L’usine dans le velours

Victime de la crise du textile, la manufacture de velours MOTTE BOSSUT, située avenue Motte, dépose son bilan. Elle est mise en liquidation judiciaire en 1982. Le site comportait ce qu’on appelait alors un « magasin d’usine », dont l’enseigne était Shop 228. Ce magasin permettait à l’entreprise d’écouler en direct une part de sa production.

Publicité la Voix du Nord 1978

 Deux ans plus tard, Ghislain et Hugues Dalle rachètent les bâtiments de l’usine de velours fermée : Ils veulent y rassembler des magasins d’usine et y amener des clients venus de loin pour profiter de prix intéressants sur des fins de séries. En effet, les magasins d’usines implantés dans les usines sont courants, mais l’idée de les concentrer dans un site unique est neuve en Europe, même si le concept existe déjà aux États Unis.

Ghislain et Hugues Dalle devant les bâtiments – la Voix du Nord 1994

On démonte ou on découpe les machines restantes, et les locaux sont sommairement aménagés. On ne touche pas à l’aspect extérieur des bâtiments, et on choisit la simplicité à l’intérieur. Pas de décoration superflue ; les murs restent bruts et reçoivent une simple couche de peinture en deux couleurs, gris clair dans la partie haute et vert moyen à hauteur d’homme. Un couloir à chaque étage dessert les surfaces de vente. On installe des cloisons de séparation, entre les différents magasins, et les locataires prennent possession des lieux.

Documents Institut National de l’Audio-visuel

 L’ouverture a lieu le 15 mai 1984 ; l‘Usine ouvre ses portes avec 25 magasins consacrés en grande majorité au textile ou à l’habillement. Le succès est immédiat. La foule se presse le jour de l’ouverture et envahit les commerces.

Le jour de l’ouverture – photo la Voix du Nord

 Très vite, d’autres boutiques rejoignent celles qu’on peut qualifier de pionniers. Elles sont 40 en 1985, 60 l’année suivante. Cette année là, elles remplissent le bâtiment principal et ses deux étages, mais aussi le bâtiment central sans étage, qui regroupe 18 points de vente et un stand de l’office de tourisme de Roubaix. Parmi tous ces commerces, on trouve quatre marchands de meubles, (Bibliothèque évolutive, Ambiance, In, et Toukit). Luminord, y vend de la lustrerie, et on trouve également Beauté Center, un parfumeur, Privilège, Center diffusion, Alternative qui commercialisent respectivement de la télé-Hifi, des cadeaux, et les arts de la table . Tout le reste est consacré à la vente d’articles textiles, d’habillement ou d’accessoires.

Photo la Voix du Nord 1986

Le pli est pris et les clients prennent l’habitude de fréquenter l’espace de vente. A partir de 1998, on rénove les bâtiments et au début des années 2000, on en aménage de nouveaux, tel l’ancien garage Volkswagen qui faisait le coin de la rue Jean Jacques Rousseau. Le départ du collège Jean Jacques Rousseau et sa démolition permet de multiplier les places de parking. Le nombre de magasins et de clients continue à croître. On y compte aujourd’hui 85 boutiques, et les visiteurs s’y dénombrent par millions.

Photo l’Usine

 

Les documents non légendés proviennent des archives municipales et de la médiathèque de Roubaix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.