Georges Bernard – La villa Pax

Pendant la première guerre mondiale, un jeune appelé hémois, dont le père est ouvrier à la brasserie Leclercq, comprend qu’il est nécessaire, pour soutenir le moral des hommes, de leur donner des nouvelles des copains et de la famille. A cet effet le sergent Georges Bernard, né à Hem en 1890, crée « le Trait d’Union », un bulletin d’information.

Le Trait d’Union n° 4 partie haute de la page 1 (Document archives Historihem)

Georges n’a reçu qu’une instruction primaire à l’école privée Saint Corneille mais a ensuite poursuivi ses études aux cours du soir à Lille. Capacitaire en droit, il a été reçu à plusieurs concours administratifs. Il a rassemblé toutes les adresses des camarades de Hem qui sont au front afin de pouvoir établir une liaison entre eux et les civils restés au village.

Tiré chaque mois à 300 exemplaires, ce petit journal est attendu par tous et apporte des nouvelles des poilus à la famille et des nouvelles du village aux hommes dans leurs tranchées. Le secrétaire du journal est Jean Castelain, professeur à Saint Charles, qui, réfugié à Paris, y a trouvé du travail au Crédit du Nord et une machine à écrire pour taper ses textes, toujours sous la direction de Georges.

Photo de Georges Bernard (à droite) au front en avril 1916 (Document archives Historihem)

Le Trait d’Union  assure ainsi la liaison entre les mobilisés et la population d’Hem jusque la fin de la guerre en novembre 1918. A son retour, titulaire de la croix de guerre, Georges Bernard devient le Président-fondateur de la Fraternelle des Anciens Combattants.

Photo de la FAC (Document archives Historihem)
Photo du drapeau de la FAC (Document archives Historihem)

Il entre également en politique et devient conseiller municipal à Hem, de 1920 à 1925, et porte-parole du Parti Démocrate Populaire. Il représente les chefs de familles nombreuses et entre au conseil d’administration de la société d’habitations à bon marché « Notre Toit ».

En 1926, il commence à faire construire la villa Pax au 73 rue du Calvaire à Hem. Un portrait d’Achille Plouvier se trouve dans la salle à manger de cette villa. Il s’agit du père de Cécile Plouvier épouse Bernard qui était un maillon de la chaîne des organistes de la famille Plouvier qui se sont succédé à Lannoy depuis François Plouvier, né en 1789, jusqu’à Louis Plouvier, né à Lannoy en 1921, et qui a tenu de longues années les orgues de la paroisse St Jean Baptiste de Roubaix.

Portrait d’Achille Plouvier (Document collection privée)

Cette villa devait initialement être accolée à une seconde maison identique qu’aurait occupée l’un des frères de Georges mais qui n’a finalement jamais été construite, ce qui explique sans doute le fait que l’un des pignons de la maison soit aveugle. Quant au nom de la demeure on peut imaginer qu’il ait été choisi pour marquer l’attachement de cet ancien combattant à la paix.

Photo de Georges Bernard en 1931 avec son épouse Cécile Plouvier et ses enfants devant la villa Pax (Document collection privée)

Mais le 25 septembre 1939, le petit journal réapparaît malheureusement, sous le n° 1 et pour  les quatre ans de la seconde guerre mondiale, toujours sous la direction de Georges Bernard. Ce 1er numéro du nouveau Trait d’Union fait d’ailleurs référence au « fléau de la guerre ». Son but est le même qu’auparavant : apporter soutien et réconfort aux soldats et à leurs familles.

Trait d’Union n° 1 de 1939 (Documents archives Historihem)

Georges Bernard reprend une teinturerie construite en 1923, 32 rue de Hem à Willems près de la Marque. L’atelier de fabrication se trouve en rez-de-chaussée ; les murs sont en brique et une grande cheminée d’usine surplombe la cour. Pendant la guerre l’entreprise ferme ses portes et les rouvre après guerre.

Photo de l’usine de nos jours, fermée en 2012 (Document vivacités Hauts de France)
Publicité 1965 (Document Ravet Anceau)

Lors de ses loisirs il est membre de la fanfare Saint-Corneille en plus de ses multiples occupations citées plus haut.

Photo fanfare Saint-Corneille (Document archives Historihem)

Après-guerre, il est également reconnu comme ayant fait partie de la résistance dans les rangs de Libération-Nord. Il est proposé pour recevoir la croix de chevalier de la légion d’honneur. Il reçoit également la médaille militaire en 1964.

Attestation de Libération-Nord mouvement de résistance (Document archives Historihem)
Photos de la remise de médaille militaire en 1964 (Documents archives Historihem)

Il décède en décembre 1972 et ses funérailles sont célébrées en l’église Saint-Corneille en présence d’une assemblée fort nombreuse et sous une avalanche de fleurs dont les couronnes envoyées par l’usine de Willems.

Dans le chœur ont pris place les porte-drapeaux  de la légion d’honneur, des Francs Amateurs d’Hem, de la Fraternelle des Anciens Combattants et des médaillés militaires. Mr Leplat, maire de Hem est également présent avec plusieurs membres du conseil municipal.

Sa veuve continue ensuite à vivre dans la villa Pax comme l’atteste le Ravet-Anceau de 1979.

A ce jour la villa abrite le siège social de la société de Mr Christophe Czapla ainsi que son épouse en qualité de profession libérale.

Photo aérienne de la villa en 1976 et 2021 (Document IGN et Google Maps)
Photo de la villa en 2021 (Documents Google Maps)

Remerciements à André Camion et Jacquy Delaporte, à Historihem et à Mr et Mme Christophe Czapla ainsi qu’aux descendants de Georges Bernard

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.