La Filature de Maufait

Au début des années 1910 on projette de créer un boulevard Industriel comprenant une voie ferrée centrale entre la gare de Roubaix-Wattrelos, dite gare du Pile, et une autre gare, dite de débord qui se situerait au confluent des avenues Motte et Delory, dans le quartier des petites haies.

Pour cela, il s’agit de prolonger l’avenue Motte, qui s’arrête alors rue de Lannoy, à travers une zone constituée des terres des anciennes fermes de l’Espierre et de Maufait, récemment acquises par les hospices de Roubaix. La première guerre mondiale stoppe ce projet, qui doit attendre le milieu des années 20 pour se concrétiser.

Sans attendre la réalisation effective du boulevard, des industriels, et en particulier Auguste Cavrois, s’installent sur cette zone. Celui-ci fait construire dans l’immédiat après-guerre une filature qui prend la dénomination de « Filature de Maufait » le long du futur tracé du boulevard. On voit sur le plan que le terrain à gauche est au nom de Cavrois, qui ouvrira là une dizaine d’année plus tard la filature Cavrois et Fils. A droite, le terrain est la propriété des hospices.

Plan de 1926 – document archives municipales

Cette usine sera plusieurs fois agrandie et modifiée tout au long de son existence. Dès 1919, M. Bonte fait une demande pour la construction d’une cabine de distribution électrique au coin du chemin menant à l’usine, sur l’emplacement de jardins ouvriers. En 1930 la société fait deux autres demandes concernant l’agrandissement de deux nefs du magasin

Document archives municipales

 Cette même année, l’entreprise demande l’autorisation de construire une rangée de 10 maisons ouvrières sur le type E3 de la maison Roubaisienne le long de l’avenue, devant la filature. Seront-elles réservées aux employés de la filature ? Ces maisons bordent encore l’avenue Roger Salengro aujourd’hui.

Plan archives municipales – Photo Jpm

 D’autres travaux modernisent les locaux : la reconstruction d’une tour réfrigérante au même endroit que l’ancienne en 1936, la construction d’un monte-charge en 1939, et l’agrandissement d’un atelier en 1947. Par ailleurs, la dénomination de la société change au fil du temps : Le Ravet-Anceau fait, au départ, état de la dénomination « Filature de Maufait, laines peignées » au 105 Boulevard Industriel. Dès 1932 un changement de numérotation fait passer l’adresse au 137, puis 139 en 1935. En 1939 la société devient « Etablissements Bonte et Cie », puis en 1953 « Filature de Beaurepaire, Etablissements Bonte et Cie ». En 1959 l’intitulé redevient « Etablissements Bonte et Cie (Filature de Maufait) ».

L’entreprise n’échappe pas à la crise du textile, et notre filature finit par disparaître du Ravet-Anceau en 1984. Les bâtiments survivent quelque temps à l’entreprise : une photo aérienne de 1988 nous montre l’usine en place. Elle sera pourtant remplacée par un lotissement bâti autour de la rue Henri Delvarre.

Le site de la filature en 1964 et de nos jours – photos IGN

 

Histoire d’une filature

Le 18 avril1893, Carlos Masurel-Leclercq, alors âgé de 31 ans et demeurant 78 boulevard de Paris, demande l’autorisation de construire une filature de coton sur le boulevard de Fourmies. Cette voie, récemment construite, s’arrête alors à la place de l’Avenir (future place Spriet).  Sa prolongation jusqu’à la future avenue Motte ne sera pas décidée avant 1896. L’usine sera construite sur un terrain situé à droite en venant de la place du Travail, et s’étendant jusqu’à la rue Henri Régnault. La façade de l’usine doit se prolonger vers la gauche par un mur de clôture interrompu par un portail d’accès, lui même suivi de la maison du concierge. Le bâtiment compte trois étages et six modules d’une fenêtre surmontés chacun d’un toit pointu, ainsi qu’une tour abritant un monte-charge.

