Teinturerie Meillassoux et Mulaton

L’usine de teinturerie et de blanchiment Mulaton est fondée, au milieu du 19ème siècle rue Poivrée (ou route nationale, puis rue de Lille, actuellement rue du Général Leclerc) à Hem, par Antoine Mulaton. Né en 1814, Antoine fait son apprentissage de teinturier à Lyon, puis parcourt l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie pour se perfectionner dans cette industrie avant de s’installer à Hem en 1850.

Epoux d’une lilloise, Rosalie Masquelier, avec laquelle il a des enfants, il emménage avec sa famille et son beau-père qui est aussi du métier dans une maison de la rue Poirée (renommée ensuite rue de Lille) avec une jeune servante belge, Philomène Pollet, aux fourneaux. Mr Masquelier l’aide alors à monter sa propre teinturerie en 1952 dans la même rue.

Le choix de s’installer à Hem plutôt qu’à Roubaix s’explique par le manque d’eau de la capitale du textile, la distribution des eaux de la Lys n’existant pas encore et le petit ruisseau du Trichon et les puits ne suffisant pas. En revanche, pour réaliser des apprêts sur tissus et de la teinture en écheveaux, Hem dispose de la Marque, aux eaux abondantes et claires.

Raison de l’installation à Hem (Document Au Temps d’Hem)

Antoine s’associe rapidement avec Achille Screpel et l’entreprise devient Mulaton-Screpel en 1854. Les deux hommes travaillent en parfait accord et mènent à bien et font croître une industrie qui, à la fin du siècle, compte 6 usines et emploie 600 salariés. La même année Antoine Mulaton s’inscrit sur la liste électorale de la ville.

Chez Mulaton, on a choisi de teindre la laine et c’est un dur travail : les écheveaux sont enfilés sur une longue perche et trempés par 4 ouvriers en sabots dans un bac de 10 à 20 mètres de long sur 2 mètres de large et 0,80 mètre de profondeur. Il faut promener les lourdes charges dans le bain, les retourner, les élever, les écraser d’abord dans une eau tiède puis bouillante.

Un dur travail (Document Au Temps d’Hem)

C’est à partir de 1870 qu’apparaissent les colorants chimiques qui donnent une quantité de nouvelles possibilités en remplaçant les produits d’origine végétale ou animale. C’est Frédéric Tellier, fabricant de produits chimiques à Hem, qui approvisionne les 2 teinturiers locaux. Mais cela commence à nuire à la Marque dont l’eau change de couleur et dont les poissons périssent au grand dam des pêcheurs qui vont s’en plaindre à la municipalité, laquelle leur répond que les 2 teintureries, Gabert et Mulaton, assurent du travail et donc du pain à plus de 1000 ouvriers hémois.

La pollution de la Marque (Document Au Temps d’Hem)

Les anciens racontent qu’on appelle Antoine : « le père de la teinture » dans la mesure où c’est lui qui introduit à Hem les méthodes de la teinturerie Lyonnaise. Avec la vieillesse il se voit contraint d’abandonner le travail industriel et cède alors la place à ses fils en 1875. Mais il continue à siéger dans l’assemblée communale à laquelle il participe depuis 1870 (suite à la chute du Second Empire) et ce jusqu’en 1892 avant de décéder à l’aube du nouveau siècle.

En 1886, les trains passent régulièrement et s’arrêtent à la gare située sur la route reliant Hem à Forest. L’usine est alors répertoriée comme une teinturerie en soie, possède 2 chaudières de 60 chevaux, consomme 70 wagons de houille par année, dix wagons d’avoine et importe 15 wagons de matières premières.

Extrait du relevé de l’importance industrielle de Hem au milieu du 19ème siècle (Document Historihem)

En 1893, l’entreprise apparaît dans le Ravet Anceau sous le nom de Mulaton Frères et en 1895, la maison se spécialise dans le mercerisage de coton, opération consistant à donner aux fils et étoffes de coton un aspect brillant et soyeux, par trempage dans une solution d’hydroxyde de sodium (soude caustique).

En 1899, le Journal de Roubaix relate l’explosion d’une chaudière ayant provoqué un vif émoi dans la commune en raison du bruit épouvantable et de la présence de tous les ouvriers au travail. La couverture de la chaudière qui sert au bouillage des cotons, pesant une tonne, a rompu tous les écrous qui la retenaient en explosant et a été projetée à travers le toit avant de retomber 10 mètres plus loin à travers une autre toiture…Toutes les vitres de l’usine ont été brisées et quelques maisons voisines endommagées mais fort heureusement seuls deux ouvriers ont été légèrement blessés.

A la fin du 19ème siècle, la famille Mulaton habite un château situé sur le côté pair de la rue de Lille (actuelle rue du Général Leclerc) au n° 44. La propriété, voisine de celle de Mr Gabert, comprend une villa ainsi, en perpendiculaire, qu’une conciergerie et fait partie de la dot du fils Jean Mulaton qui épouse Marie Leborgne en 1882.

Château Mulaton (Documents collection privée et Historihem)

La maison est vendue en 1919 à un chapelier lillois, Joseph Picavet, puis acquise 4 années plus tard par Edouard Catrice, industriel roubaisien qui en fait sa maison de campagne avant d’en construire une autre au même endroit, la mérule ayant attaqué l’ancien bâtiment. Le nouveau bâtiment deviendra après-guerre la nouvelle mairie de la ville de Hem.

Trois numéros avant, au n°38, la famille Meillassoux occupe le 1er château visible côté pair en venant du centre de Hem, et appelé « le Petit Château ». Cette demeure sera rachetée par la municipalité qui en fera le Centre Communal d’Action Sociale en 1971, une annexe de la mairie qui existe encore de nos jours.

Château Meillassoux (Documents collection privée et Historihem)

Au début du vingtième siècle, l’automobile arrive mais ne connaît évidemment pas le succès populaire réservé au train puis surtout au « mongy », car c’est un objet de haut luxe, réservé aux plus fortunés. Mr Mulaton fait donc, sans surprise, partie des premiers automobilistes hémois, avec une vitesse limitée dans la commune à 12 km/h.

Les industriels, premiers automobilistes hémois (Document Au Temps d’Hem)

La qualité des produits ne s’est pas démentie avec les années et en 1908, l’entreprise Mulaton reçoit un grand prix à l’exposition franco-britannique de Londres.L’entreprise devient en 1912 la société Meillassoux frères et Mulaton, Antoine Mulaton, descendant du fondateur, ayant épousé une Meillassoux.

Usine Meillassoux et Mulaton CPA (Document collection privée)Doc 8 Le matériel moderne installé en 1913 (Document Historihem)
L’atelier des femmes (Document Historihem)

A suivre…

Remerciements à la ville de Hem, l’association Historihem ainsi qu’à André Camion et Jacquy Delaporte pour leurs ouvrages Hem d’hier et d’aujourd’hui et Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem

Château de la Marquise (suite)

Deux ans plus tard, en septembre 1946, le marquis d’Auray de Saint Pois décède à l’âge de 86 ans, dans son domaine de la Manche. Sa veuve, la marquise, née Mathide Marie Joseph Pollet, décède 11 ans plus tard, en 1957, à Paris à l’âge de 82 ans. Le couple a eu 2 filles Germaine Marie Mathilde en 1897 et Renée en 1899. Le château de Saint-Pois reste dans la famille jusqu’à la mort de la dernière en 1982. En revanche le domaine de Hem devient propriété municipale.

Photo aérienne de 1947 montrant l’ensemble du domaine après-guerre (Document IGN)

L’année du décès de la Marquise, à l’occasion de la fête nationale, un gymkhana automobile est organisé dans le Parc réunissant une vingtaine de concurrents venus de toute la région et chacun fait preuve de virtuosité pour contourner les multiples obstacles installés sur le parcours et ce devant une foule de curieux massés sur le périmètre du terrain.

Les curieux massés autour du terrain et un concurrent s’apprêtant à prendre le départ dans une fourgonnette 2CH (Document Nord-Eclair)

Mais les bâtisseurs, en l’occurrence « La Maison Roubaisienne » s’emparent bien vite d’une grande partie de ce magnifique terrain boisé à quelques kilomètres de Roubaix et bien desservi par 2 voies importantes : le boulevard Clémenceau et la rue de la Tribonnerie.

Ce terrain est divisé en 105 parcelles, dont la superficie varie entre 800 et 1300 mètres carrés. Le Corbusier, un temps pressenti comme architecte du projet ne parvient pas à s’entendre avec Albert Prouvost (Voir sur notre site un précédent article intitulé : Quand Le Corbusier vient à Hem).

Chaque acheteur d’un terrain fait ensuite bâtir selon ses goûts personnels mais en se pliant à l’impératif d’un plan d’ensemble issu de la nécessité de sauvegarder la beauté du parc. La discipline imposée dans la construction s’exprime en plusieurs impératifs : pavillons isolés, unité des angles de toitures, qualité de la brique et des tuiles , portillons standard…Les travaux de viabilité sont entrepris dès l’année 1958 et une nouvelle route traverse le terrain.

Les futurs propriétaires bénéficient de l’aide de l’Union mutuelle immobilière de crédit (UMIC), créée par Albert Prouvost (industriel roubaisien animateur du CIL) et le CIL(Comité Interprofesssionnel du Logement fondé en 1943 pour permettre l’accession à la propriété des ouvriers). Cet organisme est chargé de prêter de l’argent aux cadres qui souhaitent faire construire des logements individuels.

