Un autre Desmet

Il y a Anatole Desmet, le propriétaire de la Villa Jean Jacques dont nous avons déjà parlé, mais sur le trottoir d’en face est venu s’installer un autre Desmet. Il s’agit d’Albert Desmet (1884-1950) fils d’un sabotier et d’une couturière domiciliés contour de la Place à Leers, qui vient ouvrir un café à l’enseigne du Tour de France, rue de Wattrelos.

Albert Desmet champion leersois doc JdeRx

Albert Desmet fut en effet un professionnel du cyclisme d’avant la première guerre, sans toutefois appartenir à une grande équipe de marque. Il fait partie des indépendants qu’on appelle parfois les isolés, comme beaucoup de coureurs de cette époque. En 1910, il s’aligne au départ de Paris-Roubaix remporté par Lapize et il termine 38eme. Puis il court le Paris-Menin, le tour de Belgique, le Paris Brest et retour, il finit 15e après avoir couru 800 kms seul. En 1913 il s’aligne dans le tour de France avec l’intention de boucler la boucle. L’an passé en 1912, il s’était arrêté aux Pyrénées.

Le café Desmet sur la droite CP Coll Fam

C’est l’époque des Van Houwaert, Trousselier, il participe comme isolé et il termine parmi les 26 survivants. Ce sont des étapes qui commencent à trois ou quatre heures du matin, et isolé signifie qu’il pourvoit lui-même au ravitaillement, aux réparations, pas de coéquipiers, ni de soigneurs. Il termine le Tour 1913 à la 22e place, juste derrière Louis Colsaet le wattrelosien, les deux étant qualifiés de belges. À ce titre, il fait partie de la légende du Tour de France et Leers tient son champion.

Le café et la pompe CP Coll Fam

En 1914, il est marchand de vélos rue de Wattrelos et sans doute a-t-il ouvert une buvette ou un café. Il s’est marié le 3 février de la même année. Les plus anciens se souviennent de ce café qui avait aussi une pompe à essence. L’endroit est aujourd’hui occupé par le restaurant le Grain d’Orge.

Juillet 1903

Le journal des sports de juillet 1903

Pêche. Les pêcheurs roubaisiens sont à Dunkerque, représentés par la société Le Poisson d’Or. Ils remportent les prix suivants : série au nombre, premier prix Léopold Tiberghien, troisième prix ex-aequo Victor Sarrazin et Léonard Dejin, cinquième prix ex-aequo Decock, huitième prix Alfred Sampers. À la série d’honneur, entre toutes les commissions, premier prix ex-aequo Léopold Tiberghien et Decock. La société a également remporté la prime de nombre.

Tennis. Le challenge des tennis-clubs du Nord a rencontré un grand succès et les spectateurs qui se pressaient autour des magnifiques courts de la rue de Beaumont n’ont pas regretté leur déplacement. Le palmarès est le suivant : MM. Dubar et Motte sortent vainqueurs du tournoi de double, ils appartiennent au tennis-club de Roubaix. M. Rollez du tennis-club de Lille s’adjuge à nouveau la coupe du simple.

Aucouturier croqué par le journal l’Auto

Cyclisme. Départ du premier Tour de France, première étape Paris Lyon. Parmi les favoris, Maurice Garin, Aucouturier, Joseph Fischer, Chapperon, Wattelier, Georget, Muller, Pasquier.

Garin croqué par le journal l’Auto

Course à pied. Le record pédestre Roubaix-Lille (FSAF). Le trésorier de la FSAF, M. Clovis Carrette a offert une prime de 10 francs au coureur à pied qui fera le meilleur temps sur le parcours Lille-Roubaix et retour. M. Donat Rohart le principal vainqueur des épreuves de cette année tentera de ravir le record à Jules Dubar qui le détient en 1 heures 9 minutes et 30 secondes.

La publicité reprend les résultats journal l’Auto 1903

Cyclisme. Tour de France. Garin premier et Pagie second ont réalisé une extraordinaire performance. Deuxième étape, Lyon Marseille. Aucouturier vainqueur devant Georget. Garin reste en tête du classement général. Pagie n’a pas terminé la deuxième étape. Troisième étape, Marseille Toulouse.

Cyclisme. Courses du 14 juillet à Roubaix sous les auspices de la Municipalité seront courues autour du Parc de Barbieux. Au programme, courses de vitesse, course des tout-petits, course de fond championnat de Barbieux, course de dames, course de consolation. Envoyer les engagements par la poste à M. Théo Callens 34 rue Chanzy Roubaix. Aucun droit d’inscription.

Course à pied. Donat Rohart a réussi à battre le record de Roubaix-Lille et retour. Il améliore de deux minutes le précédent temps. Le nouveau recordman est engagé dans la course de Marathon et tentera bientôt le record du brevet pédestre des 30 kms.

