Les huit de Ptit Louis

Un marcheur roubaisien

Tout comme Maurice Garin dans un autre sport, Louis Lebacquer est un roubaisien d’adoption qui a déjà brillé dans sa discipline la marche, avant que la guerre n’interrompe sa carrière. Né à Paris en Janvier 1919, il a passé ensuite de nombreuses années à Le Cateau dans le Nord avant d’arriver à Roubaix. Louis Lebacquer est un artisan ravaleur de façades, il habitait était 6 rue Inkermann à Roubaix et il avait un garage rue Miln pour entreposer son matériel.

Louis Lebacquer ravaleur de façade en 1965 Photo NE

Le néo roubaisien devient membre de l’académie des sports de Roubaix où il peut ainsi reprendre la pratique de son sport, la marche, que les années de guerre et de captivité ont interrompue. Il participe aux 28 heures de 1961, et finit 4e alors que l’aulnésien Charles Guny réalise le triplé en remportant l’épreuve. Louis Lebacquer est alors âgé de 42 ans. En 1962, il mène l’épreuve de bout en bout et marchera 242 kms. C’est sa première victoire avec une tactique qu’il n’abandonnera pas les années suivantes.

Victorieux en 1962 Photo NE

En 1963, Louis Lebacquer gagne les 28 heures pour la seconde fois, un tantinet déçu de ne pas avoir battu le record de distance de Gilbert Roger (250 kms), il s’en faut de quatre kilomètres. En 1964, l’épreuve se déroule en juin et se trouve réduite à 22 heures. Louis Lebacquer l’emporte pour la troisième fois devant un autre membre de l’ASR, Francis Strunc. L’épreuve de 1965 retrouve le mois de septembre et un Louis Lebacquer arborant un beau maillot de champion de France. Bien qu’il soit l’homme à battre, il ne change rien à sa tactique, attaque très tôt et creuse l’écart. Il remporte les 28 heures pour la quatrième fois. En 1966, Louis Lebacquer, devenu Ptit Louis pour ses supporters, s’est fixé comme objectif de battre le vieux record de Gilbert Roger. Ce qu’il fera en remportant l’épreuve pour la cinquième fois et en parcourant 255,540 kms.

L’année du record 1965 Photo NE

En 1967, populaire et imbattable sur son épreuve de prédilection, Louis Lebacquer parle de retraite, il est vrai qu’il approche la cinquantaine. Néanmoins il remporte les 28 heures pour la sixième fois. En 1968, malgré des conditions atmosphériques difficiles, il est à nouveau vainqueur, pour la septième fois. 1969 est l’année de la transition pour les 28 heures. L’organisation de l’épreuve passe de la défunte Académie des Sports de Roubaix au toujours vaillant Racing Club Roubaisien. Louis Lebacquer a cinquante ans et il a déjà remporté quelques épreuves avant de s’aligner au départ des 28 heures. Subissant une défaillance, il est contraint à l’abandon. Il sera tout de même à l’arrivée pour féliciter le vainqueur, le normand Landreau. Ptit Louis sera au départ de l’édition de 1970. Après un beau duel avec le luxembourgeois Josy Simon qui restera toujours à une quinzaine de minutes de lui, Louis Lebacquer sera intraitable et remportera l‘épreuve pour la huitième fois. C’est là sa dernière participation en tant que marcheur.

La huitième victoire Photo NM

L’Académie des Sports de Roubaix

L’Académie des Sports de Roubaix fut fondée en 1911 par le professeur Édouard Dubus, si l’on en croit l’en tête de lettre. C’était une société agréée par le Ministère de la Guerre et de la Marine, enregistrée SAG n°8477, comme beaucoup de sociétés sportives à l’époque, dont l’un des objectifs était de préparer la jeunesse à s’entraîner en vue d’une hypothétique revanche. Cette société était affiliée à la Fédération Nationale des Sociétés d’Éducation Physique et de préparation au service militaire, mais également à la Fédération Française de Boxe, dont elle était l’un des plus beaux fleurons, se déclarant la plus importante société de boxe de France au début des années vingt.

En tête de lettre de l’ASR doc AmRx

Elle proposait des activités de boxe française et anglaise, d’éducation physique, d’escrime, de canne, de poids et haltères et de lutte. Son siège et sa salle d’entraînement se trouvaient au n°41 de la rue du chemin de fer à Roubaix. Elle était dirigée par le professeur Édouard Dubus, ex-moniteur de l’École Normale de Gymnastique et d’Escrime de Joinville le Pont. Il s’agit du fameux Bataillon de Joinville, une ancienne unité militaire de l’armée française accueillant des appelés sportifs, qui figure dans les établissements de formation à la pratique sportive constitués au sein des armées depuis 1852 avec l’École normale militaire de gymnastique de Joinville. C’était donc une référence !

Le professeur Dubus devant la galerie de portraits de ses champions Photo NE

Pendant près d’un demi-siècle, le professeur Dubus y forme un nombre impressionnant de champions du Nord, de Flandre, de France et même un champion d’Europe. Citons Fernand Detré, Vandeleene et Bodard, Emile Vanlancker, Alfred Baete, Voisin, Dejaghère, Lequenne. Pour le champions de France, Arthur Vermaut, Tiger, Defer, Motte, Deckmyn, les frère Schackels, Dewancker. Auguste Gydé fut champion de France militaire mais c’est son frère Praxille Gydé qui fut champion d’Europe au début des années trente.

