L’agence bancaire de la Société Générale à Hem

C’est dans l’annuaire de 1947 à 1949 qu’est répertorié pour la 1ère fois le n° 115 de la rue Jules Guesde, au nom de Lemenu, dans la catégorie peinture, droguerie, papiers peints. Toutefois son entreprise date déjà de plus de 10 ans à cette époque puisqu’une publicité figure dans la presse de 1935.

Publicité de 1935 au nom de Lemenu-Mathon (Document archives Historihem)

Ce commerce évolue par la suite vers la décoration intérieure et toute la partie décors funèbres figurant dans cette publication n’est plus évoquée dans une autre publicité, parue quelques années plus tard, au seul nom de Lemenu. On peut constater que la nouvelle activité de la maison est axée sur les rideaux, avec confection de panneaux de toutes dimensions.

Autre publicité au nom de Lemenu (Document archives Historihem)

Dans les années 60, le commerce est ensuite répertorié, dans la catégorie droguerie par le Ravet-Anceau de l’époque, sous les noms successifs de Lepers puis Burlin. Le bâtiment qui abrite ces magasins successifs est une petite maison à basse toiture dans une rangée d’habitations et commerces du même style.

C’est dans les années 1970 qu’une banque prend le relais des petits commerces précédents. Il s’agit d’une agence de la société générale qui dépend de la grande succursale roubaisienne, sise avenue Jean Lebas. L’aspect extérieur n’est que peu modifié si ce n’est la présence d’une grille protectrice de la porte d’entrée et l’agence est manifestement l’une des plus petites de la métropole.

Agence de la société générale dans les années 1970 (Document archives Historihem)

C’est l’époque où les agences bancaires distribuent chaque année des petits calendriers publicitaires de poche à leur clientèle et l’agence de Hem ne fait pas exception à la règle, en profitant pour diffuser un petit plan de sa situation dans la ville. Sur ses publicités parues dans la presse apparaît également le logo de l’association commerçante hémoise : les commerçants d’Hem, j’aime.

Calendrier publicitaire et publicité portant le logo de l’association commerçante de la ville (Documents collection privée et archives Historihem)

La Société Générale est facilement identifiable par les initiales «SG» et elle a longtemps utilisé ces deux lettres pour communiquer. Depuis 1969, elle s’est dotée d’un logo en forme de spirale qu’on appelle le logo Pasquier en référence à son créateur. C’est ce logo qui figure sur l’enseigne des agences dans les années 1970 ainsi que sur tous les documents publicitaires.

Monogramme SG et Logo Pasquier (Document Culture Banque)

Ensuite la banque adopte un logo rouge et noir de la forme d’un carré pour représenter la solidité et la rigueur d’un groupe qui s’internationalise. Ce logo est ensuite apuré sans le nom de la banque « Société Générale » qui se glisse sur le côté droit de la forme, une astuce qui permet à la banque d’harmoniser son identité visuelle à l’international.

Nouveau logo carré rouge et noir et évolution suivante (Document Culture Banque)

L’enseigne des agences suit exactement la même évolution comme le démontre les photos de l’agence hémoise en 2008 (carré avec le nom de la banque au milieu) et 2018 (carré apuré du nom avec une simple bande blanche au milieu).

La façade de la Société Générale de Hem avec sa nouvelle enseigne en 2008 puis 2018 (Documents Google Maps)

Pendant ces dix années, comme le montrent les photos, l’agence hémoise est munie d’un distributeur bancaire, lequel est signalé par le site du Petit Fûté. C’est à priori le seul Distributeur Automatique de Billets (DAB) figurant dans la rue Jules Guesde à Hem pourtant longue de plusieurs kilomètres.

Signalement du DAB de la SG par le Petit Fûté (Document site internet)

En 2018, la municipalité annonce dans Tout’ Hem un projet de nouveau centre commercial : « La Blanchisserie », rue Jules Guesde. La construction ne débute cependant qu’en mars 2019. Confiée à l’agence VDDT Architecte, l’opération consiste en la réalisation d’un pôle commercial constitué de 6 cellules commerciales livrées semi-finies, l’aménagement spécifique des locaux étant à la charge des futurs preneurs. 

Annonce de la municipalité (Documents Tout’Hem)
Nature du projet (Document site internet VDDT)

L’agence Hémoise de la société générale décide de déménager et d’occuper l’une des cellules de ce nouvel espace commercial spacieux et lumineux. Elle intègre donc en 2020 la cellule E de l’espace commercial « La Blanchisserie » sis au n° 348 de la rue Jules Guesde et s’éloigne ainsi du centre d’Hem vers la ville de Lannoy.

Nouvelle agence bancaire hémoise en 2020 (Document Google Maps)
Le 115 rue Jules Guesde en 2020, agence fermée et enseigne non encore démontée (Document Google Maps 2020)

Article dédié à Philippe Fontenay

Remerciements à la ville de Hem et l’association Historihem

Brasserie Brabant-Desprets

La Brasserie Desprets Bonte, installée rue Jules Guesde à Hem, au lieu-dit le Monceau, à la limite de la ville de Lannoy, est mentionnée sur le cadastre de 1890, sous l’appellation Paul Desprets et dans le Ravet-Anceau de 1893 dans les 5 brasseries existantes à Hem. Il faut savoir qu’à l’époque les 5 brasseurs étaient propriétaires de la majorité des estaminets de cette petite ville. Un courrier datant de 1873 démontre que cette brasserie existait déjà auparavant, élément corroboré par le site patrimoine de France qui estime que la construction du bâtiment a eu lieu en 2 temps au dix-neuvième siècle.