Tour de France. Aucouturier gagne l’étape Marseille Toulouse, devant Brange, Samson et Garin. Prochaine étape Toulouse Bordeaux.

Sport d’Amiens Coll Particulière

Aviron. Les régates internationales du 12 juillet sont organisées par le cercle nautique l’Aviron Roubaisien, sur le canal dans le bief du Blanc Seau. Des tentes spacieuses ont été installées qui protégeront les spectateurs des ardeurs du soleil et en cas d’improbable pluie serviront d’abri. Le jury est composé d’Emile Truffaut, président, MM. Louis Lesur et Emile Delchambre, chronométreurs, MM Sarrot du Sport d’Amiens, Adolphe Marsy du Racing Club Roubaisien, Ernest Want de l’Aviron, Grau de l’Union nautique de Lille et Yserman du Sporting Dunkerquois. La course débutants est remportée par Fleurette du Sport d’Amiens. La seconde course débutants par Goliath du cercle de l’aviron. Une troisième course avec deux avirons et barreur par à la hâte du cercle de l’avion. La course suivante de quatre avirons est gagnée par Comme tu veux du Sport d’Amiens. La course de périssoires avec obstacles est remportée par Teuf Teuf de l’Union Nautique de Lille.

Tour de France. La cinquième étape Bordeaux Nantes fait l’objet de deux catégories : la première, les coureurs qui font le tour de France complet, et le seconde ceux qui ne font que l’étape. Garin remporte une nouvelle victoire devant Pasquier et Pothier. Ambroise Garin se classe dixième et premier de la deuxième catégorie.

Record de France. Une magnifique performance au Racing Club Roubaisien. M. Alphonse Scrépel a réussi dimanche un exploit peu banal. Au cours de l’épreuve de lancement du poids, il a fait sur six essais cinq jets au-dessus de douze mètres, en réussissant à lancer à 12,43 mètres, nouveau record de France.

Pêche. Les pêcheurs Roubaisiens à Gand. La société le Poisson d’Or a remporté plusieurs prix avec MM. Vandeveine, Decock, Crave et Deruyck à la série du plus grand nombre. La société a reçu la prime de nombre et une médaille.Ils récidiveront la semaine suivante à Dixmude.

Jean Chastanié du Racing Club de France extrait Wikipedia

Course à pied. Les grands prix du Racing-Club de Roubaix, au profit du Nouvel Hôpital. La participation de Monnier champion de France de la société Athlétique de Montrouge est acquise. Il vient de battre le record de saut en hauteur il y a quinze jours avec 1,76 m. Puységur le champion de France de saut à la perche sera là également et Chastanié le coureur du Racing-Club de France champion de France du 800 mètres plat. Le clou de la réunion sera la participation de Marius Eynard, champion du monde de lancement du disque, détenteur du record du monde avec 43,21 mètres, du Racing-Club de France. Entre autres invités et champions.

Marius Eynard en 1903 extrait Wikipédia

Tour de France. Sixième et dernière étape Nantes Paris. Vingt et un coureurs restent qualifiés et il semble bien que Garin qui possède une avance de plusieurs heures sur le second Pothier, remportera l’épreuve. Il gagne l’étape qui se déroule dans un grand désordre à l’arrivée.

Publicité après l’arrivée du 1er Tour de France Journal l’Auto 1903

Course à pied. Les grands prix du Racing-Club de Roubaix, au profit du Nouvel Hôpital. Devant 2000 personnes, Eugène Motte le député maire de Roubaix et Gustave Wattine prsident de la Cavalcade, les épreuves se sont déroulées sur le coquet terrain de la rue de Beaumont et ont donné les résultats suivants : Malfait (RCR) remporte la finale du 100 mètres, Scrépel (RCR) le lancement du poids, Sartorius (RCR) le 250 mètres haies, Catteau (RCR) le saut en longueur. Le 250 mètres plat scolaires est remporté par Brissy (TC Paris), le 400 mètres plat par Frasez (RCR). Monnier est le meilleur pour le saut en hauteur, ex-aequo avec Sartorius (RCR), ils n’ont pu franchir 1,70 mètres. Le concours du disque revient à Eynard qui échoue néanmoins dans ses tentatives pour battre le record du monde qu’il détient. Puységur remporte le concours de saut à la perche. La course du 2000 mètres steeple chase voit la victoire de Maertens (AC Bruxelles).

L’homme d’un seul tour ?

Louis Pennequin

On ne sait pas grand-chose de Louis Pennequin, sinon qu’il est né à Roubaix en 1883 d’un père marchand de légumes rue de la Paix à Roubaix. Il s’engage dans l’armée en 1901 et la quitte en 1903, son père étant décédé. Il exerce la profession de sellier, puis il est marchand de charbons au moment de son mariage à Tourcoing en 1904.