Titres du journal de 1958 avec photo du terrain avant le début du chantier et publicité pour l’achat de terrains à la Marquise (Document Nord-Eclair)

En 1959, les premiers pavillons apparaissent et la Voix du Nord titre : le lotissement résidentiel, édifié dans un parc magnifique, sera un des mieux réussis de notre agglomération. Sont en effet conservés de nombreux arbres d’essences différentes, un étang et des pelouses ce qui permet aux constructions d’être nichées dans un havre de verdure. La Tribonnerie va compter une trentaine de maisons dans un cadre enchanteur.

L’étang dans la Tribonnerie à l’époque des constructions et en 2017 (Documents collection privée)

La viabilité, alors achevée, se résume en quelques chiffres particulièrement significatifs : les terrassements pour égouts et encaissement des chaussées et trottoirs concernent un volume de 10.000 mètres cubes ; la longueur des égouts est de 2 kms et les chaussées nouvelles occupent la même distance ; la superficie de revêtement des routes est de 10.000 mètres carrés et la surface des trottoirs de 9.000 ; l’éclairage public est fluorescent…

Le titre de la presse locale en 1959 et la photo de 3 pavillons déjà construits (Documents la Voix du Nord)
Une photo du quartier dans les années 1970 (Document collection privée)
Photo aérienne de la Tribonnerie avec le plan d’eau de l’allée Matisse en 2023 (Document Google Maps)

Pourtant, malgré les propos rassurants de l’article sur le fait que la Tribonnerie ne présente alors plus aucun danger, lors de la construction du lotissement , on déplore sur un chantier, allée Matisse, la mort d’un maçon ayant frappé sur un obus anti-char avec un marteau et un clou. Ce serait la dernière victime des dépôts de munitions de Hem, si l’on excepte les blessures subies par 2 employés municipaux en 1986 alors qu’ils ramassaient des herbes dans l’ancienne propriété de la Marquise.

Des obus dans le parc de la Marquise en 1958 (Document Nord-Eclair)

Côté rue de Beaumont, le reste du parc est affecté dès la fin des années 1940, « au terrain hippique du parc municipal des sports » donnant sur la rue de Beaumont. Ainsi, en 1947, la SHR (Société hippique rurale) de la Vallée de La Marque organise un concours hippique sur le Terrain de la Lionderie pour chevaux de demi-trait puis pour chevaux de ville à l’issue duquel une médaille est remise.

Programme et médaille du concours de la Lionderie de 1947 et une carriole publicitaire dans les rues et des cavaliers à cheval (Documents Historihem)

Ces concours continuent après la création du quartier résidentiel de la Tribonnerie : ainsi celui organisé par la SHR de la Vallée de la Marque, en 1962, au profit du comité municipal d’aide aux anciens, sous le patronage du journal Nord-Eclair. Plus de 70 cavaliers et cavalières participent à ce Grand Prix de la Tribonnerie qui se clôture par une traditionnelle distribution des prix.

Le concours hippique de 1962 (Document Nord-Eclair)

En 1964, on note le déroulement du Rallye annuel de Saint-Hubert, organisé également par la SHR, au cours duquel le pain de Saint Hubert ainsi que les cavaliers et cavalières participant, tout comme les chevaux et les chiens, ont reçu la bénédiction de l’abbé Georges Leurent, curé d’Hem Saint Corneille, après la messe.

La bénédiction par le curé Leurent lors du rallye de 1964 (Document Historihem)

Le prix Nord-Eclair remporte également une vive réussite en 1967, avec la participation au concours du champion de France, dans le prix de la ville de Hem, ainsi que le joyeux rallye équestre de la SHR l’année suivante au cours duquel une randonnée de 30 kilomètres autour de Hem au départ du terrain de la Marquise avant un retour sur ce même domaine.

Le prix Nord-Eclair de 1967 et le Rallye équestre de 1968 (Documents Nord-Eclair)
Un concours hippique à La Marquise (Documents Historihem)

Dans les années 1970, le Club Hippique d’Hem, y organise encore des concours placés sous la présidence d’honneur du préfet de région et du maire de Hem. Y participent près de 600 chevaux dans les différents prix : Espoirs, Club Hippique d’Hem, Brasserie du Pélican et Nord-Eclair. Les personnalités sont accueillies devant le club-house et les différentes épreuves se répartissent sur toute la journée.

Les personnalités au concours de 1973 (Documents Nord-Eclair)

Dans les années 1980, les écuries sont toujours présentes sur l’ancien domaine de la Marquise. 20 ans plus tard il ne reste que peu de vestiges du château : hormis quelques pierres, vestiges du portail nord à l’angle de la Tribonnerie, se dresse encore l’ancien pigeonnier du Château de la Marquise au dessus du mur d’enceinte côté rue de Beaumont.

Les écuries dans les années 1970-1980 (Documents Historihem)
Les vestiges (2 pierres et 2 faîtières de pilier) et le pigeonnier rue de Beaumont dans les années 2000 (Document collection privée)

Remerciements à l’association Historihem ainsi qu’à André Camion pour son livre co-écrit avec Jacquy Delaporte Hem d’hier et d’aujourd’hui ainsi qu’à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume pour leur bande dessinée Au temps d’Hem et enfin à Jean-Louis Denis pour sa contribution.

Château de la Marquise

En mai 1882 a lieu, sous l’égide de Maître Aimé Vahé, notaire à Roubaix, la vente par adjudication, en trois lots, d’une « magnifique campagne, belle futaie, bois, pièces d’eau », d’environ 15 hectares, dans la commune d’Hem, sur le Pavé de Roubaix à l’Hempempont (actuelle rue de la Tribonnerie), avec entrée sur la route départementale de Lille à Lannoy (actuelle rue Leclerc) et entrée avec conciergerie sur le sentier de Hem (actuelle rue de Beaumont).

Vente du domaine par adjudication en 1882 (Documents Historihem)

En 1896, le maire de Hem, Henri Désiré Joseph Leuridan, marie Mathilde Pollet, fille d’un riche cultivateur hémois à un aristocrate normand, Eugéne Marie Gaston d’Auray de Saint-Pois. Les époux s’établissent sur le domaine vendu à la famille Pollet 14 ans plus tôt, qui sera donc dès lors connu familièrement de la population sous le nom de Château de la Marquise, alors qu’aucun château n’y sera jamais construit.

Photo d’Henri Leuridan et mariage de Mathilde Pollet vu en bande dessinée (Document Au temps d’Hem)

Le château de la famille de Saint-Pois est en réalité une demeure du XVIII ème siècle qui se situe sur la commune de Saint-Pois, dans la Manche, en Normandie. Le domaine y appartient à la famille du Marquis depuis le Moyen-Age. Le château y est reconstruit, après destruction, en forme de fer à cheval, l’aile nord abritant les cuisines et les autres ailes un décor raffiné. Le marquis ne vient à Hem que quelques fois par an pour y chasser le lapin et le faisan. Mais le parc est toujours impeccablement entretenu et fleuri, les étangs empoissonnés et les pâtures louées aux fermiers voisins.

Le château familial à Saint-Pois et le blason de la famille (Document Wikimanche et Man8rove)

Dans le domaine de Hem, la partie haute, plantée d’arbres et de pelouses, est agrémentée de trois pièces d’eau. Plus bas on trouve un petit bois de chênes magnifiques puis des prairies. Côté Est, est planté un verger et côté nord l’habitation du jardinier chef donne sur un grand potager et des serres chauffées. Un pigeonnier domine l’ensemble et 2 conciergeries assurent la surveillance de la propriété, l’une à l’entrée nord et l’autre à l’entrée sud.

Le bois et les bords du lac et le pont au dessus du plan d’eau (Documents collection privée)
La conciergerie côté nord et la glacière située dans le parc (Documents Historihem)

La demeure des châtelains, à Hem, est en fait un relais de chasse à un étage, sans style particulier, situé le long du pavé de Roubaix à Hempempont. Mathilde Pollet qui ne serait pas en très bons termes avec le propriétaire du château sis dans le quartier de la Lionderie souhaite quant à elle que sa propriété soit appelée « Château de la Lionderie », comme le démontre l’enveloppe qui lui est personnellement adressée, et la série de cartes postales qui lui sont consacrées porte d’ailleurs cette appellation.

Enveloppe adressée à la Marquise au Château de la Lionderie (Document collection privée)
Le Château de la Lionderie en hiver et en été (Documents collection privée)

La marquise est réputée pour avoir du caractère et la bande dessinée Au temps d’Hem illustre avec humour cet aspect de sa personnalité dans un dialogue imaginaire avec le tenancier du café Au bon coin, situé au coin de la rue de Saint-Amand (aujourd’hui rue du Docteur Coubronne) et de la rue Jules Ferry, sur son chemin pour aller à l’église Saint-Corneille.

Illustration humoristique du caractère de Mme la Marquise (Document Au temps d’Hem)

Mathilde Pollet n’a pas que des amis sur Hem et tente d’agrandir toujours plus son domaine ceint d’un mur sur une grande partie de sa surface. Ainsi en est-il de ses relations avec le fermier Louis Jonville qui refuse de lui vendre une parcelle qui lui manque et sur laquelle sera érigée la propriété de la famille Declercq (sur le sujet voir un précédent article sur notre site intitulé : Famille Declercq, 28 rue de la Tribonnerie).

Le Château côté rue et la ferme du domaine (Documents Historihem)
CPA de l’intérieur du château (Documents Historihem)

Pendant la première guerre mondiale l’ennemi occupe les différents châteaux de Hem et le domaine de la Marquise n’échappe pas à la règle, comme le démontrent ces cartes photos prises durant l’été et l’hiver 1917. La propriété ne subit à priori pas de dommages essentiels et la Marquise continue à l’habiter après guerre.

