La double vie de Guy Lapchin

Premier épisode 1903-1939

Guy Lapchin est né à Valenciennes le 16 décembre 1903 , d’un père négociant et chapelier, et d’une mère représentante en layette. Lui se destine au métier d’architecte et il pratique le sport, on le trouve licencié au Racing Club de France en 1924, à l’époque où le Club participe à la construction du Stade Yves du manoir de Colombes. Il obtiendra son diplôme d’architecte DPLG en 1928. Entre-temps, il s’est marié à Paris le 30 mai 1927 avec Lucie Tettelin. C’est un beau parti, son beau père est polytechnicien en 1885, ingénieur en chef des travaux et de surveillance du chemin de fer du Nord et Officier de la Légion d’Honneur en 1922. Guy Lapchin effectue son service militaire et soit voit confirmé au grade de grade de sous lieutenant en 1930.

Guy Lapchin jeune doc Geneanet

Continuer la lecture de « La double vie de Guy Lapchin »

Mai 1901

Journal des sports mai 1901

Aux arènes de Roubaix. Le mauvais temps a entraîné le report des courses landaises et provençales au dimanche suivant, la pluie ayant rendu la piste impraticable. C’est toujours le quadrille Bayart (toréadors et matadors) qui officiera. Les taureaux sont toujours visibles dans les corrals des arènes. La location des places chez M. Jubé 16 rue de la Gare à Roubaix.

Corrida 1901 Doc Méd Rx

Continuer la lecture de « Mai 1901 »

Hubert Desruelles

Hubert Desruelles doc Gallica

Jean Desruelles que nous avons évoqué précédemment avait trois frères, Augustin, Paul et Hubert. Né le 6 février 1885 à Tourcoing, Hubert est le plus jeune des frères Desruelles. Son aîné Jean l’associe à ses activités et démonstrations sportives, comme il l’a sans doute fait pour ses deux autres frères. On sait encore peu de choses sur Augustin sinon qu’il est mort pour la France en 1915, et sur Paul, décédé plus tôt en 1908 de tuberculose.

Continuer la lecture de « Hubert Desruelles »

Avril 1901

Cyclisme. Pour le prochain Paris Roubaix, pas moins de 70 engagements de coureurs professionnels et 47 amateurs. Jamais depuis sa création, l’épreuve n’a réuni un peloton aussi imposant. Par ailleurs, l’épreuve automobile a réuni 63 engagements avec des prix alternant sommes d’argent importantes et objets d ’art. Le Vélodrome roubaisien sera but de nombreuses excursions. On peut s’attendre pendant les deux journées de dimanche et lundi à voir des millions (sic le journal) de spectateurs (où vont-ils les mettre?) qui viendront chercher autour de notre piste (c’est sûr, il y en aura dehors) les émotions sportives. L’administration du Vélodrome annonce que pour les deux journées le prix des places est celui habituel et qu’on s’adresse pour la location chez M. Jubé 16 rue de la gare à Roubaix.

Continuer la lecture de « Avril 1901 »

Mars 1901

Journal des sports de mars 1901

Escrime. La fête du contre de quarte se déroulera dans la nouvelle salle de la société qui sera inaugurée le dimanche suivant. Le Contre de Quarte vient de s’installer au café Molière 81 rue du Fontenoy. Les organisateurs ont la participation acquise des meilleurs tireurs des cercles d’escrime d’Amiens, Lille, Tournai, Roubaix. M. Jean Desruelles fera une démonstration de boxe française avec deux de ses élèves MM. Peugniot et Huvenne. Continuer la lecture de « Mars 1901 »

Jean Desruelles

C’est une grande figure sportive roubaisienne qui disparaît le 27 juin 1960 à Saint Genois, des suites d’une longue maladie. Jean Desruelles est né à Roncq le 14 août 1874. Après une carrière militaire remarquable, il est nommé moniteur à Joinville et devient l’élève assidu du célèbre professeur de boxe Charlemont. En 1901, il installe une académie de boxe, de canne et de culture physique à Roubaix 18 rue du Collège. Il y enseigne la boxe française selon les principes académiques de Charlemont, mais aussi la boxe anglaise, la gymnastique et les poids et haltères. Il fondera d’autres salles un peu partout, à Amiens, Douai, Lille ou Tourcoing.

Jean Desruelles dans la force de l’âge Coll Particulière

Continuer la lecture de « Jean Desruelles »

Février 1901

Lutte. Championnat roubaisien. La société des sports athlétiques « La Renaissance » anciennement établie chez M. Jean Rousseau dans la rue de Lannoy vient d’être récemment transférée à l’angle de la rue Watt et de la rue Descartes, en face de l’usine Skeene et Devallée. Pour inaugurer la nouvelle salle, Jean Rousseau organise un grand tournoi de lutte dans les premiers jours de mars. Le vainqueur recevra le titre de Champion Roubaisien pour 1901. M. Rousseau ne prendra pas part au concours. Une dizaine de très beaux prix tant en espèces qu’en objets d’art seront alloués aux vainqueurs.

Continuer la lecture de « Février 1901 »

4000 Cyclotouristes à Roubaix

En 1988, du 31 juillet au 7 août, plus de 4000 cyclistes de toute la France et aussi de pays étrangers se retrouvent à Roubaix pour la 50ème Semaine Fédérale de Cyclotourisme. Depuis la création de cet événement, en 1927, c’est la première fois qu’une ville du Nord de la France est choisie pour l’organiser.

Les organisateurs extrait brochure de l'événement
Les organisateurs extrait brochure de l’événement

Une Semaine Fédérale de Cyclotourisme est un rassemblement annuel de cyclos, mis en œuvre par un club qui a déposé un dossier et qui est désigné par la Fédération Française. Le but d’une Semaine Fédérale est de faire découvrir, en la parcourant en vélo, une région en se laissant guider sur des circuits fléchés et minutieusement préparés en privilégiant les sites touristiques. Quatre circuits, de 20 à 200 kms sont proposés chaque jour.

Nord Touriste créé en 1899 Coll Privée
Nord Touriste créé en 1899 Coll Privée

C’est en juin 1984, lors du brevet « Le Tour du Nord » que les responsables du Nord Touriste, Vincent Verschaeve et Jean Claessens prennent conscience des atouts méconnus de notre région et décident de déposer un dossier de candidature. Trois villes sont en concurrence : Feurs en Haute Loire, Thouars dans les Deux Sèvres et … Roubaix. Un courrier en date du 11 juin 1985 confirme au Président du Nord Touriste que l’organisation de la Semaine Fédérale 1988 est confiée à sa structure.

Dès lors, une dizaine de commissions de travail sont créées. Raymond Bodart, bien qu’en déplacement professionnel sur le chantier du futur tunnel sous la Manche, assure le rôle de coordinateur. Les défis à relever sont nombreux et de taille, notamment en termes d’hébergement et de restauration ! Près de 70 % des cyclotouristes sont campeurs. Les terrains de sport de la ville (Parc des Sports, Carihem, Jocelyn Vandaele) vont être aménagés et transformés en campings. Quelques campeurs s’installeront à la Carluyère à Wattrelos. Le reste des hébergements doit être trouvé, et négocié, dans les hôtels, à l’hôpital de la Fraternité et dans différentes sites de villes voisines. 800 petits déjeuners et 1000 repas chaque soir doivent être servis sous un grand chapiteau installé derrière la salle du Centre Aéré (emplacement aujourd’hui du vélodrome couvert Jean Stablinsky). 50 personnes sont mobilisées pour assurer le service. Un service de garderie pour les enfants est mis en place.

lundimardimercrediLa préparation des circuits, en collaboration avec les clubs locaux des secteurs visités en particulier pour l’accueil, les ravitaillements et les animations, nécessite la pose de 9000 flèches. Il faut aussi s’occuper du programme d’excursions et de visites proposé aux accompagnants qui ne roulent pas. Enfin, chaque soir, des ateliers mécanique, des conférences, des animations sont organisés. Ainsi, une réunion sur piste a lieu au vélodrome le jeudi soir à l’initiative du Vélo Club de Roubaix.jeudivendredisamedi

Le vendredi soir, la Ville convie les participants et la population à une prestation des Ballets du Nord sur la Grand Place suivie d’un spectacle pyrotechnique d’embrasement des façades de l’ Hôtel de Ville. Le dimanche 7 août, tous les cyclotouristes s’élancent pour un défilé d’au revoir à travers les rues de la Ville. Nombreux sont les roubaisiens qui les applaudissent !

Les cyclos à Roubaix Photo Raymond Bodart
Les cyclos à Roubaix Photo Raymond Bodart

Puis vient le temps de la cérémonie de clôture et le dernier repas qui rassemble plus de 2000 convives sous le fameux chapiteau.

Adieu Roubaix. Rendez vous à Feurs en 1989…

24e championnat de France de pétanque

( Document coll. priv. )

En 1969, le 24° Championnat de France de pétanque est organisé à Roubaix. C’est un événement exceptionnel pour la commune, car c’est la première fois que cette compétition nationale est disputée au Nord de Paris !

Ce sport de détente, né sur les bords de la Méditerranée, a parcouru bien du chemin pour arriver jusqu’à nous et les gens du Nord sont très fiers d’accueillir cette manifestation. La pétanque est de plus en plus populaire dans le Nord : 2000 licenciés dont 1000 nouveaux ces deux dernières années.

Ce championnat, organisé par le Comité Départemental du 59 62 de la Fédération Française de Pétanque, se déroule les 26 et 27 Juillet 1969 au parc de Barbieux. 196 équipes-triplette sont venues de toute la France pour participer à ce championnat, soit environ 600 participants. A noter que 5 équipes représentent le Nord – Pas de Calais, dont une triplette locale, composée de Gilbert Serbini, de Jacques Verslype et de Guy Friederich ( ancien footballeur, conseiller municipal de Roubaix et gérant du célèbre café de la Betterave du 175 rue de Lannoy ).

( Document coll. priv. )

De nombreuses récompenses sont offertes. L’équipe-triplette gagnante reçoit 3 téléviseurs couleur. La veille du concours, le vendredi, une permanence est organisée à la gare SNCF pour accueillir les participants et, en début de soirée, une saucissonade-party est offerte par une célèbre marque d’apéritif anisé, à la salle Watremez, à tous les participants.

( Document Nord Eclair 1969 )

Le samedi 26 Juillet, P. Prouvost donne le coup d’envoi le matin à 9h15 au parc de Barbieux, avenue Le Nôtre, où 98 terrains de pétanque de 36m2, délimités par des barrières en châtaignier, sont aménagés sur une longueur d’1 km de long. L’organisation est impeccable et le tournoi commence.

( Document Archives Municipales )

Les boules de pétanque s’entrechoquent ; les joueurs sont reconnaissables car les équipes-triplette ont un polo ou chandail de même couleur. Les méridionaux cherchent le soleil encore timide. Les participants, entre 2 parties, se désaltèrent dans des petites échoppes, disposées près du stand de contrôle, où l’on peut consommer, bien sûr, le traditionnel Pastis et le rosé de Provence bien frais. L’après midi se déroulent les 32° et 16° de finale.

( Document Nord Eclair 1969 )

Le samedi soir, à la salle Watremez, un banquet réunit les différentes sociétés participantes et les organisateurs. Mr le Maire est venu saluer ses hôtes. Le repas, très agréable, est agrémenté d’un spectacle de qualité avec l’orchestre d’Eddie Erickson.

( Document Nord Eclair 1969 )

Dimanche 27 Juillet, la compétition continue. La journée est animée par des promeneurs curieux de cette animation insolite pour des « Ch’tis ». Des gradins ont été installés pour le public à côté du carré d’honneur. Et puis il y a surtout, cette saveur d’un accent méridional, qui fleure bon la lavande, lorsque les joueurs se parlent entre eux « Eh té, tu tires ou tu pointes ? »

Un nombreux public vient assister à cette journée, dans une ambiance agréable et sympathique, jusqu’à la finale à 16h.

( Document coll. priv. )

Victor Provo remet les prix dans la salle de mariage de l’Hôtel de Ville à 18h30 à l’équipe du Gard, composée de René Macari, Denis Salvador, et Raoul Bonfort, qui a battu en finale les Girondins.

Alors, certes il n’y a pas d’équipe du Nord-Pas de Calais, dans les hauts du classement, mais cette manifestation a permis de mieux faire connaître notre ville aux participants qui ont tous apprécié l’accueil chaleureux, l’organisation, et le superbe parc de Barbieux.

.

Remerciements aux Archives Municipales