Motte-Bossut 1926

Une vieille photo retrouvée dans un grenier et il n’en faut pas plus pour réactiver l’envie de faire quelques recherches. La photo est signée Alexandre Mischkind qui était un grand photographe roubaisien de l’entre deux guerres. Elle a été offerte comme souvenir de la fête en l’honneur des médaillés du travail qui s’est déroulée le 29 aout 1926. Bien qu’elle ait un peu souffert, elle reste un document de l’époque et notamment pour les salariés des établissements Motte-Bossut fils de Leers.

Motte-Bossut 1926 doc coll fam

Nous parcourons la presse de l’époque et nous y trouvons un compte-rendu que nous vous livrons in extenso ci-dessous.

Une fête des médaillés du travail.

Trente cinq ouvriers de la maison Motte-Bossut récemment décorés de la médaille du travail ont été l’objet d’une charmante réception dimanche après-midi. Les décorés s’étaient réunis à l’usine où l’Harmonie municipale est allée les chercher pour les conduire à la Mairie, où ils ont été reçus par l’Administration municipale. Monsieur Joseph Leroy, maire, entouré du Conseil Municipal, a félicité chaleureusement les braves ouvriers, dont la vie de labeur vient d’être récompensée, et a formulé à leur adresse et à celle de leurs familles, les meilleurs vœux. M. Jules Couque, au nom des médaillés, a remercié en termes excellents l’Administration municipale. Après l’exécution de la Marseillaise et le chant d’un chaleureux vivat en l’honneur des décorés, un vin d’honneur a été servi et la fête s’est prolongée dans une atmosphère de franche et cordiale sympathie.

Cinéma Noël

A l’origine, le 76 rue Jouffroy à Roubaix, est un estaminet doté d’une grande salle pour noces et banquets, une bourloire comme il en existe beaucoup dans la ville à la fin des années 1890. En 1907, le cabaretier Théodore Delbart est le premier à organiser des projections cinématographiques. Ce sont vraiment les premiers balbutiements du cinéma :

les sièges sont en bois et inconfortables, l’électricité est fournie par un moteur à gaz qui fait vibrer toute la salle. . . Son successeur Noël Deboever poursuit l’activité dans les années 1910 et donne son prénom « Noël » au cinéma.

Au début des années 1920, G. Leleu reprend l’établissement qui devient le « Modern Cinéma Noël ». Il gère déjà deux cinémas roubaisiens : celui de la rue de l’Alma et celui de la rue Lacroix. A son décés, dans les années 1930, sa veuve continue l’activité.

document collection privée

Après la seconde guerre mondiale, Julien Colleit devient directeur du cinéma. Une visite de la commission de sécurité l’autorise à poursuivre son exploitation à la condition qu’il fasse les travaux nécessaires et importants pour la mise en conformité. Julien Colleit, conscient que la sécurité passe avant tout, s’exécute et, de plus, profite de l’occasion pour agrandir son établissement. L’architecte Edouard Lardillier à Paris est chargé du dossier et dresse les plans.

Doc 3

documents archives municipales

En 1949, le cinéma est donc agrandi, élargi et refait à neuf. Toutes les normes de sécurité sont respectées conformément à la notification préfectorale. En 1950, après 3 mois de travaux, le cinéma ouvre à nouveau, et reprend le nom de cinéma Noël. C’est une salle familiale et conviviale.

Cinéma Noël ( document collection privée )

Le cinéma « Noël » est magnifique. C’est la plus intime des salles de spectacle de la ville, qui a comme préoccupation essentielle, d’offrir au juste prix, des spectacles suceptibles de satisfaire les plus difficiles et les plus exigeants.

973 fauteuils ( 790 sièges en orchestre et 183 au balcon ) sont disponibles pour les clients qui bénéficient de spectacles de haute qualité, d’une ambiance et d’un confort auquel la Direction a attaché beaucoup de soins.

La façade est très sobre et harmonieuse et attire de loin le regard. Les portes laquées blanc sont encadrées de colonnes en marbrite noire du plus gracieux effet décoratif.

la façade ( document collection privée )

Le hall d’entrée est coquet, spacieux et parfaitement aménagé. Une cabine vitrée de délivrance des billets se trouve au milieu du hall et permet un service accéléré et une attente réduite. A gauche, un large escalier méne au bar du sous-sol.

