Du château Ternynck à l’école Jeanne d’Arc (suite)

L’école des sœurs dominicaines se situe au 25 rue de Lille (bâtiment acheté à la famille Ternynck en 1919). Les locaux deviennent trop petits car l’école ne cesse de se développer. Il faut donc songer à s’installer ailleurs. Le président de l’école, Fernand Lepoutre, fait l’acquisition du château Ternynck le 1er Juin 1946. Le financement a pu être réalisé grâce à des emprunts, des dons de la congrégation et des familles, mais aussi par des ventes de charité et des séances théâtrales.

document Institution Jeanne d’Arc

Continuer la lecture de « Du château Ternynck à l’école Jeanne d’Arc (suite) »

Du château Ternynck à l’école Jeanne d’Arc

Henri Ternynck est un industriel roubaisien, dans le domaine du textile. Il possède une usine de tissage et filature, située sur le Boulevard de Fourmies ( voir un précédent article sur notre site, intitulé : l’usine Ternynck ) ainsi qu’une entreprise rue de la Fosse aux Chênes. Ses immenses bureaux se situent au 50 rue de la gare ( à l’angle de la rue de l’hospice ). Henri Ternynck gère ses affaires avec ses enfants, et crée l’entreprise Henri Ternynck et fils. Tous les membres de la famille Ternynck habitent dans différents endroits à Roubaix.

Edmond et Marie Ternynck ( document C. Baccarrere et A. Charpentier )

Un des fils d’Henri, Edmond Ternynck, se marie avec Marie Dormeuil, en 1878. Il décide de faire construire son hôtel particulier vers 1880. Il fait l’acquisition d’un terrain vierge de 13.519 m2, situé au 32 rue de Barbieux, pour y faire construire sa demeure. L’extrémité de cette immense parcelle se situe avenue Le Notre, en bordure du parc de Barbieux. Il confie le projet à l’architecte M. Dupire, qui s’inspire du château de Raray dans l’Oise, pour édifier les plans de la demeure.

L’hôtel particulier d’Edmond Ternynck 1880 ( document Archives Municipales  )
L’hôtel particulier d’Edmond Ternynck  ( document C. Baccarrere )

Le château du Huchon, comme on l’appelle à l’époque, est très imposant, Il est composé de très nombreuses pièces, sur trois niveaux. Au rez de chaussée, une galerie de 24m de long fait face à la rue, c’est une galerie de façade pour y exposer des tableaux et œuvres d’art. La décoration des salles est luxueuse : cheminée dans chaque pièce, moulures bois, portes intérieures monumentales. Au 2° étage, se situent les chambres pour le personnel : les femmes de chambre et les femmes de ménage sont en effet très nombreuses et nécessaires pour le service des châtelains.

Les pièces intérieures ( documents C. Baccarrere )

A l’extérieur, côté sud, est édifiée une terrasse couverte pour les beaux jours.

La terrasse couverte ( document C. Baccarrere )

De chaque côté du château, ( côté rue ) sont édifiés deux bâtiments séparés. Le premier est réservé aux écuries, car les déplacements à l’époque se font essentiellement en véhicules hippomobiles ( fiacres, calèches ). Le deuxième, appelé bâtiment des communs, est consacré aux nombreux jardiniers. On y trouve la resserre et un hangar pour stocker le matériel. Le long du mur de clôture, se trouvent un clapier et un poulailler.

Les extérieurs ( documents Archives Municipales et C. Baccarrere )

Dans les années 1920, de nombreuses nouvelles constructions sont érigées dans la rue de Barbieux. La municipalité décide alors d’une nouvelle numérotation des habitations. C’est ainsi que le 32 rue de Barbieux devient le 68.

Côté rue ( document C. Baccarrere )
Côté jardins ( document C. Baccarrere )

Edmond décède en 1914. Son épouse, Marie Ternynck, continue à gérer seule la demeure. La propriété est immense. Une partie du château ( la moitié du rez de chaussée et la moitié du sous sol, sur le côté sud ) est louée, en 1929, à Léon Tack et son épouse Gabrielle née Catry.

Léon Tack est grossiste et importateur en fruits, primeurs et légumes. Son entreprise est installée au 23-25 rue de la Halle, où la famille occupe le 1° étage. Le couple et leurs enfants apprécie alors ce nouveau logement spacieux, dans un cadre idyllique et verdoyant.

Publicité Léon Tack ( document collection privée )

Marie Ternynck décède en 1934. La famille Tack reste locataire de la demeure rue de Barbieux. En Mai 1940, Léon Tack, son épouse et leurs 7 enfants quittent Roubaix, et partent à Mélicourt dans l’Eure, pour quelques mois, puis descendent dans le sud de la France, et résident à Tarbes pendant quelques mois également. La famille Tack est de retour à Roubaix en 1941 ; les allemands occupent la moitié de la demeure. Léon Tack déménage à la fin de l’année 1942, et part s’installer au 52 rue Dammartin.

À suivre . . .

Remerciements à Carole Baccarrere, Annick Charpentier, Gabrielle et Dany Tack, Béatrice Martin, Florence Tellier, Virginie Samyn ainsi qu’aux Archives Municipales.

L’Auberge de Beaumont

Dans les années 1920, au 143 rue de Beaumont, se trouve l’épicerie de L. Nisse. Ce commerce est repris, dans les années 1930, par E. d’Havé. Le magasin est situé dans un quartier calme, à proximité de la rue Payen, et à deux pas de la ferme de M. Cruque, agriculteur, sur la place du Travail.

