Cinquantenaire du Minck

Le marché aux poissons, appelé le Minck, est créé en 1862, place du Trichon, dans un des plus vieux quartiers de Roubaix. Tous les roubaisiens amateurs de poissons frais viennent au Minck pour y acheter du poisson à la criée. Le succès de ce marché ne se dément pas et, au début du siècle dernier, on compte 38 tables de vente.

documents collection privée

En 1912, le Minck a 50 ans. Le Comité des fêtes du quartier décide de célébrer cet événement, avec l’aide financière de la municipalité. Le Cinquantenaire du Minck a lieu les 18 19 et 20 Mai 1912. Il faut beaucoup d’ingéniosité de la part du Comité organisateur pour préparer les festivités dès le mois de Mars. Leurs efforts persévérants doivent aboutir à un succès total de cette manifestation.

Sur le document ci-dessous, on reconnait, assis de gauche à droite, Mrs Catteau, Lefebvre, Tiers, Meyer, Kerkhove et Delcambre

Le Comité des fêtes du Trichon ( document Journal de Roubaix 1912 )

Samedi 18 Mai 1912, tout est prêt. C’est l’effervescence dans tout le centre ville. Les festivités vont durer trois jours sur la place du Trichon. Dans toutes les maisons du quartier, on s’apprête à pavoiser et à décorer. De nombreux chars sont préparés pour ces fêtes originales et importantes pour la population. Les couturières se sont mises à disposition pour confectionner la robe et le manteau de la Fée du Trichon ( représentée par Emilienne Mathon ), et de la Reine de l’Industrie ( représentée par Blanche Bombecke ). Ces deux demoiselles sont deux modestes ouvrières que tout le quartier applaudira le jour de leur royauté éphémère. Leurs luxueux vêtements confectionnés sont exposés dans la vitrine de M. Potage, peintre décorateur au 9 place du Trichon.

documents Journal de Roubaix 1912

A 20h, la retraite féérique comprenant des chars avec de nombreux motifs lumineux, parcourt tout le quartier, au départ de la salle des fêtes de la rue de l’Hospice, puis défile dans la rue St Georges, la Grand Place, les rues Neuve et Sébastopol, la place du Trichon, les rues des Fleurs, des Arts, d’Inkerman, du Bois, et enfin revient rue de l’Hospice à la salle des fêtes. Pour faire bon accueil aux visiteurs, tout le quartier est paré d’ornements décoratifs : des drapeaux tricolores à toutes les fenêtres, des mâts surmontés d’oriflammes, des banderoles multicolores, des fleurs, des guirlandes et le soir d’une féerie d’illuminations.

document collection privée

Le défilé se met en route à 20h30 : des enfants avec des lanternes vénitiennes commencent l’itinéraire suivis par la fanfare des Trompettes, le char du Roi des Mers, le char à transformation La Fée, des porteurs de torches et d’autres lanternes vénitiennes terminent le cortège. La retraite lumineuse obtient un franc succès. Le cortège est accueilli chaleureusement par de vifs applaudissements. Une foule très dense entoure le Minck brillamment illuminé, orné d’une cascade du plus bel effet. Les spectateurs enchantés par cette soirée se dispersent vers 22h.

document Journal de Roubaix

Dimanche 19 Mai 1912, une braderie est organisée le dimanche matin dans la rue du Bois et la rue des Fabricants. De nombreuses manifestations ont également lieu dans le quartier : 2 courses cyclistes, l’une de 1000 mètres et l’autre de 3000 mètres, des combats de coqs, un lâcher de pigeons voyageurs.

A 11h30, les membres du comité de la fête, reçoivent dans le palais communal de la rue de l’Hospice, le roi George V d’Angleterre et le remercient pour sa présence, nouvelle preuve de l’amitié franco-anglaise. Un succulent repas est ensuite servi à de nombreux convives. Sur le document ci-dessous, A noter un clin d’oeil sympathique : la caricature de Théophile Meyer, épicier rue Jacquard et président honoraire du Comité d’organisation.

Le menu du repas proposé aux invités le 20 Mai 1912 ( document collection privée )

Après le repas, vers 14h30, Mrs Tiers, président, et Kerkhove, vice-président reçoivent Jean Lebas, maire, ainsi que ses principaux adjoints. Dans l’après midi, au square Pierre Catteau, est organisée une grande et charmante « Fête enfantine » pour une soixantaine de couples de garçons et filles, vêtus de costumes les plus divers. Beaucoup de roubaisiens font le déplacement pour contempler les évolutions de ces enfants. Les réjouissances attirent une foule considérable. Pendant ces trois jours de festivités, un concours photographique est organisé. Les épreuves doivent être envoyées au secrétaire du Comité au 21 rue du Trichon.

Lundi 20 Mai 1912 à 15h, une fête aérostatique a lieu au square Pierre Catteau. Un grand concours de ballons-pilotes ( un concours de ballonnets ) est proposé pour les enfants ; chaque enfant attache sur un ballon, une carte qui porte son nom et son adresse. L’enfant lance le ballon depuis la pelouse du square. Les distances sont ensuite calculées et les ballonnets qui ont parcouru la plus longue distance font gagner aux enfants de superbes cadeaux.

document Journal de Roubaix

A 17h30 a lieu la cérémonie du baptême du ballon Madeleine de 1200 mètres-cube. L’aérostat tout enguirlandé de roses et de feuillages décolle ensuite à 18h pour sa première ascension officielle, piloté par son propriétaire Georges Delcambre. Cette fête aérostatique de clôture connaît un grand succès. C’est une véritable réunion de famille pour les roubaisiens. Ces trois jours de festivité dans le quartier du Trichon remportent donc un immense et légitime succès populaire pour le plus grand bonheur des habitants du quartier et de tous les roubaisiens.

Le Minck sera rasé en 1950 pour raisons de vétusté et de sécurité ( voir sur notre site, un article précédemment édité et intitulé : la démolition du Minck )

Remerciements aux archives municipales.

