il occupe de multiples fonctions, chauffeur, réparateur, coursier, gardien animalier.

Plaque du CCAS Phot IsaVanspey

Le bâtiment est composé de 3 étages, le rez- de- chaussée est destiné au secteur social ; le 1er étage, au secteur sanitaire, le logement de fonction de la direction et le 2ème étage les chambres des infirmières de garde. Plus précisément, au rez-de-chaussée, en entrant à gauche le bureau du secrétariat/accueil, en face celui de la direction. Après les portes vitrées le bureau de consultation des pédiatres, les chambres munies de points d’eau pour les changes et d’armoires pour ranger le linge, de lits à barreaux et pour les plus grands de lits au ras du sol. Au fond, à droite, une salle d’animation, une salle de psycho motricité, un bureau de psychologue et une salle de bains collective, une tisanerie, un réfectoire collectif, une cuisine et une buanderie. Le schéma est à peu près à l’identique au 1er étage mise à part la cuisine et il est réservé au secteur sanitaire (enfant porteur d’handicap). Parfois les secteurs se mélangent selon les entrées et les places disponibles.

Vue du jardin de la pouponnière Coll particulière

A l’arrière du bâtiment, un grand jardin et sur le côté droit un poulailler où se croisent, poules, paons, cochons d’inde.

(à suivre)

Le centre Stalingrad

La friche industrielle des anciens établissements Leclercq Dupire a été appropriée en un grand ensemble commercial et culturel inauguré au mois d’octobre, l’Espace Carnot. Toute la friche ? Non. La partie située de l’autre côté de la rue Stalingrad (ex rue de l’Industrie) a été entièrement équipée par la ville de Wattrelos, pour y accueillir diverses administrations et leurs services. Le projet wattrelosien a pu se réaliser grâce à la participation du Conseil Général.

L’entrée du nouveau centre Photo NE

Cela a permis de réaliser 2.000 m² de bureaux dans lesquels cohabitent des administrations aussi variées que le centre d’information et d’orientation scolaire au premier étage, l’inspection départementale de l’Éducation Nationale au second, ainsi que des permanences de conseillers municipaux, de la Caisse Régionale d’Assurance Maladie, de la CICAS, de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, du centre d’information sur l’habitat et de l’association des Mutilés du travail. Tous les locaux ne sont pas occupés, et des permanences d’autres associations pourraient s’y tenir.

Les nouveaux locaux du CIO Photo VdN

Le rez-de-chaussée est réservé à des permanences d’ordre social : aide sanitaire et sociale, protection maternelle et infantile. Un parking de cent places permet d’accueillir les visiteurs. Une plaque en souvenir de cette inauguration qui s’est déroulée le 8 novembre 1988, est toujours visible sur le mur à gauche de l’entrée.

Plaque d’inauguration du centre Photo PhW

Ont participé à cette inauguration MM. Faugaret, maire de Wattrelos, Derosier, président du Conseil Général du Nord, Carton député du Nord, Helm, inspecteur départemental, entre autres personnalités. Présenté comme un exemple parfait de reconquête d’un site industriel, le Centre Stalingrad est appelé à devenir un des catalyseurs de la vie sociale wattrelosienne. Signe des temps, une Marianne républicaine a remplacé la statue patronale de la Sainte Vierge.

Les officiels à l’hôtel de ville après l’inauguration Photo NE

De Motte-Bossut à l’Eurotéléport

Motte-Bossut entreprise textile
Motte-Bossut entreprise textile Coll Part

Considérée comme un fleuron de l’architecture industrielle du Nord, l’usine Motte-Bossut est inscrite au titre des Monuments Historiques dès 1978, ce qui la préserve d’une éventuelle démolition. L’entreprise dépose le bilan en 1981 et cesse ses activités en 1982. La ville de Roubaix rachète alors le bâtiment pour ses projets de restructuration du centre. En 1983, une mission interministérielle est créée reprenant le nom de l’association des deux architectes et urbanistes Roland Castro et Michel Cantal-Dupart « Banlieues 89 ». En 1984, deux consultations sont lancées en direction des architectes, urbanistes, paysagistes et plasticiens afin de proposer des projets de rénovation de la banlieue en France. Plus de deux cents projets sont retenus sur l’année 1984. Dès le mois de mars, Roubaix répond à l’appel de Richard Castro, lequel est séduit par le château usine roubaisien. Une équipe de Roubaisiens aidés par des architectes se met au travail et il en ressort un projet de centre international des communications et des technologies nouvelles. Les orientations sont les suivantes : un centre régional de ressources et d’échanges avec production d’outils de communication, un projet régional de création d’un fonds d’archives du monde du travail, des clubs pro-électroniques, un relais privilégié du centre international de communication de la Défense à Paris, et l’appropriation des nouveaux médias par le grand public. Il s’agit aussi de faire la promotion des nouvelles technologies autour des activités qui ont fait la réputation de Roubaix. On parle du Centre national de promotion textile, de nouveaux services urbains, d’un institut de gestion urbaine, d’une société de développement local, d’une banque du développement, et d’un centre d’initiation aux langues étrangères. Sous l’ancienne municipalité, il y avait déjà eu de nombreux projets : station de métro, gare des autobus, construction d’un hôtel, un musée du textile et le fameux centre national de promotion textile.