La rue de Beaumont en 1926 : à droite, un des bâtiments de la ferme Cruque ( document BNR )

Ce commerce devient ensuite un estaminet, géré successivement par Mme Ledocte dans les années 1940 et L. Grave dans les années 1950.

Dans les années 1960, le café se nomme : « Au Moniteur » Peut-être y avait il un rapport avec l’endroit tout proche place du Travail, où se déroulaient les épreuves pour passer le permis de conduire.

Modification de la façade en 1964 ( document Archives Municipales )

En 1964, le tenancier Kurt Gronow, qui demeure 121 rue Pierre de Roubaix, demande au bureau d’études Clément Dassonneville, à Menin, une modification complète de la façade de son établissement. Les travaux s’élèvent à 14.220 Frs. Dans les années 1970 1980 l’établissement change plusieurs fois de propriétaire. Les enseignes se succèdent également : La Serre et Le Rustique.

L’auberge dans les années 1980 ( document Archives Municipales et Nord Éclair )

A la fin des années 1980, Jean Pierre Pirlet reprend l’établissement qui devient « l’Auberge de Beaumont ». Deux ans plus tard, en 1990, aidé par son chef de cuisine Alain Dequidt, il ajoute à ses deux menus existants de 75 Frs et 125 Frs, des plateaux de fruits de mer.

document collection privée

On peut déguster désormais, le plateau du mareyeur de 24 huîtres fines de claire d’Oléron pour 120 Frs, et le plateau de fruits de mer composé d’huîtres, langoustines, crevettes, bouquets, amandes et un tourteau, pour le prix de 150 Frs. Un arrivage quotidien des fruits de mer et crustacés assure une fraîcheur des produits inégalable. Jean Pierre Pirlet propose également la livraison de plateaux à domicile et la vente à emporter. Il fait aussi profiter sa clientèle de son expérience en matière de champagnes et de vins blancs.

document collection privée

En 1996, Frédéric Mégnien et son épouse Kira reprennent l’auberge de Beaumont. Ils arrêtent la vente de fruits de mer et se dirigent vers une cuisine plus traditionnelle, avec un accueil sympathique et convivial. Frédéric devient  »Maître Restaurateur » ( titre honorifique délivré par l’Etat )

document collection privée

L’engagement de Frédéric : une cuisine réalisée sur place à partir de produits bruts, majoritairement frais, intégrant les circuits courts. Il cuisine des produits de saison, comme les asperges en Avril, le gibier et les champignons à l’automne…

Frédéric et Kira Mégnien ( document Nord Eclair )

Dans les années 2000, un incendie ravage le premier étage ; l’établissement reste alors fermé plusieurs mois pour travaux. En 2007, les époux Mégnien quittent l’auberge pour ouvrir un établissement à Lille puis à Villeneuve d’Ascq.

documents : L’Expresso

En 2008, l’auberge de Beaumont est reprise et devient : L’Expresso. Le nouveau gérant, Jean François Choquet propose désormais une cuisine italienne et française : restauration traditionnelle, vente de pizzas sur place ou à emporter.

Remerciements aux Archives Municipales.

Ludopital

En 1987, Bernard Grimbert est manipulateur en imagerie médicale, à l’hôpital de la Fraternité. L’hôpital Victor Provo s’est ouvert récemment, mais une grande partie des services de l’établissement de l’avenue Julien Lagache fonctionne encore.

Hôpital La Fraternité

Bernard Grimbert doit effectuer la radiographie d’un enfant malade. Ce garçon est angoissé face à cette machine monstrueuse. Pour le rassurer et rendre l’examen moins stressant, Bernard lui offre un jouet. Bien inspiré, il se rend compte que l’effet est immédiat, car l’enfant retrouve le sourire, ne pleure plus, et l’examen se déroule normalement.

Bernard Grimbert

C’est la révélation. Il faut absolument trouver des jouets, pour permettre aux enfants d’oublier l’examen, en détournant leur attention. Bernard propose à Maurice Titran, le directeur du centre d’action médicale d’offrir un jouet à tous les enfants qui font un séjour à l’hôpital de Roubaix, même court, mais il n’existe pas de budget pour financer l’achat de jouets neufs. Bernard fait donc une razzia de jouets, dans sa famille, chez ses amis, chez ses collègues. Plusieurs d’entre eux, emballés par son idée, lui viennent en aide. Les jouets commencent à s’entasser.

Bernard Grimbert crée alors une association, pour pouvoir être reconnu, et pour bénéficier d’éventuelles subventions. Il en est le Président, Daniel Pattyn le secrétaire, et Jean-Pierre Mosnier le trésorier. Le nom de l’association est trouvé immédiatement, c’est Ludopital.

Des bénévoles se proposent pour aider à réceptionner les jouets de plus en plus nombreux. Devant ce succès, il faut trouver un local, car le service de radiologie s’avère très rapidement trop petit. On trouve une salle, un étage plus bas, toujours à l’hôpital de la Fraternité, avenue Julien Lagache, dans les anciens services de dialyse, puis au pavillon 9 dans les anciens services ORL, ensuite dans le pavillon 2, quelques temps après dans le pavillon 4, malheureusement destiné à la démolition.

Fresque murale

Dans les années 1990, Ludopital se développe de façon importante et rapide : grâce à la distribution de jouets, bien sûr, mais également des fresques murales dans les salles de soins, des animations dans les hôpitaux, des séances de maquillage, des spectacles de marionnettes, des créations d’espaces de jeux, du matériel audiovisuel aux urgences et en chirurgie, des collectes de pièces jaunes, etc. Bref : tout ce qui peut améliorer l’accueil des enfants hospitalisés, dans de nombreux établissements à Roubaix, mais également à Tourcoing, Lille, Wattrelos et Mouscron.

