L’avenue Motte au fil du temps (suite)

Après la vague importante de constructions individuelles au début des années 50, la décennie suivante va apporter son lot de transformations. Les années 60 vont voir l’installation d’ Auchan dans l’ancienne usine Frasez. Les déplacements du matin et du soir des ouvriers vont faire place aux allées et venues ininterrompues de familles issues des classes moyennes venues faire, en voiture, le plein de bonnes affaires. Cet afflux régulier va désormais animer toute cette partie de l’avenue.

La vue du parking reflète le niveau social des clients du supermarché : mises à part l’antique Citroën 11 familiale et et la 403, alors haut de gamme chez Peugeot, les voitures en stationnement reflètent plutôt les gammes basses et moyennes des constructeurs.

Photo Nord Matin 1961

Le commerçants ne s’y trompent pas et se montrent attirés par cette clientèle potentielle. C’est ainsi qu’on expose sur le parking du matériel de camping, le loisir de masse de l’époque, bien propre à intéresser la clientèle du supermarché.

Photo la voix du Nord 1963

Dans le même temps, les dernières zones de jardins bordant l’avenue entre l’église et l’usine Motte-Bossut vont disparaître pour laisser place à un ensemble de collectifs formant la cité des Hauts Champs. Ces constructions environnées d’espaces paysagés constituent une zone plutôt agréable à vivre, habitée à l’origine dans une large mesure par des jeunes ménages modestes en attente de pouvoir s’offrir un pavillon individuel.

Conjointement à ceux des collectifs du Chemin neuf qui viennent de s’élever derrière Auchan, les nouveaux habitants de ce nouveau quartier à l’architecture bien dans le ton de l’époque vont contribuer, par leurs déplacements, à animer cette zone,.

Photo la voix du Nord 1966

Avec les années, la végétation implantée va ajouter, ainsi que les platanes qui poussent tout le long de la bande centrale, à l’agrément de notre avenue.

Photo Jpm

Au milieu des années 70, signe des temps, et témoin de l’affluence des autos, vient s’installer, tout à côté de l’église, et profitant d’un des derniers terrains libres, une station service à l’enseigne de la Shell.

Photo Lucien Delvarre

Cette station arrive en terrain déjà occupé : elle s’ajoute à la pompe installée quelques années plus tôt sur le parking même d’Auchan, ainsi qu’au garage des sports, situé au coin de la rue de Lannoy depuis le début des années 1950 et reconverti en station-service.

De fait, les véhicules affluent dans cette voie. Pour mettre un peu d’ordre dans cet masse de véhicules, on voit apparaître, dans les années 70, une série de feux rouges, aux carrefours importants de l’avenue, signe de l’importance de la circulation à cette époque. En 1980 Nord Éclair en compte huit sur 2500 mètres, y incluant ceux de l’avenue Roger Salengro, et espère que la mise en service de la future antenne sud va contribuer à diminuer les embouteillages,

Photo Nord-Eclair

Le paysage évolue au gré des apparitions et disparitions de commerces qui suivent les lois économiques. Au milieu des années 80, Auchan émigre sous d’autres cieux, remplacé d’abord par AS-Eco, puis par Intermarché qui finit par démolir la vieille filature pour construire un magasin neuf.

A la même époque, l’usine Motte-Bossut cesse ses activités. Les bâtiments sont transformés en « première galerie commerciale de magasins d’usine d’Europe » (La Voix du Nord 1984).

Autre évolution au début des années 90, la démolition de l’église Sainte Bernadette. Devenue trop grande pour les besoins du culte, elle va être remplacée par une neuve, plus petite, située en face, près de la salle des fêtes de l’école.

L’ancienne et la nouvelle – Photos Lucien Delvarre

L’espace ainsi libéré va être utilisé pour l’implantation du siège de la société Camaïeu, alors en pleine expansion. Les trajetAujourd’hui, cette avenue, toute en contrastes, autant par l’ambiance qu’elle dégage, différente selon les tronçons, qu’à son animation, désordonnée aux heures de pointe, mais incitant à la promenade à d’autres moments, reste un bel ornement des quartiers sud.s des employés vont accroître la circulation et les espaces verts prévus autour des bâtiments la végétalisation de l’endroit.

Document La voix du Nord 1990

Enfin, les années 90 verront la remise en état et le réaménagement paysager du terre-plein central qui va faire alternativement cohabiter zones de promenade et parkings. Cet aménagement aboutit en 1996 à l’inauguration de l’allée Crupelandt, dont les pavés mènent au vélodrome.