Monsieur Leman de l’APU présente le programme des films Photos NE

Février 1986, deux projets nordistes de télévision locale voient le jour : la société lilloise vidéo-system et l’atelier populaire d’urbanisme de roubaix. Le projet NTV de Lille travaille sur le dessin animé et l’image de synthèse, pour les chaînes de service public. L’APU est une télévision associative, présentée comme télé Monsieur le Maire, porte voix des élus locaux et gadget pour les associations de quartier. Les financeurs sont le Conseil Régional, la ville de Roubaix, EDF, Velec et la Redoute. Modèle de la télévision de proximité, le projet APU ne peut espérer voir le jour que dans l’optique d’une diffusion sur réseau câble. En mars 1986, c’est la signature par le ministre des P et T M. Mexandeau, de la convention qui va permettre le câblage de l’agglomération de Roubaix Tourcoing. Le château de l’industrie devient un centre international de la communication d’où partiront images et données qui alimenteront le réseau. Le 22 Mars 1986, c’est la première séance de la télé de quartier de l’APU en trois séances successives. Maquette de télé locale en 52 minutes. TV Roubaix est du travail de pro. Production d’une série de huit films de 5 à 10 minutes, avec des thèmes sur le quartier de l’Alma, la ferme des enfants, le soutien à la lecture, des actualités locales, le club de badminton et ses champions de France, un vidéo clip de danse maghrébine par le groupe Cirta. Coût 350.000 francs pour deux minutes de programme.

Dès juin 1986, le château de l’industrie se transforme en bastion avancé des technologies du futur. Le projet a été retenu dans le cadre de la mission Banlieues 89 aux côtés de villes comme Bordeaux, Nancy sur une liste qui compte 70 opérations. La locomotive du projet est sans conteste le centre De la ferme au supermarchéinter-régional des archives du monde du travail, mais l’ambition est plus vaste. Il s’agit de créer un important centre de la communication, avec la création d’un centre de production et de ressources audiovisuelles, un réseau de télévision par câble, un port électronique transmettant images et informations par fibres optiques, des ateliers d’initiation aux nouvelles technologies, un exploratorium, qui soit un relais du musée de la Villette. Ajouté à cela un centre d’initiation aux langues étrangères, un centre d’essai des nouvelles technologies du commerce, et le fameux centre de promotion textile.

Les travaux de 1986 Photo NE

En Septembre 1986, interviennent les premiers coups de pioche, et les premiers bâtiments démolis du côté de la rue de Lannoy. Ce n’est plus un projet, proclame André Diligent, le point de non retour est atteint ! Les bâtiments donnant sur le boulevard Leclerc sont donc réhabilités et accueillent le Téléport et le Centre International de la Communication. Le projet est novateur et s’inscrit dans une politique d’ouverture et de mutations des activités roubaisiennes vers le secteur tertiaire de haut niveau. France Télécom installe un centre numérique et une salle de visioconférence. Centre numérique, salle de vidéo-conférence, chaînes câblées et studio de télévision locale C9 prennent possession d’une partie de l’usine après la réhabilitation des façades sur le boulevard et la transformation des anciens ateliers pour construire des bureaux adaptés aux nouveaux usages.

En novembre 1987, Gérard Longuet, secrétaire d’état aux P et T, vient annoncer la création sur place d’une zone de télécommunications avancées. Vous aurez onze ans d’avance ! s’exclame-t-il. Trois zones en France, Roubaix, Metz et Poitiers. On les nomme téléports mais le ministre n’emploie pas le mot. Le centre roubaisien sera néanmoins l’Eurotéléport. L’inauguration prévue par le premier ministre Jacques Chirac, le 7 décembre. Un projet en entraîne un autre : un important groupe immobilier la SARI, va construire à Roubaix sur le site Motte Porisse 18.000 m² de bureaux intelligents, on prévoit la construction d’un Novotel, d’un centre d’affaires actif qui dès l’été 1988 accueillera la tête de réseau recevant les programmes du câble. En Décembre 1987, pas de Chirac, ce sera Michel Noir, ministre du commerce extérieur. On pose néanmoins la première pierre.