Le hall d’entrée ( document collection privée )

La salle de spectacle est magnifique, de couleur rouge et ocre. Une moquette épaisse et confortable, qui court tout le long des allées, étouffe le bruit des pas. Deux gigantesques appliques modernes posées sur les murs latéraux font rayonner une lumlière reposante. Les fauteuils très confortables sont garnis de velours rouge. Les rangées entre les sièges permettent aux spectateurs d’allonger les jambes. Des sorties de secours permettent d’évacuer rapidement la salle en cas d’urgence.

A l’étage, le balcon offre une vue d’ensemble, compléte et plongeante. Le confort des places de « la corbeille » est identique à celles de « l’orchestre ».

Vue de la scène ( document collection privée )
Vue de la corbeille ( document collection privée )

Au sous sol, le bar de forme elliptique propose des boissons fraîches, des crèmes glacées, des confiseries ainsi qu’une gamme variée de bonbons et chocolats. Des vitrines publicitaires entourent la salle.

En 1955, la direction investit à nouveau, pour que le cinéma Noël devienne un temple dédié au septième art. La salle est désormais équipée en Cinémascope. Un écran Walker de 70 m2 remplace le vieil écran panoramique. Cet écran est fait d’une seule pièce sans couture ni soudure. C’est un véritable tour de force technique. Quatre pistes sonores indispensables permettent de créer le son stéréophonique. Tous les derniers perfectionnements techniques sont installés : de quoi satisfaire complétement l’amateur de beaux spectacles.

document Nord Eclair

Peu de temps après, en 1958, Agnès Colleit Buht céde le cinéma à la société Gheldof et Ligeron du groupe du Casino de Roubaix. En 1960, le cinéma Noël devient « le Flandre ». En 1976, le cinéma se trouve sous la direction de Mme Raymonde Gheldof.

document Nord Eclair

Malheureusement, le 5 décembre 1979, le cinéma « le Flandre » ferme définitivement ses portes, comme de nombreux cinémas de quartier roubaisiens. Pendant toute la décennie des années 1980 et le début des années 1990, le cinéma va rester à l’abandon. Le site va devenir un dépotoire, un terrain de jeux pour les gosses du quartier. Le bâtiment va être squatté et les façades extérieures murées vont servir de panneaux d’affichage.

documents Nord Eclair

Le 25 Octobre 1996, la CUDL, Communauté Urbaine de Lille, demande le permis de démolir le cinéma pour raison de vétusté.

Le cinéma en 1996 à l’angle de la rue Jouffroy et de la rue Rocroi ( document archives municipales )
Le cinéma à l’angle de la rue Rocroi et de la rue de Maubeuge ( document archives municipales )

A la place de l’ancien cinéma Le Flandre, se construisent ensuite quelques logements sociaux : la résidence Maubeuge Rocroi. Il ne reste alors plus aucune trace de ce lieu de spectacle longtemps emblématique de Roubaix.

Photo BT

Remerciements à Philippe Waret et Alain Chopin ainsi qu’aux archives municipales

Le basket ball à Hem (suite 1)

La décennie 1980 est celle de l’arrivée au club dans l’équipe masculine Seniors de Karim Brahimi qui avait fait ses premiers pas à Hem à l’âge de 12 ans, avant de jouer sur Roubaix pendant 8 ans. Il devient ensuite entraîneur, de même qu’André Ninrinck qui joue alors avec lui dans l’équipe. Très vite, le club compte 12 équipes. Dès le début des années 1980, les filles montrent leur potentiel en se classant championnes régionales et départementales pour les benjamines. Elles sont bientôt suivies par les minimes qui arrivent également jusqu’aux 16èmes de finale de la coupe de France Espérance en 1984.

L’équipe seniors en 1981 dans laquelle évoluent Karim Brahimi et André Ninrinck (Document USBB)
Les Benjamines en 1982 et les minimes en 1984 (Documents Historihem)

Eric Sanderson, un jeune américain passionné de basket, venu parfaire son français dans un lycée roubaisien en 1985, s’inscrit au club de Hem avant de repartir pour son Illinois natal en compagnie de Jean-François Mulliez. Peu à peu l’idée d’un échange entre américains et hémois émerge. En 1988, ce sont les All Stars américains du basket allemand qui passent faire une démonstration de leur talent à la salle Delcourt où Mme Massart est présente pour le coup d’envoi. L’initiative sera renouvelée l’année suivante.