Photo Jpm

Aujourd’hui, cette avenue, toute en contrastes, autant par l’ambiance qu’elle dégage, différente selon les tronçons, qu’à son animation, désordonnée aux heures de pointe, mais incitant à la promenade à d’autres moments, reste un bel ornement des quartiers sud.

Les documents proviennent des archives municipales et de la médiathèque de Roubaix.

Le Numéro 1

Après la première guerre l’office municipal d’Habitations à Bon Marché prévoit la construction au Nouveau Roubaix de 775 logements neufs, dont 554 appartements dans 7 immeubles collectifs. Les premiers coups de pioche ont lieu en 1924, et, en 1930 s’élèvent les immeubles 4 et 5 au coin de l’avenue Motte et du boulevard de Fourmies. Le long de ces deux mêmes voies, les autres immeubles sont en attente de réalisation. La dernière tranche est réalisée en 1931 avec le reste des 27 millions de brique fabriquées sur place en 1923 avec l’argile du quartier et stockées depuis sur le site. L’ensemble du projet est terminé en 1932. Le numéro 1, en face de l’église Sainte Bernadette, fait partie de cette dernière tranche. C’est le plus grand des sept et, aux dires de Lucien Delvarre, le plus beau. Au lieu de présenter une cour intérieure refermée sur elle-même, il est ouvert et affecte la forme d’un U. Des renfoncements aux angles permettent l’installation de passages permettant, grâce à quelques marches, d’accéder à la rue depuis la cour de l’immeuble.

Photos 1942 (collection particulière), 1960 (Nord Eclair), 1990 (Lucien Delvarre)
Photos 1942 (collection particulière), 1960 (Nord Eclair), 1990 (Lucien Delvarre)

Le bâtiment n’évolue pas durant une grande période, hormis l’aménagement en 1962 de 23 garages derrière l’immeuble et d’une aire de jeux au centre de la cour. Il faut attendre les années 80 pour qu’on songe à réhabiliter les HBM. Le premier à bénéficier des travaux est le numéro 4, qui constitue l’angle du L, puis c’est le tour des numéros 5 et 6 sur le boulevard de Fourmies. En 1988, il reste les numéros 1, 2 et 3 à traiter, le plan prévoyant que le numéro 1 serait le dernier. En fait, il échappe à cette vague de rénovations, et se dégrade petit à petit : dans l’attente de rénovations, l’entretien a un peu été sacrifié. Selon Lucien Delvarre, qui habitait alors l’immeuble, plutôt que de le réhabiliter, il est alors question de le reconvertir pour y faire une résidence pour personnes âgées. Mais les études durent (elles concernent plusieurs ministères), et le projet n’aboutit toujours pas. Le numéro 1 continue à s’abîmer. On y trouve des squatters ; il est l’objet de dégradations, vandalismes, petits incendies et, finalement, est jugé économiquement irréparable. On se résout à le démolir.

Photos Lucien Delvarre 1992
Photos Lucien Delvarre 1992

La démolition achevée, la végétation reprend peu à peu possession du terrain. En concertation avec le comité de quartier, on projette maintenant d’y créer un grand espace vert. L’école de Genech propose une maquette en 1993, intitulée « le chemin creux ».

Photo Lucien Delvarre et document Ecole de Genech - archives municipales
Photo Lucien Delvarre et document Ecole de Genech – archives municipales

Mais ce projet lui non plus n’aboutit pas et le terrain reste dans cet état quelques années. Finalement, on y bâtit un lotissement de logements sociaux. Cet ensemble, la résidence Watteau, est aujourd’hui gérée par LMH.

Photo Jpm
Photo Jpm

 

Les lotissements de 1950

La CIL se lance, à la fin des années 40, dans un programme de lotissement, qui va se développer sur plusieurs communes. Après le programme 1947-48 comprenant le Galon d’eau et 150 logements aux trois Baudets, préfiguration des autres constructions qui vont suivre, le programme 48-49 prévoit des logements notamment à Tourcoing et à la Lionderie à Hem. Mais on prépare déjà la suite : en effet, au Nouveau Roubaix, de vastes terrains sont alors occupés par des jardins ouvriers. Ces terrains, achetés pour la plupart par la ville à la Société Lemaire et Lefebvre dans la première partie du siècle, sont disponibles pour un vaste plan de lotissement en maisons individuelles mis en œuvre par le CIL.