Les Foulées Jaunes 1995

En 1995, Jean-Luc Scotté crée  »les Foulées Jaunes » : une course au parc de Barbieux, ouverte à tous. Les inscriptions permettent de récupérer de l’argent entièrement reversé aux enfants malades, sous forme de jouets ou d’actions dans les hôpitaux. C’est une belle histoire de générosité, de solidarité et d’humanité des Roubaisiens.

Hospice Barbieux

A la fin des années 1990, Ludopital doit déménager de l’hôpital de la Fraternité pour des raisons de sécurité. Un local de 1000 m2 est offert, au 3° étage de l’hospice Barbieux, au 35 rue de Barbieux. Certes, le bâtiment peut paraître un peu vieillot, mais les 40 bénévoles s’investissent pleinement pour aménager l’accueil de façon fort chaleureuse et sympathique. L’emplacement est idéal, car tout proche du service pédiatrie de l’hôpital Victor Provo. Le déménagement se déroule en 1999 ; 40 camions sont nécessaires pour transporter les jouets de la Fraternité à l’hospice Barbieux.

Le Vert Pré

Les déménagements ne sont malheureusement pas terminés, car, en début d’année 2006, une commission de sécurité constate que les locaux de l’Hospice Barbieux ne sont plus aux normes. Il faut alors songer à trouver un nouveau local ! La direction de l’hôpital propose un local de 400 m2 au centre médical du  »Vert Pré » rue Pierre de Coubertin, plus petit mais plus fonctionnel. Le déménagement, financé par la Mairie, se déroule en fin d’année 2006.

Après une année 2007 financièrement très difficile, la nouvelle présidente, Jeanine arrive à mobiliser, une fois de plus, tous les bénévoles et à sauver Ludopital qui était voué à disparaître.

Dans les années 2010, c’est le développement dynamique, grâce à l’arrivée de bénévoles compétents et énergiques. De nombreuses animations se mettent en place, pour financer les actions Ludopital (Fait Rarissime avec le club Ferrari, des motos pour Ludo, le golf de Brigode, les Foulées de Bondues, les spectacles par des artistes bénévoles)

Ludopital sollicite les entreprises pour trouver des fonds, les commerces pour placer des boîtes bleues et récupérer des pièces de monnaie, les écoles pour présenter son action et y organiser des collectes de jouets.

Les 5 présidents de Ludopital. De gauche à droite : Jean-Luc Scotté, Jean-Marc Brisy, Jeanine Vanderplancke, Bernard Grimbert, Hubert Ythier

En 2017, Ludopital fête ses 30 ans et le bilan est très positif car plus de 2 millions de jouets en parfait état ont été offerts aux enfants hospitalisés. C’est l’occasion également de fêter l’événement avec tous les bénévoles à la salle Richard Lejeune rue d’Anzin. C’est aussi le moment de pouvoir regrouper les 5 présidents qui ont dirigé l’association au fil des années.

Aujourd’hui, Ludopital c’est :

– Plus de 100 bénévoles, 3 salariées dont 1 à temps plein

– 53 000 jouets  »courage » ( en parfait état, désinfectés et reconditionnés ), offerts annuellement aux enfants hospitalisés

– Des actions dans 44 hôpitaux de l’Eurométropole lilloise : des aménagements de salles d’attente et de chambres d’enfants, des décorations de blocs opératoires par des colonnes à bulles, des plafonds lumineux etc

– Une écoute attentive des besoins du personnel soignant des hôpitaux

– Une sensibilisation des généreux donateurs, en organisant des visites des locaux

– Un développement important depuis plusieurs années, grâce à l’hôpital Victor Provo et à la Mairie de Roubaix

– Le 25° anniversaire des Foulées Ludopital qui attire 2400 personnes en 2019

– Des spectacles, des concerts

– Une communication sur les réseaux sociaux.

Aménagement d’une salle d’attente
Plafond lumineux à l’hôpital Victor Provo
Les foulées Ludopital au parc de Barbieux
Le sourire d’un enfant

Remerciements à Jeanine Vanderplancke, Bernard Grimbert, Laetitia Perez et à toute l’équipe des bénévoles de Ludopital.

Tous les documents de cet article proviennent de l’association.

Le jeton du parc

Notre ami Bernard, grand collectionneur devant l’éternel, nous a trouvé dans ses tiroirs un petit jeton en plastique de couleur violette, sur lequel était écrit Parc de Barbieux, bon pour une personne. Comme il n’est pas avare de questions, il nous demande de chercher bon pour quoi exactement ?

Le fameux jeton Coll Bernard Termeulen

Après avoir soumis la question à la mémoire collective et populaire, il en ressort un certain nombre de réponses assez variées. Une grande majorité se prononce pour les tours de manège, suivi par les tours en barque/ou pédalo, puis le mini-golf. On nous parle aussi d’un carrousel avec des chevaux et un carrosse ?

Le Bol d’Air CP Méd Rx

Nous avons donc décidé de chercher des témoins. Un cousin de notre ami Gérard lui indique le nom de M. Jean Paul Colin, qui a exploité le Bol d’air de 1976 à 1981 et donc était susceptible de nous renseigner. Ce qu’il a fait de bonne grâce. Voici ce qu’il nous a dit : ces jetons servaient à gérer les tours en barque ou en pédalo.

