Carrefour Market Hem

A la fin des années 1990 l’entreprise de Teinturerie Meillassoux et Mulaton, sise rue du Général Leclerc à Hem depuis 1952, ferme ses portes. Elle est radiée du registre du commerce et des sociétés en février 1997 soit après presque un siècle et demi d’existence. Une photographie aérienne de 1995 montre un terrain boisé au futur emplacement du supermarché, le long de la voie d’accès à l’usine.

Photo aérienne de 1995 (Document IGN)

Sur une partie de l’ancien terrain qu’elle occupait se construit en 1995 un supermarché à l’enseigne PG (Prix de Gros). L’enseigne existe depuis les années 1960 et a été revendue par la famille de son créateur Jean Muselet en 1994 au groupe Delhaize-Le-Lion et prépare alors 20 implantations sur la métropole lilloise.

Enseigne du supermarché PG (Document Enseignes Disparues)

Le supermarché de Hem fait partie de ce programme. Installé sur une surface de 1200 mètres carrés, le magasin posséde un parking de 90 places et emploie 35 salariés, dont 25 hémois, sous la direction de Mr Colpaert, ancien commerçant de la rue Gambetta à Lille. On y trouve un rayon pain et point chaud, un rayon poissonnerie, un stand crémerie, des surgelés en plus des traditionnels rayons produits secs, bazar et liquides mais surtout un rayon boucherie.

Le magasin en fin de chantier, le secteur produits frais, le directeur Mr Colpaert et la mise en rayons (Documents Nord-Eclair)

Dès 1998, l’enseigne PG disparaît au profit de l’enseigne Stoc, fondée par la famille Badin-Defforey, puis devenue une filiale des Comptoirs Modernes, suite à un accord de cession avec ceux-ci. Sur la photo aérienne de 1998 on voit clairement, à la place de l’ancien terrain boisé, le supermarché et son parking.

Photo aérienne de 1998 (Document IGN)
Nouvelle enseigne Stoc (Document enseignes disparues)

Pourtant dès la fin de l’année 1998, le groupe Carrefour prend le contrôle des Comptoirs Modernes puis en 1999 fusionne avec Promodès et la totalité du parc des supermarchés passe alors sous l’enseigne Champion. En novembre 2000, est lancée l’opération publi-promotionnelle « 1000 Champions en fête » point d’orgue du passage à l’enseigne Champion des 490 magasins Stoc.

Photo aérienne de 2000 (Document IGN)
Changement d’enseigne (Document Nord-Eclair)
Nouvelle enseigne Champion (Document site internet)

Concrètement pour les clients, ce nouveau changement d’enseigne ne change pas grand chose. L’équipe et l’organisation du magasin restent les mêmes. La carte de fidélité Iris reste en service. Pourtant quelques améliorations sont à noter puisque les produits Champion vont progressivement faire leur entrée dans le magasin.

Publicité de 2000 (Document Nord-Eclair)

L’effectif salarié reste le même à savoir 32 personnes. Le directeur Jérôme Lesay explique que le magasin joue la carte du partenariat local en répondant dans la mesure du possible aux sollicitations des associations et des écoles et en étant partenaire de la course Oxyg’Hem.

Photo du magasin Champion en juin 2008 (Document Google Maps)

C’est fin 2007 que l’enseigne Carrefour Market voit le jour et dès 2008 elle est la 2ème enseigne de supermarchés en France. La gamme de produits Champion disparaît progressivement entre septembre 2008 et août 2009 et l’enseigne a quasiment disparu en fin 2009. A Hem dès la fin de l’année 2008 l’enseigne Carrefour Market a remplacé Champion et le magasin est par la suite agrandi et rénové.

Photo du magasin Carrefour Market en Novembre 2008 puis 2017 (Documents Google Maps)
Le panneau avec enseigne à l’entrée du parking en 2008 puis 2015 (Documents Google Maps)

En 2014, l’installation d’un Carrefour Drive est tentée dans la zone Marcel Lecoeur au 35 rue Colbert à Hem où se trouve déjà installé le Leclerc Drive. Le système est le même pour les 2 enseignes en ce qui concerne la récupération des commandes mais Carrefour, à l’inverse de Leclerc, bénéficie d’une surface intérieure plus grande où les produits peuvent être stockés.

Mais la concurrence est rude et Carrefour Drive rue Colbert ferme 2 ans plus tard. Carrefour Drive Market prend le relais, en 2019, avenue du Général Leclerc à Hem. A cette occasion des photos de l’inauguration sont diffusées par la municipalité.

Carrefour Market Drive en 2019 (Document Ville de Hem) et photo du magasin en 2019 (Document Google Maps)

Le supermarché hémois du Centre Ville créé en 1995 a donc été adopté par les habitants et, malgré les nombreux changements d’enseigne, il a su conserver sa clientèle près de 30 ans plus tard. Il a également su suivre l’air du temps en se dotant d’un drive.

L’intérieur du supermarché en 2020 (Document site internet)
L’extérieur du supermarché et une vue aérienne en 2022 (Document Google Maps)

Remerciements à la ville de Hem

Le basket ball à Hem (suite 2)

La première journée des interdistricts est organisée en mars 2000, sous la présidence par intérim de Karim Brahimi (Christian Descamps ayant renoncé à la présidence pour raison de santé). 200 joueurs de 12 et 13 ans, garçons et filles, s’affrontent dans une série de petits matchs et sont observés et notés par des spécialistes. La Commission Technique Départementale se rend ainsi compte du niveau départemental des benjamins et benjamines et peut préparer la sélection 2000/2001.

Les 1ers Interdistricts à Hem en 2000 (Document HSBB)

En mai 2000, Karim Brahimi est élu à l’unanimité président du HSBB et reçoit, ainsi que l’ensemble de l’équipe, les félicitations de Mrs Vercamer, maire de la ville, et Saint-Maxent, adjoint aux sports pour le dynamisme du club, notamment au niveau de son école de basket et des résultats des joueurs. D’ailleurs, à la fin de cette saison la presse locale titre HSBB une saison formidable !

Election de Karim Brahimi à la présidence du club en 2000 et le gros titre de la presse locale en fin de saison (Documents Nord-Eclair)

Et l’année suivante c’est par 2 jours de festivités non-stop que le HSBB fête son 35ème anniversaire. Au delà de ses exploits sportifs le club se veut avant tout une grande famille accueillante et généreuse qui accueille près de 200 licenciés dans une salle remise aux normes et nantie d’un club-house pimpant. Il bénéficie d’une école de basket et même d’une section baby. Son bilan explique largement la lettre de félicitations adressée au président par le Comité Départemental Nord de Basket-Ball District Terrien.

Les 35 ans du club et la lettre de félicitations à Karim Brahimi (Documents Voix du Nord et HSBB)

Dans les années 2000-2010, sous la présidence de Karim Brahimi, le club est l’un des plus gros de la région et compte plus de 260 licenciés et 12 entraîneurs et bénéficie, à compter de 2003, du label national des écoles de basket, reconnaissance de la grande qualité de la formation des jeunes. En 2005, l’école hémoise recevra de la fédération française le titre d’Ecole Nationale.