Les All stars à Hem en 1988 et en 1989 (Documents Nord-Eclair)

Après une collecte de fonds imaginative et compliquée, et la recherche de sponsors, c’est au tour de 15 joueurs et joueuses du club hémois de s’envoler pour les Etats-Unis, projet dont l’initiative revient à Karim Brahimi, entraîneur des juniors et André Ninrinck. Après une visite touristique sur place, à New-York et Chicago, les hémois disputent un match contre des universitaires renforcés de Lester Rony, ex Chicago Bull, dans la salle d’une école pouvant accueillir plus de 2000 spectateurs, souvenir inoubliable pour le club.

La visite touristique des joueurs à New-York et chez Eric Sanderson (Documents USBB)
Les hémois aux Etats-Unis (Documents Nord-Eclair)

En 1990, c’est Eugéne Delcourt, membre du club de longue date qui devient président en lieu et place de Mr Deveyer Jacques, démissionnaire pour raison de santé. On retrouve à cette occasion parmi les membres actifs un certain Jean-Marie Delaey, ancien capitaine d’équipe enfants déjà cité et Karim Brahimi, entraîneur, qui reçoit une médaille de l’Office Municipal des Sports (OMS) d’Hem pour son dévouement.

L’assemblée générale de 1990 et l’élection du nouveau président avec les responsables en médaillon (Document Nord-Eclair)

En avril de l’année suivante le club, qui compte dorénavant 160 licenciés, fête ses 25 ans en organisant un match de gala. D’abord un derby oppose la jeune garde de Tourcoing à l’AS Ronchin, puis Berck est opposé à une sélection zaïroise de Belgique renforcée par deux américains. Enfin, un tournoi oppose les équipes d’Hem à des formations étrangères : anglaise, belge, écossaise. Au dernier moment l’équipe anglaise n’ayant pu venir, l’un de leurs joueurs fait seul le déplacement et s’intègre à l’équipe hémoise. Quant aux écossais, le club d’Hem leur réserve une petite surprise en défilant en kilt…

Les 25 ans du club (Documents Nord-Eclair et la Voix du Nord)
Un anglais dans l’équipe hémoise, le défilé de celle-ci en kilt en l’honneur des invités écossais à la salle Delcourt (Documents HSBB)

Chaque année le club organise un tournoi pour la fête du 8 mai et ce depuis 5 ans déjà mais il s’investit aussi dans les causes qui lui tiennent à cœur, tel que le tournoi au profit de Handicap International en 1992 : la rencontre sportive s’enrichit alors d’une dimension humanitaire. La journée commence par une démonstration effectuée par 2 équipes de handisport et se poursuit avec des équipes valides française, belge et zaïroise ainsi que les désormais habitués All Stars.

Le match handisport et l’équipe qui pose, l’équipe Zaïroise, la Courtraisienne et la Liévinoise (Documents Voix du Nord et USBB)

L’équipement de la salle Delcourt s’enrichit en 1994 d’un panneau d’affichage électronique offert par la municipalité et à cette occasion un pot d’inauguration est offert par le club, en présence des élus aux sports Mrs Delbergue et Saint-Maxent. Le HSBB compte alors plus de 200 licenciés, 13 équipes engagées en championnat de fédération française et une école de basket.

Nouvel équipement pour la salle Delcourt (Document Historihem)

L’année suivante, en novembre 1995, a lieu un match exceptionnel à la salle Delcourt entre 2 équipes de haut niveau à savoir : les 59/62 promotion basket contre la Black Jump Selection en match de gala. Pour l’occasion près de 800 spectateurs se pressent dans les gradins de la salle Delcourt pour assister au succès de la Black Jump Selection au terme d’un match très disputé.

Les 2 équipes, des athlètes impressionnants et des gradins archicombles (Documents USBB)

Puis ce sont ses trente ans que fête le club en 1996. Eugéne Delcourt, son président est un homme heureux. Les piliers du club : Jean-Marie, Karim et Dédé le sont tout autant. La fête, qui dure 4 jours, est réussie : les 13 équipes en démonstration rencontrent leurs amis du nord de la France mais aussi de Belgique, et d’Angleterre. Enfin un match spécial oppose les anciens de la Saint Joseph à ceux d’ Hem Sports devant les élus désireux de soutenir un club qui fait la fierté de la commune.