Michel Noir pose la première pierre Photo NE

Mai 1988, l’Eurotéléport sera une réalité dans six mois, grâce à la signature de la convention entre France Telecom et la ville. Quatre conventions de ce genre ont été signées, à Metz, Poitiers, Sophia-Antipolis et Roubaix. André Diligent compare l’ensemble du projet au « tunnel sous la manche ou au TGV, même s’il coûtera moins cher à la collectivité ». En attendant, il s’agit d’offrir des services aux entreprises, et notamment le raccordement téléphonique haut de gamme le RNIS (réseau numérique à intégration de services), le star direct com intra-entreprises à l’échelon international. L’investissement de France Télecom se monte à 20 millions de francs et l’opérationnalité est prévue pour le premier semestre 1989.

Les travaux de 1988 Photo NE

Juillet 1988 : les travaux ont commencé de façon spectaculaire. Le CIC se divise alors en trois grands pôles : grand public, formation, économie. En sous sol, on trouve la tête de réseau câblée du VNE, et dans l’enceinte du vieux bâtiment, 1300 m² ont été attribués pour une partie culturelle équipée avec le matériel ultra performant de l’INA, murs d’images, videothèque pour les étudiants, visiteurs, écoliers puis un centre de télécommunication France télécom pour les entreprises. La formation est représentée par l’école supérieure de création en communication et l’UFR de langues étrangères appliquées.Un centre Atria, centre d’affaires comme à Grenoble, Saint Etienne ou Montpellier, est programmé sur le site Motte-Porisse.

à suivre

Un abattoir à Roubaix (fin)

Du centenaire à la disparition

L’abattoir vient de fêter le centenaire de sa construction quand le constat est fait de sa vétusté et de l’impossibilité d’une réfection totale de ses locaux car il est à présent situé quasiment en centre ville. Un projet de nouvel abattoir coûtant trois millions de francs est à l’étude. On pense à l’implanter en lieu et place de l’ancien dépôt de tramways rue de Mascara au Laboureur devenu propriété communale. La voie de chemin de fer toute proche est un argument pour cette implantation. Finalement en 1974, par arrêté du préfet, les abattoirs de Roubaix et Tourcoing sont condamnés, ils ne feront pas partie de la liste des neuf abattoirs du nord qui subsisteront à savoir Dunkerque, Hazebrouck, Valenciennes, Saint Amand, Douai, Avesnes, Maubeuge, Caudry et Lille.

Dernières images de l’abattoir Photo NE

Tous les abattoirs non autorisés doivent cesser de fonctionner au plus tard dans les quatre ans (1978 pour Roubaix et Tourcoing) avec une prime incitative pour fermeture de 334.160 francs. Il est vrai que les tonnages abattus étaient en baisse. Le reclassement du personnel est prévu : 22 personnes à Roubaix iront dans d’autres services, d’autres sont proches de la retraite, d’autres iront à Lille, ce sont principalement des chevillards.

Le lycée professionnel rue Lavoisier Photo VDN

L’abattoir fut démoli en 1978 et on établit sur son emplacement un lycée d’enseignement professionnel, dont la construction démarra en décembre 1978 pour s’achever en novembre 1980. Cet établissement propose aujourd’hui des filières vers un CAP ou un Bac pro dans les domaines de la restauration ou des services à la personne. La fonction de l’établissement jouxtant la Place ayant changé, le nom de la Place en fit autant : elle fut rebaptisée Place Jean Baptiste Clément, du nom de l’auteur du « Temps des cerises » le 28 février 1979.

Le lycée a remplacé l’abattoir plein centre de la photo Vue IGN 1982

Un abattoir à Roubaix (suite)

Cet abattoir fut agrandi plusieurs fois (1894, 1908 et 1925), modernisé en 1899 et équipé de chambres froides en 1919. Cette année là, un peu partout, les municipalités des grandes villes installent des services frigorifiques pour maintenir les produits congelés importés à basse température jusqu’au moment de leur consommation. Roubaix ne fait pas exception. Un projet d’installation pouvant abriter 200 tonnes de viandes est examiné. Il s’agirait de transformer une écurie de l’abattoir en un frigorifique et en une anti chambre de décongélation. La salle des machines serait établie sur un petit terrain libre à côté dépendant de l’abattoir.

Le quartier se développe autour de l’abattoir. Parmi ses riverains, on trouve deux tailleurs, deux estaminets, dont l’un s’appela un temps A la vache d’or, et bien sûr deux bouchers. La Place de l’Abattoir reçut sa disposition actuelle en 1925 : elle fut composée de deux terre-pleins plantés de tilleuls argentés, agrémentés de bancs pour les promeneurs, et elle fut alignée en son centre avec la rue de l’abattoir (future rue Léon Allart).