Le plan original – Document archives municipales

Ce sont les premières années d’existence du boulevard, et on y trouve seulement l’usine Ternynck et fils, et l’estaminet Dubron. En 1903, notre filature prend le numéro 20, alors que le numéro 1, première maison sur le trottoir d’en face, abrite le directeur de l’usine H. Rive. Au 28, juste à côté de la maison du concierge, s’installe l’estaminet Herbaut.

En 1905, la filature change de raison sociale, et prend le nom de Dazin-Motte Fils. Le nouveau propriétaire demande en 1909 l’autorisation d’agrandir l’usine. Le plan joint à la demande prévoit 7 modules-fenêtres supplémentaires identiques aux anciens, mais sans la toiture en pointe correspondant. Une nouvelle demande d’agrandissement est faite en 1927. L’entreprise se préoccupe du bien-être de ses employées, avec une demande de construction pour une garderie d’enfants déposée en 1926. On distingue également sur les photos aériennes des jardins aménagés pour les ouvriers près de l’usine le long de la rue Bernard Palissy. Une photo datant des années 30 montre par ailleurs que la tour d’angle a été surélevée de deux étages.

Photo collection Bernard Thiebaut

Les photos aériennes depuis les années 30 montrent l’usine dans son état définitif. On y voit nettement deux extensions au bâtiment principal, ne comportant pas de toits pointus comme la construction d’origine. On distingue également les jardins ouvriers et la disposition interne de l’usine avec un bâtiment derrière la maison du concierge et deux bâtiments annexes situés le long de la rue Henri Régnault.

Photo IGN 1962

Cette photo nous montre l’usine à la fin de son existence, puisqu’elle va disparaître en 1963.Un reportage de la Voix du Nord de l’époque nous montre le bâtiment en cours de démolition et nous apprend que les travaux ont donné lieu à un accident puisque le vent, soufflant en tempête, a fait s’écrouler un mur affaibli par les travaux, tuant un ouvrier qui se trouvait là.

Photo La Voix du Nord

Le terrain de l’ancienne usine reste en friche très longtemps, et des photos de 1970 nous montrent cette zone transformée en terrain vague, les restes des anciens bâtiments, et de nombreux gravats. Cette situation perdure au delà de la construction de la résidence Palissy, érigée à l’emplacement du bâtiment principal de la filature.

Documents archives municipales

Ainsi se scelle le destin d’une des nombreuses entreprises textiles roubaisiennes, qui prélude à bien d’autres disparitions.

 

Fin de l’usine de velours

L’usine de velours de l’avenue Motte a cessé de fonctionner en 1982, avant de devenir quelques années plus tard l’ensemble de magasins plus connu sous le nom de l’Usine. Nous revenons dans ce premier épisode sur la fin de l’entreprise Motte-Bossut.  En 1843 se crée la société Motte Bossut. Louis Motte, son épouse Adèle Bossut, un oncle Cavrois Grimonprez et un beau frère Louis Wattine Bossut sont les principaux associés de cette première société qui sera dissoute en 1867, après l’incendie de la filature monstre, dont on peut encore apercevoir le mur, entre le monument consacré à Eugène Motte et l’ancien dispensaire de la goutte de lait. Une nouvelle filature sera construite en 1863, dont nous connaissons encore les bâtiments, aujourd’hui occupés par les archives du monde du travail. En 1889, les fils de Louis Motte-Bossut, décédé deux ans plus tôt, étendent l’affaire familiale avec une filature de laine située boulevard de Mulhouse à Roubaix. La nouvelle société Motte-Bossut et fils est toujours une affaire familiale, sans intervention des banques. En 1897, c’est au tour de l’usine de Leers, puis en 1901 le tissage de velours d’Amiens, et en 1903, l’usine de velours de l’avenue Motte à Roubaix.