Les 30 ans du HSBB en mai 1996 (Document Historihem)

La saison 96-97 voit le club se mobiliser fortement pour la manifestation Oxyg’Hem : ravitaillement, épongeage, inscriptions, organisation aux départs et arrivées des 3 courses et participation effective aux courses de joueurs, parents et dirigeants. C’est aussi l’année où le HSBB fait le pari de rapprocher les 25 clubs sportifs de la commune regroupés au sein de l’OMS dans un même élan humanitaire pour le relais de la chaîne du cœur au cours duquel 400 kg de marchandises sont récoltés pour les Restos du Coeur.

Oxyg’Hem et les Restos du Coeur (Documents Voix du Nord)

1997, c’est l’année d’un nouveau président Mr Christian Descamps, qui est dans le club depuis les débuts avec Eugène Delcourt, Jean-Claude Vandenabeele et bien sûr Jean-Marie Delaey. Tous ont vu le club grandir au fil des années et JM Delaey, qui possède une caverne d’Ali Baba du basket : coupes, maillots, paperasses, n’a pas souhaité accéder à la présidence, se contentant de la vice-présidence de même que Karim Brahimi.

Tous espèrent voir la salle Delcourt obtenir bientôt son club-house soit un lieu convivial pour se retrouver illustrant le côté chaleureux du HSBB. C’est chose faite en août 1999 et le club-house est inauguré par Christian Descamps en présence du maire Francis Vercamer et de son adjoint Pascal Nys et le champagne coule à flot pour fêter cet événement tant attendu.

Inauguration du club-house de la salle Delcourt (Document HSBB)

A suivre…

Remerciements à Karim Brahimi et André Ninrinck et à l’association Historihem

Maternité Paul Gellé (suite 1)

Dès l’année suivante, un restaurant self-service est aménagé pour le personnel dans les sous-sols de la maternité. Et en 1982, la maternité est agrandie : lui sont ajoutés un kiosque et une garderie. A cette occasion la façade est quelque peu modifiée comme le montre les croquis joints au permis de construire nécessité pour procéder à l’agrandissement.

Aménagement du self-service dans le sous-sol en 1978 (Document archives municipales)
Aménagement du kiosque et de la garderie et modification de façade (Documents archives municipales)

Mais, en juin 1983, suite à la crue des collecteurs, les sous-sols des établissements hospitaliers de l’avenue Julien Lagache sont inondés. A la Fraternité ce sont la légumerie et les dépôts de pharmacie qui sont endommagés mais au Pavillon Paul Gellé l’eau monte jusqu’à 1 mètre 50, détériorant le matériel de stérilisation , le groupe électrogène, ravageant le restaurant du personnel et des locaux annexes (salles de réunion, vestiaires et archives).

Les dégâts sont évalués à 200 millions de francs et l’indemnisation des assurances est attendue, Roubaix ayant été classée en zone inondée par arrêté ministériel. Toutefois, sans attendre ces remboursements, le restaurant du personnel est refait à neuf moins d’un an plus tard, les agents hospitaliers ayant eux-même pu choisir les nouveaux mobilier et décor de leur lieu de détente et de restauration.

Du neuf à la maternité Paul Gellé (Document Nord-Eclair)

Et 3 ans plus tard, c’est le moment d’une cure de rajeunissement de 17 mois durant lesquels, comme un retour aux sources, le Pavillon Paul Gellé campe dans les pavillons 14 et 15 de l’Hôpital de la Fraternité. L’augmentation importante de l’activité chirurgicale, tant en obstétrique qu’en gynécologie, rendent en effet insuffisant le nombre de salles d’opérations. Il faut 4 blocs chirurgicaux au lieu des 3 déjà existant.

Depuis le début des années 1980, les nouvelles techniques d’échographie, de microchirurgie dans le traitement de la stérilité féminine, de fécondation in vitro et de traitements par laser se sont développées nécessitant un plateau chirurgical plus conséquent. Par ailleurs les conditions de l’asepsie en matière chirurgicale ont beaucoup évolué impliquant le respect de nouvelles normes très strictes.

Une salle d’opération supplémentaire va donc être créée plus particulièrement destinée aux césariennes avec, en annexe, une salle de réveil et les 3 blocs chirurgicaux déjà en place vont être restaurés et l’un d’eux agrandi pour correspondre aux nouvelles normes. Les 3 étages consacrés à l’hospitalisation vont eux aussi être entièrement réhabilités.