Adieu Jacques Brel

Le dernier concert de Jacques Brel a lieu à Roubaix le Mardi 16 Mai 1967 dans la salle du Casino, place de la Liberté. Pour sa dernière tournée, Jacques Brel souhaite terminer par notre ville, car c’est dans le Nord qu’il a commencé sa carrière. Cela fait pourtant bien longtemps qu’il avait annoncé son intention de ne plus donner de galas sur scène. Mais Jacques a longuement envisagé avec calme et confiance, ce départ réfléchi et ce jour est arrivé à Roubaix.

Jacques Brel arrive au Casino de Roubaix par la Grand rue, avec son directeur de tournée Georges Olivier ( document Nord Eclair )

Pour ce dernier concert, 2000 billets sont mis en vente. Monsieur Maes, directeur du Casino n’en revient pas. C’est un véritable raz de marée. Les 2000 tickets sont vendus en 30 minutes ! De nombreuses personnalités du spectacle sont présentes pour assister à cet événement : Bruno Coquatrix a quitté son Olympia et Eddie Barclay est venu spécialement de Cannes.

Eddie Barclay de dos, Bruno Coquatrix au centre, et Jacques Brel ( document Nord Eclair )

La place de la Liberté est envahie par les voitures des radios périphériques (RTL, Europe 1…), des photographes de grands hebdomadaires parisiens. Le public est venu de toute la France : Marseille, Bordeaux, Nantes …et bien sûr de Belgique : des fans acharnés qui ne veulent absolument pas rater l’événement : la dernière de Jacques Brel. Tout le public espère que ce ne sera qu’un faux départ, qu’il va changer d’avis et remontera sur les planches prochainement.

Jacques Brel sur la scène du Casino ( document Nord Eclair )

Jacques Brel entre en scène devant un public très ému et les 20 chansons interprétées prennent, en cette occasion, un accent particulier. Les titres se succèdent à un rythme rapide, tandis qu’il essuie d’un revers de main, son front ruisselant ; « Les Vieux, Madeleine, Jef, Le plat pays, Ne me quitte pas ». Les titres se bousculent. Le public hurle, trépigne, exige, comme si, cette folle nuit ne devait jamais se terminer. Les photographes mitraillent prennent des milliers de photos, les éclairs de flash éblouissent toute la salle du Casino.

document Nord Eclair

Le spectacle se termine. Une vive émotion s’empare alors du public dans la salle, lorsque le rideau tombe. Tout le public se lève pour une « standing ovation » en criant « Encore Encore ! ». Malgré les rappels et les cris, Jacques ne revient pas sur scène. Personne ne réalise encore vraiment qu’il n’y remontera plus.

document Nord Eclair

L’émotion est encore plus vive derrière le rideau, lorsque tout le monde reprend en choeur : « Ce n’est qu’un au revoir ». Dans les salles de rédaction, personne n’y croit encore. Jacques Brel n’est pourtant pas un de ces farfelus qui nous ont habitué à de fausses sorties publicitaires.

« La dernière » est toujours un spectacle émouvant. Ce n’est plus le chanteur seul qui a le trac, mais ses amis, les musiciens, les ouvreuses, les journalistes, les spectateurs. Tous savent qu’ils emportent avec eux, la dernière image d’un très grand Monsieur, le dernier salut de Monsieur Brel.

document Nord Eclair

Cette fois, c’est bien fini. Bruno Coquatrix lui déclare alors : A 38 ans, on ne s’en va pas sur la pointe des pieds, avec le spectacle de ce soir, vous nous reviendrez encore, Monsieur Brel !

Mais non, Jacques a pris sa décision et c’est bien  »la der des der ». La salle se vide, les lumières s’éteignent une à une. C’est fini.

document Nord Eclair

Jacques Brel ne fera plus de concerts exténuants, mais ne prendra pas sa retraite pour autant. Il se tourne alors vers le théâtre où il crée la version francophone de « l’Homme de la Mancha », et surtout vers le cinéma où il enchaine les succès : « les Risques du Métier, mon Oncle Benjamin, l’Emmerdeur, l’Aventure c’est l’Aventure », et bien d’autres, jusqu’au début des années 1970.

Jacques Brel en 1973 sur le tournage de l’Emmerdeur ( document collection privée )

Après avoir passé son brevet de pilote, il achète un avion bimoteur et un voilier pour son propre plaisir et part habiter aux îles Marquises. Gros fumeur, il est atteint d’un cancer du poumon. Jacques s’éteint à Paris en Octobre 1978 et repose au cimetière des Iles Marquises.

Remerciements aux archives municipales.

Un meurtre à Jean XXIII

Jeudi 14 Juin 1984 vers 15h, la jeune secrétaire de l’institution Jean XXIII rue Notre Dame des Victoires à Roubaix, vient d’être assassinée.

document Nord Ecla

Françoise Petit, née Rinsveldt, âgée de 27 ans, demeurant à Bouvignies mais qui a longtemps habité rue Dupuy de Lomme à Roubaix, est tuée avec une sauvagerie inouïe. C’est un drame horrible. Une vingtaine de coups de poignards lui ont été portés, dont trois au thorax et au cou, qui ont été fatals, ce qui ne laisse guère de doutes sur les intentions de l’assassin.

Françoise Petit ( document Nord Eclair )

Les enquêteurs de la Sûreté ainsi que Mlle Poinsot, substitut du procureur de la République sont sur place. C’est la stupeur et la consternation pour la direction, les enseignants et les élèves de l’institution. Mr l’abbé Jaeger, directeur de l’établissement, est complètement abasourdi car Mme Petit est arrivée en 1976 et c’était une femme sans problèmes qui n’a jamais donné l’impression d’être menacée. C’était d’ailleurs une ancienne élève de l’école. Et pourtant le sang a coulé à Jean XXIII.

