La finale de 1933

Quand Roubaix remporta la coupe de France 1933

La finale de la coupe de France oppose le 7 mai 1933 au stade de Colombes le Racing Club de Roubaix à l’Excelsior Athlétic Club de Roubaix. Cette finale est exceptionnelle parce qu’elle met en présence deux clubs de la même ville. C’est aussi un match entre une équipe professionnelle engagée dans le tout récent championnat national français et une équipe amateur évoluant dans une division régionale.

Wattrelos à la belle époque

CHRONIQUES WATTRELOSIENNES

Les Chroniques Wattrelosiennes se présentent sous la forme de petits articles traitant d’une période donnée de l’histoire et de la mémoire de la grande cité frontalière du Nord. Ces textes sont construits à partir du recoupement opéré par l’auteur dans ses recueils de témoignages, ses lectures de la presse de l’époque et ses recherches dans les archives. Pour le plus grand plaisir des lectrices et des lecteurs, voici reconstituée et racontée l’histoire de Wattrelos et des Wattrelosiens, à travers ses anecdotes et ses événements.

1901-1911 WATTRELOS A LA BELLE ÉPOQUE

La belle époque est sans aucun doute une période globalement marquée par les progrès sociaux, économiques, technologiques et politiques. Wattrelos n’y échappe pas, mais ce n’est pas la belle époque pour tout le monde, dans une commune qualifiée comme étant « la plus pauvre de France » par le Journal de Roubaix. Mais cette période va marquer l’évolution de Wattrelos vers une identité de grande ville. La voirie se complète et l’on va développer une stratégie d’hygiène publique avec la création d’égouts, d’aqueducs et un règlement sanitaire municipal très sérieux. Les tramways vont développer leurs réseaux sur la ville, la traversant de part en part. Le développement des quartiers s’accentue, Le Crétinier, le Laboureur, le Sapin-Vert ne sont plus des hameaux, sans oublier la place de Wattrelos qui va devenir une vraie Grand Place au sens républicain du terme.

La mutation du personnel politique se poursuit, avec une tendance à la démission pour le poste de maire. La marge de manœuvre de l’équipe municipale semble étroite et les grands projets prennent du temps à se réaliser, voire ne se réalisent pas du tout. L’industrie se développe avec l’arrivée d’une importante société chimique. Les tueries particulières vont bientôt laisser place à un abattoir public. Côté loisirs, on construit un superbe vélodrome au Laboureur, et les quartiers renforcent leurs ducasses avec des braderies de plus en plus courues. On va même construire un nouvel Hôtel de Ville !

Voici donc présentée l’évolution de Wattrelos, par petites touches, dans l’atmosphère de l’époque. Ce petit livre ne prétend pas être exhaustif, ni relater des vérités historiques. Il guidera le lecteur dans les événements du début du vingtième siècle, et lui donnera l’envie d’en savoir plus sur la vie et l’avenir d’une commune autrefois réputée pauvre en ressources mais si riche d’histoires.

Roubaix et le chemin de fer

Le dix neuvième siècle est incontestablement l’époque du chemin de fer. L’important développement ferroviaire des années 1840 en a fait le mode de transport terrestre qui dominera pendant plus d’un siècle, avant qu’il soit concurrencé par le transport routier automobile et le transport aérien. Le chemin de fer permet alors de garantir des déplacements rapides et sûrs, pour les personnes comme pour les marchandises. Il contribue ainsi puissamment à la révolution industrielle, au développement du secteur financier et du commerce, et au développement urbain, tout en bénéficiant des avancées technologiques du siècle et des moyens d’investissement importants rendus nécessaires par ses infrastructures. Le chemin de fer permet de desservir villes et campagnes, pays et contrées grâce à des réseaux maillés s’adaptant à tout type de relief. Il devient ainsi indispensable car il prend une importance majeure sur le plan économique et social, mais aussi militaire, en réduisant considérablement la durée des mobilisations et le temps de transport des troupes. Comment une ville comme Roubaix, en plein développement industriel dans la seconde partie du dix neuvième siècle, a-t-elle accueilli, s’est-elle développée et a-t-elle travaillé avec le chemin de fer ? Voilà ce que nous raconte cet ouvrage.