L’abattoir des années trente CP Méd

À cette époque, l’Abattoir communal est ouvert de 6 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures, du 1er Avril au 30 Septembre. De 7 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures, du 1er Octobre au 31 Mars. L’établissement est fermé les dimanches et jours de fêtes.

L’abattoir accueille un grand nombre de professions : bouchers, charcutiers, chevilleurs, tripiers, fondeurs de suif et leur accès est sévèrement réglementé. MM. le Vétérinaire Inspecteur de l’Abattoir, le Directeur du Bureau d’Hygiène et le Commissaire Central de Police, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du règlement.

L’Administration Motte avait projeté en 1909 la construction d’un nouvel abattoir aux Trois-Ponts près du Tir National. Ce projet avait plusieurs gros inconvénients : il portait préjudice au commerce du quartier. Trop éloigné du centre, il perdait une partie importante de sa clientèle de bouchers qui se seraient rendus aussi rapidement à Lille ou à Tourcoing. D’où augmentation de dépenses et diminution des recettes.

L’abattoir modernisé CP Méd Rx

En 1925, on fait le choix de la modernisation. Les travaux vont pourvoir l’abattoir d’un outillage moderne et des perfectionnements pour l’hygiène : aqueducs, eau saine et abondante sous forte pression, lumière électrique dans les halls d’abattage, échaudoirs lambrissés en grès émaillés, monorails avec crocs ou baquets suspendus pour le transport, augmentation du nombre de pendoirs, salles de grattage et de dégraissage conformes aux exigences de l’hygiène, écuries, étables, bergeries, vestiaires et lavabos pour le personnel. Partout de l’air et de la lumière. Les recettes, loin de diminuer vont augmenter. Double bénéfice pour la Ville. Et pas de perte pour le commerce du quartier. L’abattoir sera complètement modernisé en 1928.

 

Un abattoir à Roubaix

Roubaix eut autrefois son abattoir municipal. Toute trace a aujourd’hui disparu, que ce soit de l’abattoir lui-même, ou de la place et de la rue qui en découlaient. Voici son histoire. Le projet d’un abattoir municipal à Roubaix date de 1852, mais il ne peut aboutir qu’avec le décret impérial du 23 mai 1860. Jusque là, le territoire de Roubaix était parsemé de tueries particulières, dans les cours de fermes ou dans le pire des cas, les arrières cours des estaminets. Il y eut aussi un marché aux viandes qui se tint un moment sur la place de la Liberté dont l’espace exigu ne favorisait pas les conditions sanitaires. Les motivations des édiles étaient multiples : tout d’abord assurer la salubrité d’un tel service, réguler l’arrivage des viandes et centraliser les abattages. La municipalisation devait également apporter des ressources financières supplémentaires à la ville, une fois remboursé l’emprunt contracté. Pour réaliser cet abattoir un emprunt de 230.000 avait été autorisé, remboursable en 19 ans. Il sera remboursé à partir des recettes de l’abattoir. Un temps prévu à l’extrémité de la rue du Moulin Bernard (rue Bernard, aujourd’hui rue Jules Watteeuw) là où se tiendra un temps la caserne des pompiers, ce sera finalement dans le quartier du Jean Guislain, à proximité du hameau de la vigne, lequel est à l’époque en pleine campagne. L’installation de l’abattoir s’effectue donc aux portes de la ville. Le terrain situé entre les rues Lacroix et Lavoisier, est acheté le 4 Juillet 1860, les bâtiments sont adjugés le 16 Juillet 1860. Le terrain acheté n’offrant pas vers le Nord, une forme régulière, on a dû, pour le compléter, acheter à une bande de terrain complémentaire, suivant acte du 29 Décembre 1862.

Annonce dans le Journal de Roubaix

L’abattoir est ouvert aux bouchers le 12 septembre 1862. Un médecin vétérinaire fut attaché à l’établissement pour l’inspection des viandes. Le 12 décembre on y a abattu des bœufs, des taureaux, des vaches, des génisses, des veaux gras, des moutons, des porcs et des veaux de lait pour un total de plus de 3.000 têtes. L’année suivante, on dénombrera l’abattage de 13.000 têtes. Et le nombre ne fera qu’augmenter chaque année jusqu’à atteindre plus de 40.000 têtes en 1913. La réception définitive de l’abattoir eut lieu le 31 mars 1863. Le 15 mai, on procède au nivellement et à la pose d’aqueduc sur la future place qui sera dénommée Place de l’abattoir suite à une délibération municipale du 18 septembre 1867.