Photo IGN 1947
Photo IGN 1947

En 1948, alors que les premiers habitants emménagent aux trois Baudets en bordure de l’avenue Motte, la ville demande à la SNCF de désaffecter la plate-forme de la gare de débord détruite pendant la guerre pour pouvoir y construire des logements. La voie-mère qui empruntait le terre-plein central de l’avenue Motte serait réaménagée en piste cyclable.

Le projet prend corps fin 1949 avec la cession de terrains appartenant à la ville à la société d’habitation populaire Le Toit Familial. La première zone concernée est limitée par les rues Mignard, Motte, Delory et Horace Vernet (à part un rectangle situé sur la ferme de la Haye où s’installera l’école Ste Bernadette. Elle représente 32500 m2) pour 227 maisons. On prolonge à cet effet la rue Horace Vernet jusqu’à l’avenue Delory.

Une deuxième zone située à l’extrémité du boulevard de Fourmies et limitée par l’avenue Motte et la rue Mignard. (8500 m2) sera lotie également, ainsi qu’une troisième située en bordure de l’avenue Motte à l’emplacement des anciens baraquements démolis pendant la guerre et l’emplacement de la gare de débord. Ceci représente 11 000 m2 de terrains pour 143 maisons

Document Nord Matin 1948
Document Nord Matin 1948

Les photos nous montrent la construction de la cité des 3 Baudets, dont le modèle sera repris pour le projet actuel. Les travaux démarrent et les premières maisons s’élèvent dès 1950. La photo aérienne montre les maisons implantée au milieu de jardins, comme le préconise le CIL.

Photo Archives municipales
Photo Archives municipales

Mais le CIL va entreprendre une autre tranche de travaux. Il envisage de bâtir de l’autre côté de l’avenue Delory, sur l’emplacement de la ferme de Gourguemez ce qui deviendra la cité du Maroc.

En attendant, 1951 voit le démarrage des travaux du groupe Carpeaux-Pigouche, entre les rues Regnault, Edouard Vaillant et l’avenue Delory. Le groupe Pigouche représente 45 logements, le groupe Carpeaux 54. Ces constructions sont réservées à l’accession à la propriété. Elles possèdent le Chauffage central. Certaines doivent être en briques rouges, les autres en briques blanches.

Document Nord Matin 1951
Document Nord Matin 1951

En parallèle à ces travaux, on aménage l’avenue Motte et son terre-plein central pour y créer une promenade bordée d’arbres le long de laquelle on installe des bancs publics.

Documents Nord Eclair 1955
Documents Nord Eclair 1955

Le quartier prend petit à petit l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui.

Document Collection particulière
Document Collection particulière

 

Shell aux Hauts Champs

Au milieu des années 70 s’installe avenue Motte, dans l’alignement de la rue Jean Macé, une station service à l’enseigne de Shell. Une photo aérienne de 1976 nous la montre près du bloc HBM numéro 1 et de l’église Sainte Bernadette, qui ne tarderont pas à disparaître l’un comme l’autre.

aerienne 1976Document IGN 1976

 Les installations sont simples : des quais desservant cinq blocs de pompes et protégés par un toit, un bureau placé perpendiculairement, un atelier comportant un pont élévateur, et, attenant à celui-ci, un équipement de lavage automatique à brosse rotative. Cette aire de lavage est desservie par un passage contournant le bureau, qui mène le client, par trois virages successifs à angle droit, jusqu’à la brosse. Le chauffeur devait alors descendre pendant le lavage : Il pouvait suivre l’opération depuis le modeste parking de l’établissement. Un mat, placé le long du trottoir de l’avenue, arborait le coquillage Shell et affichait le prix des carburants.

78-1-96dpiPhoto Lucien Delvarre 1978

 On trouve le nom du gérant dans le Ravet-Anceau de 1987, qui mentionne « station Shell Gaillard ».  L’année 1990 voit des travaux importants s’effectuer sur la station. Quelle est la nature exacte de ces travaux ? En tout cas, on ne lésine pas sur le matériel employé !

LucienDelvarre-1990-96dpi Photos Lucien Delvarre

 Mais la station, victime comme beaucoup de la concurrence des grandes surfaces, doit finalement fermer ses portes et Speedy s’installe à sa place. Cette société, après avoir supprimé les pompes, a remplacé l’ancien bureau par un bâtiment plus grand qui lui permet d’assurer ses interventions sur les voitures qu’on lui confie.