L’enquête commence. La fouille de tous les bâtiments et de toutes les classes ne donne rien. Il n’y a pas d’indices et beaucoup de questions restent en suspens :

Un élève serait il responsable de ce crime abominable ? Les policiers en doutent, car si un élève voulait se venger d’une réprimande, il réglerait ses comptes avec l’enseignant et non pas la secrétaire.

Le meurtrier serait il venu de l’extérieur ? Qui ? Dans quel but ?

Françoise Petit était à son poste et elle actionnait, au moyen d’une pédale, le système d’accès à l’établissement, mais n’avait certainement rien constaté de suspect.

document Nord Eclair

L’enquête commence ; un homme au comportement bizarre avait été aperçu à proximité du lycée, peu de temps avant le meurtre. Cet homme, connu des services de police pour alcoolisme et violence, est finalement libéré car les charges sont insuffisantes. Les policiers reprennent le dossier au départ et l’investigation continue. Les jours, les semaines, les mois passent, et l’enquête piétine.

Enfin 9 mois après, en Mars 1985, la presse locale annonce que Françoise aurait pu être assassinée par hasard ! L’un des deux auteurs présumés du crime est déjà en prison pour le meurtre de son beau frère. Il semble donc que l’assassinat soit en voie d’élucidation. Et pourtant les deux hommes de 24 et 26 ans sont mis hors de cause, et libérés à leur procès en cour d’assises en 1991.

document Nord Eclair

Dix ans après le meurtre, en 1995, la famille de la jeune femme, avec l’aide de leur avocat, Patrice Cottignies, s’en remet à la célèbre émission de télévision animée par Jacques Pradel « Témoin Numéro Un » pour tenter d’avoir enfin des réponses à ces questions : Qui a assassiné Françoise Petit-Rinsvelt ? Et pourquoi ? Un nouveau juge d’instruction s’occupe désormais du dossier et c’est la gendarmerie qui est chargée d’enquêter.

En mars 2015, un journaliste édite un article dans la presse locale : 30 ans après cet assassinat, cette affaire effroyable dans une institution réputée et respectable : Jean XXIII ( aujourd’hui Saint Rémi ), n’est toujours pas élucidée. On ne peut que constater et déplorer que le meurtrier court toujours !

Françoise Petit ( document Nord Eclair )

Remerciements aux archives municipales.

La 34e fête fédérale des Amicales Laïques du Canton

Elle s’est déroulée en juin 1951 dans la paisible commune de Leers qui a revêtu une parure de verdure pour accueillir les nombreux amicalistes du canton. Un temps idéal favorise le déroulement des concours, du cortège et des exhibitions. Ces deux journées ont été un succès.

L’ouverture de la fête a lieu le samedi vers 20 heures 30, avec une retraite aux flambeaux. Le départ se fait au parc des sports, et l’animation est assurée par la Clique de la FAL de Roubaix. La population prend part au cortège et les enfants ne sont pas oubliés. À l’issue de la manifestation, ils sont rassemblés au parc des sports pour recevoir des friandises. Un bal de famille termine cette première journée.

La clique de la FAL en 1947 doc Coll Part

Dimanche très tôt, la fête fédérale prend de grandes proportions : organisation d’un concours de tir à la carabine dans la cour de l’école des garçons, concours de clairon et tambours, tournoi de basket, match de volley ball au Parc attirent la jeunesse. À 11 heures on inaugure la fête, à l’école des garçons rue Joseph Leroy, avec l’exposition des travaux d’élèves. M. Kints inspecteur primaire préside, entouré par MM. Duchatelet vice président de la FAL du Nord et secrétaire de la fédération du canton, Theeten secrétaire Fédération du Nord, Pottier président de la fédération du canton et Heye président de l’amicale de Leers. Les directrices et directeurs d’école entourent le personnel enseignant, ainsi que tous les présidents des amicales du canton. Au cours de cette réception, M. Bailleul, directeur de l’école des Garçons, accueille les autorités.

La Mairie de Leers en 1951 doc Coll Part

Mme Wipliez directrice de l’école des filles dirige deux chants excellement interpétés par les enfants des écoles. Un vin d’honneur précéde l’inauguration de l’exposition des travaux d’élèves. À l’issue de la réception, la délégation se rend à la Mairie où elle est reçue par M. Kerkhove maire entouré de son conseil municipal. Il dit combien il est heureux de recevoir les amicalistes du canton. Il dit aussi tout le bien qu’il pense du personnel enseignant des écoles laïques. M. Duchatelet répond en souhaitant que dans un avenir prochain, il serait envisagé à Leers la reconstruction complète des écoles publiques qui menacent ruine. Un vin d’honneur termine la réception. Les personnalités fleurissent ensuite le monument aux morts de la Ville et observent une minute de silence en souvenir des leersois tombés pour l’idéal de la République.

Amicalistes leersois en 1950 doc NE

Vers 13 heures, un banquet rassemble dans la salle des fêtes de l’école, officiels et invités, et c’est l’occasion une fois encore de resserrer les liens d’amitié qui existent entre les laïques. Au cours du repas, M. Heye président de l’amicale de Leers remercie le corps enseignant de l’aide efficace apportée pour l’organisation de cette fête. M. Pottier excuse le représentant du Préfet et remercie ceux qui contribuèrent à cette fête. Il félicite M. Louis Decourcelle et les instituteurs et institutrices qui ont si bien dirigé les travaux manuels des élèves. Il présente à l’assistance M. Theeten, cheville ouvrière de l’action laïque dans le Nord. Ce dernier dit combien il est heureux de prendre part à cette quatrième fête fédérale du canton de Lannoy depuis la libération. Il félicite M. Pierre Duchatelet, promoteur de la colonie de vacances de la FAL de Lannoy, qui a su convaincre les municipalités du canton. M. Theeten relate ensuite brièvement le succès obtenu au rassemblement laïque du 3 juin.