Pédalos et barques Coll Particulière

D’autres questions restent en suspens : pourquoi pour une personne ? On pouvait en mettre quatre dans un bateau et deux sur un pédalo. Fallait-il un bon par personne ? De même, il semble que le tour en barque ou en pédalo ne devait pas excéder la demi-heure, sans doute pour que plus de monde puisse en profiter. La gestion de cette animation était-elle confiée à un concessionnaire particulier ou faisait-elle partie d’un ensemble avec le manège et le mini-golf. Quelles étaient les mesures de sécurité autour de ces barques et pédalos ? D’autres se souviennent de couleurs différentes, lesquelles ? Avaient-elles un sens particulier ? Et finalement quel était le tarif ?

L’enquête ne fait que commencer mais vous pouvez toujours participer. On vous tient au courant.

31 rue Paul Lafargue

André Carissimo est un industriel roubaisien, dans le domaine du textile. Il décide de faire construire en 1928 sur un terrain de 3360 m2 avenue Gustave Delory à l’angle de la rue Paul Lafargue, une construction à usage d’habitation, par l’architecte René Dupire au 52 Boulevard de Cambrai

Document Archives Municipales
Document collection privée

C’est un hôtel particulier, une maison de maître de 265 m2 de surface au sol, la façade fait 19m de long sur plus de 14m de large avec deux étages. Au rez de chaussée, on y trouve : le hall d’entrée, le vestiaire, le vestibule, la cuisine, le salon, la salle à manger, le living-room, la salle d’enfants, l’escalier, l’ascenseur, le monte charge, l’escalier de service, et un garage de 40 m2

Documents D Gaudenzi

André Carissimo est marié avec Agnès Toulemonde. Ils ont deux filles Agnès née en 1912 et Françoise née en 1924. Pour une raison méconnue, André Carissimo décide au milieu des années 1930, de changer son adresse postale. Son habitation devient le 31 rue Paul Lafargue, et il condamne son entrée principale de l’avenue Gustave Delory, en plantant un arbre face à la grille ; arbre qui existe toujours de nos jours. André et Agnès vont résider dans leur somptueuse demeure, pendant près de trois décennies.

Photo de la grille avenue G Delory ( Photo BT )

André Carissimo décède à la fin des années 50. Son épouse reste dans la grande propriété, et décède à son tour en fin d’année 1975. En 1976 les héritiers décident de céder l’ensemble de la propriété à M Claude Duhamel qui habite 12 rue Clémentine Durieux à Wasquehal, Une promesse de vente est signée. Le projet prévoit la démolition pure et simple de l’habitation et d’y construite à la place, un immeuble de 6 étages, comprenant 23 appartements avec 23 boxes et 21 places de parking !

Document Archives Municipales

Fort heureusement le projet n’aboutit pas, et le dossier devient périmé en Mai 1978. La propriété est reprise par Mme Maes gérante de la SCI Les Hauts de Barbieux qui a son siège au 52 rue Louis Lejeune à Wasquehal. Mme Maes propose de louer l’ensemble de l’habitation au traiteur Robert Lecocq. Celui-ci décide de transformer l’immeuble en restaurant « Les Hauts de Barbieux » qui ouvre en 1979 ( voir sur notre site, un précédent article, intitulé : Robert Lecocq ) Le restaurant de Robert Lecocq continue son activité jusque dans les années 2010.

Documents collection privée

Aujourd’hui le bâtiment existe toujours. Les Hauts de Barbieux sont des salons de réception, occasionnellement loués pour des banquets et mariages

Photos BT

Remerciements aux Archives Municipales

La Roseraie

Joanny Dufour Marsy est un industriel. Le siège de l’entreprise Dufour est basé chez lui, au 30 rue du Château. La société fabrique des courroies en cuir pour machines-outils, dans son usine de Charenton, dans la région parisienne. Les affaires sont florissantes, au début des années 1900, grâce à l’industrie textile roubaisienne. Il fait l’acquisition d’un terrain, avenue des Villas (aujourd’hui, le 45 avenue Gustave Delory), en 1910, pour y construire une maison individuelle. Il s’agit d’une grande avenue où les industriels commencent à faire bâtir de somptueuses villas. J. Dufour préfère une habitation plus modeste que les hôtels particuliers de l’avenue ; il fait appel à l’architecte Albert Bouvy, pour créer une maison à colombages : un chalet coquet et plein de charme.

Façade Sud 1913 ( collection privée )

L’habitation est confortable : au rez de chaussée, on trouve un vestibule, une cuisine, une petite salle et un grand séjour de 38m2 qui donne sur une terrasse extérieure. Au 1er étage, il y a 4 chambres, le second étage est composé de 2 chambres et un grenier.

Le terrain est immense, en forme de L sur 3387 m2. J. Dufour est passionné d’horticulture et y fait donc planter des arbres, des arbustes et surtout des rosiers. Sa demeure devient « La Roseraie ».

Façade Nord 1913, au fond à gauche, une des villas avenue G. Delory, aujourd’hui Comexpert ( collection privée )
( document Archives Municipales )

A la fin des années 1920, Marcel Delvas, négociant en laines, son épouse Thérèse et leurs deux filles : Colette et Jacqueline habitent les lieux.

Au milieu des années 1930, le nouveau propriétaire est Robert Delcourt. Il dirige un négoce de vins et spiritueux : L’Économie, rue Jules Guesde. Robert est marié avec Monique Pollet : la fille de Charles Pollet, un des frères fondateurs de La Redoute. Avec leurs enfants, ils vont habiter La Roseraie pendant de longues années.