L’abattoir en 1904 Doc BNR Med Rx

Il semble que les aménagements se poursuivent régulièrement : construction de bergeries, porte cochère et campanile, prise d’eau, horloge, en même temps qu’on pense à le rentabiliser, un droit de pesage est perçu dès février 1863, en plus des droits d’abattage. Par la suite, la ville percevra le droit d’abri et des loyers pour l’abattoir. En 1865 la petite rue qui relie la place de l’abattoir à la grand rue prend le nom de rue de l’Abattoir puis elle deviendra en 1906 la rue Léon Allart du nom de l’industriel maire de Roubaix.

Dès lors, l’abattoir remplit sa mission et voit ses équipements se compléter peu à peu. En novembre 1871, il est procédé à l’achat d’une bascule. En octobre 1872 un crédit de 6500 fr. est voté pour travaux d’amélioration. En Janvier 1873, un marché de gré à gré est passé pour l’enlèvement des engrais provenant de l’Abattoir public. L’environnement d’un tel établissement n’est sans doute pas très agréable. Comme l’indique la pétition d’un certain nombre d’habitants au sujet de la fonderie de suif existant à l’Abattoir. En 1876, il est envisagé de construire trois nouveaux échaudoirs, sorte de cuves contenant de l’eau bouillante. On se préoccupe également des abords de l’abattoir et notamment des arbres de la place pour lesquels sont commandés des abris en fer. La grille de l’abattoir est également modifiée. Une deuxième bascule est achetée, signe de l’évolution grandissante du service. Et l’on demande l’adjonction d’un nouvel atelier : une triperie.

Vue sur la grille doc BNR Méd Rx

En 1880, il est question du rehaussement du bâtiment sans doute afin d’améliorer l’atmosphère ambiante de l’abattoir. On continue d’entretenir l’abattoir comme l’indiquent l’acquisition de tables et l’appropriation des échaudoirs. En 1883, on aura abattu plus de 20.000 têtes. Un vétérinaire assermenté est chargé de l ’inspection sanitaire des Halles et de l’Abattoir. Il opère la saisie des denrées reconnues impropres à la consommation, lesquelles sont enfouies ; il examine les bêtes de boucherie amenées en ville pour y être abattues, et fait pratiquer par un sous-inspecteur placé sous ses ordres, des inspections dans les boutiques de comestibles. L’organisation de ce service est antérieure à 1883. L’Abattoir communal manque bientôt d’échaudoirs et il est question de l’extension et de l’aménagement des locaux. En 1889, 27.000 têtes abattues !

L’abattoir vers 1900 doc BNR Méd Rx

En 1890, il est décidé la construction d’un logement pour l’Inspecteur. Il est également procédé à la réception définitive des travaux de construction d’un hangar et d’appropriations diverses à l’abattoir. En sa séance du 13 octobre 1893, on envisage la construction de nouveaux échaudoirs, décision entérinée le 3 novembre. Une décision importante concerne le marché aux bestiaux. Créé à Roubaix par arrêté ministériel en date du 21 Décembre 1863, il a été relativement florissant dans sa période de début, mais il a perdu peu à peu de son importance, en réalité, il n’existe plus. Une délibération du Conseil Municipal, en date du 18 Novembre 1892, a cherché à lui donner un regain de vitalité, en instituant des primes, en faveur des éleveurs ou commerçants y amenant des bestiaux. Cette délibération n’ayant été approuvée que le 27 Novembre 1893, ce n’est que le 13 Février 1894 qu’elle a pu être mise en application. Le marché aux bestiaux de Roubaix est franc de tous droits ; il se tient sur la place de l’Abattoir le Mardi de chaque semaine de deux à quatre heures. Le 13 avril 1894, c’est l’établissement d’un parc à moutons, suite à une demande des bouchers. En 1898 34.000 têtes sont abattues. Signe de l’importance des activités professionnelles, le Syndicat des marchands bouchers et charcutiers en gros de l’Abattoir de Roubaix est créé le 22 Mars 1898 et son siège se trouve à deux pas de l’abattoir, au n°30 Rue Lacroix. En 1899, l’étuve Wodon consiste essentiellement en un autoclave dans lequel se trouve un chariot à claies, recouvertes de la viande dépecée en morceaux de 3 à 4 kilos ; la viande est cuite par la vapeur sous pression, à la température de 115°, pendant trois heures. L’appareil est d’une grande simplicité ; un seul homme suffit au maniement, la dépense en charbon est minime. Cette étuve à stériliser les viandes tuberculeuses est installée à l’abattoir dans le courant de l ’année 1900, elle a permis de rendre applicables les mesures indiquées dans l’arrêté ministériel du 28 Septembre 1896 qui réglemente les saisies des viandes provenant d’animaux tuberculeux. Ces viandes, après la stérilisation dans la vapeur surchauffée, sont livrées à la consommation et leur vente remplit un double but ; elle permet d’indemniser les propriétaires des animaux saisis et de livrer au public, à prix réduit, une marchandise rendue tout à fait saine et nutritive.