Jean Pierre Maerten est un passionné de l’histoire ferroviaire, et il nous présente une histoire des relations entre une grande ville textile et le chemin de fer, en même temps que leur développement parallèle. Il nous propose un inventaire détaillé et circonstancié des lignes, des ouvrages d’art, ainsi qu’un descriptif des lieux et implantations, leur influence sur le développement urbanistique et industriel de la ville. Ce formidable travail de recensement pousse très loin le niveau d’explication, sans pour autant négliger l’anecdote, tout en nous réservant de nombreuses découvertes.

Wattrelos fin de siècle

1890 – 1900 WATTRELOS FIN DE SIÈCLE

En 1890, Wattrelos est une commune faite de hameaux reliés par des chemins ou des sentiers, le pavé est encore rare. Autre caractéristique, elle possède treize kilomètres de frontière avec la Belgique, ce qui en fait un territoire largement fréquenté par les fraudeurs et surveillé par les douaniers. Quelques industries y sont installées comme le tissage Dhalluin Lepers ou l’usine de tissage, la filature et l’établissement d’apprêtage Leclercq et Dupire. Les dix dernières années du siècle vont amorcer sa transformation.

Wattrelos va d’abord améliorer sa voirie et s’ouvrir sur Roubaix via le Laboureur, avec la création des deux grandes rues Carnot et Faidherbe. Les rails vont alors couvrir son sol, les tramways bientôt électriques, vont courir jusqu’à la Belgique, tout comme le chemin de fer partant de la Gare du Pile. Après vingt ans d’attente, les wattrelosiens auront enfin leur gare ! Les hameaux commencent leur mutation en quartiers, tel le Crétinier qui va recevoir en dix ans une église, un cimetière et une coopérative ouvrière. Wattrelos va également connaître l’éclairage par l’électricité, ce que peu d’autres villes ont déjà testé.

Tous ces changements sont accompagnés d’une mutation du personnel politique. Le conseil municipal composé de propriétaires terriens et de cultivateurs, va bientôt se transformer. Les commerçants, les petits industriels vont mener les nouveaux chantiers malgré les discussions et les contradictions. Wattrelos devient même un enjeu politique, et notamment un réservoir de voix, dont les conservateurs roubaisiens bénéficieront avant les collectivistes. La commune devient un théâtre de conférences et de meetings, ce qui ne facilite pas la tâche du commissaire local et de ses gardes champêtres.

Voici donc présentée l’évolution de Wattrelos, par petites touches, dans l’atmosphère de l’époque. Ce petit livre ne prétend pas être exhaustif, ni relater des vérités historiques. Il guidera le lecteur dans les événements de cette fin de siècle et lui donnera l’envie d’en savoir plus sur la vie et l’avenir d’une commune réputée pauvre en ressources mais si riche d’histoires.

Instantanés de mémoire

Les instantanés de mémoire sont la retranscription des témoignages recueillis lors des animations des ateliers mémoire. Il faut préciser comment ça s’est passé.

Tout d’abord les participants ne connaissent pas le thème sur lequel ils vont communiquer, ce qui garantit une expression spontanée. Ils ont ensuite deux à trois minutes pour exprimer leurs souvenirs, ce qui leur demande un effort de mémoire conséquent et canalise leur envie d’échanger. Ils ont aussi à se différencier de ce qui vient d’être exprimé, ce qui leur demande un minimum d’attention et de concentration. Pas toujours facile de trouver autre chose que ce qui vient d’être dit. Mais la volonté de se singulariser fait la différence et l’enrichissement.

Ces témoignages ont été saisis à l’aide d’un dictaphone avec l’accord des participants. Quinze à vingt personnes participent à cette animation. Il n’y a pas de contrainte ou d’obligation, on peut passer son tour. Rares sont ceux qui ne se sont pas prêtés au jeu.

Ce livre reprend les témoignages sans en changer le contenu, ils ont juste été débarrassés des bruits de l’expression orale (interjections, répétitions,…). Et cela nous donne une collection de souvenirs qui évoquent un passé pas si lointain et nous permettent d’établir une projection sur le présent et l’avenir.

Ce jeu peut être pratiqué en famille ou entre amis. Rappelons-en les règles. Il faut d’abord choisir les thèmes sur lesquels on va s’exprimer. Chacun pourrait proposer un thème et le glisser dans un chapeau, ce qui garantira l’effet de surprise. Puis on tire le thème dans le chapeau et chacun à son tour exprime son ou ses souvenirs. Si l’on veut conserver, il faut penser à enregistrer ce qui est dit, avec l’accord des participants. Enfin, la mise en écriture permettra d’obtenir un beau souvenir d’un bon moment de convivialité fait d’échanges, d’écoute et de mémoire collectifs.