École de garçons rue Joseph Leroy Leers CP Coll Part

À l’issue du repas, on se retrouve rue Joseph Leroy pour prendre part à l’imposant cortège de 5.000 personnes venues des divers coins du canton. À 16 heures le cortège s’est formé à Leers-Bifur et s’ébranle par les rues De Gaulle et Victor Hugo prolongée, Jean-Jaurès, Place Carnot, Joseph Leroy, Pasteur et fait une entrée spectaculaire au Parc des Sports. Parmi les sociétés et groupements qui ont défilé, la clique de la FAL d’Hem, l’Harmonie Municipale de Leers, les enfants des écoles primaires, les commissions des différentes amicales du canton précédées de leur drapeau. Sur le terrain du Parc des Sports, les enfants des écoles dirigés par M. Héduin, exécutent une série de mouvements gymniques. Ils sont longuement applaudis. Puis une cérémonie se déroule sur le podium, pour la remise du drapeau fédéral. M. Cattelain président de la Fraternelle Laïque d’Hem, détentrice de l’étendard depuis la dernière fête, le remet au président de l’amicale laïque de Leers M. Heye. Après quoi on procède à la lecture des récompenses fédérales : médailles de bronze, breloques et diplômes d’honneur décernés à certains amicalistes.

Le parc des sports de Leers Coll Part

La foule qui a pénétré dans le Parc des Sports y séjourne tard dans la soirée tant la température était douce. Elle assiste ainsi à une kermesse flamande où se trouve un concert permanent et à une belle exhibition gymnique de La Gauloise de Wattrelos. La journée se termine par une fête chorégraphique organisée par la section féminine La Gauloise d’Hem. Le succès remporté cette fois prouve combien est grand le mérite de M. et Mme Doise-Harpagès qui s’occupent utilement des loisirs des enfants de la commune. L’équipe première de Sailly remporte le concours de tir, Robert Courcelle de Forest sur Marque le concours de clairons 2eme catégorie, Félicien Lesne également de Forest sur Marque le concours de clairons de 3eme catégorie. En basket pour les hommes Tressin bat Annapes en finales et pour les femmes Forest sur Marque bat Ascq en finale.

Source Nord éclair, Nord Matin, archives FAL Rx

 

Célatose Wattrelos 1974

Le 18 décembre 1974, un nouvel incendie vient frapper l’usine Célatose, toujours spécialisée dans la fabrication de couches pour bébés et serviettes périodiques en cellulose. L’incendie a pris naissance dans un atelier de fabrication où se trouvaient des ouvriers chargés de l’entretien. Cette fois toute l’usine a été détruite. Des deux bâtiments qui couvraient 18.000 m² de plancher, des machines et des stocks, il ne reste rien que des murs noircis des décombres fumants. Par moments un foyer renait malgré les efforts des pompiers.

L’incendie à l’usine Célatose Photo NE

L’usine wattrelosienne La Célatose est installée dans les locaux de l’ancienne filature Desurmont boulevard des Couteaux. La société La Célatose connaissait l’expansion : en deux ans une quarantaine d’emplois ont été créés à certaines époques de l’année, le personnel était amené à travailler sur trois postes.

Pompier et incendie Phot NE

Samedi matin une trentaine de personnes étaient occupées dans l’usine pour assurer l’entretien, au premier étage un poste de soudure avait été amené, est-il la cause de l’incendie ? Tous s’accordent sur la rapidité foudroyante avec laquelle le feu s’est propagé. À peine le feu s’est déclaré qu’une nappe de gaz s’est formée vers 10 h 10 et une explosion a suivi. Tout s’est alors embrasé.

La Mousserie menacée Photo NE

Il fallut protéger les maisons voisines des rue Matisse et Paul Cézanne du quartier Mousserie-Sapin-Vert, petites maisons CIL. Les pompiers ont empêché une extension du sinistre à la cave à mazout, ainsi qu’à une dizaine de remorques et camions d’une firme de transports bloqués sur une aire privée de stationnement jouxtant l’usine en flammes. Dix huit lances furent mises en œuvre par les pompiers et même un canon à eau, on alla jusqu’à puiser dans le canal pourtant distant de plusieurs centaines de mètres.

Les dégâts Photo NE

Devant l’étendue de la catastrophe, la consternation est générale. Il n’y eut cependant aucun blessé. Les pompiers resteront sur place pendant plus de 48 heures. Sur 270 personnes employées par la Célatose, 230 seront au chômage. Le directeur général de la Célatose affirmait alors : nous redémarrerons sur place.

Le reportage photo est l’œuvre de Guy Sadet

Celatose Wattrelos 1968

Un énorme incendie ravage un bâtiment de l’entreprise Celatose qui se trouvait boulevard des Couteaux à Wattrelos, dans la nuit du 24 au 25 mai 1968. Ce sinistre va mobiliser les sapeurs pompiers de Tourcoing, Roubaix, Lille, Wasquehal et Marcq-en-Baroeul. De 1 heure à 5 heures du matin, les pompiers vont combattre un feu violent. Les dégâts s’élèvent à un milliard et demi d’anciens francs. Un bâtiment de deux étages, des matières premières, des machines, tout est détruit. Les établissements Celatose employaient près de trois cents ouvriers qui fabriquaient des couches pour bébés et du linge de santé. Il y aura une enquête.

Le dépôt de l’Union situé à deux pas est en grève. Doc NE

Le personnel de l’usine était en grève (nous sommes en mai 1968) mais les locaux n’étaient pas occupés et il n’y avait pas de piquet de grève sur les lieux. Un veilleur de nuit et un concierge étaient sur place. L’électricité avait été coupée et le chauffage ne fonctionnait pas. Les matières premières ne sont pas inflammables spontanément, comment ont-elles pu s’échauffer ? Les enquêteurs pensent alors à un acte de malveillance. On s’oriente vers les membres du personnel qui ont été licenciés. Une liste est fournie par la direction et les enquêteurs repèrent un repris de justice demeurant à Roubaix, Alphonse D.