Le club, non content de cumuler les succès sportifs, répond aussi présent quand il s’agit de soutenir de grandes causes telles que le Téléthon, les Restos du Coeur, Oxyg’Hem…Et en 2004, la première « poussinade » du cœur est organisée au profit de Ludopital.

Baptiste Brahimi, neveu du président âgé de 12 ans a en effet dû subir 2 opérations du cœur et a pu apprécier l’action de cette association au bénéfice des enfants hospitalisés. Il en est le parrain mais décède malheureusement quelques mois après avoir reçu le chèque à l’intention de l’association. La « poussinade » du cœur continuera ensuite à être organisée chaque année par le club.

L’école de basket labelisée en 2003 et première « poussinade » du cœur en 2004 avec Baptiste Brahimi pour parrain (Documents Nord-Eclair et Voix du Nord)

En 2010, la vieille salle Delcourt laisse la place à une toute nouvelle salle construite à la même place à côté du collège Raymond Devos. A peine construite cette salle subit un incendie accidentel dû à des étincelles projetées par des ouvriers travaillant à l’étanchéité du garage à vélos du collège tout proche. La nouvelle salle revêtue de bois nécessite l’intervention d’une vingtaine de pompiers durant près de deux heures pour venir à bout des flammes et de grandes quantités d’eau s’infiltrent par la toiture, rendant la salle inutilisable pour quelques temps et obligeant le club à recevoir à domicile à…Forest-sur-Marque.

L’incendie de la nouvelle salle Delcourt à peine construite en 2010 (Documents Nord-Eclair)

L’année suivante se déroule la première édition des « Trophem », lesquels ont pour vocation de récompenser celles et ceux qui ne comptent pas leur temps au sein des associations. Le trophée espoir est remis à cette occasion à Fanny Brahimi, la fille de Karim Brahimi. Celle-ci est en effet entrée au club comme joueuse à l’âge de 6 ans, avant de devenir bénévole à l’âge de 12 ans, quand elle commence à donner un coup de main à l’école de basket, et de valider son diplôme d’entraîneur à l’âge de 16 ans. Tout en poursuivant sa carrière de basketteuse elle encadre l’Ecole de Sport et prépare les enfants à intégrer la catégorie poussins ; en parallèle elle est animatrice des centres aérés et obtient un poste de directrice adjointe en 2010.

Première édition des « trophem » et le trophée espoir pour Fanny Brahimi (Documents Nord-Eclair)

Parallèlement à ses succès sportifs et aux distinctions obtenues par les dirigeants et membres du club la solidarité continue à tenir une place centrale pour le HSBB qui remplit les paniers de la Banque Alimentaire et continue à se montrer solidaire des Restos du cœur, notamment en 2013 et 2015. Par ailleurs chaque année l’USBB participe à l’opération Téléthon.

Soutien aux Restos du Coeur en 2013 et 2015 et Téléthon en 2022 (Documents Voix du Nord et HSBB)

C’est sous ces bons auspices que le club fête ses noces d’or en 2015, organisant une exposition , un match de gala, un barbecue et une soirée dansante. 300 spectateurs sont présents dans les gradins et des clubs amis sont là tels que les clubs belges d’Estaimpuis et Templeuve, mais aussi ceux de Ronchin, Armentières, Croix et Tourcoing, pour affronter les 19 équipes que compte le HSBB.

Noces d’or en 2015 (Documents Voix du Nord)

En 2017, le palmarès sportif met à l’honneur, parmi d’autres hémois, André Ninrinck, joueur au HSBB puis bénévole à l’école de basket, coach de plusieurs équipes au fil des décennies, créateur des « poussinades » du cœur et vice-président depuis 10 ans. Il est également membre de l’OMS depuis 20 ans et décoré de la médaille de bronze de la jeunesse et des sports. Durant la même année il reçoit un « trophem » au titre de 40 ans de dévouement au basket et 40 ans de bénévolat au sein du HSBB.

Palmarès sportif et Trophem 2017 (Documents Tout Hem)

Un nouveau titre de championnes du Nord est fêté, en 2018, pour les benjamines du Club après le triplé pour les seniors filles. La presse locale titre que le HSBB brille par ses résultats. Et en 2021, ce sont les bénévoles qui sont mis à l’honneur pour leur longévité au basket club : les uns reçoivent des lettres de félicitations du département, les autres des médailles de la fédération française de basket-ball.

Titre de championne du Nord pour les benjamines en 2018 et triplé pour les seniors filles ; le club brille par ses résultats (Documents Voix du Nord)
Les bénévoles à l’honneur en 2021 (Document Voix du Nord)

L’année 2022 est assombrie par le décès de Jean-Marie Delaey, surnommé Mr Basket, engagé au club depuis 56 ans, club dont il a été secrétaire puis vice-président. Enfin en 2023, le label citoyen récompense le HSBB (valable pour 3 saisons sportives), label qui récompense les efforts et actions hors compétition sportive pour favoriser le lien social et le vivre ensemble.

Photo de JM Delaey décédé à l’âge de 74 ans en 2022 (Document Historihem)
Obtention en 2023 du label citoyen (Document Voix du Nord)

A n’en pas douter le club Hem Sport Basket-Ball qui fêtera ses 60 ans en 2025, a tous les atouts dans sa manche pour faire de ce nouvel anniversaire une ode non seulement au sport mais aussi au dévouement aux autres et au bénévolat ainsi qu’à la bonne humeur et la convivialité.

Vue panoramique de la salle Delcourt en 2022, photo de l’extérieur et de l’intérieur de la salle en 2023 ; Karim, André et Bernadette (la secrétaire) en 2023 (Documents Google Maps et IT)

Vous pouvez, si vous le souhaitez, découvrir ou redécouvrir de nombreuses autres photographies sur le sujet  sur  le site de l’association Historihem : http://histori.hem.free.fr/ ou https://historihem.fr

Remerciements à Karim Brahimi et André Ninrinck et à l’association Historihem

Café d’ Hem Bifur

Au début du vingtième siècle, à l’entrée de la rue Jules Guesde, en venant du centre de Hem, côté pair il n’y a que des champs. En témoignent ces deux cartes postales du début du siècle sur lesquelles figure l’ Ecole Pasteur, côté impair.

CPA Ecole Pasteur années 1900 (Documents collection privée)

Puis une vue panoramique du carrefour de la rue Jules Guesde et de la rue du Docteur Coubronne, en 1933 ainsi qu’en 1962, montre un petit groupe de bâtiments côté pair, entouré de champs.

Photos aériennes de 1933 et 1962 (Documents IGN)

A l’issue de la 2ème guerre mondiale, à la libération fin 1944, une photo montre au carrefour un chariot de la Croix-Rouge attendant de connaître son point d’affectation tandis que des secouristes recensent les moyens en chevaux et voitures pour évacuer les sinistrés suite aux explosions des dépôts de munitions sur la propriété de « La Marquise ».

Photo de la Croix-Rouge en 1944 avec le bâtiment du n°2 rue Jules Guesde en arrière plan (Document Hem Images d’hier)

C’est Jules Duquesne qui s’ installe au numéro 2 rue Jules Guesde en tant que tonnelier et tenancier d’un café. Celui-ci a pour enseigne : « A Hem-Bifur » et la tonnellerie s’appelle Tonnellerie de la Bifurcation.

CPA représentant l’estaminet/tonnellerie (Documents collection privée)
En-tête d’une enveloppe de la tonnellerie datant de 1954 (Document Mémoire en Images de Hem)

Le nom ne doit rien au hasard ; il est également celui de la station située face au café et matérialisée par un abri, appellation due à la bifurcation entre les lignes de tramway de Lille à Leers et de Roubaix à Hem. Le virage effectué par le tramway à cet endroit correspond à la fin de la rue de Lille (aujourd’hui rue du Général Leclerc) et au début de la rue de la rue de Lannoy (aujourd’hui rue Jules Guesde).

Extrait de BD relative au nom du carrefour (Document Au Temps d’Hem) et photo du bus arrivant à la station dans les années 60 (Document Nord-Eclair)

Au café Hem-Bifur, le samedi soir chacun y va de sa chansonnette. Le coulonneux chante « ses écaillis » et le coqueleux « les coqs » et une chanson sur les quartiers de Hem est reprise en choeur sur l’air de la Cantinière.

Paroles de la chanson (Document Hem 1000 ans d’histoire)

La famille Duquesne, Jules d’abord puis Mme Duquesne puis enfin Maurice, exploite le café jusqu’au début des années 1970, tandis que la tonnellerie s’arrête avec Jules. L’activité presse s’ajoute à celle du café par la suite. Les champs à cette époque entourent toujours le petit groupe de bâtiments.

Photo aérienne des années 1970 (Document collection privée)

C’est la famille Mylle qui rachète alors les murs et reprend le commerce, où est proposée de la petite restauration et qui devient le siège des supporters de l’USH, l‘Union Sportive Hémoise, née en 1964 de la fusion du Club de Football du foyer Saint Corneille et du Football-Club de Hem. Elle le développe également en ajoutant dans un bâtiment annexe jouxtant le café, au n° 2 bis, une boucherie chevaline, laquelle se situait auparavant au 240 rue Jules Guesde.

Publicité café Hem-Bifur (Document Historihem)

Jean-Marc et Didier Mylle, 2 jeunes bouchers pensent en effet qu’il manque une boucherie à Hem Bifur. L’inauguration de la boucherie chevaline a lieu en 1977. Le magasin est traité à la manière rustique et campagnarde mais bénéficie en revanche du matériel de présentation et de conservation le plus élaboré.

L’atelier de préparation et la chambre froide sont agencés avec le souci permanent de préserver une viande de haute qualité dans les meilleures conditions d’hygiène et de fraîcheur. A l’occasion de l’ouverture un cadeau est prévu pour chaque acheteur et le journal Nord-Eclair met en lumière le nouveau commerce hémois.

Inauguration de la nouvelle boucherie chevaline (Document Nord-Eclair)

Publicité boucherie années 1979 et 1983 (Documents Nord-Eclair)

Dans les années 1980, une crémerie volaillerie s’installe, en la personne de Mme Mylle-Duquesne, au 68 rue du Docteur Coubronne, dans le bâtiment voisin de l’autre côté du café d’Hem Bifur, tandis que la boucherie Didier Mylle demeure au 2 bis rue Jules Guesde. Le café quant à lui est alors exploité par Roger Baert Piriou pendant quelques années.

Enfin le café est repris par le couple Depaemelaere au milieu des années 80, et devient alors également le siège hémois des supporters du Vélo-Club de Roubaix, lequel possède également un club à Roubaix au café Delchambre, rue de l’Hommelet, et un club à Leers, au café de l’Entente .

Publicité café Depaemelaere (Document Historihem)

Au n°2 bis, dans le même temps la boucherie chevaline cède la place à un salon de coiffure. Il s’agit du salon exploité par Jean-Noël Craissin, lequel était auparavant installé au n° 5 Place de la République dans le bâtiment jouxtant le commerce de fruits et primeurs Desprets.

Publicités du salon de coiffure (Documents collection privée)
Photos du salon dans les années 80 et près de 40 ans plus tard au moment de sa fermeture (Documents Historihem et Google Maps)

En 2003, lors de festivités dans la cadre du jumelage de la ville de Hem avec celle de Wiehl en Allemagne, on retrouve au carrefour d’Hem Bifur le café en arrière plan d’une photo des personnes costumées participant au défilé.

Défilé dans le cadre du jumelage Hem-Wiehl (Document Facebook Ville de Hem)

Mais en 2008,  Jean-Marc Mylle décide de tourner une page. Avec son frère, il reste propriétaire des murs que ses parents avaient racheté à la famille Duquesne, il y a 35 ans mais cède le fonds de commerce à la Banque Populaire. Comme il avait fait faire par un ami, Fabrice Dedryver, des fresques représentant le Hem d’autrefois que les clients pouvaient contempler en sirotant leurs verres, il décide d’en faire don à l’association Historihem.

Les fresques ornant l’intérieur du café au moment de sa fermeture (Documents Historihem)
Remise des fresques par JM Mylle à P Drouffe (Document Historihem)

Près de 100 ans après son ouverture le café Hem-Bifur a donc cédé la place à une agence bancaire après quelques travaux et le salon de coiffure a ensuite été remplacé par un commerce de pizzas à emporter. Le carrefour d’Hem-Bifur qui avait déjà perdu ses pavés et ses rails de tramway a donc radicalement changé d’image et une photo aérienne récente permet de constater à quel point le gros village des années 1970 a laissé définitivement la place à la ville.

Bâtiment en travaux en 2008 et agence bancaire en 2021 (Documents Google Maps)

Pizzaria Jo Happy Day en 2021 (Document Google Maps)

Photo aérienne du carrefour actuel (Document Google Maps)

Remerciements à la ville de Hem, l’association Historihem, et à Jacquy Delaporte pour ses ouvrages Hem Images d’hier et Hem 1000 ans d’histoire, ainsi qu’à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem.

Le basket ball à Hem (suite 1)

La décennie 1980 est celle de l’arrivée au club dans l’équipe masculine Seniors de Karim Brahimi qui avait fait ses premiers pas à Hem à l’âge de 12 ans, avant de jouer sur Roubaix pendant 8 ans. Il devient ensuite entraîneur, de même qu’André Ninrinck qui joue alors avec lui dans l’équipe. Très vite, le club compte 12 équipes. Dès le début des années 1980, les filles montrent leur potentiel en se classant championnes régionales et départementales pour les benjamines. Elles sont bientôt suivies par les minimes qui arrivent également jusqu’aux 16èmes de finale de la coupe de France Espérance en 1984.