Les usines roubaisiennes de l’entreprise Motte-Bossut

La filature du boulevard Leclerc Coll Médiathèque de Roubaix
L’usine du boulevard de Mulhouse Coll ADN
L’usine de velours de l’avenue Motte Coll ADN

En 1919, Motte-Bossut devient une société anonyme, dont les actionnaires sont exclusivement des membres de la famille. Elle le restera jusqu’à sa dissolution en 1982. La direction effective de la société et des usines est toujours restée dans la famille. La progression se poursuit avec la construction en 1924 des usines de Vadencourt et de Comines, et une fabrique d’étoffes non tissés à Lys lez Lannoy en 1927. Après la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise Motte-Bossut est toujours renommée pour la fabrication des ses tissus de velours. En 1959, apparaît la marque « Tissus La Tour » et plus spécialement pour le velours la marque Sporvel. En 1967, il y avait encore une dizaine d’usines dans le groupe, l’entreprise traitait le coton depuis la matière première jusqu’à ses formes élaborées : tissages, teintureries, filatures, velours, non tissé.

Tissus La Tour et Sporvel Coll particulière

Fin mars 1981, la fermeture du site du boulevard Leclerc est annoncée. Dans l’usine de l’avenue Motte sont regroupés les bureaux administratifs, la confection, la teinture et la finition du velours, les tissus d’ameublement et les tissus plats pour l’habillement. Le 22 septembre 1981, c’est le dépôt de bilan de l’entreprise. Les raisons invoquées sont les importations incontrôlées entraînant une diminution de 50% de la production. Motte Bossut représente encore le deuxième producteur de velours en France après la SAIC installée dans l’est. L’entreprise emploie alors encore 660 personnes. Un mois plus tard, dans le cadre d’un plan de restructuration, intervient la suppression de 150 emplois et du tissage de Comines. En juillet 1982, après cinq heures d’audience, le tribunal de commerce de Roubaix se prononce pour la liquidation de biens de la société Motte Bossut… S’ensuit une conférence de presse de l’intersyndicale, la présentation d’un projet de reprise de Dominique Motte, fils d’un des actionnaires, avec le soutien du CIASI (comité interministériel d’aménagement des structures industrielles). Un comité central d’entreprise se réunit. Un pourvoi en appel de la décision du tribunal est demandé, ce qui constitue un sursis pour l’envoi des lettres de licenciement. Les salariés manifestent dans la rue et demandent des garanties : assurance garantie salaires, fonds national pour l’emploi, retraite ou départ volontaire à 55 ans, garanties de licenciement pour cause économique pour ceux qui donneraient volontairement leur démission, contrat de solidarité cogestion.

Les salariés en manifestation juillet 1982 Photo Nord Éclair

Finalement le candidat à la reprise renonce. On va vers la liquidation pure et simple. Le 21 septembre 1982, on apprend qu’il y a un nouveau et mystérieux acquéreur, M. Vieilletoile, mais rien n’aboutit. Le 25 septembre 1982, aucun autre acquéreur ne s’est présenté, ce qui entérine la fin des activités de la société Motte-Bossut. A ce moment, il restait encore 498 personnes à Roubaix et Leers (323 à Roubaix et 175 au tissage de Leers)  :  348 ouvriers, 111 employés techniciens et agent de maîtrise, 41 cadres et VRP.

D’après la presse de l’époque

On lira avec intérêt l’article de Stéphane Mathon  Coup de tonnerre, Motte Bossut dépose son bilan dans le site de la société d’émulation, histoirederoubaix.com

De Ternynck à Damart

353_001

Photo Collection particulière

La société Damart s’installe sur le site de l’usine Ternynck à la fin des années 50, et prolonge le bâtiment de la filature vers le Boulevard de Fourmies. Le site abrite les services des expéditions, (la majorité des ventes se faisant par correspondance), qui emploient à cette époque 200 personnes. Le nom de Damart vient du fait que les Etablissements Despature étaient installés à l’angle de la rue Dammartin et du boulevard de Paris. Damart est, à l’époque, renommé pour ses sous-vêtements dont le succès est dû à la fibre « thermolactyl » utilisée.

