Pourquoi deux Leers ?

Une des premières questions qui vient à l’esprit quand on évoque Leers, c’est pourquoi y-a-t-il deux Leers, au risque de créer la confusion. En effet, si vous dites que vous habitez Leers-Nord, c’est en Belgique que vous résidez. Il faut préciser que désormais Leers France est une commune du Département du Nord et des Hauts de France et que Leers-Nord fait partie de l’entité d’Estaimpuis située dans la province de Hainaut, en Belgique.

Carte adaptée du plan d’assemblage du cadastre 1825 source Mairie de Leers, et de l’Atlas des communications vicinales de 1846 source Maison Communale de Leers-Nord (tracés du canal et de la voie de chemin de fer effacés)

Alors pourquoi avoir divisé la commune initiale de Leers ? La raison appartient à l’histoire. En 1769, le Roi de France Louis XV et l’Impératrice Marie-Thérèse d’Autriche travaillent à construire une frontière entre leurs territoires. Le premier cède à la seconde des terres qui sont réunies au Tournaisis à la suite de la convention des Limites en 1779. Ainsi trouvera-t-on des communes coupées par la frontière naturelle de la Lys comme Comines et Wervicq et Leers, dont le tracé frontalier est plus compliqué à expliquer, du fait des nombreuses enclaves d’un pays ou d’un autre.

Mais les deux Leers se retrouvent régulièrement depuis la création de l’entité d’Estaimpuis en 1977 : elle se compose de sept villages depuis la fusion du 1er janvier 1977 : Estaimpuis (I), Évregnies (II), Saint-Léger (III), Estaimbourg (IV), Leers-Nord (V), Néchin (VI), et Bailleul (VII). Les villages d’Estaimpuis, Leers-Nord et Néchin sont frontaliers avec la France à l’ouest.

Le jumelage de 1986 Photo NE

C’est le 14 septembre 1986 qu’est signée la charte de jumelage de la commune de Leers (France) avec la commune d’Estaimpuis (Belgique). L’amitié qui unit Leers et Estaimpuis a dépassé la frontière et la collaboration des deux villes permet de nombreuses rencontres notamment dans le cadre des festivités. Elles célèbrent chaque année l’anniversaire de leur union – le 3e week-end de septembre – lors des fêtes de l’Amitié franco-belge réunissant la population de part et d’autre de la frontière.

Panneau chemin mitoyen Photo PhW

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.