Le château pendant la première guerre (Documents collection privée)

Au début de la deuxième guerre mondiale les anglais ont leur point de ralliement au château de la Marquise dont le nom de code, pour permettre aux estafettes anglaises de se diriger, est « green shutters » : les volets verts. Les deux fermes voisines : Leplat et Jonville, sont les « twin farms » : les fermes jumelles. L’Etat-major se trouve sur le territoire d’Anappes au Château de Montalembert.

Puis, sous l’occupation allemande, le parc du Château et celui du château Olivier deviennent un dépôt de munitions : le plus important du Nord. Des bases anti-aériennes sont installées autour des deux châteaux et la commune d’Hem devient un point de traversée. Les véhicules allemands du Nord Pas-de-Calais et même de Belgique viennent s’y approvisionner en munitions, lesquelles sont empilées à hauteur de maison tous les 100 mètres. Ces 2 dépôts sont un point vital pour l’ennemi qui les fait garder par des civils français : 30 hommes le jour et 50 la nuit.

Tous les transports sont effectués de nuit par camion. De jour les munitions sont rangées et camouflées. Les travaux sont exécutés par des ouvriers civils de la région, amenés par camions militaires : de 20 à 30 hommes par domaine.

Le message de Radio Londres après le débarquement (Document Au temps d’Hem)

Au printemps 1944, il ne reste plus qu’un officier qui commande, un Feldwebel, et quatre soldats dans chacune des propriétés. Ils logent dans des maisons réquisitionnées sur le boulevard Clémenceau. Ils effectuent des tours de garde, les clôtures des châteaux sont renforcées de barbelés et les grilles obscurcies par des planches. La rue de la Tribonnerie est interdite au trafic.

Les munitions entreposées sont toutes désamorcées, c’est à dire détonateurs et fusées stockées séparément. Il s’agit de munitions classiques de tous calibres depuis la balle de fusil jusqu’à la torpille marine, en passant par toute la gamme des obus. Les munitions légères (balles) sont entreposées dans les caves du relais de chasse et des dépendances de la Marquise tandis que les plus gros calibres se trouvent au château Olivier.

D’ autres explosifs délicats se trouvent dans des hangars légers en bois montés sur les pelouses et camouflés. La plus grande masse est empilée au pied des grands arbres. Certains tas d’obus reposent dans des fosses profondes de 0,50 m environ, protégées de talus et camouflées de bâches. L’ensemble représente une masse explosive considérable.

Après le débarquement, Radio Londres diffuse un message : « Lorsque les oliviers fleuriront, la marquise dansera ». Lors de la libération de Paris en Aout 1944, les allemands s’apprêtent à quitter Hem. L’officier allemand commandant la place prévient le maire qu’il va faire sauter l’ensemble le 3 septembre et qu’il faut évacuer les habitants. Fin Aout des bombardiers américains survolent les 2 domaines et c’est la panique mais aucune bombe n’est larguée.

La police française sillonne les rues (Document Au temps d’Hem)

Le 2 septembre au petit matin les hémois sont prévenus, par la police française qui sillonne les rues avec des automobiles à haut parleur, que les dépôts vont sauter ensemble à 13h. Les allemands improvisent un amorçage de secours et le dispositif de mise à feu électrique est remplacé par un cordon enflammé, suite aux tentatives de sabotage de la résistance hémoise, lesquelles ont ainsi évité par la coupure du courant une déflagration générale destinée à détruire la ville.

A 16 heures les allemands quittent les châteaux et moins d’une heure plus tard de formidables explosions retentissent. C’est comme un tremblement de terre suivi d’un tintamarre épouvantable : vitres et tuiles volent en éclats dans une bonne partie de la ville. Une fumée noire monte en volutes épaisses jusqu’à plus de 200m de haut. Autour des dépôts des projectiles retombent : obus, terre, briques, tuiles, branches…

L’explosion provoquée par les allemands et l’arrivée des anglais à Hem (Document Au temps d’Hem)

Les explosions se succèdent durant toute la nuit car tous les stocks ne sautent pas en même temps et la mise à feu se fait de proche en proche. Le 3 septembre au matin, l’enfer se calme et aucun blessé ou disparu n’est à signaler parmi la population estimée à 10.000 habitants. Seul un soldat allemand est retrouvé mort au Château Olivier, peut-être un artificier. Les parcs sont bouleversés : arbres déchiquetés, sol retourné. A la Marquise seules crépitent encore les balles dans les caves.

Les curieux affluent alors sur les lieux malgré le danger puisque 2/3 des stocks de munitions sont à priori toujours intacts, à la recherche d’armes ou de nourriture. S’ils n’en trouvent pas le pillage d’outils, de cuivre, voire même de portes commence. Le lendemain, quelques petites explosions reprennent à la Marquise puis le surlendemain très brutalement une grosse déflagration retentit et cette fois c’est le drame et 5 morts sont relevés. C’est seulement ensuite que les châteaux sont à nouveau gardés jour et nuit par les FFI.

Après la fuite des allemands vers la Belgique, au retour des anglais, les services de déminage français et anglais se mettent au travail pour désamorcer des milliers d’obus éparpillés ça et là ainsi qu’une trentaine de mines découvertes au milieu des caisses de munitions. Le sol sera ensuite nivelé par des bulldozers et de nombreux engins enterrés remontent périodiquement. Le ramassage de cuivre se poursuit durant plus de 10 ans et régulièrement de petites explosions dues à des feux d’herbes et branches se reproduisent longtemps après la fin de la guerre.

Le relais de chasse après les explosions de septembre 1944 (Documents collection privée et Historihem)

Remerciements à l’association Historihem ainsi qu’à André Camion pour son livre co-écrit avec Jacquy Delaporte Hem d’hier et d’aujourd’hui ainsi qu’à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume pour leur bande dessinée Au temps d’Hem et enfin à Jean-Louis Denis pour sa contribution.

A suivre…

Nouvelle Auberge de l’Hempempont

Juste à côté de la vieille Auberge d’Hempempont mais, de fait, à l’entrée de la rue de Croix au n°5, à la toute fin du dix-neuvième siècle, sur un terrain appartenant à la brasserie Leclercq située un peu plus loin dans la rue, un comptable originaire de Saint-Amand, Henri Fleury, ouvre un estaminet qui sera ensuite géré successivement par Mrs Deceldere, puis Henri Daneel puis Louis Lemoine et prendra le nom de Nouvelle Auberge d’Hempempont.

La nouvelle auberge de l’Hempempont (Document Hem Images d’hier)

Cet établissement, qui tente de proposer des services identiques à ceux de son illustre voisin, se spécialise également dans les anguilles puis, à l’issue de la seconde guerre mondiale tente de moderniser sa carte en y incluant le beefsteak frites et les sandwichs, plats pour lesquels la publicité est alors faite sur le pignon du bâtiment comme le montre la carte postale ci-dessous.

Le pignon publicitaire de la nouvelle auberge (Document Hem Images d’hier)

Dans les années 1950, c’est le couple Lemoine-Beausire qui prend les rênes du commerce lequel est alors répertorié à la fois dans les rubriques restaurants et hôtels de la ville de Hem. Puis lui succède Francis Mahieu à la fin des années 1960 dans la catégorie café restaurant et Jean-Jacques Muchery dans les années 1970 mais l’établissement n’est alors plus classé que dans les restaurants.

Publicités de la fin des des années 1960 et du début des années 1970 pour Francis Mahieu (Documents Historihem et Nord-Eclair)

Comme on peut le constater, si l’activité hôtellerie a disparu Francis Mahieu revendique dès cette époque une cuisine gastronomique et non plus de simples plats de brasserie. Ex-gérant du restaurant « L’écurie » à Lille, Francis Mahieu fait transformer complétement la salle à manger, en lui donnant le cachet des auberges de campagne : poutres apparentes et papier à fleurs aux motifs anciens, et rénover les cuisines. Il conserve la spécialité d’anguilles qui a fait la renommée de l’Hempempont à laquelle il ajoute une cuisine très soignée et une cave aux crus sélectionnés. Il réaménage également le jardin et met l’accent sur le vaste parc avec jeux d’enfants : manèges et balançoires.

Sexagénaire l’auberge réouvre ses portes (Document Nord-Eclair)

Pour fêter la rénovation des lieux en 1967, il convie diverses personnalités : le maire d’Hem, Jean Leplat, mais aussi des conseillers municipaux, des commissaires et officiers de police, ainsi que différents chefs d’établissement et entrepreneurs ayant participé aux travaux de rénovation. Pourtant son restaurant ferme ses portes quelques années après.

Publicité des années 1970 pour JJ Muchery (Documents Historihem et Nord-Eclair)

 

C’est alors Jean-Jacques Muchery, chevalier du Testevin, qui rouvre les portes en 1974. Il insiste sur une proposition de salons pour réunions, séminaires et même banquets de 20 à 70 personnes. Le petit estaminet qui peinait à se faire une place auprès de l’illustre vieille auberge a donc bien changé. Par ailleurs, entouré d’une équipe dynamique il s’applique à faire goûter dans un cadre champêtre de la cuisine traditionnelle.

Réouverture du restaurant en 1974 (Document Nord-Eclair)

Sont ainsi proposés des cochonnailles, terrines et pâtés faits maison ainsi que de savoureuses grillades dont le patron a le secret, en temps que membre de la chaîne des rôtisseurs. Quant à la salle où sont accueillis les banquets, elle a tout pour plaire, étant reliée à un très beau jardin et un parking privé qui permet d’éviter tout problème de stationnement. Enfin, soucieux de n’être pas cantonné à un seul rôle de restauration et de servir également d’espace culturel pour la commune, l’établissement expose les œuvres de peintres de la région afin d’allier le plaisir des yeux à celui du palais.