Robert aménage un garage pour deux voitures dans le fond du jardin et construit un puits décoratif devant la maison. La famille apprécie les charmes de ce pavillon dans un parc verdoyant et magnifique.

Vue depuis l’avenue G. Delory, le mur d’enceinte et la barrière en bois ( document Archives Municipales )

Robert décède en 1988. Son épouse Monique a bien du mal à gérer seule cette grande propriété. Avec les années, la Roseraie s’est dégradée : pannes de chaudière, fuites à la toiture, humidité dans les murs, décoration à refaire. En 1989, les travaux de rénovation deviennent trop importants ; Monique et ses enfants décident de céder la propriété à un promoteur immobilier, la société Palm Promotion. Cette filiale du groupe Rabot Dutilleul, confie le dossier à l’architecte Jacques Lapchin et propose d’édifier sur le terrain un lotissement de maisons et d’appartements, en locatif, à caractère social. Ce choix entraîne inévitablement l’abattage de très nombreux arbres centenaires.

( document Archives Municipales )
( document Archives Municipales )

Les riverains réagissent ; une quarantaine de familles se mobilisent pour défendre l’environnement et leur cadre de vie. Une association : Delory–Lafargue-Anatole France, est créée ; des pétitions sont signées et adressées à M. le Maire.

( document Archives Municipales )
Photo prise du fond de la propriété ( document Archives Municipales )
( document Nord Éclair )

André Diligent et ses adjoints, Jacques Lamaire et René Vandierendonck, apportent quelques légères modifications au projet de Palm Promotion, mais le permis de construire est signé.

( document Archives Municipales )
( Photo BT 2019 )

Il n’est pas toujours facile de trouver un accord entre nature, écologie, esthétique et une nécessaire mixité sociale.

Remerciements aux Archives Municipales.

.

Robert Lecocq, traiteur

Robert Lecocq naît le 21 Avril 1932. Il apprend le métier de boucher charcutier traiteur, mais c’est surtout l’activité de traiteur qui le passionne : la création de plats, de mets succulents et de desserts pour le plaisir des clients.

A la fin des années 1960, il installe ses bureaux au 111 rue du Luxembourg à Roubaix et ouvre un magasin de traiteur, au 189 Boulevard Gambetta à Tourcoing. C’est une artère importante qui relie les deux villes, ce qui lui permet de faire venir les clients de Roubaix Tourcoing, mais également des petites villes voisines. Car les particuliers viennent de loin pour commander chez Robert Lecocq. Sa réputation et sa notoriété sont désormais acquises.

Publicité années 60 ( Document collection privée )

Robert Lecocq livre à domicile, que ce soit pour les particuliers ( noces, mariages et banquets ), ou pour les entreprises ( repas d’affaires ).

Il est ambitieux et son souhait le plus cher est de pouvoir mettre une salle de réception à disposition de sa clientèle. L’occasion se présente en 1979, lorsqu’il rencontre Mme Maes qui possède le 31 rue Paul Lafargue. C’est un hôtel particulier construit en 1928 par l’industriel André Carissimo. Cette maison de maître de 265 m2 de surface au sol (la façade fait 19m de long sur plus de 14m de large) possède deux étages. Le terrain de 3360 m2 donne sur l’avenue Gustave Delory et la demeure est inoccupée depuis 1976. Un bail de location est signé.

Les Hauts de Barbieux ( Document J.J.Young )

Robert Lecocq s’installe dans ces locaux et crée l’enseigne « Les Hauts de Barbieux ». Il installe la cuisine, le laboratoire et la chambre froide au sous sol et aménage deux salles de réception au rez de chaussée : La Chaudrée et la Fontaine. Il fait ouvrir le mur de clôture, avenue Gustave Delory, pour la création d’une porte cochère, afin de faciliter le passage des véhicules de livraison.

Les Hauts de Barbieux ( Documents collection privée )

Il a donc désormais plusieurs activités : traiteur et livraison à domicile, salle de réception pour les week-end, et restaurant pour le reste de la semaine. Le succès est immédiat et le restaurant se trouve déjà à l’étroit. Au début des années 1980, Robert fait donc construire une véranda sur les 19m de façade, côté jardin : la salle principale est maintenant immense, magnifique et très lumineuse.

Les Hauts de Barbieux ( Documents collection privée et Google Maps )
Les Hauts de Barbieux ( Documents D. Gaudenzi )

Robert Lecocq devient le spécialiste incontesté de la cuisine pour les plus fins gourmets et les plus grands gourmands. Les créations sont toujours uniques, délicates et savoureuses, car tous les plats sont faits maison à partir de produits frais. Robert est très exigeant, voire même intransigeant auprès de son personnel sur la qualité.

Menu restaurant ( Document J.J.Young )

En 1986, Robert Lecocq prévoit l’extension et l’agrandissement de ses locaux techniques, avec l’accord de la propriétaire Mme Maes, mais en 1988, il renonce à effectuer les travaux, car il a d’autres projets : la création de salles de réception, dans des lieux historiques et prestigieux . . .

En 1989, Robert Lecocq signe un accord avec la ville de Mons en Baroeul, pour la location du Fort de Mons. C’est dans cet édifice du XIX° siècle, avec une architecture remarquable, niché dans la verdure, que Robert aménage des salles de réception et un restaurant dans de magnifiques salles voûtées.