Plan de Hem de 1953 situant le lieu-dit (Document archives Historihem)

Courrier Desprets Bonte de 1873 (Document collection privée)

Sur les cartes postales du début du vingtième siècle on peut constater que l’entrée principale de la brasserie, au dessus de laquelle figure l’enseigne Desprets, se fait par le bâtiment blanc sis au 470 rue Jules Guesde, légèrement en retrait du bâtiment en briques du 466-468 par rapport à la rue.

Le bâtiment début 20ème et en 2021 (vue de Lannoy vers Hem)(Documents collection privée et Google Maps)

Le bâtiment début 20ème et en 2021 (vue de Hem vers Lannoy) (Documents Hem Images d’hier et Google Maps)

Dès 1923, apparaissent dans les Ravet-Anceau les établissements Brabant-Desprets dirigées par Bernard Brabant, brasseur au 466-468-470 rue Jules Guesde à Hem, probablement suite à un mariage avec une descendante de Paul Desprets.

En ce début du vingtième siècle, la bière est livrée dans les cafés en tonneaux : la rondelle = 160 litres. Les rondelles sont portées par 2 hommes à l’aide d’un harnais d’épaule en bois appelé le « tiné ». Un 3ème doit les aider pour charger ou descendre les escaliers de la cave.

Porteurs de rondelles (Document Hem Images d’hier)
Porteurs de rondelles (Document bd au Temps d’Hem)

Les plates-formes sont tirées par 2 chevaux ou 3 mulets pour effectuer les livraisons.

Plates-formes de livraison (Document Hem Images d’hier)

A partir de 1947, on retrouve la société Brabant-Desprets répertoriée à la fois dans la brasserie et le commerce de gros de vins et spiritueux.

Tarif des vins et spiritueux en 1934 (Document archives Historihem)
Publicité années 50 (Document collection privée)

En revanche la famille Brabant-Desprets n’est pas domiciliée sur place. A cette époque on lui retrouve une propriété au 452 rue Jules Guesde soit juste avant la brasserie en venant du centre d’Hem. Cette importante propriété se distingue clairement sur la photo aérienne de l’époque.

Photo aérienne de 1947 (Document IGN)

Dans les années 60 la brasserie Brabant-Desprets semble à son apogée. Une vue aérienne permet de mesurer son importance en terme d’ampleur face à l’hospice.

Vue aérienne de la brasserie en 1962 (Document IGN)

Elle ne lésine pas sur la publicité et le sigle représentant les deux lettres B entrelacées du prénom et du nom de son propriétaire Bernard Brabant figure sur les cartes publicitaires et sous-bocks distribuées par l’entreprise.

Carte publicitaire  (Document collection privée)
Affiche publicitaire et sous-bock (Document archives Historihem)

L’entreprise est ainsi répertoriée jusque dans les années 70. En revanche en 1979 plus aucun établissement n’est indiqué à cette adresse. La propriété familiale apparaît en revanche toujours comme étant celle de la famille Brabant-Leurent après avoir été quelques années la demeure de Mme Vve Brabant-Desprets.

En 1981, le journal Nord-Eclair consacre un bel article à la reconversion de l’ancienne brasserie Brabant en centre d’accueil pour artisans. Sur les 4000 m² de la brasserie, les bâtiments inoccupés depuis plusieurs années constitués de : « logement, atelier, atelier de fabrication, logement patronal, magasin industriel, abri, magasin » selon le relevé du site consacré au patrimoine de France, ont été rachetés et les locaux sont revendus à des prix intéressants à des artisans.

Brasserie côté cour (Document Nord-Eclair)

La façade extérieure est préservée et rénovée tandis que les bâtiments sont rasés puis remis en valeur dans une zone d’activité dénommée l’ancienne brasserie.

Brasserie en façade (Document Nord-Eclair)

Les caves de la brasserie accueillent alors 5 orchestres de la région qui ne trouvaient pas de locaux. Cette information fait écho à une photographie du début du vingtième siècle qui peut être une forme de publicité pour la brasserie ou signifier que les propriétaires ou les employés de celle-ci participaient à l’époque à une formation musicale.

Photo musiciens Brabant (Document collection privée)

Depuis 1982, un certain nombre d’entreprises se sont succédé dans les anciens locaux de la brasserie au 466-468, exerçant les professions les plus diverses : commerce de voiture, entreprises de bâtiment, agence immobilière, mais aussi activités de santé humaine telles que psychologie et sophrologie. La façade extérieure a été rénovée au fil du temps et aujourd’hui le bâtiment a fière allure et évoque par son architecture le souvenir du passé industriel hémois.

Le bâtiment en 2008 et 2020 (Documents Google Maps)
La façade du 468 rénovée en gros plan (Document Google Maps)

Remerciements à l’Association Historihem et la Ville de Hem et Jacquy Delaporte pour son ouvrage Hem images d’hier ainsi qu’à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem