La double vie de Guy Lapchin

Premier épisode 1903-1939

Guy Lapchin est né à Valenciennes le 16 décembre 1903 , d’un père négociant et chapelier, et d’une mère représentante en layette. Lui se destine au métier d’architecte et il pratique le sport, on le trouve licencié au Racing Club de France en 1924, à l’époque où le Club participe à la construction du Stade Yves du manoir de Colombes. Il obtiendra son diplôme d’architecte DPLG en 1928. Entre-temps, il s’est marié à Paris le 30 mai 1927 avec Lucie Tettelin. C’est un beau parti, son beau père est polytechnicien en 1885, ingénieur en chef des travaux et de surveillance du chemin de fer du Nord et Officier de la Légion d’Honneur en 1922. Guy Lapchin effectue son service militaire et soit voit confirmé au grade de grade de sous lieutenant en 1930.

Guy Lapchin jeune doc Geneanet

Continuer la lecture de « La double vie de Guy Lapchin »

Mai 1901

Journal des sports mai 1901

Aux arènes de Roubaix. Le mauvais temps a entraîné le report des courses landaises et provençales au dimanche suivant, la pluie ayant rendu la piste impraticable. C’est toujours le quadrille Bayart (toréadors et matadors) qui officiera. Les taureaux sont toujours visibles dans les corrals des arènes. La location des places chez M. Jubé 16 rue de la Gare à Roubaix.

Corrida 1901 Doc Méd Rx

Continuer la lecture de « Mai 1901 »

La rue de l’Hommelet

A l’origine, cette rue, dont l’orthographe a beaucoup changé avec le temps, est un très ancien chemin vicinal bordé de nombreuses fermes qui quitte, au hameau de Lomelet, entre la Grande Vigne et la Fosse aux chênes, le chemin de la Vigne pour mener à celui des trois Ponts. Il longe successivement le Galon d’eau, le Tilleul, et traverse finalement le hameau du Pile. Ce chemin, bordé de fossés, ne figure plus dans la liste des chemins vicinaux en 1838, et la nomenclature de 1861 indique qu’il a été converti en rue et qu’il est pavé sur toute sa longueur.

Plan cadastral 1805

Continuer la lecture de « La rue de l’Hommelet »

La diagonale des paraboles

Motte-Porisse derrière l’Hippodrome Théâtre CP Méd Rx

La rénovation de la friche Motte-Bossut, de 1983 à 1993, a permis la création du Centre international de la communication, espace de diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et celles des archives du monde du travail. Une zone d’activité tertiaire s’organise, dès 1990, avec la création de la ZAC Motte-Porisse. Continuer la lecture de « La diagonale des paraboles »

Les cycles Florin

Paul Florin tient un commerce de cycles au 10 rue Jeanne d’Arc, face aux halles de la ville, au début des années 1930.

Paul Florin devant son magasin ( document Jean-Marc Hurtebize )

Les cycles ont toujours été une affaire de famille chez les Florin. Paul et son fils, Gustave, tenaient déjà un commerce de vélocipèdes, rue Carnot à Wattrelos, depuis de nombreuses années. Continuer la lecture de « Les cycles Florin »

Hubert Desruelles

Hubert Desruelles doc Gallica

Jean Desruelles que nous avons évoqué précédemment avait trois frères, Augustin, Paul et Hubert. Né le 6 février 1885 à Tourcoing, Hubert est le plus jeune des frères Desruelles. Son aîné Jean l’associe à ses activités et démonstrations sportives, comme il l’a sans doute fait pour ses deux autres frères. On sait encore peu de choses sur Augustin sinon qu’il est mort pour la France en 1915, et sur Paul, décédé plus tôt en 1908 de tuberculose.

Continuer la lecture de « Hubert Desruelles »

De Motte-Bossut aux Archives Nationales du Monde du Travail

C’est en 1983 que la décision est prise de créer des CAMT (Centre des Archives du Monde du Travail). Le premier site sera sur Roubaix, dans un bâtiment emblématique : l’usine Motte-Bossut, une des plus grandes usines textiles de Roubaix, aujourd’hui désaffectée, au cœur de la cité textile nordiste. L’État décide, dans le cadre de la décentralisation de ses services en région d’installer les Archives nationales du monde du travail dans la nef principale de l’usine. L’architecte Alain Sarfati, maître d’œuvre de l’ensemble de la transformation, choisit d’évider la partie centrale en maintenant les structures et en privilégiant l’apport de lumière naturelle. Avec ses 40 kilomètres linéaires d’archivage, ses salles d’exposition et de conférences, c’est un projet d’envergure nationale qui doit changer le visage de Roubaix.

La réhabilitation de Motte Bossut doc ANMT

Continuer la lecture de « De Motte-Bossut aux Archives Nationales du Monde du Travail »

La Martinoire, zone industrielle

La plaine de la Martinoire avant travaux photo NE

Le lieu dit La Martinoire est encadré par la voie de chemin de fer au Nord, la frontière avec la en Belgique à l’est, et les quartiers du sapin vert de la Mousserie et du Crétinier à l’ouest. La décision de transformer ces terres agricoles en zone industrielle date de 1959. La Martinoire est la première zone industrielle du département du Nord et elle est créée sans l’aval gouvernemental, Roubaix et ses environs n’étant pas prioritaires à l’époque. Ce parc d’activités permet donc aux entreprises locales de s’étendre. Tous les terrains ont été vendus et 3.500 emplois ont été créés.

Continuer la lecture de « La Martinoire, zone industrielle »