L’équipe seniors en 1981 dans laquelle évoluent Karim Brahimi et André Ninrinck (Document USBB)
Les Benjamines en 1982 et les minimes en 1984 (Documents Historihem)

Eric Sanderson, un jeune américain passionné de basket, venu parfaire son français dans un lycée roubaisien en 1985, s’inscrit au club de Hem avant de repartir pour son Illinois natal en compagnie de Jean-François Mulliez. Peu à peu l’idée d’un échange entre américains et hémois émerge. En 1988, ce sont les All Stars américains du basket allemand qui passent faire une démonstration de leur talent à la salle Delcourt où Mme Massart est présente pour le coup d’envoi. L’initiative sera renouvelée l’année suivante.

Les All stars à Hem en 1988 et en 1989 (Documents Nord-Eclair)

Après une collecte de fonds imaginative et compliquée, et la recherche de sponsors, c’est au tour de 15 joueurs et joueuses du club hémois de s’envoler pour les Etats-Unis, projet dont l’initiative revient à Karim Brahimi, entraîneur des juniors et André Ninrinck. Après une visite touristique sur place, à New-York et Chicago, les hémois disputent un match contre des universitaires renforcés de Lester Rony, ex Chicago Bull, dans la salle d’une école pouvant accueillir plus de 2000 spectateurs, souvenir inoubliable pour le club.

La visite touristique des joueurs à New-York et chez Eric Sanderson (Documents USBB)
Les hémois aux Etats-Unis (Documents Nord-Eclair)

En 1990, c’est Eugéne Delcourt, membre du club de longue date qui devient président en lieu et place de Mr Deveyer Jacques, démissionnaire pour raison de santé. On retrouve à cette occasion parmi les membres actifs un certain Jean-Marie Delaey, ancien capitaine d’équipe enfants déjà cité et Karim Brahimi, entraîneur, qui reçoit une médaille de l’Office Municipal des Sports (OMS) d’Hem pour son dévouement.

L’assemblée générale de 1990 et l’élection du nouveau président avec les responsables en médaillon (Document Nord-Eclair)

En avril de l’année suivante le club, qui compte dorénavant 160 licenciés, fête ses 25 ans en organisant un match de gala. D’abord un derby oppose la jeune garde de Tourcoing à l’AS Ronchin, puis Berck est opposé à une sélection zaïroise de Belgique renforcée par deux américains. Enfin, un tournoi oppose les équipes d’Hem à des formations étrangères : anglaise, belge, écossaise. Au dernier moment l’équipe anglaise n’ayant pu venir, l’un de leurs joueurs fait seul le déplacement et s’intègre à l’équipe hémoise. Quant aux écossais, le club d’Hem leur réserve une petite surprise en défilant en kilt…

Les 25 ans du club (Documents Nord-Eclair et la Voix du Nord)
Un anglais dans l’équipe hémoise, le défilé de celle-ci en kilt en l’honneur des invités écossais à la salle Delcourt (Documents HSBB)

Chaque année le club organise un tournoi pour la fête du 8 mai et ce depuis 5 ans déjà mais il s’investit aussi dans les causes qui lui tiennent à cœur, tel que le tournoi au profit de Handicap International en 1992 : la rencontre sportive s’enrichit alors d’une dimension humanitaire. La journée commence par une démonstration effectuée par 2 équipes de handisport et se poursuit avec des équipes valides française, belge et zaïroise ainsi que les désormais habitués All Stars.

Le match handisport et l’équipe qui pose, l’équipe Zaïroise, la Courtraisienne et la Liévinoise (Documents Voix du Nord et USBB)

L’équipement de la salle Delcourt s’enrichit en 1994 d’un panneau d’affichage électronique offert par la municipalité et à cette occasion un pot d’inauguration est offert par le club, en présence des élus aux sports Mrs Delbergue et Saint-Maxent. Le HSBB compte alors plus de 200 licenciés, 13 équipes engagées en championnat de fédération française et une école de basket.

Nouvel équipement pour la salle Delcourt (Document Historihem)

L’année suivante, en novembre 1995, a lieu un match exceptionnel à la salle Delcourt entre 2 équipes de haut niveau à savoir : les 59/62 promotion basket contre la Black Jump Selection en match de gala. Pour l’occasion près de 800 spectateurs se pressent dans les gradins de la salle Delcourt pour assister au succès de la Black Jump Selection au terme d’un match très disputé.

Les 2 équipes, des athlètes impressionnants et des gradins archicombles (Documents USBB)

Puis ce sont ses trente ans que fête le club en 1996. Eugéne Delcourt, son président est un homme heureux. Les piliers du club : Jean-Marie, Karim et Dédé le sont tout autant. La fête, qui dure 4 jours, est réussie : les 13 équipes en démonstration rencontrent leurs amis du nord de la France mais aussi de Belgique, et d’Angleterre. Enfin un match spécial oppose les anciens de la Saint Joseph à ceux d’ Hem Sports devant les élus désireux de soutenir un club qui fait la fierté de la commune.

Les 30 ans du HSBB en mai 1996 (Document Historihem)

La saison 96-97 voit le club se mobiliser fortement pour la manifestation Oxyg’Hem : ravitaillement, épongeage, inscriptions, organisation aux départs et arrivées des 3 courses et participation effective aux courses de joueurs, parents et dirigeants. C’est aussi l’année où le HSBB fait le pari de rapprocher les 25 clubs sportifs de la commune regroupés au sein de l’OMS dans un même élan humanitaire pour le relais de la chaîne du cœur au cours duquel 400 kg de marchandises sont récoltés pour les Restos du Coeur.

Oxyg’Hem et les Restos du Coeur (Documents Voix du Nord)

1997, c’est l’année d’un nouveau président Mr Christian Descamps, qui est dans le club depuis les débuts avec Eugène Delcourt, Jean-Claude Vandenabeele et bien sûr Jean-Marie Delaey. Tous ont vu le club grandir au fil des années et JM Delaey, qui possède une caverne d’Ali Baba du basket : coupes, maillots, paperasses, n’a pas souhaité accéder à la présidence, se contentant de la vice-présidence de même que Karim Brahimi.

Tous espèrent voir la salle Delcourt obtenir bientôt son club-house soit un lieu convivial pour se retrouver illustrant le côté chaleureux du HSBB. C’est chose faite en août 1999 et le club-house est inauguré par Christian Descamps en présence du maire Francis Vercamer et de son adjoint Pascal Nys et le champagne coule à flot pour fêter cet événement tant attendu.

Inauguration du club-house de la salle Delcourt (Document HSBB)

A suivre…

Remerciements à Karim Brahimi et André Ninrinck et à l’association Historihem

106 rue Jules Guesde

Alors que la ville de Hem, comme les communes avoisinantes, foisonnait d’estaminets au début du 20ème siècle, le n°106 de la rue Jules Guesde, soit l’une des 2 rues principales du centre ville était à cette époque une simple maison d’habitation. Le bâtiment ne devient un commerce et plus précisément un café que dans les années 1950.