Chevilleurs et vache doc BNR Méd Rx

Le 20 novembre 1908, le Conseil municipal approuve le projet de l’agrandissement de l’échaudoir des charcutiers et de la tuerie des chevaux. Adolphe Coupez conseiller municipal rappelle qu’il est nécessaire de changer la place où se fait la fonte des suifs et la boyauderie. Les habitants de la rue Lacroix et de la rue Fourcroy se plaignent très souvent des buées nauséabondes qui se dégagent à cet endroit. De plus du point de vue de l’hygiène, il y a encore beaucoup à faire, conclut-il. En 1910, plus de 40.000 animaux abattus. En sa séance du 21 novembre 1913, le conseil municipal décide de moderniser l’abattoir et d’exécuter divers travaux de réfection, d’aménagements, les travaux ont été évalués à la somme de 827.769 fr. 59. En 1912, les 42.049 animaux abattus ont fourni 5.435.483 kil. de viande, soit une augmentation, pour 1913, de 741 animaux et une diminution de 166.353 kilos de viande. La boucherie hippophagique a sacrifié 350 chevaux de moins que l ’année précédente. La constante progression de la production fait que l’abattoir est estimé trop petit, et un projet de nouvel abattoir est envisagé dès 1909 par l’administration Motte. Nous verrons dans le prochain épisode ce qu’il adviendra de ce projet.

à suivre

 

 

 

Un étrange commissariat

La ville de Wattrelos fut longtemps desservie par un commissariat dont le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’avait rien d’un commissariat. Ce bâtiment se situait dans l’alignement de la rue des otages. Bien avant la construction de la salle Roger Salengro et du Centre Socio-éducatif, il y avait là un genre de jardin sur l’emplacement de l’ancien cimetière où venaient évoluer les défilés des écoles. À l’occasion, cela pouvait servir de terrain de sport pour les jeunes collégiens qui occupaient l’ancienne gare et on passait en courant autour du commissariat. Les murs sombres et la toiture en zinc indiquaient l’ancienneté de ce bâtiment. Autrefois, avant 1900, ce local servit à héberger une centrale électrique dont le but était l’éclairage de la ville de Wattrelos, à une époque où rares étaient les communes qui le tentaient. De nombreux incidents et dysfonctionnements firent qu’on abandonna l’électricité pour en revenir au gaz.

L’ancien commissariat de Wattrelos Photo NE

Le local étant libre, fut réaffecté en 1920 pour accueillir les services de la police. Trente cinq ans plus tard, alors qu’on évoque sa démolition, il n’a pas changé. L’humidité suinte sur les murs lors des fortes pluies et il arrivait fréquemment que le téléphone soit en dérangement. L’unique cellule non chauffée pouvait à coup sûr entraîner la congestion pulmonaire du moindre délinquant égaré là en hiver. Certaines jeunes pousses du collège installé dans l’ancienne gare se souviennent d’y être allées pour faire établir une carte d’identité. Elles évoquent un décor sombre, un mobilier sommaire tout à fait à l’opposé de la gentillesse et de la prévenance des agents de police qui l’occupaient. Les policiers méritaient d’être mieux installés.

Le nouveau commissariat en chantier Photo NE

Ce sera chose faite en 1965. On pensa dans un premier temps reloger la police au 22 de la rue Faidherbe où se trouvaient déjà les services de la perception municipale et le dispensaire venant tout droit de la gare. Finalement un nouveau bâtiment sera construit à deux pas du centre, à côté de la maternelle dans la rue Saint Joseph où il y avait encore quelques jardins !

Démolition de l’ancien commissariat Photo NE

En juillet 1965, le nouveau commissariat est inauguré au 21 de la rue St Joseph et l’ancien local entre ainsi dans l’histoire sinon dans les mémoires. En fait, il est détruit quelques temps après l’ouverture du nouveau.

L’actuel commissariat Vue Google Maps

Poste à l’épeule

Nous avons relaté l’existence d’une poste annexe dans le quartier de l’épeule. En l’espace d’une dizaine d’années au début du vingtième siècle, il y eut à Roubaix des petits bureaux de postes de quartier, des recettes auxiliaires, destinées à couvrir les besoins des quartiers. Il y en eut une dans le quartier de l’épeule, au n°21 rue Newcomen qui disparut après la première guerre.