Bloc opératoire de la maternité provisoire (Document Nord-Eclair)

Il faut prévoir un financement de plus de 4 millions pour les nouveaux blocs opératoires avec 40% de financement par le Conseil Régional, au nom du contrat de plan spécial natalité, et le reste par emprunt auprès de la Caisse d’Epargne ; s’y ajoute plus d’1 million pour la réhabilitation des étages. Les travaux doivent durer près d’un an et demi et, durant cette période transitoire, les services déménagent.

Au pavillon 15, entièrement remis à neuf par les services généraux du centre hospitalier, sont installées: une salle septique, une salle d’opération, une salle d’accouchement avec réanimation des nouveaux nés et des salles de garde. En face, dans le pavillon 14, dit pavillon de cure, sont aménagées des chambres pour les futures hospitalisées et la maternité y retrouve la capacité d’accueil d’un de ses 3 étages d’hébergement habituels.

Entrée du pavillon 15 qui accueille les nouvelles patientes (Document Nord-Eclair)

En juillet 1987, les travaux sont finis : le pavillon Paul Gellé accouche d’un nouveau bloc opératoire ainsi que titre la presse locale. L’ « usine à bébés de Roubaix », flambant neuve, refaite de fond en comble et nantie d’un matériel tout neuf et impressionnant, est inaugurée par le docteur Ghysel, le sénateur maire de Roubaix et quelques uns de ses adjoints, le grand patron du Centre Hospitalier Mr Alliaud et celui de la maternité, le docteur Crépin.

Les 5.000 patientes accueillies chaque année et les 35.000 consultations annuelles vont avoir lieu dans les meilleures conditions possibles. De plus la salle spécialisée pour les césariennes est en service. Des tables modernes ont été installées, qui ne se commandent plus par manivelle, ainsi que de nouveaux scialytiques et un bras anesthésie, sans oublier le laser. De nouveaux locaux ont été aménagés pour le personnel ainsi qu’une « zone sale » bien séparée de la zone aseptisée.

Inauguration et photo du professeur Crépin (Document Nord-Eclair)

Enfin, en 1989, les travaux de construction du pavillon mère-enfant sont lancés avec une ouverture prévue l’année suivante. Ce centre de néonatologie est alors réclamé par le corps médical depuis plus de 10 ans : l’objectif est de soigner les bébés sans les séparer de leurs mères. Pensé à l’époque de Victor Provo, défendu sous le mandat de Pierre Prouvost, c’est à la toute fin du mandat d’André Diligent que le projet va enfin voir le jour.

Le pavillon mère-enfant annoncé par la presse dès 1980 pour 1983 (Document Nord-Eclair)
Croquis du futur pavillon (Document Nord-Eclair)
Permis de construire (Document archives municipales)

Sur 3 étages, plus exactement 2 rez-de-chaussée, haut et bas, et un étage supérieur, le pavillon va disposer des services suivants: imagerie médicale et matériel d’analyse, salle de préparation à l’accouchement, kinésithérapie pré et post opératoire et locaux techniques, tout en bas ; salles d’accueil des consultants de gynécologie et néonatologie et urgences dans le rez-de-chaussée haut ; enfin au 1er étage : une vingtaine de lits pour l’hébergement de néonatologie accueillant les mamans (et les papas) des nouveaux-nés soignés à l’étage inférieur.

Les personnalités sur le chantier en 1989 (Document Nord-Eclair)
Photo du chantier du pavillon mère-enfant et du pavillon achevé (Documents Voix du Nord et archives municipales)
Inauguration officielle invitation (Document archives municipales)

En avril 1991 a lieu l’inauguration, en présence du ministre de la Santé, Bruno Durieux, accueilli à l’entrée de la maternité par des banderoles et des slogans scandés par le personnel : « la pédiatrie veut vivre ». Le sénateur maire André Diligent propose donc une rencontre impromptue à la fin de la cérémonie pour entamer des discussions.

Rencontre impromptue après la cérémonie avec les représentants syndicaux et 14 (4) Rencontre avec les élèves infirmières (Documents Nord-Eclair)

Mais auparavant Mr Durieux prend largement le temps de visiter les lieux, guidé par Roger Alliaud, directeur du Centre Hospitalier Victor Provo, par le professeur Gilles Crépin et les Drs Dehaene et Delahousse en compagnie d’un bataillon d’élus. Tous admirent le nouvel équipement et saluent les premiers bébés et parents admis depuis l’ouverture le mois précédent.