Speedy-96dpiDocument coll. particulière

Le Garage des sports

Le garage vu de l’avenue Motte Photo Delbecq – Archives municipales

La multiplication des automobiles a eu très tôt pour corollaire celle des garages et stations services. C’est ainsi qu’au carrefour de l’avenue Motte et de la rue de Lannoy, deux importantes voies de communication, vient s’implanter un garage automobile. Dès 1934, Julien Lejeune, habitant 103 rue Ma Campagne, informe les services municipaux de son intention de faire construire Avenue Alfred Motte à Roubaix un immeuble à usage de garage d’Automobiles. Le bâtiment prévu se développe sur 25 mètres le long de l’avenue.

Le plan de façade du garage Document Archives municipales

 Julien Lejeune diffère sans doute son projet, puisque qu’on ne trouve aucune mention de ce garage automobile, dans le Ravet-Anceau de 1938. Celui-ci voit finalement le jour, car on le distingue sur une photo aérienne prise par l’Institut Géographique national en 1950. Le Ravet-Anceau fait par ailleurs mention en 1953 d’un Garage des sports, au nom de J. Lejeune, situé au 326. Le bâtiment du garage est rectangulaire, le faîte du toit est parallèle à l’avenue Motte. Il est prolongé jusqu’au coin de la rue de Lannoy par un bâtiment coiffé d’une toiture perpendiculaire à la précédente. Ce bâtiment présente un pan coupé dégageant l’angle des deux rues.

En 1962 des travaux modifient l’aspect du garage : une extension de près de 10 mètres est ajoutée, qui forme un angle droit au bout du bâtiment initial. Elle est construite sur un terrain libre, à côté de la propriété. D’autre part, le bâtiment faisant l’angle des deux rues est remodelé : il possède désormais un toit constitué de deux parties en angle droit laissant la place à une terrasse.

Entre 1965 et 1968, ce garage devient une station-service Antar et prend le nom de Relais des sports. Le gérant est alors R. Delporte. Un plan daté de 1966 nous en montre la disposition : la terrasse surplombe le bureau de la station et les pompes de distribution de carburant. Devant ces pompes, une piste permet aux voitures de venir se ravitailler. Les cuves contenant le carburant sont enterrées sous l’ancien garage, et la nouvelle extension abrite le pont élévateur et l’équipement de graissage.

Ce relais des sports perdure jusqu’après 1983, alors qu’en 1987 il est remplacé par l’entreprise Roubelec, protection contre le vol. A ce moment, un étage coiffé d’un toit à quatre pans vient s’ajouter au dessus d’une partie du garage initial.

Enfin s’installent dans le bâtiment les pompes funèbres Douillez, sans modifier son architecture extérieure.

 

 

 

Les baraquements anglais

Au début de la première guerre mondiale, l’armée anglaise stationnée à Roubaix éprouve le besoin de pourvoir au cantonnement de ses troupes. La périphérie sud de Roubaix est alors essentiellement constituée de champs. C’est ainsi qu’est prise la décision de construire des baraquements en bordure de l’avenue Motte, en face du boulevard de Fourmies, sur ce qui est aujourd’hui le quartier des petites haies.

Une vue de l’avenue Motte avant 1930 –Photo Bernard Thiebaut

Établis provisoirement par la préfecture du Nord sur demande de l’autorité militaire, ces baraquements sont bâtis rapidement en planches et ne présentent aucun confort : elles ne sont pas reliées au réseau électrique, et l’écoulement des eaux usées se fait dans des fossés. Ils ne sont pourtant pas démolis aussitôt après la guerre parce que la demande de logements est forte à ce moment. Elles sont alors habitées par une population de condition modeste, que ne rebute pas ce confort sommaire.

Photo Lucien Delvarre

Très tôt apparaissent des problèmes de salubrité liés à la précarité de ce type de construction. Dès 1925, le directeur du service de l’hygiène, M. Rivière signale des cas de fièvre typhoïde et préconise des travaux d’assainissement : les fossés d’évacuation étant complètement comblés par les détritus, toutes les eaux usées reviennent sur l’avenue Motte en contre-bas. Les services de l’hygiène estiment indispensable de creuser des égouts et des fosses

Photo Lucien Delvarre

septiques.

 

Un témoin nous précise que son beau-père, Edouard Behague, qui tenait une quincaillerie-épicerie-dépôt de pain au coin de l’avenue Rubens et de l’avenue Motte depuis 1930, vendait de grandes quantités de bidons de pétrole aux habitants des baraques. En effet, ceux-ci utilisaient ce pétrole pour se chauffer et s’éclairer.

Un des bidons survivants

Le journal de Roubaix, dans une édition de 1939, annonce la disparition imminente de ces constructions.