En 1960, Nord Matin et La Voix du Nord relatent la remise du diplôme « Prestige de la France » à Damart-Thermolactyl, rue David Dangers. A ce moment, le directeur général de l’entreprise est Jules Despatures. Joseph et Paul Despatures dirigent également. Lors de la cérémonie, des médailles du travail sont remises à 22 employés, dont le plus ancien avait 51 ans de présence dans l’entreprise.

Une grande partie des personnalités qui participaient à cette cérémonie ont fait le trajet Orly-Lesquin dans une Caravelle spécialement affrétée par Damart. Des motards ouvraient la route aux voitures officielles entre Lesquin et Roubaix. Après le cocktail servi dans l’entreprise, les personnalités se rendirent au Grand Hôtel, où un déjeuner leur fut servi, avant de reprendre leur vol jusqu’à Paris.

Un appel à vos souvenirs : Damart commercialisait dans les années 60 sous le nom de « Buimassor », un appareil destiné au massage et garni de boules en buis :

Le Buimassor – Photo coll. Particulière

Quelqu’un a-t-il utilisé cet appareil ? Avez vous des souvenirs relatifs à ces évènements ou à cette entreprise ? À vos claviers !

L’usine Ternynck

Photo coll particulière
Photo coll particulière

Cette usine est aussi vieille que le quartier : elle est construite en même temps que le Boulevard de Fourmies qui, partant de la place du travail, s’arrête d’abord à la place de l’Avenir, aujourd’hui place Spriet. On n’y trouve dans le Ravet-Anceau de 1898 que la filature Carlos Masurel, l’estaminet Dubron, et l’usine Ternynck.

Son propriétaire est Henry Ternynck, domicilié 50, rue de la Gare. Il dépose en 1896 une demande de permis de construire. Son Architecte est d’abord M. Lietard, puis Marcel Forest à partir de 1912.Les plans déposés montrent que les bâtiments comprennent, une partie tissage (à gauche lorsqu’on regarde l’usine depuis le boulevard), et une partie filature sur quatre niveaux à droite. L’entrée du Tissage se fait depuis le boulevard, par une grand porte flanquée par la maison du concierge. Elle ouvre sur une cour centrale où se trouve un bâtiment plus petit qui abrite les bureaux.

L’entrée Bd de Fourmies. Doc. archives départementales

On entre dans la filature par la rue David Dangers ; là se trouve aussi une maison de concierge. Par derrière, le bâtiment de la chaudière. Celle-ci fournit l’énergie nécessaire à une machine à vapeur actionnant les métiers par l’intermédiaire d’arbres et de courroies de transmission. La chaudière est alimentée en eau par un réservoir qui se trouve dans la cour près du mur de la rue David Dangers.

Doc. archives départementales
Doc. archives départementales

En 1929 on ajoute d’un étage au bâtiment des bureaux (bâtiment central). Mais une demande d’extension jusqu’en bordure de la rue Linné est refusé pour cause de l’élargissement et du déplacement prévu du chemin qui deviendra ensuite la rue Charles Fourrier. Dans les années 1942-1943 on assiste à des travaux d’aménagements internes. Les compte-rendus des délibérations municipales de 1951 nous apprennent que la ville, pour aménager le carrefour formé par les rues Charles Fourrier, Horace Vernet, Henri Regnault, et avenue Gustave Delory, demandent à la société Ternynck la cession de 271 m2 de terrains lui appartenant. Sur ce terrain se trouvaient des jardins ouvriers.

Photo IGN 1950
Photo IGN 1950

La société Damart remplace peu après l’ancienne entreprise dans ses locaux. Comment ce transfert s’est-il déroulé ? Quelqu’un sait-il ce que sont devenus les employés de la filature et du tissage : ont-ils été embauchés par Damart ? A vos commentaires !