A cette époque, et jusqu’au milieu des années 1960 c’est A Chastain qui en est l’exploitant. Puis lui succèdent M Lapage et enfin dans les années 1970 le couple Hayart. Le café Hayart fait alors également de la restauration rapide et dispose d’une salle pour réunion, d’un grand parc avec jeux pour enfants de de terrains de pétanque.

Publicité de l’année 1970 (Document Mémento public du CIT (Commerce industrie tourisme) de la ville de Hem)

Puis en 2008 le magazine de la ville Tout’Hem annonce le début des travaux dans l’ancien café destiné à devenir…une crèche, semi-privée et semi-publique. La ville s’associe en effet à la fondation « Rigolo comme la vie », du groupe Okaidi, pour la créer. Pour ce faire Okaidi rachète le terrain à la ville et s’occupe des travaux nécessaires à la transformation du local.

Quant au coût de fonctionnement, il sera pris en charge à 30% par la ville, l’entreprise et la CAF, et 10% par les familles, 6 places étant réservées pour les salariés de l’entreprise et 10 pour les familles hémoises. Dans cette partie de la ville n’existait pour le moment que le système de crèche familiale à domicile, laquelle fête alors ses 30 ans.

La maison en travaux en 2008 (Document Tout’Hem) et la façade de la crèche en 2022 (Document Google Maps)

Lorsque la structure ouvre en fin 2008, elle accueille 22 enfants entre 3 mois et 4 ans. Edwige Theeten dirige cette crèche multi-accueil en compagnie de 4 professionnelles : une éducatrice spécialisée, co-responsable, une éducatrice de jeunes enfants, une auxiliaire de puériculture et une animatrice petite enfance.

L’accueil des enfants à partir de décembre 2008 (Document Nord-Eclair)

C’est la pédagogie Loczy (méthode hongroise) qui est appliquée dans la crèche : chaque enfant est encouragé vers l’autonomie et les soins sont individualisés. Les parents sont impliqués et il existe un cahier de vie, où l’on retrouve photos et commentaires de la semaine, qui permet de relier les 2 lieux de vie de l’enfant : la crèche et la maison.

L’ancienne maison est équipée d’un grand espace de vie, de 2 chambres et d’une nurserie. Le cadre de vie est sécurisé, adapté au développement des petits et à l’accueil de leurs familles.

Photos de l’intérieur (Documents site internet)

La crèche est équipée d’un espace extérieur qui fait écho au parc avec jeux pour enfants du café Hayart. Le jardin et la terrasse en sol souple ont été aménagés de manière à sécuriser les moments passés par les enfants à l’extérieur. La vue panoramique permet de se faire une idée de l’ensemble.

Photos de l’ espace extérieur (Documents site inernet)
Photo panoramique du 106 rue Jules Guesde et pal (Documents IGN et Google Maps)

Rigolo comme la vie crée, gère et manage la structure comme la dizaine d’autres établissements créés dans la métropole. Les crèches suivent bien sûr, comme il se doit, les réglementations de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) et de la PMI (Protection Maternelle Infantile).

Il est Rigolo (comme la vie) de constater comment un ancien café a pu devenir une crèche 50 ans plus tard.

Remerciements à la Ville de Hem

Le basket ball à Hem

Le 27 décembre 1893 est présenté comme la date de la « première partie de basket-ball disputée en Europe », en l’occurrence à Paris. Toutefois «  la sauce ne prend pas de suite en France » et, si des championnats nationaux de basket-ball sont organisés en 1921,  il semble qu’il faille en chercher la raison au cours de la première guerre mondiale et plus particulièrement au cours du séjour du corps expéditionnaire américain en France entre 1917 et 1919. Mais la date majeure est en réalité le 25 juin 1932, date de création de la Fédération française de basket-ball (FFBB). 

L’exercice de ce sport commence à Hem comme beaucoup d’autres sports : au sein du patronage des églises Saint Corneille et surtout Saint Joseph. Les équipes portent alors le nom de la paroisse qu’elles représentent. Ainsi la Saint Joseph reste active jusque dans les années 1950-1960, participant régulièrement à des tournois entre communes. C’est alors Mr Marcel Rosseau, anciennement secrétaire, qui préside le club.

La Saint Joseph dans les années 1950-1960 (Documents Historihem)

C’est en mai 1965 que nait le HSBB ou Hem Sport Basket Ball, créé par des nostalgiques de la Saint Joseph. La déclaration en préfecture de l’association Hem Sports indique pour président Francis Callens et pour vice-président Marcel Rosseau qui, 2 ans plus tard, est médaillé d’honneur de la jeunesse et des sports. Puis Daniel Voreux remplace Francis Callens, avant d’être lui même remplacé par Marcel Rosseau à la fin des années 1960.

Naissance du club et médaille d’honneur de la jeunesse et des sports, bons résultats des jeunes basketteurs d’Hem Sport (Documents Historihem et Nord-Eclair)

A cette époque, le club se compose d’une seule équipe dont les joueurs disposent d’un premier terrain extérieur derrière l’église Saint-Joseph puis d’un 2ème terrain extérieur sur une partie de l’ancien parc de la Marquise, devenu terrain municipal de sports après la fin de la deuxième guerre mondiale. Dans l’équipe des minimes, le capitaine Jean-Marie Delaey, se fait remarquer dès la fin des années 1960, alors que le club remporte des résultats prometteurs.

La salle Blaise Pascal (intérieur et extérieur) (Documents ville de Hem)
Vue de la rue et vue panoramique en 2023 (Documents Google Maps et site internet)

A la fin des années 1960, une première salle des sports est enfin mise à la disposition du club, qui s’est agrandi, dans le quartier des Hauts-Champs : la salle Blaise Pascal. Cette salle qui accueille également la gymnastique avec la Vaillante restera la salle du basket jusqu’au milieu des années 1970. Ainsi fin 1968, les 56 licenciés du club y sont reçus au moment de Noël, notamment pour fêter le titre de champion 68-69 brillamment remporté par les benjamins.

La brillante victoire des benjamins du club et la fête de Noël à la salle Blaise Pascal (Documents Historihem)

Sous la nouvelle présidence de Jacques Deveyer, les cadets s’illustrent en coupe de France, au début des années 1970, même s’ils doivent s’incliner en 8ème de finale. Durant la saison 1971-72, l’un des minimes est appelé à devenir célèbre dans une autre activité sportive, à savoir Alain Bondue, futur champion cycliste. La fête, désormais annuelle, d’ Hem Sport a lieu à la salle Blaise Pascal sous le patronage du journal Nord-Eclair qui remet, en 1972, aux basketteurs de leur équipe seniors la coupe pour le challenge de la correction.

Les cadets en coupe de France, les minimes dont Alain Bondue à gauche, et la fête annuelle en 1972 (Documents Historihem HSBB)

Ce n’est qu’un début puisque, en 1973, alors que le club compte 80 licenciés, l’équipe masculine accède, pour la première fois, en excellence départementale. Durant cette même année, deux dirigeants du club : Eugène Delcourt, vice-président, et Arthur Lesage, trésorier, reçoivent, en récompense de leur dévouement à la cause du basket, la médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports des mains de René Cruypenninck, adjoint aux sports.