Le Fort de Mons ( Document collection privée )

Fin 1990, Robert tombe malade et arrête son activité professionnelle pour pouvoir se soigner. Son épouse Chantal et leurs trois fils François, Emmanuel et Alexandre reprennent le flambeau, continuent l’activité et développent l’entreprise de façon très importante et rapide, car ils fourmillent d’idées originales.

En 1991, la famille Lecocq décide d’aménager des cuisines et un laboratoire, dans un nouveau local rue Émile Moreau, car cet emplacement se trouve à proximité de l’église Notre Dame, futur nouvel espace de réception.

La mairie de Roubaix signe une concession, en 1992, pour la location de cette ancienne église qui date du XVIII° siècle, désacralisée en 1983. Les travaux de rénovation sont immenses, car cet ancien lieu de culte inoccupé depuis 10 ans, a servi de stockage pour la municipalité, et se trouve en mauvais état.

L’église Notre Dame ( Documents collection privée )

L’espace Gobelins est né. C’est un lieu magique, majestueux, étonnant avec ses larges colonnes et sa voûte à 20m de hauteur. La salle est immense, puisqu’elle peut recevoir 350 personnes pour un dîner ou 1500 personnes pour un cocktail. C’est un écrin idéal pour les réceptions ; la clientèle est ravie.

Espace Gobelins ( Documents D. Gaudenzi )

En 1997, la famille Lecocq reprend le restaurant « La Terrasse des Remparts » à Lille ( auparavant tenu par le chef étoilé Bardot ), qui se trouve dans l’enceinte même de la Porte de Gand : site historique classé, construit en 1620. La décoration est originale et marie audacieusement le moderne et l’ancien, avec succès. Le restaurant a une capacité de 110 couverts, et emploie 15 personnes.

La Terrasse des Remparts ( Document collection privée )

En 2002, le groupe Lecocq ajoute un nouveau projet et, cette fois-ci, se lance dans la création, en ouvrant un restaurant à thème, sur un concept inspiré du voyage, des vacances et de la méditerranée, à l’enseigne « Villazur », à Wasquehal. Le bâtiment, la décoration et la carte sont un billet pour le soleil : un voyage méridional entre terre et mer.

Villazur ( Document collection privée )

En 2007, le groupe Lecocq déménage tous les équipements des cuisines, de la rue Emile Moreau, dans de nouveaux locaux, au 37 avenue Henri Delecroix à Hem. Malheureusement, la crise économique de 2007-2008 entraîne une baisse des commandes du service traiteur, une baisse de la fréquentation des restaurants. L’activité tourne au ralenti et les premières difficultés apparaissent. La situation ne s’améliore guère, et la liquidation judiciaire de l’entreprise est prononcée en 2011.

Le siège de la société, à Hem, est repris par Compass Group, qui fait partie de la chaîne « Traiteur de France ». L’activité continue, et la nouvelle direction décide, bien évidemment, de garder le nom Lecocq qui représente le prestige, la forte renommée, et plus de 50 ans d’expérience. Le nom de l’entreprise est désormais : « Lecocq traiteur »

( Document Lecocq traiteur )

Remerciements aux archives municipales, ainsi qu’à Matthieu Croquette, Didier Gaudenzi et Jean Jacques Young.

.

L’éphémère café du Pont d’Avignon

Le 27 décembre 1895, les conseillers municipaux roubaisiens ont à débattre d’une demande faite par un dénommé Édouard Catteau, qui propose de louer pour dix ans un terrain situé à l’entrée du parc Barbieux pour y construire un café-restaurant. A côté de ce terrain, au coin des boulevards de Paris et de Cambrai, s’implantera deux ans plus tard le café du Parc, don il a été question dans un autre article. De forme semi circulaire (18 mètres de large sur 25 de profondeur), il est placé dans un coin extrême du parc, à l’extrémité de l’avenue de Jussieu, bien que portant le numéro 120 boulevard de Paris, dont il constitue le dernier numéro pair.

Après délibération, la municipalité accorde pour dix ans un bail de location contre un loyer de 100 francs par trimestre à ce monsieur Catteau. Celui-ci est cabaretier ; il tient un débit de boissons au 78 rue des Arts. Dès le mois de février de l’année suivante, il propose à l’agrément du conseil municipal un plan pour sa construction, dans le style orné de l’époque. Le café prendra le nom du Pont d’Avignon ; la ville doit en devenir propriétaire au terme du bail dont la durée est de 10 ans.

Plan 1896

Le café, qui figure en 1900 au Ravet-Anceau sous le nom d’estaminet Catteau, voisine avec le monument Nadaud, dont l’érection date également de 1896.

En Janvier 1905 un pavillon construit en bois dans la cour de l’établissement subit un incendie qui le détruit. Cet édicule abritait du mobilier de jardin. Heureusement, le café lui-même n’a pas subi de dégâts. Comme le bail expire le 6 mars prochain, Edouard Catteau a déménagé fin octobre précédent et a vendu son matériel en fin de saison. Une enquête concernant l’incendie est ouverte par le commissaire de police.

A la fin du bail, en 1906, le bâtiment revient à la ville. On envisage de réutiliser l’ancien café pour y loger le jardinier-chef de la ville. L’architecte planche sur le projet d’aménagement, dont le prix est évalué à 3000 francs. Ce logement figure en 1910 dans la liste des bâtiments communaux. La photo suivante, de la même époque, montre un bâtiment bas situé à gauche, après le chalet construit au bout du jardin du café de Parc. Il s’agit probablement d’un local lié à l’entretien construit près du logement du jardinier-chef, ce logement étant en retrait et caché sur la photo par le pavillon.