Inauguration officielle (Document Nord-Eclair)

Le service de néonatologie inauguré comprend deux unités : une unité de 10 lits en box individuel permettant le maternage en incubateur des enfants nés prématurément et le traitement de tous les nouveaux nés atteints de pathologies métabolique ou infectieuse, ainsi que le traitement de tous les nourrissons malades âgés de moins d’1 mois ; et une unité de 10 chambres « mères nouveaux nés » permettant aux mères qui le désirent d’être présentes et de participer aux soins de leur bébé prématuré ou atteint d’une pathologie périnatale.

Rencontre des premiers triplés admis dans le service (Document Nord-Eclair)
La maternité en 1989 (Document collection privée)

Remerciements aux archives municipales de Roubaix

A suivre…

La place de la Fraternité

L’histoire de cette place commence à la fin du 19ème siècle, lorsque la municipalité se préoccupe de créer des places publiques à Roubaix dans les zones encore peu construites. Le quartier du pont rouge correspond à ce critère : il est constitué d’immenses terrains encore libres. A cet endroit est prévue la construction un hôpital près duquel on veut adjoindre une place publique. A cet effet, des propriétaires proposent à la municipalité l’achat d’un terrain de plus de 10 000 m² bordant la rue de Lannoy.

Plan de Roubaix en 1881

Un accord pour une option d’achat en date du 5 Juillet 1890 est signé entre les propriétaires et la ville. Ce sont la veuve Bossut-Delaoutre, M. Jean Bossut, et M. et Mme Georges Hendrickx-Bossut. Le terrain est métré et le prix au mètre carré est fixé à 7 francs. Toute la zone est encore constituée de champs, et à cette époque, la rue de Lannoy est encore parcourue par des tramways à chevaux.

La place, qui prendra le nom de place de la Justice, sera de forme carrée, plantée d’arbres, et ceinturée de trois rues nouvelles. Deux autres rues projetées en seront issues les futures avenue Linné, proposée par M. Cordonnier, propriétaire du domaine des Prés qu’elle traversera, et Achille Screpel.

Le tracé de la future place et l’avis officiel

Il faut alors niveler, creuser un aqueduc, et installer les bordures délimitant le terre-plein central, dont le périmètre sera planté de deux rangées d’arbres. Les bordures seront choisies en granit de Normandie. La place est classée dans les voies publiques en 1893, et les travaux sont réceptionnés en 1894.

En 1907 on construit un kiosque pour les tramways en face de l’avenue Julien Lagache, qui mène à l’hôpital.

Le Kiosque

La place est rebaptisée place de la Fraternité en 1908, d’après le nom de l’hôpital et pour éviter la confusion avec le quartier de la Justice situé non loin de là. On commence à construire des maisons autour de la place à partir de cette année. Jusque là, les seules érigées bordaient la rue de Lannoy.

C’étaient pour la plupart des commerces, et en particulier des estaminets comme détaillé dans un autre article sur notre Blog.

On évoquera pourtant au 379, au coin de l’avenue Julien Lagache, le cabaret, dirigé par monsieur Loridan jusqu’en 1907, construit dès l’ouverture de l’avenue. Aujourd’hui, le café est toujours en activité ; il est animé par Jean Claude Galand.

L’estaminet au 379 rue de Lannoy – A gauche l’avenue Lagache

En face, au 377, un autre estaminet, tenu en 1908 et jusqu’à la première guerre par F. Delfosse, au moment où qu’il devient débit de tabacs. Les propriétaires du café-tabacs se succèdent et aujourd’hui, il arbore l’enseigne du Renouveau et attire la clientèle grâce à des jeux à gratter.

Photo Jpm

Juste à côté vers le centre, aux 375 et 373, le Ravet-Anceau de 1908 indique Demoucron-Baudart, estaminet. Au fil des ans, on retrouvera ce commerce sous les numéros 373, puis 373-375 après la première guerre, puis de nouveau 373, le numéro 375 ayant disparu. Les photos d’époque nous montrent des vitrines étroites de part et d’autre de la porte. Le commerce deviendra une « Epicerie-Buvette », puis une boucherie après la première guerre, et de nouveau un café avant la seconde guerre, avant de devenir une pâtisserie. C’est aujourd’hui une boulangerie.