L’équipe masculine en excellence départementale et remise de la médaille de la Jeunesse et des Sports en 1973 (Documents Historihem)

Pour la saison 1974-75, six équipes du HSBB sont engagés dans les championnats de l’Union des Flandres. Et durant la saison 1977-78, une section féminine est créée au sein du club qui compte alors 7 équipes et plus de 130 licenciés. C’est également en cette deuxième partie de décennie 1970 que le club obtient une nouvelle salle :la salle Delcourt, située 52 rue Jean Jaurés, sur le terrain du CES Albert Camus, pour y poursuivre son évolution. Mais son accès se fait alors par la cité des provinces (Rues d’Artois et de Picardie) et la salle ne sera désenclavée qu’en 1986 avec un accès direct par la rue Jean Jaurès.

La salle Delcourt des années 1970 (Document HSBB)
Saison 74-75 et 1976 création de la section féminine (Documents Historihem)
Désenclavement de la salle en 1986 (Documents Nord-Eclair)

A suivre…

Remerciements à Karim Brahimi et André Ninrinck et à l’association Historihem

Centre social des 3 baudets : la Maison de l’Enfance (Suite)

En 1992, le centre social des 3 Baudets connaît une 1ère liquidation judiciaire mais, dans la foulée, l’association nouvelle du centre social des 3 Baudets est créée, reprenant les activités anciennement gérées par la structure liquidée.

Dans le guide pratique « Tout hem en un » de l’an 2000, il apparaît que le Centre Social des 3 Baudets assure encore : l’accompagnement scolaire le soir tous les jours de classe, la garderie périscolaire, les mercredis récréatifs, et la Halte-Garderie « Les Titounets » pour les enfants âgés de 3 mois à 3 ans, 5 jours par semaine.

Le club des aînés, un lieu de rencontre et d’échange, avec organisation de sorties et de jeux de société y est encore actif. Des activités diverses sont organisées pour les adolescents ainsi que des activités sportives pour les jeunes adultes. Y sont également assurés des ateliers couture, dessin et arts plastiques. La bibliothèque met 1500 livres à disposition et 15 séances de cinéma sont organisées chaque année.

Pourtant cette même année, pour des raisons économiques le Centre Social des 3 Baudets et la Halte -Garderie « Les Titounets » ferment leurs portes. La structure, d’abord placée en règlement judiciaire est liquidée par le Tribunal de Commerce, faute de financeurs prêts à assumer le déficit existant, dû à priori à une gestion « hasardeuse ».

Liquidation du Centre social des 3 baudets (Document Nord-Eclair)

Sous l’impulsion d’un certain nombre d’habitants, hostiles à la fermeture définitive de ce lieu de vie collective, des bénévoles hémois y fondent alors l’association Espace de Vie Saint-Exupéry, en avril 2000. Le projet doit être travaillé pour un redémarrage du centre social en début d’année 2001.

Création de la nouvelle association (Document Nord-Eclair)

Cette association a pour but de permettre à nouveau le développement d’activités sociales et familiales dans les quartiers Trois Baudets et Lionderie, avec l’aide de la municipalité et de la CAF de Roubaix-Tourcoing. L’association gère et administre le centre social Espace de Vie Saint-Exupéry dont l’adresse se situe à l’arrière de l’historique Maison de l’Enfance, allée Saint-Exupéry.

Espace de Vie Saint-Exupéry en 2008 (Document Google Maps)

Les activités du Centre Social restent centrés sur les mêmes objectifs:

  • donner aux habitants l’accès aux droits (logement par exemple), à la culture et aux loisirs.

  • faciliter le parcours de soin des habitants en les informant et les orientant mais aussi en proposant des actions de prévention et en promouvant de bonnes pratiques en matière de santé

Logo de l’Espace de Vie (Document site internet)

L’Espace de Vie, c’est également à nouveau, depuis 2002, à la demande pressante des habitants, le Multi-Accueil « Les petits Tambours », accueil régulier et/ou occasionnel d’enfants âgés de 3 mois à 3 ans. L’équipe de professionnelles de la petite enfance y développe un projet décliné autour d’activités motrices, d’activités d’encastrement, de jeux symboliques… où l’enfant se découvre, découvre la collectivité, et adopte progressivement une autonomie plus grande. Les familles sont associées lors de temps enfants-parents tous les mercredis matins.

Les Petits Tambours en 2002 (Document Nord-Eclair)

20 ans plus tard « les Petits Tambours » accueillent toujours des enfants et figurent dans le guide du petit hémois 2021 édité par la municipalité. Un accueil de loisirs à la journée pour enfants de plus de 2 ans y est aussi proposé.

Guide du Petit Hémois 2021 (Document Ville de Hem)
Photos des Petits Tambours (Document Journal des Femmes)

Fonctionne toujours également « L’Envol », lieu d’accueil parents-enfants, qui permet aux parents de partager un moment privilégié avec leurs enfants autour du jeu et d’échanger avec d’autres parents ou futurs parents. En outre le centre social propose du soutien scolaire aux plus grands.

Centre de loisirs et soutien scolaire (Document site internet)

Pourtant, en 2020, dans le cadre du Projet de Rénovation Urbaine, la ville décide de construire un nouvel équipement public au coeur du quartier des 3 Baudets, sur le terrain en schiste, devant l’actuel centre social destiné quant à lui à déménager à la Lionderie (sur l’ancien site d’Okaidi, Impasse Desurmont), mais la ville de Hem précise : «Pour le raser, il va falloir attendre que le nouveau soit construit, soit quelques années encore».

Futur nouveau centre social des 3 Baudets à la Lionderie sur plan (Document Voix du Nord)
Emplacement du futur centre social des 3 baudets (Document Google Maps)

Seul le service petite enfance restera en fonction dans le nouveau bâtiment, d’une surface totale de 500 m², construit de plain pied, qui doit aussi être doté d’une salle de convivialité de 100m² pour les habitants et associations. Il hébergera donc la crèche du centre social « les petits tambours» qui accueille 20 enfants de 0 à 3 ans, dans un nouvel espace moderne, accessible et adapté. Lancé l’été dernier le chantier devrait se terminer en juin 2022.

Chantier de construction en décembre 2021 (Document Facebook Ville de Hem)

Cette construction doit être accompagnée d’un aménagement de la rue Bournazel avec une aire de jeux pour enfants, un espace vert et des stationnements pour les riverains à l’emplacement de la maison de l’enfance qui devrait être rasée.