Les dégâts après l’incendie doc NE

L’enquête de proximité révèle que le suspect s’est absenté dans la nuit du 24 au 25 mai et qu’il est rentré chez lui à minuit trente mais qu’il en est aussitôt ressorti. Il rencontre alors M. Godart un des dirigeants de l’usine à qui il demande ce qui se passe. On fouille dans son passé : c’est un ancien parachutiste sous officier cassé de son grade, ex commando. Plusieurs fois condamné, il a subi une cure de désintoxication éthylique. Il a la réputation d’un individu sans scrupules ayant des besoins d’argent. Les enquêteurs retrouvent un manteau lui appartenant dont on a trouvé des fibres sur les grillages de l’usine. Il est interpelé mais il nie et se défend farouchement. Il finira par craquer et se mettra à table avec force détails. Il racontera comment il a opéré.

L’arrestation du coupable en juillet 1968 doc NE

Il a utilisé des bombes pilotes qui servent à faire démarrer les moteurs récalcitrants. Elles contiennent sous pression un liquide très inflammable à base d’éther. Il confectionne des cordons enduits de soufre et de suif pour faire de ces bombes des engins à retardement. Il les teste sur un terrain de football à Lille pour s’assurer de leur bon fonctionnement. Il lui fallait en effet une marge de sécurité pour battre en retraite. Puis il cisaille un grillage de l’usine en bordure du boulevard des Couteaux, en franchit un second, se retrouve dans la cour de l’usine où il avait été surveillant, gravit les échelles jusqu’au second étage et dépose sa bombe qu’il met à feu. L’explosion est formidable. Pendant que l’incendie commence, il se faufile jusqu’au rez-de-chaussée vers les bureaux pour y voler de l’argent. Mais le sinistre devient trop important et il doit quitter les lieux, renonçant à mettre le feu au second bâtiment de l’usine. Quel était son mobile ? Il voulait se venger d’avoir été mis à la porte. Il sera condamné à huit ans de prison.

D’après le Journal Nord Éclair

Fête de la navette (Suite)

En 1989, la fête de la navette est couplée avec le bicentenaire de la révolution les 3 et 4 juin. Le samedi a donc lieu un tournoi du jeu de paume entre une vingtaine d’écoles roubaisiennes, dont les élèves ont été initiés à ce sport très ancien à compter de novembre 1988 et qui font ainsi la démonstration de près d’une année de pratique. A cet effet un emplacement spécifique a été érigé sur la Grand Place.

Programme du bicentenaire et le week-end des 3 et 4 juin en partenariat avec le comité d’organisation de la fête de la navette et tournoi et croquis du jeu de paume ainsi qu’une photo de presse (Documents archives municipales et Voix du Nord)

Pendant quelques semaines, en parallèle, la Poste expose des documents postaux d’époque, et pour le week-end de lancement de l’exposition, à savoir celui de la fête de la navette, ouvre un bureau temporaire, le samedi en mairie et le dimanche à la salle Watremez où elle propose un timbre à date spécial « Bicentenaire à Roubaix ».

Le timbre à date spécial « Bicentenaire à Roubaix » édité par la Poste (Document archives municipales)

Ce même samedi 3 juin un rassemblement de 1500 tambours est réalisé sur la place de la Fraternité pour défiler, en faveur des droits de l’homme, en cortège jusqu’à la Grand Place. Les tambours ont été créés par centaines dans les écoles et associations à partir de matériaux de récupération : bidons ou cylindres tendus de peaux. Sont associés des groupes avec des chars évoquant de grands épisodes de la révolution.

Cortège avec 1500 tambours, groupes et chars (Documents Nord-Eclair et la Voix du Nord)
Lâcher de ballons et de montgolfières aux couleurs du bicentenaire (Documents archives municipales, Nord-Eclair et la Voix du Nord)

Le rassemblement Grand Place se termine par le traditionnel jet de navettes et l’envol de ballons et de montgolfières. Dans la soirée c’est un spectacle de chansons berbères qui se déroule au théâtre Pierre de Roubaix. Il est suivi d’une soirée de démonstration de danse de rue par « Dans la rue la Danse » à la salle Watremez : la Megaboum de la Révolution, sur fond de funk, reggae, house et acid music, avec les meilleurs DJ de la région.

Le spectacle de chansons berbères avec Ferhat et Kassia et le lancer de navettes dans la foule (Documents archives municipales et Nord-Eclair)
Megaboum de la révolution et prestation de « Dans la rue la Danse » (Document archives municipales et Nord-Eclair)

Puis le dimanche 5 juin, place à un grand tournoi de belote révolutionnaire suivi d’un concert apéritif sur fond d’hymnes révolutionnaires, puis une fête non-stop l’après-midi avec l’Orphéon Jazz Band Circus, la Troupe à Manou, les orchestres Musica Viva, Lys Batterie d’Halluin et Groupe Coeur du Portugal, le magicien Ericson, les chorales de l’école Albert Camus et du collège Jean Lebas clôturé par un grand final avec l’orchestre Diapason.

Le tournoi de belote révolutionnaire (Documents Nord-Eclair et Voix du Nord)

On retrouve peu de choses sur la fête de la navette de 1990, laquelle a pourtant lieu puisque son coût est chiffré l’année suivante au moment de la préparation de celle de 1991. Le programme regroupe en tout cas les groupes Crazy Girls, Military Boys, les Alizés et New Génération, des clowns, du catch, ainsi que En voiture Simone et Irémée et enfin le journaliste et humoriste Jean Crinon.

Jean Crinon en disque et affiche du catch (Document collection privée et archives municipales)

Enfin en 1991, c’est une fête commerciale de la navette qui est organisée du 14 au 28 septembre, par la Ville de Roubaix, la Fédération des Groupements Commerciaux de Roubaix, l’Union Commerciale de Roubaix et le Crédit Municipal de Roubaix, sous le patronage de Nord-Eclair, mais elle est couplée à la manifestation des 28 heures de Roubaix à la marche qui se déroule les 14 et 15 septembre.