La poste annexe rue Newcomen Coll Particulière

En 1930, le service des Postes Télégraphe et Téléphone est assuré, à Roubaix, par un bureau principal des postes et télégraphes, boulevard Gambetta. C’est là que les épeulois se rendent pour les opérations postales ordinaires et extraordinaires. Un troisième bureau de postes est en construction rue de l’Alma qui sera inauguré en 1933, un peu plus près de leur quartier. La mémoire des anciens épeulois n’a pas conservé trace de bureau de postes dans le quartier. Il faudra attendre plus de soixante ans avant qu’on reparle de la création d’un bureau annexe après la fin de l’établissement Hourez en 1990. Le bureau de poste annexe de l’épeule a été construit à partir du 10 octobre 1994, et la réception des travaux a eu lieu le 13 janvier 1995. Il se trouvait au n°179 de la rue, soit au beau milieu des locaux des anciens établissements Hourez. Il ne fera cependant pas long feu, un incendie le détruira complétement la même année.

Le plan de la poste du n°179 doc AmRx

Il est décidé de réinstaller la poste annexe provisoirement au 61 rue de l’épeule où se trouve déjà des locaux loués par la ville en vue de la création d’une maison des services (mairie de quartier, CCAS). Ce provisoire sera durable : pendant 22 ans, les services postaux et la mairie de quartier partageront ces locaux étroits et inappropriés.

Les locaux qui accueillirent la poste et la maison des services rue des Arts Vue Googlemaps

Une première tentative de reconstruction se présentera avec un projet de 2003 qui proposait l’intégration de la poste dans une une galerie perpendiculaire au supermarché Match. Mais cela ne se fera pas.

Projet de la galerie avec bureau de poste doc AmRx
Le projet vue de dessus doc AmRx

Il faudra attendre l’ouverture de la maison des services des quartiers ouest en avril 2015. Elle ouvre ses portes à l’angle des rues de l’Épeule et Watt. Elle regroupe la mairie des quartiers et le CCAS et attend encore les derniers logements LMH et la Poste. Les travaux étaient commencés depuis plus de trois ans. La mairie des quartiers-ouest a déménagé mi avril au 187 de la rue. Le bâtiment tout neuf se situe à l’angle de la rue Watt, en face de la pharmacie Sainte-Claire. Le CCAS a lui aussi emménagé dans ces nouveaux locaux. Cette mutualisation permet d’avoir un double accueil, plus pratique pour les usagers. D’autres permanences sont toujours proposées dans ces locaux. Le service intercommunal d’aide aux victimes (SIAVIC), le conciliateur de justice et le CAL-PACT y tiennent leurs permanences hebdomadaires. Il reste de la place pour accueillir d’autres associations ou d’autres permanences. « On est dans des locaux plus spacieux, plus agréables et plus lumineux », explique Didier Robin, directeur de la Mairie de Quartier.

La poste de l’épeule aujourd’hui vue Googlemaps

Il faudra encore deux ans pour que la Poste rejoigne l’ensemble. Ouvert depuis le 28 février 2017, au n°173 rue de l’épeule, le nouveau bureau de La Poste a été inauguré en mars. Plus grand, plus lumineux que l’ancien situé rue des Arts, il accueille aujourd’hui près de 120 clients par jour. Et si le projet a tardé à sortir, les clients en semblent aujourd’hui totalement satisfaits.

 

 

Le commissariat de la rue Pellart

Dans les années 1930, le commissariat principal se trouve dans les locaux de la Mairie. Le commissaire divisionnaire, M. Mulot, dirige tout le personnel; il est également responsable des 5 postes de Police de quartiers. Après la libération, le commissariat principal déménage au 36 rue Pellart, ( aujourd’hui le 301 avenue des Nations Unies ).

Vue aérienne ( document IGN )

C’est un hôtel particulier, construit vers 1868, pour Amédée Prouvost, gros industriel dans le domaine du textile, fondateur du Peignage Amédée, dont les descendants créeront la Lainière de Roubaix. En 1902, le bâtiment est repris par A. Lepoutre, également industriel dans le textile. Son usine est située juste en face, de l’autre côté de la rue. En 1940, l’hôtel, vide, est loué aux sergents de ville, et devient en 1945 : «  le Commissariat Central de Police ». Honoré Dieu en est le commissaire divisionnaire et le restera jusqu’à la fin des années 1950.

Vue générale ( document Google Maps )
Le bâtiment principal ( Document Photo BT )

Cet hôtel particulier a été construit entre cour et jardin. Depuis la rue, on ne voit que la conciergerie et la porte cochère, qui permet d’accéder à la cour intérieure. La façade extérieure ne laisse pas deviner le prestige du bâtiment principal, dans la cour centrale.

Plan du rez de chaussée ( Document ARA )
Le hall ( Document Photo BT )
( Document Photo BT )

Au rez de chaussée, le grand hall crée une séparation entre toutes les pièces donnant sur la cour et sur le jardin. On y trouve le bureau du commissaire, qui était la salle de réception de la famille Lepoutre. Le secrétariat est disposé dans la pièce voisine, qui était la salle à manger.