La teinturerie Burel

Facture

Document Médiathèque de Roubaix

Le terrain délimité par le Boulevard de Fourmies, le fond des maisons construites le long de l’avenue Motte, la rue Mignard et la rue Horace Vernet abritait, depuis l’entre deux guerres, une usine de teinture à façon. Cette activité avait été créée par M. Camille Burel, ingénieur de l’Ecole Centrale, d’abord rue du Moulin en 1912, puis transférée en 1928 au boulevard de Fourmies. Après la seconde guerre, la teinturerie a été rachetée par M. Rémi Silvio Volpi, industriel parisien. En 1973, l’un de ses fils, Sylvain, en prend la direction.

Usine Burel-Pl4

Document Archives Municipales

Dans les années soixante, la société Burel a employé jusqu’à deux cent quarante personnes. Puis, à partir des années 1970, face aux difficultés d’une partie de sa clientèle, elle s’est trouvée elle-même en position difficile. Il a fallu alors arrêter en 1977 une partie des activités (teinture sur écheveaux et sur bobines). M. Volpi fils a décidé de vendre tout le terrain du boulevard de Fourmies et de se réimplanter dans les bâtiments de la teinturerie Leclercq-Dupire à Wattrelos, boulevard Mendès France, pour n’y plus teindre que du coton « en pièces », activité moins menacée alors.

Le terrain et les bâtiments de la teinture devenus libres sont alors rachetés par la société Ferrret-Savinel pour y construire un lotissement.

Nous tenons à remercier Laurent Volpi pour le témoignage qu’il a bien voulu nous fournir sur ce sujet.

Le Lotissement Ferret-Savinel, allée Rembrandt

En 1979, l’entreprise immobilière Ferret-Savinel achète, en deux temps, la totalité de l’emprise de la teinturerie Burel : d’abord douze mille quatre cents m2, y compris l’entrée de l’usine et la maison du concierge, en front à rue du Boulevard de Fourmies. Puis dans un second temps le reste de l’usine (deux mille m² de bâtiment, le long de la rue Mignard). Un dossier de demande de permis de construire concernant cinquante-cinq logements individuels est présenté par Ferret-Savinel le 17 Août de cette année.

PartageUsineBurel
Plan usine Burel doc AmRx

Mille huit cent m² d’espaces verts sont prévus, ainsi qu’un chemin piétonnier (maintenant allée Rembrandt), qui devait mettre en relation directe les commerces du boulevard de Fourmies et les maisons individuelles de l’autre côté de la rue Mignard. Cette zone, s’insère entre le bâtiment collectif construit face au Boulevard de Fourmies, les maisons situées le long de l’avenue Motte, la rue Mignard et le fond de l’ancien bâtiment industriel Motte, actuellement occupé par un garage Citroën.

LotissementFerretSavinel
Lotissement Ferret Savinel vue IGN

Les maisons sont construites (la majorité à 5 pièces, et quelques unes à quatre) sur 4 niveaux (RdC bas et haut, 1er et 2eme étage). Pour varier l’aspect des constructions, il est prévu différents plans de façades, de faire varier les couleurs des murs et les types de couverture. Sont également prévus des garages intégrés aux habitations et des places de stationnement. Les habitants du lotissement y accèdent par l’ancienne entrée de l’usine, ouvrant sur le Boulevard de Fourmies.

Plan1Petit
Plan Petit doc AmRx

Il faut remarquer que les plantations tiennent encore une place non négligeable dans le lotissement et que le passage piétonnier, transformé en allée de circulation intérieure, est maintenant fermé par une grille rrettélécommandée par les habitants, sans doute pour sécuriser les accès. Signe des temps ?

 

 
 

Le Boulevard de Fourmies en 1930

Le boulevard de Fourmies des années trente CP Méd Rx

Cette carte postale représente le boulevard entre 1930 et 1950, vu en direction de la place du Travail. On y voit la filature Dazin-Motte, surmontée d’une tour. Sur son emplacement se trouve aujourd’hui la résidence Palissy. En se rapprochant, on découvre successivement la rue Puget puis la rue Carpeaux et, au premier plan la rue David d’Angers.