Affiche de la fête commerciale de la Navette (Document archives municipales)

Il semble que ce soit le chant du cygne de la fête populaire imaginée 4 ans plus tôt et qui parait avoir connu son apogée en 1989 avec le bicentenaire de la révolution. Car cette fois la presse ne se fait l’écho d’aucun cortège carnavalesque ou autres animations. La fête de la navette est réduite à un jeu organisée par l’Union Commerciale avec l’appui du Crédit Municipal qui permet de gagner des lots et ne sera à priori plus renouvelée à l’avenir.

Affiche apposée dans les commerces participant et règle du jeu (Documents archives municipales)

Remerciements aux archives municipales de Roubaix

Intervilles à Roubaix (suite)

Ainsi une ville champignon se dresse peu à peu entre la mairie et les abris bus qui se trouvent de l’autre côté de la place, devant l’église Saint-Martin, constituant un quadrilatère fermé. 5000 places de gradins ont été installées ainsi que la tour en imitation briques du jeu du mauvais coucheur, les pistes en imitation pavés de la route des géants et le reste : 2 piscines, des tréteaux et surtout plein de savon noir.

Les gradins installés sur la Grand Place (Document la Voix du Nord)
Installation des palissades pour le pillage de la banque (Document la Voix du Nord)

Les sponsors ont mis la main à la pâte : la banque de Super Croix, les pelotes géantes de Phildar, les tapis roulants provenant d’une entreprise de PVC. L’installation et la décoration de l’ensemble a été contrôlée par un décorateur de TF1et la commission de sécurité va venir vérifier la conformité de l’ensemble des installations. En effet l’installation des pièges à rire d’Intervilles a posé d’énormes problèmes de sécurité.

Jean-François Deccuber, talkie-walkie à la main et l’ensemble des services technique devant ses décors (Documents Nord-Eclair)

Dans la semaine qui précède le jour J Guy Lux arrive à Roubaix et y rencontre les journalistes malgré une forte fièvre qui le cloue au lit. Il ne connait pas la ville où il n’est passé qu’une fois repérer les lieux en juin mais il connait déjà le Nord car Armentières et Saint-Amand ont précédé Roubaix dans l’aventure Intervilles. Il sait les nordistes accueillants, disponibles et compétitifs et loue l’efficacité de l’équipe municipale et du travail qu’elle a réalisé.

Guy Lux remis en selle, Simone Garnier et André Diligent (Documents Nord-Eclair)
Les représentants de Cavaillon à Roubaix (Documents le Provençal)
Les dernières répétitions en costumes (Documents la Voix du Nord)

Essayages de costumes et entraînement des 2 équipes à Roubaix (Documents le Provençal)

Et c’est le jour J. La ville de Cavaillon fait don à celle de Roubaix d’un document encadré : une carte originale en couleur du XVII ème siècle représentant le comtat d’Avignon et Venaisan. Les 5000 spectateurs massés sur la Grand Place en ont pour leur argent ainsi que les publicitaires. Un magnifique programme sur papier glacé est proposé.

Le cadeau de Cavaillon à Roubaix (Document archives municipales)
La couverture du programme (Document archives municipales)

A la télévision, l’émission s’ouvre sur Cavaillon, son soleil et ses cafés, puis Roubaix a les honneurs du petit écran par le biais d’un petit film vidéo dévoilant les fleurons du patrimoine local. Enfin Guy Lux apparaît pour présenter la ville et son sénateur maire André Diligent.

Côté Cavaillon, point de vue jeux, rien de transcendant : quelques vampires courant après des marquis « encarottés », quelques ânes plutôt trainards et une cueillette de pommes bien maussade. A Roubaix le clan des rieurs : savon noir, mousse à raser et seaux d’eau allégrement jetés sur les concurrents.

Intervilles à Cavaillon avec Léon Zitrone (Document le Provençal)
Intervilles à Roubaix : le clan des rieurs (Documents Voix du Nord)

Les caméras de TF1 ne restent pas statiques et la Grand Place est vue sous toutes les coutures. De superbes vues aériennes de la mairie régalent les téléspectateurs entre deux épreuves. En revanche le ballon aux couleurs de Nord-Eclair doit rester au sol en raison d’un vent beaucoup trop violent.

Devant les quelques 14 millions de téléspectateurs et surtout les 5000 habitants qui ont pris d’assaut les lieux pour décrocher une bonne place ainsi que les employés municipaux qui ont investi les balcons de la mairie c’est une sacrée java et l’occasion de crier cocorico plus fort que les autres.

Les Gilles de Binche et Wasquehal, André Diligent et Gérard Guy 1er adjoint de la ville de Cavaillon (Documents Voix du Nord)
Plaquette de présentation des gilles de Wasquehal (Documents archives municipales)

Les vendeurs d’esquimaux et de sandwichs sont présents pour ravitailler les spectateurs et, pour assurer une bonne vue de l’ensemble des événements à chacun, une quarantaine de récepteurs de télévision sont posés sur la Grand Place tout au long des tribunes. Les Gilles de Binche et de Wasquehal posent avec leurs beaux costumes colorés devant la mairie dès le générique.

Les récepteurs de télévision installés sur la Grand Place de Roubaix (Document le Provençal)
La foule de spectateurs (Documents Nord-Eclair)
Intervilles à Roubaix le clan des rieurs (Documents Nord-Eclair)
Le clan des rieurs (Document Nord-Eclair)

Les jambes roubaisiennes ne déméritent pas : à l’issue des épreuves physiques les deux villes sont à égalité, mais c’est la tête qui lâche au cours des épreuves culturelles qui départagent les deux équipes à l’issue du jeu. Pour avoir confondu le lac Toronto et la rivière Ottawa l’équipe de Roubaix chute dans la dernière question et Roubaix perd le match qui l’opposait à la ville de Cavaillon une mauvaise utilisation du joker lui ayant été fatale. Ceci explique le titre en première page de la presse locale : Roubaix a ri jaune. En revanche à Cavaillon la foule est en liesse place Thorel.