La construction de l’avenue Jean Jaurès inaugurée en 1921 isole cette partie du reste du parc. Le public la fréquente d’autant moins que le café a été fermé. Cet isolement explique la vente du terrain, considéré comme inutile, qui interviendra beaucoup plus tard. Le bâtiment figure encore sur un plan de 1919, mais son destin est scellé.

A cette époque, le jardinier chef va habiter un très petit logement en face, boulevard de Douai, près des serres municipales. La municipalité, donnant suite à ses demandes, décide en 1922 d’effectuer des travaux d’agrandissement de son habitation.

L’ancien pont d’Avignon va, lui, disparaître. A son emplacement, on érige en 1925 une statue commémorant la bravoure du commandant Bossut. Les deux monuments, celui de Gustave Nadaud et celui de Louis Bossut, vont alors voisiner à l’entrée du parc pour quelques décennies.

Photo IGN 1962

La cohabitation va s’achever au début des années 60. En effet, la parcelle où est disposée la statue du commandant Bossut va être incluse dans un projet de construction d’appartements surmontant une station service, le tout à l’emplacement du café de Parc qui va disparaître à cette occasion. Le conseil municipal demande en 1959 la désaffection de la parcelle et son passage dans le domaine privé communal. La statue sera déplacée en 1963 de l’autre côté de l’avenue Jean Jaurès dans le parc proprement dit. Un article du blog relate cet événement.

Le monument de Gustave Nadaud sera, lui aussi, déplacé en 1987 (voir également dans le blog l’article correspondant), pour être réimplanté sur un emplacement plus central dans le parc. Ce déplacement sera aussi motivé par la construction d’un immeuble,cette fois-ci celui de la caisse d’Épargne.

La statue du commandant Bossut avant déplacement – Photo la Voix du Nord 1961

En effet, la Caisse d’Épargne construit en 1987 un bâtiment courbe sur le terrain vendu par la municipalité. Les bureaux ouvrent l’année suivante. La même année, IBM s’implante à Croix sur un domaine appartenant à la famille Motte et dont l’adresse est à Roubaix, avenue Delory. Il élève au milieu du parc un bâtiment semi-circulaire qu’il n’occupera pourtant qu’une dizaine d’années. En effet, la société échange en 1997 avec la Caisse d’Épargne leurs emplacements respectifs. Cette même caisse d’ Épargne cédera la place en 2011 à l’Edhec qui y implante son campus. IBM, lui, au bord de l’avenue Jean Jaurès, continue à faire face au parc Barbieux.

L’immeuble de la Caisse d’Épargne en 1989

Le terrain où se dressait le Pont d’Avignon est aujourd’hui occupé pour une part par l’extrémité de de bâtiment, et pour le reste par la pâtisserie Paul qui a remplacé boulevard de Paris la station service au bas de l’immeuble d’habitation.

Photo Jpm

Les documents proviennent de la médiathèque de Roubaix et des archives municipales.

Les mille Colonnes

Ce cabaret, antérieur au parc Barbieux, a une origine ancienne, et son histoire s’est trouvé mêlée de près à celle de la création du parc. En 1826 le plan cadastral de Croix nous montre une ferme au hameau de Barbieux, située très près de l’axe du canal projeté, dont le tracé en souterrain doit relier les deux parties déjà en eau entre la barque d’Or au pont d’Hem à Croix. Cette ferme est placée à peu près à égale distance entre celle de la Duquennière, sujet d’un autre article de notre blog, et la ferme Lezaire, éloignées de quelques dizaines de mètres à peine.

Document de gauche archives départementales

Mais les travaux de creusement du tunnel n’avancent pas : les sols étant trop meubles, les tentatives successives de forage échouent. En 1855, le concessionnaire, M. Messen étant incapable de terminer le canal, la ville se substitue à lui pour tenter de faire terminer les travaux aux frais de l’État. Le concessionnaire cède à la ville le canal contre une annuité de 25 000f valable jusqu’à la fin de la concession. L’acte est passé devant notaire en 1857. L’année suivante, on abandonne le tracé primitif par Barbieux et la ville offre à l’état la propriété du canal, à charge pour lui de le terminer avec un nouveau tracé passant entre Roubaix et Tourcoing.

En 1864, constatant l’inutilité des terrains situés à Barbieux par suite du détournement du canal et estimant le coût de leur nivellement pour une remise en culture, la ville envisage d’y installer un jardin public. Elle demande le 1er octobre la rétrocession par l’état de l’emprise du canal, et, cette zone ne mesurant que 20 mètres de large par endroits, prévoit de racheter les terrains situés à droite et à gauche pour donner une largeur suffisante au parc. Un décret impérial de 1866 déclare d’utilité publique la création d’une promenade publique et prononce l’expropriation des terrains proches du tracé du canal au premier mars 1867.

Parmi ces terrains figure celui de l’ancienne ferme, située à Croix, et appartenant à la veuve Michel Gons, prénommée Marie. A cette époque, une partie des bâtiments de la ferme ont disparu. On constate en effet que la disposition des lieux a beaucoup évolué avec le temps ; les plans officiels successifs en présentent les différents aspects entre 1826 et le début des années 1900.

Le cabaret semble reprendre la partie supérieure des bâtiments de la ferme, puis, avec le temps, d’autres bâtiments et annexes sont ajoutés au noyau d’origine. Il prend finalement la forme d’un T, autour duquel un espace circulaire est aménagé. En 1902 un plan du parc nous montre le bâtiment en T accompagné d’un petit bâtiment annexe non loin de l’avenue de Jussieu, dont on vient d’effectuer le percement.