Quatre ans plus tard le syndicat d’initiative de la ville est à l’origine de trois journées gastronomiques consacrées au coq et auxquelles participent les restaurants de la ville qui l’accommodent à leur gré. Ainsi Jean-Jacques Muchery, issu d’une famille de restaurateurs le cuisine à la bière de Jeanlain.

L’opération gastronomique et Jean-Jacques Muchery présente son coq en 1978 (Document Nord-Eclair)

La presse locale nous apprend que, lorsqu’il délaisse ses fourneaux, c’est pour prendre son envol à bord d’une nacelle de ballon sphérique. Il est en effet président de l’Association Aérostatique du Nord de la France qui compte plus de 140 membres dont une dizaine de pilotes pour 5 ballons et une montgolfière, matériel remisé sur le terrain de Bondues tandis que l’association a son siège à l’auberge au 5 rue de Croix.

Publicités des années 1980 (Documents Nord-Eclair et Office municipal d’information de Hem)

Dans les années 1980-1990, la culture reste présente à la nouvelle Auberge de l’Hempempont avec des expositions artistiques. Ainsi en 1987, Richard Debauwe-Fleurbaix s’y produit : cet artiste multi palettes fait du spectacle, chante, écrit et peint. En l’occurrence il y expose ses toiles. Trois ans plus tard ce sont deux peintres : Robert Balot et Gaston Van Den Abeele qui lui succèdent, le deuxième étant l’auteur d’une représentation de l’auberge sous la neige.

Les peintres exposent à la nouvelle auberge de l’Hempempont (Documents Nord-Eclair)

Puis l’auberge est reprise en 1997 par une personnalité médiatique, à savoir Pierrot, et devient momentanément l’Auberge de Pierrot, comme l’indique le guide pratique de la ville de 2000. Né à Roubaix en 1948, il a grandi dans l’épicerie buvette de ses parents d’abord à Roubaix, puis à Lille. En 1960, ses parents ont repris une auberge à Steenbecque et Pierrot a passé son CAP de cuisinier en 1966 avant de tenir cette auberge avec sa mère en 1968.

Puis, en 1977, il a ouvert le premier Bistrot de Pierrot rue du Plat à Lille, puis deux restaurants à Hazebrouck et Capinghem, puis le deuxième Bistrot de Pierrot place de Béthune à Lille. C’est en 1993 qu’il intègre la télévision où il côtoie notamment Pierre Bonte et Maïté dans une émission culinaire très regardée par les téléspectateurs.

En 1997, il apporte donc un savoir-faire reconnu et une grosse notoriété à la Nouvelle Auberge revendue ensuite à Laurence et Philippe Baratte, fils du footballeur lillois Jean Baratte, qui l’exploitent sous forme de SARL : la SARL Auberge d’Hempempont.

Pierrot, avec ses acolytes de la télévision Pierre Bonte et Maïté et avec Philippe Baratte (Document la Marmite de Pierrot)
La nouvelle Auberge d’Hempempont en 2008 puis en 2010 (Document Google Maps)

Puis à la fin des années 2000, la société est radiée et c’est la SARL Hempempont restauration qui lui succède, gérée par Stéphanie Rousseau-Bells. Sous sa gestion la nouvelle auberge obtient le titre de maître restaurateur, distinction décernée par l’Etat et délivrée par le Préfet pour 4 ans, renouvelable. Pour être obtenue le restaurant passe un audit, reçoit un client mystère, fait l’objet d’un rapport qui contrôle que la cuisine est bien réalisée à partir de produits frais et que la réglementation est bien respectée. Ce titre lui est renouvelé en 2019.

L’équipe de la cuisine et du restaurant (Document Facebook et Voix du Nord)

Plus de 100 ans après son ouverture par un comptable et malgré de nombreux changements d’exploitants au fil des décennies ce petit estaminet devenu auberge et même hôtel pendant un certain temps a donc survécu au passage du temps. Dans un cadre modernisé mais qui a su garder son charme l’établissement continue au vingt et unième siècle à offrir aux hémois et aux fins gourmets des alentours une cuisine de qualité.

Photos intérieures du restaurant (Documents site internet)
Photo extérieure de l’auberge en 2023 (Document google maps)

Remerciements à la Ville de Hem et à l’Association Historihem

L’Auberge d’ Hempempont

La construction du bâtiment remonte au XVII ème siècle. A l’époque un certain Grimonpont fait construire une taverne à « Lampempont », au n° 232 de l’actuelle rue du Général Leclerc à Hem, laquelle, un siècle plus tard appartient à Marc Lamblin, cabaretier brassant sous l’enseigne de l’ « Hempempont » chez qui sont organisés des baptêmes.

Le bâtiment devient par la suite un poste relais pour les diligences empruntant la route qui mène de Lille à Lannoy. Les voyageurs et leurs chevaux y logent avant de reprendre la route le lendemain matin. Il sert aussi de station à un service de messagerie dont le siège est à Lille et qui dessert les communes limitrophes.

C’est Edouard Mulliez puis son frère Louis qui tiennent le poste de relais et, en parallèle, Edouard tient la boulangerie juste à côté tandis que Victoire leur sœur est épicière une maison plus loin au bord de la Marque comme on le voit sur la carte postale ci-dessous. On y voit également sur le pavé les planches de la bascule publique qui sert à peser les charrois de grains, de betteraves et de charbon ainsi que les bœufs.

L’auberge dans le tournant de la rue de Lille vers Annappes (Document Hem Images d’hier)

La famille Mulliez va ensuite céder l’établissement qui sera successivement géré par Mrs Delporte puis Vanrenneman puis Hespel avant d’être repris en 1908 par Oscar Duquesne aidé par ses 5 enfants. Celui-ci transforme alors les écuries en tonnellerie afin de confectionner et réparer les tonneaux des brasseries avoisinantes.

Auberge et tonnellerie Duquesne au début du vingtième siècle (Documents Historihem)

L’auberge comprend une salle commune et une salle de billard ainsi qu’une grande salle pour noces et banquets à l’étage. Quelques chambres sont mises à disposition des voyageurs et un salon avec piano est contigu à une salle à manger particulière. C’est Esther, l’une des filles d’Oscar qui se met au piano pour y faire danser les convives.

Quant à Emile, l’un des fils d’Oscar, animateur des fêtes du quartier et ducasse de l’Hempempont, il a l’idée de créer des fritures d’anguilles et d’aménager des gloriettes dans le jardin. C’est lui aussi qui à l’idée d’organiser un grand concours de coqs le dimanche des Rameaux.

Spécialité d’anguilles et combats de coqs (Document BD Au temps d’Hem)

Par ailleurs, à l’occasion de la procession du 15 août, sur la façade se dresse un monumental reposoir à base de tonneaux. Des cavaliers, accompagnés de la musique municipale et de la Philharmonie de la Citadelle, fondée en 1845 par le père de Louis Leclercq, brasseur, escortent le Saint Sacrement depuis l’église Saint-Corneille jusqu’à Hempempont.

Philharmonie de la Citadelle étendard de 1845 et photo de 1895 (Documents Historihem)

En ce début de vingtième siècle, les « coqueleux » sont nombreux et à l’Auberge d’Hempempont on bat les coqs. Dans un enclos grillagé, le plus souvent de forme ovale ou octogonale, deux gallinacés s’affrontent. Issus de savants croisements le coq de combat est doté d’un naturel belliqueux que l’homme se charge d’exploiter pour ses jeux.

Des deux combattants acharnés, l’un doit mourir. Leurs ergots sont garnis d’éperons d’acier de 51 millimètres de longueur, arme redoutable placée sur un bandage de cuir le tout solidement attaché par une ficelle poissée. Le coq agrippe du bec la tête de son adversaire puis s’élève d’un battement d’ailes, arque son corps et projette violemment en avant ses pattes repliées auxquelles il imprime un rapide mouvement de va-et-vient.

La partie peut durer douze minutes et, au cours des deux dernières minutes, les coqs peuvent alternativement se coucher puis se relever. Le dernier debout est le gagnant à la douzième minute sachant qu’un coq couché trois minutes a perdu. Le championnat se déroule en 48 parties et 3 tours, permettant ainsi de consacrer six lauréats.

Combats de coqs à l’Auberge d’Hempempont (Documents Historihem)

Les combats de coqs ont pourtant déjà été interdits une première fois en 1852 par arrêté préfectoral mais ont continué à s’organiser dans une certaine clandestinité. Il faudra attendre 1963 pour qu’une deuxième interdiction intervienne et pourtant là encore les coqueleux obtiendront un an plus tard l’autorisation de battre dans les lieux « à tradition locale ininterrompue ».

Autre événement, exceptionnel celui-là : à l’occasion de l’Exposition Internationale du Nord de la France, qui a lieu à Roubaix de Mai à Novembre 1911, regroupant 3429 exposants français et étrangers, un champ d’aviation de 10 hectares est construit à Hem, dans les plaines de Beaumont et sur les pâtures de la ferme Gorghemetz.

Le terrain est aussi une étape du Circuit Européen qui se déroule du 18 juin au 7 juillet 1911. L’étape est remportée par Vedrines, devant Roland-Garros puis Beaumont. Les aviateurs sont ovationnés par le public et se voient offrir des gerbes de fleurs par des petites filles. A l’issue de l’étape les participants sont invités à partager un banquet à l’Auberge d’Hempempont.

Invitation à l’Auberge à la fin de l’étape (Document BD Au temps d’Hem)

Sous l’occupation allemande, pendant la première guerre mondiale, les estaminets sont fermés mais pas les auberges. En juin 1915, alors que plusieurs familles des environs ont choisi de profiter du beau temps sous les gloriettes de l’auberge, toujours tenue par la famille Duquesne, une bombe allemande, tirée sur un avion allié, tombe dans la cour sur l’extrémité d’un hangar où elle explose.