Edouard Dubus prend sa retraite en 1956 et s’en va vivre à Nantes. La section de boxe disparaît en septembre 1959 alors que l’ASR s’est tournée depuis 1954 vers la marche et organise pour un temps les fameuses 28 heures de Roubaix. Les dirigeants de l’époque, tous honorés par le Mérite philanthropique et de l’oeuvre humanitaire de France en 1957, sont Gaston Duthilleul, Louis Bourgois, Cyrille Vandewalle, Georges Hasbroucq, Raoul Dujardin, Henri Hiroux, Marcel Mouriaux, Edgard Deflorence et Victor Vandermeiren.

1954 : la première édition des 28 heures remportée par Gilbert Roger Photo NE

L’Académie des Sports de Roubaix animera les 28 heures de Roubaix de 1954 à 1968, date à laquelle le Racing Club de Roubaix prendra le relais de 1969 à 1975 avant que ne soit créé le Club des Marcheurs Roubaisiens.

Les marcheurs (prologue)

Les roubaisiens sont des marcheurs bien depuis longtemps. Non pas les hauts de forme qui se déplacent en fiacre ou en landau, mais bien les habitants des hameaux qui deviendront des quartiers et qui venant de l’Epeule ou bien du Pile, disaient aller à Roubaix quand ils se rendaient à la Grand Place de la ville. Les ouvriers marcheront beaucoup avant de pouvoir acheter une bicyclette pour aller travailler ici ou là et plus loin encore.

Le sport est né dans l’esprit des gens qui avaient des loisirs, c’est à dire la bourgeoisie ou la petite bourgeoisie du milieu du dix-neuvième siècle. Avant que la marche ne devienne un sport à part entière, elle fut d’abord identifiée à un exercice militaire. Au cours de siècles précédents, combien de fantassins ont constitué les bataillons d’infanterie de l’armée française ?

Après la débâcle de 1870, l’esprit revanchard et patriotique fit de la marche une activité sportive à part entière dans les sociétés agréées par le gouvernement telles que La Roubaisienne ou l’Ancienne. Leur but était de préparer la jeunesse à la guerre. C’étaient des sociétés de gymnastique, de tir et de préparation militaire, dont les imposants défilés mettaient en valeur l’art de marcher au pas, ce qui à n’en pas douter, avait nécessité de longues heures et quelques kilomètres de répétition.

Puis à peine vingt ans plus tard, le sport prit son indépendance, sous la houlette de ces gens qui avaient des loisirs mais voulaient les pratiquer à leur manière, c’est à dire en toute indépendance.

La marche athlétique apparut donc à partir de 1890. Les premières grandes épreuves restaient encore liées au patriotisme, puisqu’on marchait vers l’est. Ainsi Paris Belfort en 1892 et Paris Strasbourg un peu plus tard. Les distances parcourues étaient comparables aux épreuves cyclistes, qu’elles accompagnaient parfois. La presse de l’époque regroupait sous la rubrique sport pédestre marche et course à pied mais les distances parcourues par les marcheurs dépassaient largement le marathon des coureurs à pied, comme en attestaient les 500 kilomètres du Paris Belfort.

Un recensement rapide opéré en 1898 montre que la pratique de la marche à pied est déjà bien implantée et fort répandue. Voici quelques noms de sociétés relevés dans le Journal de Roubaix :

l’union pédestre roubaisienne, le club routier, l’Ancienne pédestre, l’espérance pédestre roubaisienne, l’étoile pédestre roubaisienne, le sport pédestre roubaisien, le club pédestre roubaisien et les trois étoiles de marche. Par recoupement des articles on peut dire que ces sociétés avaient leur siège dans des estaminets situés sur tout le territoire roubaisien, de l’Epeule au Pile, des Longues haies jusqu’à la Potennerie.

Le club pédestre roubaisien tampon doc AmRx

Le grand nombre de sociétés entraîne la création d’une fédération en 1898 : le club routier, l’ancienne pédestre et l’union pédestre roubaisienne ont répondu à l’appel. Trois ans plus tôt, les sociétés vélocipédiques avaient fait de même. L’intérêt est comparable : pouvoir organiser des compétitions plus importantes et reconnues, pouvoir valider des records.

Un record du monde du 100 kms est d’ailleurs établi par Adolphe Delplanque de l’Ancienne Pédestre au Parc de Barbieux en 13 heures 40. Le Beau Jardin restait ainsi le décor d’évolutions sportives sans doute moins dangereuses que la vélocipédie, relogée dans le vélodrome voisin.

Après la création de la fédération, le club routier et le sport pédestre roubaisien adhérent à l’USFSA1.

Le grand événement de l’année reste la création d’un Paris Roubaix à la marche créé en mai 1898 comme attraction des 48 heures cyclistes de Roubaix au vélodrome. L’épreuve se déroule sur les 282 kms de Paris à Roubaix2 et le vainqueur est Constant Ramogé, en moins de 41 heures ! Il avait remporté le premier Paris Belfort de 1892 ! Arrivé à Seclin à 9 heures 30 minutes, on lui annonce que les spectateurs du vélodrome ne l’attendent qu’à 15 heures, alors qu’il pourrait terminer en trois heures. Il a plus de quatre heures d’avance sur son second, aussi il ralentit l’allure et s’arrête même pour se faire raser et changer de chaussures. Il termine ses sept tours de piste dans un grand état de fraîcheur sans aucune trace de fatigue. Il en a profité pour battre le record des 100 kms3.

Il y aura d’autres épreuves comme le circuit des trois villes qui se déroule sur les grands boulevards de Lille Roubaix Tourcoing ou encore des courses de marche athlétique de quartier à Roubaix, comme dans bien d’autres villes du Nord. La recherche continue…

1L’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) est une fédération sportive française omnisports fondée le 20 novembre 1887 à Paris

2Annoncé par le Journal de Roubaix

3D’après le Journal de Roubaix