On assiste à une première vague de construction dans les années 1890, lors de l’ouverture du boulevard : d’abord les usines s’implantent, puis les premières maisons particulières et quelques commerces. La majorité des constructions actuelles sont en place à partir de 1925. En particulier, on compte à cette époque 10 estaminets entre la rue Messonnier et l’avenue Linné : ce nombre est lié à la présence de trois grosses entreprises dans cette zone.

Le Ravet Anceau nous permet d’identifier les commerçants avec, de gauche à droite : la mercerie Lassou, l’estaminet de Mme Desreumaux (puis Derache-Planquaert), la boucherie-charcuterie Baelde, l’épicerie Brouwers transformée avant 1939 en droguerie, le marchand de chaussures Degeldère, la mercerie Willaumez, le bureau de tabac Horent (Vanneste par la suite). Après la rue Carpeaux, la boucherie Belpaume, et après la rue Puget, l’estaminet Deleporte repris avant la guerre par le marchand de meubles Leblanc.

Le tramway visible sur l’image, emprunte la ligne D (Mouvaux – Bd de Fourmies par la place de Roubaix). Cette ligne avait son terminus devant les ensembles HBM, à la limite de l’avenue Motte.

Tout n’est donc pas encore bâti ; on voit bien sur la photo qu’il reste des «vides» côté impair, mais en ce qui concerne les bâtiments existants à l’époque, on retrouve aujourd’hui les constructions d’alors :

 

Le détail

Ce montage montre bien que les constructions sont les mêmes bien que les façades de magasins aient changé. Le café du coin s’est agrandi d’une terrasse couverte, la boucherie comporte maintenant un garage surmonté d’un étage, la boucherie au coin de la rue Carpeaux s’est trouvée augmentée d’un bâtiment bas qui n’existait pas à l’époque.

Si cette vue du temps passé vous suggère des commentaires, n’hésitez pas à les placer ici ; toute contribution est la bienvenue, car elle permet d’enrichir la mémoire du quartier.

Les cinq de chez Delescluse

Une cordiale réception est organisée le samedi 18 octobre 1958 à l’occasion de la remise de la médaille du travail à cinquante ouvriers des établissements Delescluse frères et Cie. Cette maison de teinture et d’apprêts s’est installée dans la rue de Cohem au n°44 juste après la première guerre mondiale, et on se souvient encore dans le quartier de la teinte rouge ou verte que prenaient de temps à autre les eaux du petit riez (de Cohem) qui passait derrière l’usine.

Autrefois adossée à une zone de champs, elle fait désormais l’angle du carrefour formé par les rues de Cohem, Léo Lagrange et avenue Brame. Avant que le quartier ne devienne l’actuelle cité, il y avait des jardins ouvriers derrière l’usine. L’entreprise disposant d’une parcelle de terrain contigüe à ses locaux a fondé en 1942 un groupe de jardins ouvriers, contribuant ainsi à sa manière au décor champêtre des Trois Ponts. Le groupe Delescluse fait l’objet des soins attentifs du gérant de la société Robert Maincent, du responsable « brigadier » Marcel Coquerelle et des jardiniers des Trois Ponts. Ce grand potager agrémenté d’allées fleuries sera régulièrement visité et primé par les sociétés des jardins populaires.

Mais la récompense du jour, c’est celle de la longévité au travail, celle de la fidélité à l’entreprise et aux services rendus par ses ouvriers. La salle d’apprêts de la rue de Cohem a été transformée en un salon de réception aux murs d’étoffe, agrémentés de guirlandes, ce qui contribue à l’ambiance familiale et solennelle de la remise des médailles. La direction de l’établissement est présente : la famille Maincent, avec ses trois générations de gérants, André le père, ses fils André et Robert, son petit fils Gérard, les directeurs, les contremaîtres et les chefs de place.