Egalité après les épreuves physiques, intellectuels en panne, mauvaise utilisation du joker (Documents Voix du Nord )
Roubaix a ri jaune (Document Nord-Eclair)
Foule en liesse place Thorel à Cavaillon (Document le Provençal)

Il faut dire que les concurrents roubaisiens n’avaient, aux dires de la presse du lendemain, que leur seul courage pour se motiver, car malgré les 5000 places vendues, pas de cris tonitruants d’encouragement pour soutenir le moral des champions roubaisiens, les supporters de Cavaillon étant bien plus expressifs bien que moins nombreux. Malgré le dépit de l’équipe et de Mr Diligent devant cette courte défaite, la soirée se termine en apothéose avec un magnifique feu d’artifice.

La réception à Roubaix et l’équipe de Cavaillon à Roubaix en fête (Document le Provençal)
Le feu d’artifice tiré avenue des Nations-Unies à l’issue des jeux (Document Voix du Nord)

Intervilles à Roubaix en chiffres c’est : 37 joueurs, une cinquantaine d’employés municipaux, 84 CRS et 60 policiers en tenue, 14 millions de téléspectateurs, mais aussi côté TF1 : 6 camions de matériel, un car directeur pour la régie, 200 techniciens, 15 hommes à la production et 40 aux images…

Le réalisateur, le chef décorateur, Simone Garnier et Guy Lux (Document Voix du Nord)

Bien sûr la question du coût des jeux est évoquée suite à la défaite, la mairie ayant dû faire face à de grosses dépenses : milliers d’heures de travail pour les employés municipaux, achat de matériel pour les décors, location d’infrastructure comme les tribunes…Mais il y a aussi eu des rentrées d’argent avec les programmes et les entrées payantes. Quoiqu’il en soit tribunes et décors sont ensuite démontés et la liesse du 31 juillet laisse la place à la quiétude du mois d’ Août sur la Grand Place de Roubaix qui, en dépit du résultat, a vécu là un grand moment.

Après la liesse du 31/07 la quiétude du mois d’août (Documents Nord-EClair)

Remerciements aux archives municipales de Roubaix

Intervilles à Roubaix

En 1962, la télévision française voit naître une émission appelée à devenir culte : Intervilles, diffusée sur la RTF puis l’ORTF. Après douze ans d’absence, elle revient sur FR3 en 1985 puis de 1986 à 1999 sur TF1. A la tête du programme se trouvent Guy Lux et Claude Savarit, ses créateurs, rejoint par Simone Garnier et Léon Zitrone à l’animation.

Guy Lux, Simone Garnier et Léon Zitrone (Document le Figaro et Notre Cinéma et Luluberlu jeu de société)

Le principe est simple : deux villes françaises s’affrontent amicalement à travers une série d’épreuves physiques et de jeux d’adresse sur terre, dans l’eau et dans les airs. Parmi les épreuves les plus célèbres les jeux sur tapis roulant ou tournette donnent lieu à de nombreuses dégringolades et bien sûr les fameuses épreuves avec des vachettes déstabilisant les candidats sont directement inspirées des courses landaises.

Intervilles à Cambrai en 1971 avec ses vachettes (Document Nord-Eclair)

En juillet 1987, la presse locale roubaisienne est euphorique et Nord-Eclair titre : Roubaix entre dans la saga d’Intervilles. « Le 31 juillet la cité textile sera opposée à Cavaillon, chef-lieu de canton du Vaucluse, dans le cadre de la plus célèbre émission de télévision, celle qui bat tous les indices d’écoute ». L’émission réalise en effet à chaque fois entre 38 et 42 points d’Audimat soit 16 à 18 millions de téléspectateurs.

C’est à la fois un spectacle extraordinaire pour ceux qui ont le privilège de le vivre en chair et en os, comme ce sera le cas des spectateurs roubaisiens mais aussi un outil de promotion unique pour une ville. Roubaix a donc tourné pour l’occasion un vidéo-clip d’une minute trente qui sera diffusé le soir de l’émission pour présenter la ville.

Guy Lux et Simone Garnier à l’animation d’une émission (Document Nord-Eclair)
Claude Savarit qui sillonne les routes avec Guy Lux et le célèbre trio d’animateurs (Document archives municipales)

La ville s’y présente comme n’étant pas neuve mais se renouvelant, mettant en avant des symboles de Roubaix, deuxième cité de la région Nord Pas-de-Calais, première place mondiale du négoce de la laine :

le Parc Barbieux, poumon vert et fierté de la ville, « le beau jardin » qui couvre 33 hectares à l’entrée de Roubaix,

les Ballets du Nord, compagnie ayant fait le tour du monde, image de la jeunesse de la ville,

la VPC : près d’un colis par français est expédié à partir des célébres catalogues de Roubaix,

les écoles d’ingénieurs et de commerce qui forment des cadres bien formés pour ses entreprises dynamiques

et le futur centre de communication Motte-Bossut : le Téléport reliera Roubaix, par satellite, avec le monde entier.

Anecdote amusante : chaque année les organisateurs du jeu envoient des circulaires de candidatures aux villes susceptibles de les intéresser et choisissent ensuite entre toutes celles qui lui sont retournées. Or pour le Nord Roubaix était cette année en concurrence avec Lille et l’a emporté sur la « capitale »du Nord. Le 31 juillet c’est donc Roubaix qui accueille Guy Lux et Simone Garnier tandis qu’à Cavaillon Léon Zitone anime le jeu.

Pour faire patienter les futurs spectateurs, Nord-Eclair dévoile, au long du mois de juillet, les 4 jeux qui vont se dérouler à Roubaix tels que : le parcours du mauvais coucheur, les bouddhas menacés finalement remplacés par les belles pelotes de Roubaix, les géants du Nord, le pillage de la banque…tandis que 4 autres jeux se déroulent à Cavaillon.