Explosion d’une bombe en juin 1915 (Document Historihem)

Dans une gloriette attenante se trouve attablée une famille roubaisienne qui est touchée par les éclats, lesquels tuent le père de famille sur le coup ainsi qu’un jeune garçon de 13 ans originaire de Lille qui, debout, observait la poursuite de l’avion allié par l’avion allemand.

Deux autres jeunes roubaisiens, à proximité de la famille précitée, sont grièvement blessés. Enfin deux autres roubaisiennes sont blessées plus légèrement. Parmi la centaine de personnes se trouvant à l’auberge au moment de la chute de la bombe meurtrière c’est bien sûr l’affolement mais force est de constater que le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd.

L’auberge dans les années 1920 (Document Historihem)

Après la libération, vingt ans après la première, une nouvelle série de cartes postales représentant l’Auberge d’Hempempont est sortie. On y constate que, si la tonnellerie n’existe plus, les extérieurs sont à peu près aménagés de façon semblable et que la friture d’anguille reste le plat fétiche le l’établissement devant lequel le tramway continue d’amener régulièrement une clientèle des environs avide de loisirs et de bonne chère.

Dans les années 1930, s’ajoute à la ducasse d’Hempempont qui a lieu tous les ans en juillet, une course peu banale à savoir la course aux rats. Les rats sont placés dans les brouettes et les participants doivent non seulement faire la course mais aussi rattraper les rats qui se sauvent régulièrement des brouettes, pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Départ de la course aux rats à Hempempont en 1932 (Document Hem 1000 ans d’histoire)

Puis, après les belles heures de l’entre deux guerres propices à l’amusement et aux événements de vie privée ou publique fêtés bien souvent à l’Hempempont, arrivent les jours sombres de la seconde guerre mondiale au cours de laquelle Emile Duquesne fait partie des prisonniers de guerre.

Enfin, après guerre l’annuaire Ravet -Anceau de 1948 nous enseigne que la fameuse Auberge d’Hempempont est gérée par Mme Jadoul Vicart puis plus aucune trace de l’auberge dans les années 1950. Durant ces années et jusqu’en 1970, le n° 232 rue du Général Leclerc n’apparait en effet plus dans les annuaires où l’on passe du 230 au 234.

Le bâtiment change de look en commençant par le toit qui est rasé et mis en terrasse. Bien évidemment la lanterne qui, surplombant la porte voisinait avec l’inscription Emile Duquesne, est enlevée. Quant aux panneaux blancs intercalés entre les fenêtres de l’étage et faisant la publicité des fritures d’anguilles, jambon, lait, œufs frais, ils disparaissent.

L’auberge dans les années fastes avec son toit et ses publicités (Documents collection privée)

Puis le magasin d’antiquités « la Renaissance » s’installe dans ces lieux chargés d’histoire dans les années 1980 et y demeure jusque dans les années 2000. Ce commerce sera ensuite remplacé par plusieurs magasins de décoration comme la Villa d’Este, Maison Flamande et Manée dans les années 2008, 2010 et 2012. Puis, après avoir été vide d’occupant durant un temps, le bâtiment est investi par un office notarial qui l’occupe encore de nos jours.

La villa d’Este, Maison Flamande et Manée en 2008, 2010 et 2012 (Documents Google Maps)
Photographie du bâtiment inoccupé en 2018 et de l’office notarial en 2023 (Documents Google Maps)

A suivre …

Remerciements à la ville de Hem, l’association Historihem ainsi qu’à André Camion et Jacquy Delaporte pour leurs ouvrages Hem d’hier et d’aujourd’hui et Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem

Chapelle Sainte Thérèse (Suite)

C’est en 1962 que, la chapelle étant pourvue d’un chapelain, Pierre Lefebvre, qui assure les services religieux, Monseigneur Dupont, évêque auxiliaire de Lille, bénit le maître autel de la chapelle Sainte Thérèse. Au 1er rang de l’assistance fort nombreuse se trouvent Mr et Mme Philippe Leclercq-Lestienne, ainsi que Mr et Mme Jean Leplat, le maire de la commune et son épouse.

En 1966, le chanoine Pierre Lefebvre décède brutalement et, après une veillée de prières dans la Chapelle, ses funérailles sont célébrées à l’église Saint-Corneille.

Bénédiction du maître autel en 1962 (Document Nord-Eclair)

En 1967, c’est le mariage de la fille du fondateur de la chapelle, Anne Leclercq avec Louis Lepoutre, qui y est célébré par Mgr Henri Dupont, évêque auxiliaire de Lille, assisté du chanoine Denis Callens et de l’abbé Georges Leurent de Saint-Corneille. Mme Motte, harpiste, et René Courdent, organiste interprètent les œuvres choisies pour la cérémonie.

Le mariage Lepoutre-Leclercq en 1967 (Document Nord-Eclair)

Puis se déroule, en 1968, le dixième anniversaire de la chapelle, et, à cette occasion, le cardinal Lienart y est accueilli au son de la Fanfare Saint-Corneille, afin d’y célébrer la messe, assisté des chanoines Decourtray et Callens, en présence de Mr et Mme Philippe Leclercq-Lestienne et toute leur famille. Les chants sont interprétés par la chorale Saint-Corneille sous la direction de Mr Moerman et accompagnés à l’orgue par René Courdent.

Célébration de la messe pour le dixième anniversaire en 1968 (Document Nord-Eclair)

En 1970, le culte catholique est toujours célébré dans la chapelle, 2 fois par semaine à savoir les samedi à 18h30 et dimanche à 8h30. Vers la fin des années 1980, la chapelle, qui peut accueillir jusqu’à 200 fidèles, voit encore célébrer par l’abbé Jean Housez, de la paroisse Saint-Corneille, une messe hebdomadaire le samedi à 18h30.

Régulièrement des animations s’y déroulent. Ainsi en 1975, le Choeur des Enfants de Paris, en tournée en Belgique et en Hollande, décide de fêter la Toussaint à la chapelle Sainte Thérèse à Hem en y animant la messe anticipée du 31 octobre à 18h30. Ce choeur, composé d’une trentaine de jeunes garçons, et spécialisé dans la musique chorale classique et contemporaine a déjà fait des tournées aux Etats-Unis, en Allemagne, Autriche, Italie et Afrique du Sud.

Choeur des enfants de Paris à Hem (Document Nord-Eclair)

La même année les Rossignolets de Roubaix viennent animer la première messe dominicale de 18h30 célébrée par l’abbé Bogaert. Et l’année suivante c’est un récital orgue et chant qui anime la chapelle : à l’orgue Jeanne Joulain professeur au conservatoire de Lille et organiste à Saint-Maurice à Lille, au chant le baryton Jacques Herbillon, professeur au conservatoire de Lille.

Rossignolets de Roubaix (Document Nord-Eclair)
Récital Orgue et chant (Document Nord-Eclair)

Depuis 1981, la chapelle appartient à l’évêché de Lille auquel la famille Leclercq l’a cédée. 10 ans plus tard c’est le père René Wittouk qui gère le lieu devenue une aumônerie d’artistes avec Reliance d’artistes. La chapelle fonctionne toujours en tant que lieu de culte avec, à côté, dans une partie du béguinage, un atelier réservé aux artistes et expositions, et des concerts y sont régulièrement organisés, pour demeurer fidèle à l’esprit qui a présidé à sa création : à la fois spirituel et artistique. Ainsi Reliance d’artistes anime l’office mensuel qui y a lieu en plus des messes hebdomadaires.

R Wittouck et Régis Degraeve de Reliance d’artistes (Document Historihem)

Depuis février 1995, le mobilier et le campanile sont classés au titre des monuments historiques. En 2012, c’est la chapelle dans son ensemble qui est classée par Frédéric Mitterrand, l’édifice étant alors reconnu pour sa place dans l’histoire de l’art et de l’architecture sacrée du XXème siècle.

Au début des années 2000, la chapelle est toujours répertoriée dans les lieux de culte catholique par le guide pratique Tout’Hem en Un. L’association « les amis de la Chapelle Sainte Thérèse agit en liaison avec les autorités ecclésiastiques pour veiller à la conservation de ce lieu mais aussi pour y promouvoir des rencontres dans un esprit chrétien. L’association désire également faire connaître la Chapelle et ne lésine par sur les moyens, un reportage pour France 3 y étant tourné et des visites guidées programmées pour les journées du patrimoine.

Les amis de la chapelle Sainte Thérèse en 2003 (Document Historihem)

Vingt ans plus tard la chapelle est encore en usage avec une messe chaque mercredi à 18h30, mais, en dehors de celle-ci, elle est fermée en semaine. Elle fait également toujours l’objet de visites guidées ponctuelles organisées par l’Office de tourisme de Roubaix.

En 2020, l’aumônier, le père Renaud Wittouck parle de sa chapelle, à l’occasion de l’exposition dossier organisée au musée de la Piscine de Roubaix : avant toute chose lieu de culte, lieu de baptême des enfants des membres de l’aumônerie ou de leurs connaissances, utilisation des vêtements liturgiques de Mannessier…

Les vêtements liturgiques (Document Narthex)

D’après lui la chapelle dégage un climat particulier propice à l’intériorité et la prière. Lors des visites guidées il explique que lui-même présente les lieux sous l’angle cultuel et spirituel tandis que le guide s’attache à présenter l’histoire de la chapelle ainsi que les artistes qui ont participé à sa construction.