 Il est mentionné au départ de la course des quatre heures du parc des sports des quatre villes en juin 1910, puis il est engagé dans le Tour de France avec le dossard 166. Alors que le Tour n’est pas encore terminé, une souscription populaire est lancée par le Nord Touriste afin de préparer un accueil aux deux « Tour de France » roubaisiens que sont Crupelandt et Pennequin. Les deux champions sont associés pour l’accueil qui leur est fait dès le mardi soir à la gare puis à la mairie. Une réception sera donnée au 8 rue du grand chemin, local du Vélo Club Lion de Roubaix Tourcoing et leurs cantons.

Crupelandt a brillé en remportant la première étape et s’est mis en évidence dans les étapes de montagne. Pennequin roule en tant qu’individuel, au sein de la catégorie « isolés ». Il est victime d’un accident de machine pendant l’étape Luchon Bayonne, ce qui fait qu’il ne pourra plus figurer dans le classement. Mais il n’aura pas passé la montagne en vain. Il a tenu à terminer le tour, en parcourant les cinq dernières étapes avec un courage qui mérite tous les éloges. Pour cet exploit, il sera associé à Charles Crupelandt dans l’hommage que rendirent les roubaisiens à leurs deux « Tour de France ».

Le Taureau du Nord

Lorsque Charles Crupelandt effectue son service militaire en 1907, sa fiche militaire indique déjà comme profession «vélocipédiste». Car ce jeune homme aux cheveux châtains et aux yeux gris bleu a commencé une carrière de coureur cycliste depuis 1904. Il court tantôt avec des sponsors, tels la marque Radiator, ou les cycles La Française,ou en individuel, le reste du temps. Ses premiers résultats sont discrets, mais en progression constante : en 1904, il se classe 13ede Paris-Roubaix, en 1905 5e de Bruxelles-Roubaix, en 1906 6e de Paris-Tourcoing, et en 1907 1er des 24 heures d’Anvers, 1er des 8heures d’Andrimont, 2e de Paris-Bruxelles. Il court autant sur route que sur les pistes des vélodromes. En 1907, il effectue donc son service militaire pendant deux ans et revient à la vie civile en septembre 1909, soldat de 1ère classe, avec un certificat de bonne conduite, et un brevet de vélocipédiste dûment délivré par l’autorité militaire, suite à une épreuve effectuée le 23septembre 1909.

Charles Crupelandt photo JdeRx

Sa carrière reprend de plus belle. Chaque année, de 1910 à 1914, il est désormais sponsorisé : en 1910 la marque Le Globe Dunlop et les cycles Depas ; de 1911-1913, les cycles La Française Diamant et en 1914 La Française Hutchinson. En 1910, le jeune champion gagne une étape du Tour  de France qui se déroule entre Paris et Roubaix. Il gagnera deux étapes lors du Tour de France 1911, ce qui lui vaudra d’être accueilli à Roubaix par une foule dense et d’être reçu à l’Hôtel de ville de Roubaix. Son palmarès s’étoffe : en 1910, il se classe deuxième de Bruxelles-Roubaix, et cinquième de Paris-Roubaix, entre autres nombreuses places d’honneur. En 1911, il remporte la course Paris-Menin, fait troisième de Paris-Bruxelles, et quatrième des 24 Heures de Buffalo, le célèbre vélodrome parisien.

Vainqueur d’une étape du Tour 1910 à Roubaix Photo JdeRx

En 1912, consécration, il remporte son premier Paris-Roubaix en dominant au sprint Gustave Garrigou Il participe à des classiques italiennes, comme le tour de Lombardie ou Milan San Remo. En 1913, il gagne la classique Paris-Tours, fait troisième du Championnat de France, troisième de Paris-Roubaix, troisième de Paris-Bruxelles et s’illustre sur les pistes des vélodromes de Paris et de Roubaix. En 1914, il est au sommet de sa forme, c’est sa meilleure saison : il est sacré champion de France à Rambouillet, il gagne Paris-Roubaix pour la seconde fois, il est premier des 24 heures d’Anvers, troisième de Milan-San Remo. Pendant toutes ces années, le Tour de France, créé en 1903, ne lui aura pas vraiment souri. Il est forfait en 1904, il abandonne en 1906 et en 1907. Mais en 1910, il finit à la sixième place du classement, après s’être octroyé la première étape, Paris Roubaix ! En 1911, il prend la quatrième place au classement général, après avoir remporté la quatrième étape, Belfort-Chamonix, et la septième étape, Nice Marseille. Il abandonnera les trois années suivantes. À la fois pistard et routard, Charles Crupelandt se situait parmi les meilleurs coureurs cyclistes français de l’époque, tels Lapize et Fabert.