Photo aérienne en 2020 (Document Google Maps)

Remerciements à la ville de Hem

Tissage Desurmont et fils (Suite)

Dans les années 1960 puis 1970 les établissements Desurmont Fils poursuivent leurs campagnes de publicités, tant dans les différents guides municipaux que dans la presse locale. En témoignent une publicité figurant sur le site Historihem et différentes coupures du journal Nord-Eclair, attestant les tentatives de l’entreprise de faire de la vente en direct d’usine, qui précédent pourtant la fermeture inéluctable de cet établissement presque centenaire.

Publicité des années 1960 (Document Historihem) et 1970 (Document Mémento public de Hem)
Publicités de la fin des années 1970 (Documents Nord-Eclair)

C’est à la fin des années 1970, en pleine crise, que les Ets Desurmont ferment leurs portes, à la suite de plusieurs autres grosses entreprises hémoises. Les anciens tissages Desurmont sont ensuite repris par Mr Dendievel, imprimeur à Roubaix. Dans l’annuaire de 1983 et le répertoire des commerçants et artisans de Hem de 1984 c’est donc Dendievel et fils, une imprimerie, qui apparaît au 279 rue Jules Guesde au bout de l’impasse qui porte aujourd’hui encore le nom de Desurmont.

Photo aérienne de l’entreprise en 1982 puis en 1988 (Document IGN)

L’imprimerie Dendievel, née en 1927, fondée par Eugène Dendievel, changée en SARL en 1948, installée dans les années 1960 au 69 rue des Arts à Roubaix a été transformée en SA en 1971 avec la venue de Claude Dendievel, son nouveau PDG. Elle a connu la lithographie, la typographie et l’Offset. Au fil des ans l’imprimerie s’est transformée et, en ce début des années 1980, elle s’est modernisée et dotée de matériel plus performant.

On peut ainsi citer l’achat, en 1976, d’une plieuse permettant, en une seule opération, le scellage, le gommage, et le pli portefeuille. Il faut dire que l’entreprise est spécialisée dans l’impression du dépliant publicitaire comme en utilisent alors La Redoute et les Trois Suisses, ses principaux clients.

Imprimés à la sortie des rotatives en 1984 (Document Nord-Eclair)

Et fin 1983, son PDG saute le pas et postule auprès de la chambre du commerce et de l’industrie de Lille-Roubaix-Tourcoing pour pouvoir bénéficier d’une opération tendant à promouvoir l’informatique dans les PME-PMI, en équipant une centaine de ces entreprises de micro-ordinateurs. L’entreprise Dendievel est retenue et désormais comptabilité et gestion sont traitées sur ordinateur.

Le bilan est positif d’après Claude Dendievel qui explique au journal Nord-Eclair : « la comptabilité n’étant plus externalisée mais traitée sur place, cela implique un gain de temps et d’argent. Les opérations fastidieuses sont terminées et la gestion peut être prévue à plus longue échéance. Le bilan de l’entreprise est connu à tout moment. Une comptabilité prévisionnelle peut être établie afin d’éviter les catastrophes. L’informatique c’est l’avenir des entreprises ».

Installation de l’informatique en comptabilité et gestion en 1984 (Document Nord-Eclair)

Vingt ans plus tard la SAS VDB Dendievel Imprimerie, alors dirigée par Jean-Daniel Decoster, ferme ses portes. Employant entre 40 et 100 personnes, la société est radiée du Registre du Commerce et des Sociétés en juin 2004. Et un an après c’est un établissement secondaire de la SAS Okaïdi, commerce de détail d’habillement, dont le siège social se situe 162 boulevard de Fourmies à Roubaix, qui s’installe au 279 rue Jules Guesde, pour une durée de 6 ans, soit jusqu’à l’été 2011.

Logo Okaidi (Document site internet)
Le 279 rue Jules Guesde au bout de l’impasse Desurmont en 2008 (Document Google Maps)

Lui succède, en 2012, la SARL GDP (Générale de Distribution de Papiers d’emballage), établissement spécialisé en récupération de déchets triés, une petite entreprise d’une dizaine de salariés, spécialiste de la transformation papier et carton, qui installe son siège social à Hem jusqu’en 2018, année au cours de laquelle elle le transfère à Linselles, dans son entreprise créée en 1989.

Logos de l’entreprise (Documents Hellopro et site internet )
Photo aérienne avant démolition (Document Google Maps)

Dans le projet de rénovation urbaine des quartiers Lionderie Trois Baudets, est prévu, en 2020, la déconstruction de l’ancienne imprimerie, également appelée friche Okaïdi. Le chantier doit démarrer par le curage et désamiantage des différents bâtiments, en préalable à la déconstruction des infrastructures puis à la remise en état du terrain sur lequel devrait s’élever à terme de nouveaux logements et un nouveau centre social des Trois-Baudets.

Le 279 rue Jules Guesde au bout de l’impasse Desurmont en 2022 (Document Google Maps)
Photo aérienne du terrain en fin d’année 2022 (Document Google Maps)

Remerciements à l’association Historihem et à la Mairie de Hem

Centre social des 3 baudets : la Maison de l’Enfance

C’est en octobre 1950 que s’ouvre la Maison de l’Enfance des 3 Baudets à Hem, au cœur de la Cité CIL érigée dans les années précédentes. Elle est inaugurée le 03 avril 1951 par Pierre Schneiter, ministre de la Santé Publique et de la Population.

La maison au cœur de la Cité CIL des 3 Baudets (Document IGN)
La façade de la maison dans les années 1950 (Document collection privée)

Côté santé publique, il s’agit d’un dispensaire complet, avec visites à domicile, nuit et jour, semaine et dimanche, une consultation de nourrissons et une consultation prénatale. On y pratique les vaccinations et les séances d’ultra violets pour les enfants. Un cabinet médical y est mis à la disposition du médecin contrôleur de la sécurité sociale.

Les soins donnés sont bénévoles pour les assurés sociaux et les bénéficiaires de l’assistance médicale gratuite et on y prête gracieusement des appareils médicaux à ceux qui en ont besoin : pieds à sérum, tente à oxygène, cerceaux de lit, etc

Côté social, on y trouve un bureau de sécurité sociale et une annexe de la caisse d’épargne. Il y a également des permanences de l’association des familles et de l’école des parents. Enfin une assistante sociale s’y trouve à disposition des familles dans le besoin.

Cours ménagers : ici un atelier cuisine en 1957 (Document Nord-Eclair)

On y donne des cours ménagers, notamment pour y préparer un CAP, dans lesquels les jeunes filles s’initient aux petits secrets de la coupe, de la couture, de la cuisine et de la puériculture. Les petites filles y apprennent les rudiments de ce que sera « leur tâche de demain ». Enfin les mères de famille peuvent y parfaire leurs connaissances.

Le coin lecture dans la bibliothèque en 1957 (Document Nord-Eclair)

Il y a aussi les jeudis de loisirs organisés (en1950, le jour de congé scolaire est encore le jeudi). Bricolage, peinture, dessin, modelage et pyrogravure sont proposés aux amateurs, ainsi que solfège, bibliothèque de plusieurs milliers de volumes et cinéma.