Présentation des épreuves dans le programme (Documents archives municipales)
L’affiche annonciatrice de l’événement (Documents archives municipales)

Par ailleurs est organisée au parc des sports une journée de sélection des champions qui, parmi les 160 candidats, seront choisis pour représenter la ville de Roubaix face à Cavaillon. Ainsi, les 2 capitaines roubaisiens, celui qui dirigera l’équipe sur place et celui qui encadrera l’équipe présente à Cavaillon, ont concocté un petit parcours du combattant pour les valeureux candidats.

Il s’agit d’un parcours de débrouillardise exigeant tour à tour équilibre, adresse, vitesse, maîtrise de soi et réflexion. Par exemple ils sont conviés au passage sur une poutre, un lancer de balles de tennis dans des petits ronds, le maniement de balle avec les mains puis les pieds, un lancer de médecine-balls : parcours chronométré avec des pénalités pour chaque erreur.

Les candidats champions (Documents Nord-Eclair)

Puis d’autres ateliers sont proposés : vitesse avec accélérations et changements de direction, tractions à la barre fixe, tirs à la corde etc : une palette de jeux destinée à savoir qui peut faire quoi. La force physique ne suffit pas ; il faut savoir garder son calme, se maîtriser, oublier le trac, ne pas perdre tous ses moyens face à l’enjeu. Il faut 25 titulaires et 25 remplaçants dans l’équipe qui reste sur place comme dans celle qui se déplace.

Les candidats champions (Documents Voix du Nord)

En plus des épreuves physiques et sportives, les candidats devront répondre à des questions faisant appel aux connaissances dans deux épreuves intellectuelles dont les sujets se répartissent en quatre thèmes : histoire, géographie, sport, actualité et vie quotidienne. Pour les cerveaux roubaisiens, trois postes sont à pourvoir pour lesquels quelques valeurs sûres sont pressenties : 2 spécialistes roubaisiens des jeux télévisés et radiophoniques, véritables petites encyclopédies ambulantes ainsi qu’un professeur d’histoire géographie et un journaliste.

Les champions représentant la ville à Roubaix et à Cavaillon (Document Nord-Eclair et le Provençal)
Les capitaines des 2 équipes et le coq (Documents Voix du Nord)

Parallèlement et pendant plusieurs semaines, les employés des services techniques de la ville construisent les accessoires des jeux. Le cahier des charges est clair : TF1 se charge de toutes prestations techniques et cars régie, de la lumière et de la sonorisation des lieux; la ville se charge de la construction des jeux qui s’y déroulent, des décors, d’un podium intégré dans les tribunes pour accueillir présentateur et personnalités, des tribunes pour l’accueil de 5000 personnes et 3 à 4 tours lumière.

Guy Lux vient en fait les mains dans les poches et c’est à la municipalité de faire construire plateau et accessoires. C’est Jean-François Deccuber, directeur du département Ateliers du centre technique municipal qui dirige les travaux d’après des croquis des jeux expédiés par l’équipe de TF1 qui a travaillé depuis Paris sur la base d’un plan de la Grand Place de Roubaix.

Guy Lux amène son sourire et son talent d’animateur (Document Nord-Eclair)

Remerciements aux archives municipales.

A suivre…

Le premier maire de l’après seconde guerre

Louis Dornier (1890-1950) Photo Ville Wattrelos

C’est suite au décès de son premier magistrat Florimond Lecomte que Wattrelos se découvre un nouveau maire : Louis Dornier, faisant fonction dès le mois de mai 1944, qui devient maire en septembre, quelques jours après la libération de la commune. Il le restera huit mois, jusqu’aux élections municipales des 29 avril et 13 mai 1945.

Louis Dornier est né à Wattrelos le 11 juin 1890 dans le hameau du Petit Tournai. Il est le dernier enfant d’une fratrie de sept. Professionnellement il est lithographe, puis commerçant libraire. Il est encore soldat au 41e régiment d’artillerie de Douai, lors de son mariage avec Laure Maria Cossement le 6 décembre 1912 à Wattrelos, en présence de ses deux frères Jules et Emile.

Louis Dornier a participé à la première guerre mondiale : on le retrouve notamment au 2e régiment d’artillerie coloniale (2e RAC) , 13e régiment d’artillerie (13e RA) , 41e régiment d’artillerie (41e RA) , 59e régiment d’artillerie (59e RA) , 255e régiment d’artillerie de campagne (255e RAC).  Il est d’abord engagé contre l’Allemagne et ses alliés jusqu’en novembre 1915, puis sur le front d’Orient de décembre 1915 à juillet 1919. De retour à la vie civile en octobre 1919, il est titulaire de la croix de guerre, et des médailles de Serbie et d’Orient.

Louis Dornier est secrétaire général de la section wattrelosienne du Parti socialiste en 1920. Entré au conseil municipal en 1924, il sera adjoint d’Henri Briffaut dès 1935, puis premier adjoint de Florimond Lecomte. Il exerce les fonctions d’administrateur de l’Hospice Hôpital depuis novembre 1939. Il sera responsable du service de ravitaillement pendant la guerre.

Florimond Lecomte, maire de Wattrelos, décède le 21 mai 1944, Louis Dornier fait alors fonction de maire. En octobre 1944, il est procédé à l’installation de la délégation municipale. Jules Deldalle, président du comité local de la libération, donne communication de l’arrêté préfectoral désignant les membres de la délégation municipale. Louis Dornier est désigné président et maire, il installe les membres, puis prononce un magnifique discours dans lequel il rappelle le souvenir d’Henri Briffaut et de Florimond Lecomte, anciens maires, et il déclare que l’administration municipale tiendra permanence à la Mairie comme elle l’a toujours fait pour servir la population.

Il est décédé le 4 août 1950 quelques mois après avoir reçu la médaille d’honneur communale de Wattrelos en mai 1950. En son honneur la rue des Fleurs devient la rue Louis Dornier.