Crupelandt champion de France Coll Particulière

Le 2août 1914, c’est la mobilisation générale, et Charles Crupelandt rejoint dès le lendemain le 13e régiment d’artillerie. En 1915,on lui décerne la Croix de guerre pour faits de bravoure. Mais il a été gravement blessé par deux fois : fracture ouverte de la clavicule et perte des deux premières phalanges à l’index et au médius de la main droite. La guerre a-t-elle détruit l’homme ? Il est condamné par le conseil de guerre en 1916 pour vol, est gracié en 1917. Il travaille alors au dépôt des métallurgistes à Paris, puis à Courbevoie où il apprendra le métier d’ajusteur. Le 15 avril 1918, il est intégré au 1er régiment de zouaves. A nouveau condamné pour vol en février 1919, il écope de deux ans de prison. En 1921, il est de retour à Roubaix, et veut reprendre la compétition cycliste. Mais à la différence de l’armée en 1916, l’Union vélocipédique de France ne lui trouvera pas de circonstances atténuantes, et refusera de lui délivrer une licence. Suspendu à vie, Charles Crupelandt ne disputera plus que des courses de seconde zone au sein d’une fédération dissidente, la Société des courses. Crupelandt se reconvertit à Roubaix dans la vente de vélos puis y tient un bistrot. Il meurt à Roubaix, amputé des deux jambes et quasiment aveugle, le 18 février 1955.

Le Tour de France à l’usine

En février 1969, les démolitions ne sont pas encore terminées, on s’apprête à raser les bureaux de l’usine Huet, pour permettre à l’opération Edouard Anseele de déboucher sur le boulevard Gambetta. Les bulldozers de l’entreprise Mailler s’attaquent au bâtiment de façade de l’ancienne usine, situé à l’angle de la rue Centrale, derrière laquelle se trouvent les bureaux. Mais on ne démolit que la façade car les salles des ateliers vont servir pour accueillir le tour de France, dont le départ sera donné à Roubaix en juin 1969. Ils abriteront l’ensemble des services de la course.

La grande salle à nefs de l’usine Huet, les maillots, le public Photo Nord Éclair

Désaffectée depuis cinq ans, l’usine a été remise en état, les murs repeints, le sol nettoyé. L’équipement sanitaire a été refait, les salles et la façade extérieure ont été décorés par les élèves du CET du boulevard de Lyon. On accède au bâtiment par trois portes situées sur le boulevard Gambetta, dont une pour les véhicules. Dans la grande salle à nefs d’usine, les mécaniciens s’affairent à préparer les vélos des champions. Le public est admis à visiter l’endroit. La seconde partie de la grande salle a été équipée pour recevoir les bureaux, les services médicaux, et une salle d’attente de trente places pour les coureurs.

Les visites se déroulent sous la conduite du médecin du Tour, le docteur Nègre, accompagné d’un confrère lillois, le docteur Niquet. L’ancien pavillon du concierge est occupé par la direction de la course, son secrétariat et une salle de conférence. La salle de presse s’y trouve également où dix lignes téléphoniques et huit téléscripteurs ont été installés par les P.T.T.

La fête du Tour représente trois jours de manifestations sportives : le vendredi soir, c’est la grande fête du Tour. Le samedi à 15 heures commence la partie sportive : les grands champions pistards Trentin et Morelon affrontent les champions belges, hollandais, allemands, anglais et régionaux. Une demi-étape contre la montre se déroule ensuite à partir de 17 heures, c’est le prologue, pour l’attribution du maillot jaune. Le lendemain, dimanche, le maire Victor Provo donne le départ de l’étape Roubaix Bruxelles au parc municipal. Le peloton traverse Roubaix en remontant l’avenue Salengro, la rue de Lannoy, le boulevard de Belfort, la rue Pierre de Roubaix, le boulevard Gambetta, la place de la Liberté, la Grand Rue, la Grand Place, la rue du Maréchal Foch, le boulevard de Paris, le boulevard de Douai, le boulevard Lacordaire, la Place du Travail, le boulevard de Fourmies, pour arriver à la Place Charles Spriet, lieu du véritable départ. Après ce parcours de près de sept kilomètres dans la ville, le départ est donné à 10 heures 15. La veille, pour sept secondes, l’allemand Rudi Altig a privé Eddy Merckx de maillot jaune.

Le Tour dans Roubaix Photo Nord Éclair

Les 7000 m² de l’usine seront ensuite démolis. On prévoit de bâtir sur l’emplacement une station service, un grand magasin et un immeuble de cent logements. Cette ouverture permettra, dit-on au nouveau quartier Anseele de respirer. Il reste encore une filature et la caserne de pompiers à démolir, pour atteindre le carrefour de la rue Pierre de Roubaix. Il est question de raser tout cela pour construire trois tours séparées par des espaces verts. Tous ces projets ne seront-ils menés à bien ?