Cinquante employés sont mis à l’honneur en ce jour d’automne. André Maincent fils s’adresse aux impétrants, en rappelant les origines de l’entreprise à la prospérité de laquelle ils se sont associés par leur travail et leurs vertus. Il évoque la réputation internationale de l’établissement et célèbre la mémoire du premier ouvrier de l’usine, Théophile Bracq, ainsi que celle des disparus de la première heure. Après un hommage rendu au directeur de la teinture, M. Gaston Gilleman, il s’adresse particulièrement aux cinq frères Maguerre. En effet, cette famille de quatorze enfants, originaire du Pas de Calais, installée à Roubaix après la première guerre, a confié cinq de ses fils à la teinturerie. Fernand, Joseph, Pierre, Auguste et Hubert Maguerre se trouvent ainsi honorés parmi les cinquante médaillés du jour. Cette fratrie familiale et professionnelle leur vaut les félicitations de la direction, des cadres et du personnel de toute l’entreprise. Un cadeau leur est fait par leurs camarades de travail.

les cinq

André Maincent fils remet alors les médailles avec un petit mot aimable pour chacun, avec cadeaux et enveloppes, et André Maincent père vient apporter son témoignage d’amitié et ses félicitations. La manifestation se poursuit par un vin d’honneur, puis les participants se retrouvent au café Bellevue pour un lunch.

Cette petite évocation des Trois Ponts d’autrefois met en valeur que le quartier n’était pas une campagne abandonnée. On y habitait, on y travaillait la terre, et on y travaillait aussi en usine, comme l’indique le caractère industriel des rues Brame et de Cohem. En bref, on y vivait.

Chemin de fer et activités industrielles

Le quartier se développe avec la Gare

gdupileLa Gare du Pile Photo Archives Municipales

La présence industrielle s’est développée à partir de la Gare du Pile construite en 1878, agrandie et reliée à la Belgique par Wattrelos en 1897. La même année, le 11 juin, l’alignement de la rue Brame est décidé, ainsi que celui de la rue du Pile, avec les rues Molière et d’Anzin. C’est donc tout le quartier qui s’organise autour de la Gare dite de Roubaix Wattrelos.

vandecruxEn tête de lettre Vandecrux  Coll Méd Rx

Entreprises de la rue Brame

La caractéristique de la rue Brame, c’est de n’avoir longtemps eu que des numéros impairs où se trouvaient des entreprises, l’autre côté de la rue étant constitué de champs et de jardins, propriétés d’horticulteurs ou de cultivateurs.

Dans les années soixante, parmi les entreprises de la rue, il y a la Société de Teintures et de Produits Chimiques de Monsieur Vandecrux depuis 1894 au n°55. La Société Wattinne Bossut et fils, triage de laines, puis la fonderie de Croix. Le parc à charbon de la Société Gertgen Guiot est au n°19. La grande brasserie de Lille y eut un dépôt au n° 189. Des maraîchers y ont encore quelques arpents de terre, comme M. Delbecque du Carihem ou encore M Corne de la rue de Tournai. De nos jours, cette rue a changé: elle possède désormais deux voies séparées par un terre plein, et depuis le 27 janvier 1964, elle a pris le nom d’avenue Jules Brame, désignation plus en rapport avec sa taille, en hommage à la mémoire d’un important personnage politique nordiste du siècle dernier.

pubbramePublicités 1958  Coll Particulière

Fonderie de Croix

Créée à Croix en 1896, rue de la fonderie, par M. Vanoverschelde, cette société ne prendra son nom actuel qu’en 1955, quand elle sera reprise par une entreprise …tourquennoise. En 1962, la Fonderie de Croix s’installe dans le quartier des Trois Ponts, à l’emplacement du triage de laine Wattinne Bosssut dont les bâtiments ont été complètement démolis pour laisser place à des installations neuves. La cité n’existait pas encore, il n’y avait que des champs en face. La Fonderie de Croix employait soixante ouvriers et produisait des pièces industrielles pour le textile, le bâtiment et le matériel agricole, et du mobilier urbain (bornes en fonte, barrières de protection, grilles).

fonderieLa fonderie de Croix aux Trois Ponts Photo Nord Éclair