Plan de l’étage ( Document ARA )
Le couloir de l’étage ( Document Photo BT )

L’escalier principal en marbre est magnifique; il mène à l’étage où se trouvent les bureaux des officiers et des inspecteurs. Autrefois, ces pièces étaient les chambres à coucher; le couloir ressemble à celui du rez de chaussée, mais plus sobre, car l’étage n’était pas destiné à accueillir des convives. Au sous sol, des cellules de détention sont aménagées ( une grande salle et 5 cellules individuelles ).Le 2° étage, surnommé  »Le Pigeonnier », abrite les archives et le service des « stups ».

Le porche ( Document photo BT ) Le policier en tenue, avec son célèbre képi, son bâton et ses manchettes blanches : les crispins, ( Document amicale police patrimoine ).

A la conciergerie, un planton, chef de poste, est à l’entrée et filtre les arrivées. Au rez de chaussée, Jules est responsable du « foyer ». C’est un endroit convivial, un lieu d’échange réservé aux policiers, pour leur pause. Un distributeur de café est à leur disposition. Tous les bénéfices du foyer sont destinés aux œuvres sociales de la police. Trois bureaux de la sûreté sont à l’étage. Les véhicules de police sont garés dans la cour pavée intérieure.

La 403 Peugeot du commissaire divisionnaire, dans la cour du Commissariat Central (Document F. Bauwens )
Le fourgon Citroen Type H ou Tube des années 50 ( Document amicale police patrimoine )
Le J 9 Peugeot des années 60,  surnommé : le panier à salade ( Document caradisiac )

A la fin des années 1960, le commissaire divisionnaire est André Vincent. Il est également responsable des 5 postes de police de quartiers qui se situent :

– rue St Vincent de Paul ( à deux pas de la rue de l’Alma )

– 8 rue des Fossés ( Place de l’église Ste Elisabeth )

– 14 place du Travail

– 297 Grande rue ( Place Chaptal )

– 37 rue du Général Sarrail

Dans les années 1960, le développement de la population, dû au baby-boom, nécessite bien évidemment des policiers supplémentaires. Ils sont environ 200 au Commissariat Central, dont 70 en permanence ( au bureau et sur le terrain ), car le commissariat est ouvert non stop 24h/24.

36 et 34 rue Pellart ( Document D Labbé )

Le commissariat se développe encore dans les années 1970. Les commerçants de la rue Pellart et de la rue Pauvrée commencent à se plaindre des stationnements des véhicules de police, et également des véhicules du personnel : cela empêche les roubaisiens de se garer, pour effectuer leurs achats. La toiture du bâtiment principal fuit ; le service des « stups » déménage au poste de police de la rue Saint Vincent, où 9 bureaux sont disponibles. Un manque de place évident se fait sentir. Le commissaire trouve un accord avec le voisin, au 34 rue Pellart, pour y aménager des locaux d’accueil du public, plus sécurisés, ainsi que le service des policiers en tenue et le chef de la sûreté générale. En 1980, le Commissaire principal Lucien Ripoll envisage une réfection de façade du 34. Il est temps de songer à trouver des locaux mieux adaptés.

Le 34 rue Pellart ( Document Archives Municipales )

Le Ministère de l’Intérieur décide la construction du nouveau commissariat sur un terrain vierge, au 72 Boulevard de Belfort, à côté de la Bourse du Travail. Le déménagement a lieu, au début des années 1990, dans des locaux neufs, plus vastes, plus modernes et plus fonctionnels.

L’emplacement du futur Commissariat Bd de Belfort ( Document Archives Municipales )

De 1990 à 1993, le 36 rue Pellart est utilisé comme annexe du Lycée Saint Martin ( actuellement rue de Lille ). A partir de 1993, des associations s’y installent : Radio Boomerang, puis l’ARA ( Autour des Rythmes Actuels ) qui est toujours présent aujourd’hui.

En 2003, l’édifice est menacé de démolition, avec le projet du Géant Casino. Fort heureusement, le bâtiment a été classé Monument Historique. La rénovation est faite de 2002 à 2005 ; les locaux sont réhabilités pour répondre aux besoins des activités musicales de l’ARA ( insonorisation des salles, création d’un studio d’enregistrement, mini salle de concert … ).

Le 301 avenue des Nations Unies ( Document photo BT )

Remerciements aux Archives Municipales, à l’ARA, ainsi qu’à Eric Eudes, Franck Bauwens et Luc Watteau

Luc Watteau ( ancien inspecteur de police de Roubaix ) sur les marches du perron du Commissariat Central de la rue Pellart en 2015, lors de la sortie de son livre : Le dossier SNK ( Document Photo Nord Eclair )

.