Il appelle à retenir que, pour l’époque, la chapelle représentait une œuvre novatrice, dans laquelle tout a été pensé pour que la proximité qui existe entre les fidèles et le célébrant créée une ambiance très familiale et facilite la bonne participation de tous. Quant aux murs de vitraux, l’été c’est le mur Nord qui reflète une lumière particulière et l’hiver, lorsqu’un rayon de soleil le frappe, le mur sud est splendide.

Près de 65 ans après son inauguration la chapelle Sainte Thérèse est donc toujours à la fois un lieu de recueillement pour les croyants mais aussi un bâtiment remarquable de par son architecture et l’ensemble des œuvres d’arts qu’elle regroupe. Quant au quartier qui l’a accueillie à l’époque il n’a pas beaucoup changé et reste très calme malgré la proximité de la voie rapide invisible depuis l’Enclos Sainte Thérèse.

Remerciements à Historihem

Chapelle Sainte Thérése de l’Enfant Jésus et de la Sainte-Face

Dans les années 50, un industriel roubaisien, Philippe Leclercq, fils de Louis Leclercq, propriétaire de la Roseraie, domicilié à Hem, déjà connu pour ses activités en faveur des lépreux et des enfants du Biaffra, ami de l’art et des artistes, est désireux de doter Hem d’une chapelle ouverte à l’art contemporain.

Il réalise ce projet ambitieux en ayant recours à divers artistes en la personne d’ un architecte suisse Hermann Baur, du sculpteur Eugène Dodeigne, du peintre spécialiste en art sacré Georges Rouault, du tisserand Jacques Plasse-le Caisne, et des peintres-verriers Alfred Manessier pour la conception et Louis Barillet pour la réalisation.

Panoramas 1946 et 1961 (Documents IGN)
La chapelle flanquée des anciennes maisons à l’otil (Document collection privée)

Le 16 septembre 1956, une belle cérémonie se déroule à l’occasion de la pose de la première pierre, sur le terrain du jardin potager des époux Charles-Leclerc-Salembier, propriétaires de la première brasserie de Hem. 4 ouvriers s’affairent sur le chantier et c’est le chanoine Descamps, doyen de Lannoy qui procède à la bénédiction, élevant une croix à l’endroit où se situera l’autel.

Pose de la 1ère pierre de la chapelle (Document La Croix du Nord)
Bénédiction de la pose de la première pierre (Document La Croix du Nord)

La maquette de la chapelle est pleine de promesses. En 1957, la chapelle est construite et Mrs Baur, Mannessier, Dodeigne et Leclercq s’y retrouvent pour concevoir les finitions de l’aménagement intérieur. Le dimanche des Rameaux 1958, la chapelle est ouverte au culte, en présence du cardinal Liénart.

Maquette de la chapelle (Document Narthex)
Les concepteurs du projet réunis dans la Chapelle (Documents Historihem)

Catholique fervent, Philippe Leclercq explique plus tard (propos repris et diffusés dans le journal La Croix du Nord) : « « J’ai voulu retrouver la vraie hiérarchie des valeurs. Dieu premier serviJ’ai pensé à m’en ouvrir à mon cher Mannessier, l’estimant capable plus qu’aucun autre peintre de faire pour Dieu une œuvre digne des grands siècles chrétiens, époques où rien n’était trop beau pour le Bon Dieu. »

 « Je tiens essentiellement à ce que cette chapelle soit intégrée dans la communauté paroissiale et en soit aimée », écrit Philippe Leclercq au cardinal Liénart en 1954, en acceptant le vœu des paroissiens qu’elle soit dédiée à sainte Thérèse de Lisieux.

Sainte Thérése de Lisieux (Document collection privée)

5 ans plus tard Philippe Leclercq est élevé par le pape Jean XXIII à la dignité de Camérier de Cape et d’ Epée et, en 1969 puis 1970, il devient Chevalier de la Légion d’Honneur puis Commandeur de l’Ordre de Malte. A son décès, en 1980, il est inhumé dans le choeur de la chapelle.

Philippe Leclercq, gentilhomme du pape et Marthe Lestienne (Document Thierry Prouvost)
Photos de la chapelle de la famille en 1958 (Documents collection privée)

La chapelle Sainte Thérèse se situe le long d’une petite route, dans un quartier mi-rural, mi-ouvrier : le quartier d’ Hempempont. On ne l’aborde pas directement depuis la route grâce à une muraille de verdure obtenue par quatre tilleuls, mais par un trottoir, perpendiculaire à la rue qui longe la rangée de petites maisons chaulées qui la flanquent, et en passant devant un campanile de briques muni de petites cloches sur lesquelles deux textes de Sainte Thérèse sont gravés : « L’amour attire l’amour » et « ce que je demande c’est l’amour ».

Le trottoir d’accès avec le campanile à l’époque et en 2020 (Documents collection privée)
les cloches et leurs inscriptions en gros plan (Documents Historihem)

Les quatre maisons très anciennes rangées le long du trottoir forment « La Cité Leclerc » et celle-ci se trouve donc dans l’enceinte de la chapelle : l’Enclos Sainte Thérèse. Autrefois couvertes de chaume, ces maisons vivaient alors au bruit du métier à tisser. Elles représentent le type même de la « maison à l’otil », une fenêtre et une porte pour la cuisine et 2 fenêtres pour la grande salle dans laquelle se trouve le métier. Une fois la pièce finie, le tisserand la mettait sur sa brouette pour la conduire à Roubaix. Ces maisons ont ensuite servi de logement aux ouvriers de la brasserie Leclerc, d’où le nom de l’ensemble.

Rien de solennel donc pour l’accès au lieu de culte puisqu’il s’agit d’une chapelle et non d’une église et que l’ensemble doit rester d’une grande simplicité. C’est pourquoi il n’y a pas de transition entre le trottoir et le parvis, revêtus du même pavement de briques depuis les seuils des anciennes maisons à « l’otil » jusqu’à l’entrée de la chapelle.

La dalle carrée dans le parvis (Documents Revue Art d’Eglise)

Seule fantaisie dans le pavement : une dalle carrée, sur laquelle doit se faire la bénédiction du feu à la vigile pascale. Cette dalle porte un texte représentant la prière qui accompagne, durant la nuit de Pâques, l’allumage et la bénédiction du feu nouveau. L’entrée quant à elle est surmontée d’un auvent portant une mosaïque de Mannessier, ayant pour thème l’Alléluia.

L’entrée de la chapelle surmontée de l’auvent (Document collection privée) et étude pour la mosaïque (Document Historihem)

En pénétrant dans la chapelle le regard se porte sur la Sainte-Face, œuvre de Rouault, sur le mur nu au dessus de l’autel, représentée sur un panneau tissé (et non une tapisserie) selon le procédé de l’artisan J. Plasse-Le Caisne, de vastes dimensions, de couleurs noire et ocres, qui a posé d’innombrables difficultés techniques pour sa réalisation.

La Sainte-Face sur panneau tissé (Document revue Art d’Eglise)

Les murs de vitraux conçus par Mannessier représentent une méditation sur la vie de Ste Thérèse de Lisieux : le côté sud qui a l’aspect d’une fresque de verre et de ciment est fait d’un vitrail aux tons éclatants, qui évoquent son enfance et sa jeunesse, puis les rouges, bleus et violets qui rappellent ses années de souffrance au Carmel et côté nord le mur plus bas est également fait d’un vitrail aux tons plus légers qui symbolise sa vie céleste.

Les deux murs composés de vitraux (Documents Historihem)

Contre l’un des murs se trouve l’autel du saint sacrement, table de pierre sur pieds de fer, œuvre du sculpteur Dodeigne tout comme l’autel principal en pierre de Soignies surmonté d’une croix en fer forgé. Figurent également dans la chapelle d’autres œuvres de l’artiste telles que les fonts baptismaux et la statue de Ste Thérèse.

Autel principal et autel du Saint Sacrement, croix de fer forgé , fonts baptismaux et statue de Ste Thérèse (Documents collection privée)

L’architecture intérieure de la chapelle ménage un espace harmonieux, grâce aux pentes du toit, couvert d’un bois simple, avec un sol pavé de dalles en pierre noire des Pyrénées espagnoles et des bancs de chêne dessinés par l’architecte Hermann Baur. Ce mariage de lumière et de matière crée une ambiance particulière propice à l’intériorité.

Vue générale de l’intérieur de la chapelle (Document revue d’Art d’Eglise et collection privée)

A suivre…

Remerciements à Historihem

L’IEM La Source

L’Association de Parents d’Enfants Infirmes Moteurs (APEIM) est créée en 1974 par quatre familles ne trouvant pas de solution adaptée à leur enfant sur la métropole lilloise. Après quelques mois, l’accueil d’une dizaine d’enfants en bénévolat par les familles de l’association, passe à la création d’une classe de 20 enfants à Villeneuve d’Ascq à raison de 3 après-midis par semaine.

En 1977, l’APEIM de Villeneuve d’Ascq, est à la recherche d’un local pour accueillir les enfants handicapés moteurs-cérébraux le site de Villeneuve d’Ascq étant en effet vétuste et inadapté à la prise en charge de ces enfants, et afin de pouvoir envisager un accueil en semi-externat sur 5 jours.

Son président, Mr Florin, obtient enfin du secrétaire d’état à l’action sociale, Mr Lenoir, le feu vert et les crédits pour engager les travaux nécessaires dans une école désaffectée de Hem, au 184 rue du Général Leclerc, afin que le premier institut pour les enfants « sur-handicapés » du secteur puisse enfin ouvrir ses portes.