Le vaste terrain de loisirs devant la Maison (Document collection privée)

Dans les années 70, le dispensaire de la Maison de l’Enfance des 3 Baudets fonctionne tous les jours de la semaine, matin et soir et ½ heure le matin les dimanches et jours fériés. Des soins à domicile et rayons ultraviolets sont assurés sur indication médicale, ainsi qu’en témoigne le mémento public de Hem concernant le commerce, l’industrie et le tourisme.

Le terrain avant l’aménagement en 1973 (Document Nord-Eclair)

Devant la maison de l’Enfance est aménagé un vaste terrain de loisirs et de sports, afin que les enfants puissent y courir et se défouler. 20 ans plus tard, en 1973, le CIL termine finalement l’aménagement du terrain, en y installant un terrain de basket et de volley et 2 terrains de pétanque, des jeux pour les enfants et des coins de verdure.

Les jeux pour enfants dans le terrain aménagé en 1973 (Document Nord-Eclair)

Le but du Centre Social est également de fédérer les habitants du quartier autour d’événements festifs tels que fêtes de quartier et kermesses. A l’occasion de la kermesse organisée par le centre en 1973, il y a foule et un concert apéritif est animé par la fanfare St Corneille. Les enfants s’ingénient à créer des costumes pour participer à un défilé fort réussi.

La kermesse des 3 baudets et les enfants costumés du défilé en 1973 (Document Nord-Eclair)

Le centre social, dans les années 70, organise également, à l’intention des enfants en vacances, des après-midi de loisirs sous la surveillance de monitrices : courses au trésor, relais au ballon, confection d’oeufs de Pâques dans l’atelier cuisine.

Après-midi récréatif (Document Nord-Eclair)

Vers la fin des années 80 le centre garde sa vocation de santé publique et organise toujours des consultations prénatales et une permanence de planification familiale mais aussi des consultations de nourrissons. Il assure également une garderie périscolaire ainsi qu’une garderie les mercredis et en période de vacances scolaires. Par ailleurs, il propose de l’aide aux devoirs ainsi qu’une bibliothèque. Enfin il anime des ateliers couture et bois, des cours de gymnastique, de yoga et de danse, des clubs féminin, artisanaux et du 3ème âge.

A suivre…

Remerciements à la ville de Hem et à Philippe Waret

Tissage Desurmont et fils

Dans les documents figurant sur le site de l’association Historihem, il apparaît que Philippe Desurmont est le successeur des Ets Parent-Bourguet, un tissage mécanique répertorié sur la commune de Lannoy comme le montrent les en-têtes successifs des deux établissements sur leurs factures.

En-têtes de factures successives (Documents Historihem)

Dans le Ravet Anceau de 1893, les établissements Parent Fils et Desurmont apparaissent dans la rubrique tissus d’ameublement. Leur usine du Petit Lannoy existait déjà depuis 1880, et c’est à leur demande qu’une nouvelle halte est envisagée dès 1890 pour desservir les hameaux des Trois-Baudets (650 habitants) et du petit Lannoy (1300 habitants), le seul arrêt du train étant situé trop loin, rue de la gare, sur la route de Forest.

Extrait d’une facture plus récente attestant de la fondation de l’entreprise en 1880 et CPA de la halte du petit Lannoy, vue de Hem vers Lannoy puis de Lannoy vers Hem (Documents collection privée)
Arrêt spécifique pour les Ets Parent : voir la flèche à ce nom à gauche de la CPA (Document Hem Mémoire en Images)

L’entreprise est située au 279 rue Jules Guesde à Hem au bout d’une allée qui prend ensuite le nom d’Impasse Desurmont. Elle occupe une surface considérable au milieu des champs et jouxtera ensuite le quartier de la Lionderie, délimité par la rue des Ecoles, la rue de la Lionderie et la rue Jules Guesde.

Photo aérienne de 1933 (plan large puis concentré sur l’usine) (Document IGN)

A l’époque les conditions de travail dans l’industrie sont très dures, notamment dans les teintureries, et le tissage Desurmont présente une meilleure qualité de travail pour les candidats à l’emploi. En effet, dès le début du dix-neuvième siècle des métiers à tisser automatisés sont apparus, permettant une pénibilité du travail nettement moindre que sur un métier manuel, associée à un rendement bien supérieur.

Conditions de travail appréciables du tissage mécanique (Document Au temps d’Hem)

Pourtant, dans le quotidien « la Petite Presse », en 1904, on apprend que les ouvrières du tissage d’ameublement Parent et Desurmont à Lannoy, qui avaient récemment obtenu satisfaction ont à nouveau quitté leur usine en réclamant une nouvelle augmentation, au cours des grèves du Nord et plus spécifiquement de la région lilloise. La reprise du travail est actée dans le journal « Le Lorrain » peu de temps après.

Pendant la première guerre mondiale l’usine de tissage est arrêtée. En janvier 1920, Philippe Desurmont fait connaître par le « Bulletin des régions libérées », édité par le ministère du même nom, que son tissage de Hem sera remis en marche vers le 22 janvier 1920.

Dans les années 1920, on peut noter que l’en-tête de l’entreprise sur les factures reprend encore comme adresse la ville d’Hem-lez-Lannoy. D’une part la ville de Hem fait en effet partie du canton de Lannoy et d’autre part elle se situe dans la partie de la rue Jules Guesde dite du Petit Lannoy.

En-tête de facture de 1925 (Document collection privée)

En revanche dans les années 1930, c’est bien Hem (et non plus Hem-lez-Lannoy) qui apparaît sur l’attestation de chômage délivrée par l’entreprise à l’un de ses salariés, comme l’atteste le document ci-dessous.

Attestation de chômage et publicité (Documents collection privée)

La publicité de cette époque montre que ce tissage mécanique fabrique : des étoffes pour ameublement, tapis de table, rideaux et portières, des satinettes et coutils rayés, des satins-damassés, des tapis-moquettes et des carpettes et foyers. L’entreprise a gagné en importance et possède des bureaux sur Paris rue Saint-Fiacre, rue Montmartre et rue des Italiens.

Publicité années 1930 (Document collection privée)

Philippe Desurmont fait alors partie de l’Union des fabricants de tissus pour ameublement du Nord de la France, sis 86 rue de Lille à Tourcoing, comme l’indique « la Soierie de Lyon », organe du syndicat des fabricants de soierie de Lyon en 1934 dans sa revue mensuelle des industries de la soie.

Après la seconde guerre mondiale, le nécessaire est fait pour relancer l’entreprise, devenue Desurmont Fils, notamment grâce à la publicité dans le journal Les Echos en 1949. Toujours réputée pour ses tissus d’ameublement, tapis, moquettes, carpettes et couvre-lits, l’usine met également l’accent sur la fabrication de nappes lavables et de tissus guttés pour pantoufles.

Photo aérienne de 1947 (Document IGN)
Publicité de 1949 (Document les Echos)
Photo aérienne en carte postale de la fin des années 1950 avec le lotissement de la Lionderie (Document collection privée)

A suivre…

Remerciements à l’association Historihem et à la Mairie de Hem