Malheureusement, il est difficile de préciser d’où lui vient son nom, ou d’avancer une date précise pour le moment où il lui a été attribué. Ce qu’on sait, c’est que les terrains expropriés en 1867 sont aussitôt mis en location par la municipalité roubaisienne. Par ailleurs un document non daté, mais très probablement des années 1860, nous indique qu’Auguste Russert (orthographe incertaine) loue à la ville de Roubaix deux maisons (parcelles 1013 et 1014, qui forment les deux parties du T), et qu’il y a installé le cabaret des mille colonnes.

Le document précise aussi que, comme les travaux de la promenade ne touchent pas l’estaminet, il n’y a pas lieu de rien changer à ce bail. Sur un plan de cette même époque, on voit accessoirement que la parcelle 198 a toujours un propriétaire du nom de Gons.

En 1874, on passe cette fois par une adjudication pour louer les terrains. Le locataire est alors François Lefebvre, de Roubaix.

En 1881, le cahier des charges de location fait mention du clos dit de l’estaminet des mille colonnes. Il comprend une maison d’habitation et des dépendances. Un bail d’un an est conclu, reconductible d’année en année. L’adjudication est remportée par Jules Cau, habitant rue d’Hem à Roubaix. M. Lefebvre, l’ancien cabaretier, a perdu les enchères.

Nous sommes à l’époque du début des gros travaux d’aménagement du parc, qui démarrent en 1878.

Les terrassements du parc

En 1885, la brasserie du Moulin, Quint frères propose de remettre le cabaret en adjudication et offre plus que le locataire actuel. C’est Emile Legrand qui remporte l’adjudication. Le nouveau bail aura une durée de neuf ans.

Six ans plus tard, le conseil municipal constate l’état de vétusté de l’immeuble communal « les mille colonnes ». Il « tombe en ruines », nous dit-on. Ceci semble bien confirmer que le bâtiment est ancien, antérieur au parc lui-même, et qu’il pourrait donc bien être constitué d’un des corps de l’ancienne ferme.

Les conseillers municipaux se demandent s’il vaut la peine d’être réparé alors qu’il devrait être supprimé « dans un temps prochain » ? Il vaudrait peut être mieux le démolir directement. Mais on craint une demande d’indemnité de la part du locataire si on décide sa suppression. Comme le bail court encore pour trois ans, on choisit d’effectuer les réparations les plus urgentes.

A la fin du bail, en 1894, M. Breuvart-Despret, brasseur à Armentières, obtient la concession pour neuf an du cabaret et de l’enclos. Cette concession expire le 30 septembre 1903. M. L.Geindrie-Legrand est alors l’occupant effectif de la brasserie.

1903 voit donc la fin de la concession de la brasserie Breuvart. Son mandataire est Charles Beghin, de Lys lez Lannoy. La reconduction du bail n’est pas prévue : le cabaret ne fait pas partie du projet d’ensemble du jardin. L’idée avancée est de le reconduire, en attendant, par périodes d’un an. C’est ce qui est proposé à la société Breuvart qui refuse. On fait donc la même proposition à M. L.Geindrie-Legrand, l’occupant du cabaret, qui, lui, accepte. L’enclos, bien qu’appartenant à la ville de Roubaix, est toujours sur le territoire de Croix. A cette même époque, on démarre des travaux d’aménagement dans le bout du parc jusqu’à la rue Holden à Croix.

A la suite des travaux effectués autour de l’établissement, l’eau envahit la cave de l’estaminet en 1905. Le locataire demande alors qu’on procède d’urgence aux travaux nécessaires.

Plan 1902

Ayant entendu dire que le cabaret doit disparaître, M. Alexandre Renars propose de reconstruire à l’emplacement de l’établissement un nouveau café qui reviendrait à la ville au bout d’une certaine période. M. Geindrie fait la même proposition, valable pour 15 ans. Une commission municipale se saisit de l’affaire. Elle propose de refuser cette proposition, l’architecture du nouvel immeuble n’étant pas compatible avec le parc. Le locataire abandonne son projet et déménage.

Le café prend un aspect « lamentable ». Il tombe en ruines et est vandalisé. La décision de démolition est prise en 1907 lors du conseil du 8 février sous la présidence d’Eugène Motte

On achève la construction du parc, qu’on va doter d’un nouveau débit de boisson : Pierre Destombes, ancien adjoint au maire, offre 32000 f à la ville pour la construction d’un café-Laiterie. Celui-ci sera placé non loin de là, il portera le nom de café de la Laiterie, et a fait l’objet d’un autre article dans le blog. La démolition de l’ancien cabaret sera terminée en mai.

Un plan du parc daté de 1911 montre un espace circulaire bordé d’arbres : le clos des mille colonnes.

Alors que les constructions alentour évoluent et se modernisent, le rond-point va rester quasiment inchangé une centaine d’années face au pont jeté sur la pièce d’eau. On le retrouve sur les photos aériennes, entouré d’arbres plus ou moins denses selon les époques.

Photos IGN

Il faut attendre le 21ème siècle pour voir se transformer le site. Aujourd’hui, après les travaux de rénovation du parc, le clos des mille colonnes est devenu un parvis ceint de gradins formant un amphithéâtre.

Photo Jpm 2019

Remercions l’Institut géographique national, les archives départementales, la médiathèque de Roubaix et les archives municipales roubaisiennes, qui nous ont fourni la matière de nos illustrations.