En mai1956, l’école chrétienne enfantine d’Hempempont et sa garderie s’ y était en effet installées et avaient été bénies par l’abbé G. Leurent de la paroisse Saint Corneille. La cérémonie avait alors rassemblé de nombreuses personnalités dont Paul Dubus, adjoint au maire, et Etienne Flament, donateur-fondateur de l’école, ainsi que Mme Prevost-Campagne institutrice et directrice de l’école.

Bénédiction de l’école chrétienne d’Hempempont en 1956 (Document Nord-Eclair)

Le local du 184 rue du général Leclerc 20 ans plus tard (Document Nord-Eclair)

Un centre médico-social précoce « La Source » va donc y être installé après quelques années de travaux afin d’y accueillir chaque après-midi des enfants sur-handicapés qui ne savent ni marcher ni tenir debout et qui ont des difficultés pour communiquer, lesquels seront pris en charge par une équipe spécialisée afin que ces enfants sortent quant même un peu de leur milieu familial, accèdent à la socialisation et libèrent de temps en temps leurs parents.

Prise en charge d’une petite fille à l’association par une maman bénévole (Document Nord-Eclair)

Le centre est inauguré en 1978, en présence de la première dame de France Mme Giscard d’Estaing. Mais, en 1982, force est de constater que « La Source » est devenue trop exiguë pour les 20 enfants de 3 à 10 ans qu’elle accueille en externat et l’établissement connaît une extension de ses locaux, avec des pièces plus spacieuses, une seconde piscine conçue pour plusieurs enfants et un espace terre et sable. L’inauguration a lieu en présence de Mr Provo, maire de Hem, et de Mr Haesebroeck, député du Nord.

Inauguration des nouveaux locaux (Document Nord-Eclair)

Après un grave incendie en 1994, il faut se débrouiller avec des locaux abimés, en attendant la reconstruction. En février 1995, le centre fête la fin des travaux de rénovation et en profite pour ouvrir ses portes vers l’extérieur et montrer un peu ce qui se passe dans ces locaux remis à neuf. C’est d’autant plus important que l’APEIM fête ses 20 ans d’existence.

Le centre est conçu comme une habitation, claire, avec une pièce pour chaque moment de la journée : salle à manger, salon, salle de jeux, piscine et même jardin clos. Les parents apprécient :« c’est petit, familial. Si on le souhaite, on prévient et on peut venir passer un moment, et puis surtout, ce n’est pas trop médicalisé ».

portes ouvertes après les travaux de rénovation (Documents Nord-Eclair)

L’extension de 1982 n’est qu’un maillon d’un projet plus vaste consistant à ouvrir un nouveau centre sur Wasquehal, pour les jeunes poly-handicapés de 10 à 16 ans, et un autre sur Villeneuve d’Ascq, pour les adolescents devenus adultes. En 2000, le directeur de la structure depuis sa création, Mr Lecointe, part en retraite et le président de l’association s’engage à à poursuivre le projet de la Source.

Départ en retraite de Mr Lecointe (Documents Nord-Eclair)

Le but n’est pas de guérir ces enfants mais d’être avec eux, pour ce qu’ils sont autour d’un projet tout simple : la vie quotidienne. La maison, où l’on fait soit même son pain, appartient aux enfants. Une seule pièce leur est interdite à savoir la salle des adultes. Une exposition leur est consacrée en l’an 2000 à la ferme Franchomme par un photographe en leur présence et en présence de Mme Houdry, adjointe à la culture, qui siège au conseil d’établissement et tient à rendre hommage au travail remarquable effectué.

Quelques photos des enfants (Documents Nord-Eclair)

L’IEM (Institut d’ Education Motrice) « La Source » accompagne en effet chaque enfant dans le développement de ses compétences sur les plans éducatif, pédagogique, thérapeutique et médical selon un projet individualisé réévalué avec sa famille tout au long du séjour.

Photos intérieures de « La Source » (Document plaquette IEM)
Photos extérieures de 2008 (Documents Google Maps)

L’accompagnement global est donc assuré par une équipe pluridisciplinaire :

  • scolaire et pédagogique par une enseignante spécialisée,

  • médicale par un médecin de médecine physique et de réadaptation,

  • paramédical par des professionnels orthophoniste, kinésithérapeute, psychomotricien, ergothérapeute, psychologue, infirmière,

  • éducatif et social par des éducateurs spécialisés, des moniteurs éducateurs, des aides médico-psychologiques, et des éducateurs de jeunes enfants.

L’IEM La Source passe ensuite une convention de coopération avec l’école maternelle Saint Exupéry sise 100 rue du Docteur Schweitzer à Hem pour la création d’une classe externalisée. A partir de septembre 2017, cette classe, associant des interventions pédagogiques et éducatives, dispose de 8 places maximum, modulables au sein de la classe. Elle fonctionne 4 matins par semaine (lundi, mardi, jeudi, vendredi).

Ecole maternelle Saint-Exupéry à Hem (Document Google Maps)

La classe externalisée a pour but de développer les objectifs suivants :

Permettre et développer la socialisation des élèves accueillis à l’IEM

Favoriser l’inclusion en milieu scolaire

Développer les compétences sociales et civiques des élèves accueillis

Contribuer à la scolarisation des élèves en situation de handicap

La presse se fait l’écho de cette initiative dont « L’objectif est de favoriser l’autonomie et la socialisation des élèves en situation de handicap. Pour l’école, tout l’enjeu est l’acceptation de la différence. Plus on travaille sur les différences très jeune, plus le regard sur celles-ci s’estompe »

Du lundi au vendredi, six enfants de trois à huit ans sont donc pris en charge jusqu’à 11 h 15 par Cécile Hollebecque, professeur des écoles à l’IEM, et un éducateur. Deux à quatre autres rejoindront cette classe externée chaque mardi et jeudi. « Ils ont été repérés en fonction de leurs compétences et peuvent répondre à des tâches scolaires ».Ils seront progressivement mêlés à d’autres classes et participeront aux projets de l’école et à la vie collective.

L’équipe à l’origine du projet et une photo des enfants (Document La Voix du Nord)

En 2007, un projet de construction de locaux plus modernes et fonctionnels est pressenti sur l’ancien terrain occupé avenue de l’Europe par le restaurant Buffalo Grill jusqu’à l’incendie de 1995 ayant occasionné sa fermeture définitive et l’abandon du terrain. La chaîne de restaurants envisage donc une donation au profit de l’association « la vie autrement » qui gère l’IEM.

C’est une chance pour l’institut qui devrait pouvoir se doter d’un complexe de 2000 mètres carrés comportant 3 ailes : l’une dédiée aux enfants, l’autre aux adolescents, la dernière à l’administration et aux locaux communs de restauration, de soins ou d’activités. Le projet doit être réalisé pour 2013 d’après le magazine Tout Hem de 2010.

Le déménagement prévu en 2013 (Document Tout Hem) et la parcelle de terrain concernée sur le plan cadastral (Document cadastre)

Pourtant le projet n’a pas été mené à terme et l’IEM se trouve toujours dans ses locaux historiques. Quant à l’association « La vie autrement » qui en était la gestionnaire, elle a fusionné en 2021 avec le GAPAS (Groupement d’Associations Partenaires d’Action Sociale), association Loi 1901, qui propose diverses formes d’accompagnement pour des personnes en situation de handicap, enfants et adultes, à travers la gestion de 34 établissements et services sociaux et médico-sociaux.

L’IEM la Source en 2020 (Document Site Internet)
L’IEM vue aérienne (Document Google Maps)

Remerciements à la ville de Hem

Jean-Baptiste Pennel (Suite)

Au delà de son activité professionnelle, Jean Pennel a une passion : le jardin. Au début des années 1920, il a son jardin ouvrier, parmi d’autres, au bout de l’usine au 143 rue de Constantine à Roubaix. Puis d’autres se succèdent, parfois pour la saison, jusqu’à celui qu’il aménage derrière sa maison du boulevard Clémenceau à Hem et qu’il fait visiter.

Il décrit son jardin dans 3 albums réalisés en 1975, à l’adresse des jeunes auxquels il souhaite donner le goût des fleurs et des jardins. C’est lui qui crée l’Association des Cités Fleuries, avec laquelle il organise des concours de balcons et jardins ainsi que des concours de dessins dans les écoles primaires de l’agglomération.

Dans les années 1970 il multiplie les opérations portes ouvertes dans son magnifique jardin pour le faire découvrir au plus grand nombre, en présence parfois de membres de sociétés d’horticulture des environs, pour guider et renseigner au mieux les visiteurs.

Opération portes ouvertes en 1977 (Document Nord-Eclair)

Une dénivellation située à l’entrée du parc permet l’établissement d’un jardin de rocailles et une seconde partie est constituée par des murets fleuris et un plan d’eau situé derrière l’habitation. Dans cette partie poussent les plantes de rocailles, plantes grimpantes et plantes grasses, le fond du parc étant constitué par le verger, installé sur un gazon à l’état de prairie et la partie jardin d’agrément, jardin vert au superbe gazon. Enfin la roseraie occupe la partie centrale du parc.

Opération portes ouvertes en 1978 (Document Nord-Eclair)

Jean Pennel commente ainsi son jardin en 1979, soit au bout de 40 ans de soins : « L’utilisation de la pente du champ qui en fut le point de départ et l’installation d’un court de tennis ont conduit à des mouvements du sol qui en brisent l’uniformité et donnent un relief encore accentué par quelques rocailles où se complaisent des plantes alpines. »

Les serres dont l’une est un peu un jardin d’hiver permettent le développement ou la conservation de plantes méridionales ou tropicales. La prairie-verger est, à la bonne saison, constellée de crocus et de narcisses. Dans le petit bois fleurissent coucous, primevères, pervenches, anémones des bois, violettes et muguet.

