Le marché du Laboureur

Le marché du laboureur à Wattrelos a lieu le dimanche matin. Un must, tu peux pas test ! T’arrives et déjà on te donne un tract politique tandis qu’un groupe de musique typique te joue « El condor pasa » à la flûte de Pan. T’es tout de suite dans l’ambiance ! Avec ton panier à provisions, tu slalomes entre les poussettes et les gens qui discutent des dents du petit dernier. Une odeur de poulet rôti du dimanche te saisit les narines mais tu passes devant la rôtisserie en te disant qu’il y a trop de monde et que tu vas te rabattre sur des nouilles sautées à la vietnamienne. Tu remontes le flux de gens qui mangent des nems, c’est fou ce que les gens aiment bien manger des nems le dimanche matin ! Tu es tout surpris d’entendre une chanson de Marc Aryan qui sort d’une sono. C’est le vendeur de cd improbables. Tu cherches une compil’ de Charden avant Stone ou un pirate live de Frédéric François ? Il l’a ! Tu vas discuter de la météo tout en achetant des gaufres artisanales à la vendeuse qui, telle Charlie Chaplin dans Les temps modernes, et par tout les temps, roule des boules de pâte (pas sous les aisselles quand même !) et retourne ses moules à gaufres qui vont « Crouic, Crouic » . Ah les gaufres ! Surtout ne quitte pas le marché sans en acheter.

Le marché du Laboureur Photo VDN

Tu arpentes les étals des marchands de fruits et légumes où un sympathique vendeur t’explique la différence entre un kaki dur et un kaki mou, quand une irrésistible envie de « demander Nord Éclair, de demander La Voix du Nord » te saisit, vas donc savoir pourquoi ? Un conseil si le marchand de journaux ambulant passe près de toi en poussant son cri de guerre qui fait de Tarzan un joueur de seconde division, bouche-toi les oreilles parce que ce stentor de la PQR pourrait te faire perdre un peu de ton audition. Et puis au marché tu peux aussi acheter de la mercerie comme des fermetures Eclair si tu es du genre à te faire péter la braguette régulièrement, tu peux aller à la camionnette du « Porc d’attache » (jeu de mot ! Je remets un franc dans le nourrain) Mercure d’or 2003 pour sa salade de museau que le monde entier nous envie (ou pas…), tu peux aussi acheter des bonbons de toutes les couleurs, des fleurs pour ceux et celles que tu aimes à prix démocratique : « Allez, on en profite 3 bouquets achetés, un gratuit ! Mais madame, j’ai pas autant d’amoureuses !! » Tu peux admirer la façade art nouveau de l’église Sainte-Thérèse. Tu peux enfin retrouver des amis au palais des sports et boire une bière ou deux… Bon, c’est pas tout ça mais faut que j’aille réchauffer mes nouilles (non ce n’est pas une contrepèterie !)

Un vélodrome au Laboureur

Le vélodrome des quatre villes est inauguré dans le quartier du laboureur à Wattrelos, le 25 juillet 1909. On y retrouve les éléments qui font un vélodrome à cette époque : la piste en bois, des tribunes, des virages, des gradins, et l’inévitable souterrain qui relie l’extérieur de la piste à la pelouse intérieure. La piste wattrelosienne est plus grande que celle du vélodrome de Barbieux, 400 mètres contre 333 mètres. Elle est donc entièrement en bois, et ses dimensions sont les suivantes : 8,30 m de largeur, avec des lignes droites de 9 mètres. Le long d’une de ces lignes droites, on trouve les loges, les tribunes et le pesage. En face, une immense tribune de 7000 places. En tout le vélodrome des quatre villes peut accueillir 20.000 places.

Le vélodrome du Laboureur en construction Photo Journal de Roubaix

Dès le 14 juillet, des essais ont été effectués et quelques pistards viennent faire des tours de piste. Enfin, après six semaines de travaux, le vélodrome quasi terminé reçoit la visite d’Henri Desgrange, directeur du journal l’auto, qui la déclare incomparable ! Les motocyclistes peuvent y atteindre 120 km/h. Ses administrateurs Adolphe et Henri Briet, Gustave Dhalluin, et son directeur sportif César Garin, le frère cadet de Maurice, peuvent en être fiers. On s’est également organisé à l’extérieur, il y a déjà des estaminets « à l’arrivée du vélodrome », « au vélodrome des quatre villes », et ce quartier du Laboureur autrefois un peu désert va revivre et se développer.

Les gradins du vélodrome Photo Journal de Roubaix

Le 25 juillet, c’est donc l’inauguration et une réunion de gala est organisée pour l’occasion. À 15 heures, les coureurs Darragon, champion du monde, Parent champion de france, et Serrès s’affrontent dans un match de demi-fond en trois manches. Ils tournent à plus de 80 km/h. Puis un match poursuite oppose les pistards Deruytter de Tourcoing, Tiberghien de Wattrelos, Deman de Reckhem, et Behague d’Herseaux. Le prix des places est le suivant : loges 5 francs, pesages 4 francs, tribunes 2,50, gradins et virages 1,50, populaires 1 franc. Il a été décidé que s’il pleuvait, on remettrait, mais ce ne fut pas le cas. Les portes sont ouvertes dès 13 h 30, et la société musicale des Enfants de la Lyre vont animer la réunion. Un garage de 500 vélos est prévu pour les spectateurs venus à bicyclette, et un service spécial de tramways amène les voyageurs jusqu’à un arrêt juste en face du vélodrome.

Le vélodrome en service CP Coll Part

Le vélodrome des quatre villes disparaîtra avec la première guerre, mais il aura accueilli les plus grandes réunions de pistards et même un temps les matchs de football du Racing Club de Roubaix, alors à la recherche d’une grande enceinte sportive.

À suivre