Document Journal de Roubaix – 1939

Ce même témoin ajoute qu’au début de la guerre, les allemands utilisent les baraquements comme cadre pour des prises de vues de propagande. Elles sont enfin démolies durant l’occupation. A leur place sont créés des jardins ouvriers.

En 1949, la ville prévoit de céder le terrain ainsi libéré, avec d’autres parcelles situées de l’autre côté de l’avenue Motte, à la société d’habitation populaire « Le toit familial » pour être loti. Les maisons actuelles sont construites en 1950.

Une nouvelle église, Ste Bernadette

L’accroissement de la population au Nouveau-Roubaix dans les années trente appelle l’implantation d’une nouvelle église. En attendant cette construction, on bâtit une chapelle provisoire avenue Motte. Celle-ci aura bien des malheurs : lors de la tempête de février 1935, son toit fait de plaques d’« Eternit », est emporté par le vent. Son vicaire, l’abbé Carissimo, aidé de quelques paroissiens, est contraint d’effectuer une réparation de fortune. En janvier 1937, elle est cambriolée, les voleurs, entrés par une fenêtre, ne réussissant qu’à retirer de leur larcin qu’un butin infime. Cette même année, on prolonge la rue Léon Marlot de l’autre côté de l’avenue Motte.

Construction du prolongement de la rue Marlot, à droite la chapelle provisoire.

En Avril 35, à l’occasion de la fête de Pâques, on organise une fête en plein air sur le terrain de la future église. Le projet de construction de l’église définitive se précise, et c’est le cardinal Lienart qui pose la première pierre en Juillet 1935. Un défilé processionnaire était prévu sur l’avenue Motte pour accueillir le cardinal, mais il ne fut finalement pas autorisé par la municipalité, celle-ci venant d’interdire un défilé socialiste prévu le samedi suivant. L’abbé Carissimo devient curé de la nouvelle paroisse.

Le discours de M André Lepoutre – Remarquons les champs à perte de vue

La construction commence. Elle s’étendra sur les années 1936 et 1937.

Deux vues de la construction. Au premier plan des deux photos, l’avenue Motte et les barrières protégeant la voie ferrée.

L’église est enfin consacrée en 1937 ; elle est ouverte au culte en fin d’année. En décembre 38, à l’occasion du premier anniversaire de l’église, sont inaugurées les fresques d’André Trebuchet dans l’abside et les fonts baptismaux.

Les informations et les photos sont tirées du Journal de Roubaix

Constructions CIL 1949-1950

Dès 1948, les quartiers du Nouveau Roubaix et des Trois Ponts sont cités comme terrains disponibles pour bâtir…

CIL et Toit familial

En Janvier 1949 le CIL construit 110 maisons et un immeuble de 30 appartements. Dans le quartier du Nouveau Roubaix, dans le triangle avenue Motte, Gustave Delory et Horace Vernet, En octobre 1949 le CIL  a pratiquement terminé les alentours de la rue Mignard. L’opération se poursuit en janvier 1950 : on construit dans le même périmètre avec le Toit Familial. Le lotissement portera le nom évocateur de vertes allées.

vertesallees&fourmiesVertes allées et Boulevard de Fourmies Photos PhW

La maison plébiscitée

La cité expérimentale CIL de Mouvaux lancée et construite dans l’immédiat après guerre présentait un grand nombre de nouveaux modèles de maisons, parmi lesquels on en plébiscita  un en particulier. Ce type de maisons se retrouve dans les lotissements de cette époque, d’un côté et de l’autre de l’avenue Motte, à l’angle de l’avenue Delory, ou dans la cité de la gare de débord.

La cité de la gare de débord

Face à la rue Mignard et juste en dessous de la cité des Trois Baudets à Hem, qui est historiquement le premier chantier CIL de l’après seconde guerre mondiale, se poursuit le chantier démarré en janvier 1949. Le lotissement prendra le nom de l’ancienne affectation ferroviaire des lieux.

maisonmodeleLa maison plébiscitée  Photo PhW

L’avenue Motte

On l’a d’abord appelé avenue des Villas, puis boulevard industriel. Sa double voie est d’origine,  mais son terre-plein vient d’être débarrassé des derniers rails qui menaient autrefois les convois ferroviaires de la gare du Pile à l’emplacement de la gare de débord sur lequel sont apparues des maisons. L’avenue Motte est devenue une splendide artère à la suite du boulevard Clemenceau qui descend de Hem, et qui trouve dans son prolongement l’avenue Salengro à hauteur de la rue de Lannoy. Le macadam a remplacé les pavés.

avenuemotte

L’avenue Motte CP Médiathèque de Roubaix