Puis des plates-bandes de vivaces, un golf miniature sur gazon, parcouru par un ruisselet parsemé de petits rochers et encadré de massifs fleuris sur fond de verdure, arbres et arbustes complètent l’ensemble. Le parc permet de se détendre au chant des oiseaux et les vergers et fruitiers ajoutent à la diversité du site.

Multi récompensé Jean-Baptiste est médaillé de la Résistance du réseau WO (War Office), titulaire de la grande médaille d’or de la Fondation Kuhlmann, Officier de la Légion d’Honneur, Chevalier de l’Ordre du Mérite et Commandeur des Palmes Académiques. Veuf, il décède le 14 mars 1980, dans sa quatre vingt quatrième année et ses funérailles sont célébrées à l’église Ste Bernadette à Roubaix.

Commandeur des Palmes Académiques en 1974 (Document Nord-Eclair)

Le journal Nord-Eclair rend hommage au cofondateur des Ets Pennel et Flipo, au système social d’avant garde associant personnel et direction dans l’exploitation et l’intéressement aux bénéfices, entreprise cédée quelques années auparavant au groupe Prouvost-Masurel.

Il rappelle que Jean-Baptiste Pennel a contribué au lancement de 12 centres d’apprentissage et a également été le président fondateur du Centre de perfectionnement des cadres ainsi que du Centre d’orientation professionnelle de Roubaix.

Enfin il conclue sur les nombreuses responsabilités que Mr Pennel a exercées au sein d’organisations professionnelles notamment en tant que président fondateur de l’Union Régionale des Industries et Négoces de la Chimie du Nord et du Pas-de-Calais et en tant que président du Syndicat National des Industries du caoutchouc et du plastique…

Photo parue suite à son décès (Document Nord-Eclair)

Il laisse 3 enfants, une fille et 2 garçons. 20 ans plus tard en octobre 2001, son nom est donné au mail reliant l’avenue Jean Lebas au Musée d’Art et d’Industrie de Roubaix. A cette occasion l’entreprise située au 384, rue d’Alger ouvre ses portes aux visiteurs désireux de découvrir le savoir-faire de Pennel Industries, comme a déjà pu le faire le maire de Roubaix René Vandierendonck.

Photo du maire de Roubaix découvrant les produits de la gamme de Pennel Industries en 2001 (Document Nord-Eclair)

L’entreprise compte alors encore 400 salariés et tous ainsi que leurs familles, les clients, les fournisseurs et des institutionnels et élus locaux profitent de cette journée portes ouvertes pour découvrir l’envers du décor et l’intérieur des bâtiments de cette entreprise fondée depuis un siècle par Jean-Baptiste Pennel et Joseph Flipo.

Photo des visiteurs dans la cour de l’entreprise en 2001 et une machine de production des toiles cirées (Document Nord-Eclair)

Des plaques représentant les 2 hommes sont posées à l’entrée de l’entreprise. C’est Jean Pennel, l’un des fils de Jean-Baptiste qui inaugure la plaque commémorative dédiée à son père sous le regard de Bernard Minvielle, directeur général de la société en ce début de nouveau millénaire.

Photo de Jean Pennel inaugurant la plaque commémorative représentant son père en 2001 (Document Nord-Eclair)

En 2005 pourtant, l’entreprise roubaisienne ferme ses portes pour s’implanter à Mouscron (Belgique) où elle produit et distribue dans le monde entier sous la marque Orca, des tissus composites souples qui apportent des solutions techniques aux acteurs des industries nautique, ferroviaire, aéronautique et de la défense.

Remerciements à la ville de Hem, l’association Historihem ainsi qu’à André Camion et Jacquy Delaporte pour leur ouvrage Hem d’hier et d’aujourd’hui.

Jean-Baptiste Pennel

Jean-Baptiste Pennel est né à Roubaix en 1896 et, après des études de chimie, il est professeur à l’IPR (Institut Professionnel Roubaisien, 22 rue de la Paix) en 1916 puis à l’ ITR (Institut Technique Roubaisien, 37 rue du Collège) jusqu’en 1930. Entre temps, en 1920, il épouse Joséphine Mignauw, et reste roubaisien jusqu’en 1939, date à laquelle le couple s’installe au 190, boulevard Clémenceau à Hem.

Vue aérienne de la propriété du couple en 1947 (Document IGN)
Le 190 Bd Clémenceau en 2008 (Document Google Maps)

Parallèlement à son expérience pédagogique, il fonde, dans les années 1920, avec Joseph Flipo (lui aussi domicilié à Hem, rue Jean Jaurès) l’entreprise qui devient la SA Pennel et Flipo en 1924, 384 rue d’Alger à Roubaix, spécialisée dans la fabrication de feuilles caoutchoutées et la confection d’articles d’hygiène. (Voir sur notre site un article précédemment édité et intitulé : Pennel et Flipo).

Usine Pennel et Flipo Roubaix (Document BNR et Ateliers mémoire de Roubaix)

On le trouve facilement l’outil à la main à l’occasion de ses passages en atelier, où il n’hésite pas à former lui-même les ouvriers sur le fonctionnement d’une machine ou une opération de fabrication. L’entreprise est ainsi à l’origine de l’invention du bulgomme, dont la marque est déposée en 1936.

Au départ, c’est un revêtement de sol en caoutchouc de 5 mm d’épaisseur, dont le nom exact est « Bulgomme silence ». On en pose dans les cliniques et hôpitaux pour protéger du bruit, des talons aiguilles et des brûlures de cigarettes.

En 1936, l’entreprise roubaisienne échappe à l’agitation grâce aux bons salaires et aux nombreux candidats à l’embauche. En 1942, pour éviter aux jeunes de l’entreprise le STO (Service de Travail Obligatoire) en Allemagne, Jean Pennel crée un camp de travail à Bougival et un camp forestier et de culture maraîchère à Ascq. Durant les dernières années d’occupation de la ville, et de pénurie alimentaire, un comité, présidé et animé par Mr et Mme Jean-Baptiste Pennel, distribue des soupes populaires à Hem .

Comité de libération, extrait de compte-rendu signé par Jean Pennel (Document Historihem)

Il lance la formule « à chacun sa chance » pour les jeunes défavorisés et fonde, en 1943, des Centres d’orientation professionnelle, des centres d’apprentissage, des centres de formation des cadres sur Roubaix Tourcoing et décide de faire participer tous les partenaires sociaux à la gestion des centres, initiative appuyée par le maire de Roubaix : Victor Provo.

Lors de la libération de Hem, en Octobre 1944, une délégation municipale du comité de libération, nommée par arrêté préfectoral, se réunit en mairie et parmi ses membres figure Jean-Baptiste Pennel, industriel. La réunion se clôture sur une vibrante marseillaise entonnée à l’unisson par l’assemblée suite à l’allocution du maire, Jules Delesalle.

Photo de Jules Delesalle maire de 1935 à 1945 (Document Hem d’hier et d’aujourd’hui)
Extrait de la délégation municipale d’ Octobre 1944 (Document Historihem)

En 1945, il met en place dans l’entreprise roubaisienne un comité de nature consultative préfigurant le futur comité d’entreprise. En 1951, il institue le contrat de participation aux bénéfices qui réserve au personnel 20% des résultats et un an plus tard il met en place la prime d’intéressement. Enfin en 1959, il signe le 1er accord d’entreprise.

Entretemps, en 1955, il est nommé président du syndicat national des industries du caoutchouc, lequel regroupe l’ensemble des 450 maisons françaises travaillant le caoutchouc et les produits voisins. Le personnel de la maison Pennel et Flipo, cadres et ouvriers, lui présentent leurs félicitations, considérant comme un honneur pour la région que l’un de ses chefs d’industrie ait été choisi.

Nomination comme président du syndicat national des industries du caoutchouc en 1955 (Document Nord-Eclair)

La même année, au mois de mai, le challenge du patron le plus sportif de France, créé pour encourager le sport à l’usine, est attribué à Mrs Pennel et Flipo. La journée commence par une visite de l’entreprise au cours de laquelle sont suivis les différents stades de la transformation du caoutchouc. Ensuite, en guise de première manifestation de la grande activité sportive au sein de l’usine, les membres de la section de judo font une démonstration de leur talent.

Puis un apéritif d’honneur servi dans la grande salle du bar de l’usine est suivi d’un grand banquet réunissant de nombreuses personnalités autour de Mrs Pennel et Flipo. Au cours des discours sont évoqués la proportion importante des pratiquants du sport aux établissements Pennel et Flipo et Victor Provo relève le caractère social de l’entreprise très justement mis à l’honneur.

Enfin, le représentant du ministre de l’Education Nationale remet la médaille d’or de l’éducation physique à Mrs Pennel et Flipo. Puis tout le monde se dirige vers le stade Amédée Prouvost où de déroule une grande fête sportive et Mr Philippe Potin, neveu du donateur du challenge, remet le trophée aux deux chefs d’entreprise. 

Remise du trophée par Mr Philippe Potin à Jean Pennel (Document Nord-Eclair)

Lors de l’exposition universelle à Bruxelles en 1958, tout le stand français est recouvert de Bulgomme et résiste parfaitement aux chaussures des nombreux visiteurs. En 1974, Jean-Baptiste fête le cinquantenaire de l’entreprise Pennel et Flipo qui compte plus de 1000 salariés et invite le député-maire de Roubaix, Victor Provo, à couper le ruban.

Photo du cinquantenaire de l’usine (Document Hem d’hier et d’aujourd’hui)

A suivre…

Remerciements à la ville de Hem, l’association Historihem ainsi qu’à André Camion et Jacquy Delaporte pour leur ouvrage Hem d’hier et d’aujourd’hui.