Au 371, Louis Lemaire, est propriétaire en 1907. Il fait imprimer des cartes postales pour faire de la publicité. Le commerce est un débit de boissons, doublé d’une distillerie. Après la deuxième guerre Le commerce change plusieurs fois : cycles, puis un lavoir, et finalement le Crédit Mutuel qu’on retrouve encore de nos jours.

Sur la place même, peu de commerces. On peut pourtant évoquer une pharmacie. En effet, M. Donzalas, habitant le numéro 6 sur la place demande en 1914 l’autorisation de construire une pharmacie au 2, à l’angle de la rue de Lannoy, où elle portera le numéro 416, et de la place. Monsieur Dupont y est pharmacien dans les années 20 et 30, alors qu’en 1939, c’est un dénommé J. Torck, qui n’est que locataire des lieux. Il restera à ce poste jusqu’au milieu des années 70, remplacé par M. Grave.

Photo D.Labbe

Du côté opposé de la place, au coin de l’avenue Linne dans laquelle il porte le numéro 2, se trouve un immeuble qui date de 1909. C’est d’abord une maison d’habitation, puis un estaminet. tenu en 1922 et en 1930 par G.Duchatelet. Dans les années 50,60 et 70, c’est une Droguerie. Depuis les années 80 et encore aujourd’hui, on y trouve un coiffeur.

Photo Jpm

Peu de commerces, donc, autour de la place, mais nous verrons dans un prochain article que cette place est surtout intéressante par certaines belles maisons d’habitation qui la bordent.

Les documents présentés proviennent des archives mun icipales et de la médiathèque de Roubaix.

A suivre…

Biehler

Emile De Jumné crée son activité de ferrailleur en 1886, au 82 rue Descartes, à Roubaix. Avec son entreprise de démolition, il achète et vend des vieux métaux ( des machines à vapeur, des transmissions et des outillages ).

En tête 1928 ( document collection privée )

Emile de Jumné s’associe avec son gendre Joseph Biehler, dans les années 1920. Ils décident alors de développer leur affaire en créant une récupération de fers de réemploi. Ils reprennent même parfois des usines complètes. Les affaires se développent de façon très satisfaisante, leurs locaux deviennent rapidement trop exigus. Ils déménagent alors leur entreprise en Novembre 1932 au 61 et 63 boulevard Montesquieu.

document 1932 ( document collection privée )
document 1937 ( document collection privée )

Ce n’est qu’en 1947 que le département « Matériel Industriel d’Occasion » est créé. L’entreprise devient « Biehler et cie » et propose d’acheter et de vendre des machines outil, machines à bois, moteurs, matériel de chauffage de ventilation etc.

Publicité 1948 ( document collection privée )
document Ravet Anceau 1948
En tête 1957 ( document bnr )

Depuis 1970, le département Matériel Industriel d’Occasion est désormais l’unique activité de la maison. Dans les années1980, le PDG, Hervé Le Chevalier, petit fils du fondateur, dirige l’entreprise avec, à ses côtés, 17 salariés dont 3 vendeurs pour la partie commerciale et 4 techniciens très qualifiés pour la remise en état du matériel dans les ateliers.

Hervé Le Chevalier 1987 ( document Nord Eclair )
Hervé Le Chevalier 1987 ( document Nord Eclair )

L’activité essentielle de l’entreprise est de réviser et reconditionner le matériel d’occasion pour les industries chimiques, pharmaceutiques et agro-alimentaires. La société Biehler fait partie des plus grosses entreprises dans leur domaine. Elle est leader dans la région Nord où elle réalise 50 % de son chiffres d’affaires, mais est présente également dans toute la France et même à l’étranger ( 10 % du volume ) en particulier en Belgique, Pays-Bas, Angleterre et Maghreb.

Publicité 1989 ( document Nord Eclair )

De nombreuses entreprises contactent Hervé Le Chevalier, lorsque elles changent de matériel, cessent leur activité, se modernisent et remplacent leur matériel . Biehler rénove alors les machines en parfait état de fonctionnement, les repeint et les revend 20 à 30 % moins cher que le prix du neuf. Cela permet à l’entreprise de proposer aux PME un outil de production d’occasion bien moins cher, et aussi performant que du matériel neuf.

documents collection privée

L’entreprise se développe alors de façon considérable, fait l’acquisition de plusieurs parcelles voisines pour s’agrandir et pour stocker les 2.000 tonnes de matériel. La société s’étend désormais sur une surface totale de plus de 10.000 m2 sur le boulevard de Montesquieu bien sûr et la rue de Croix, mais également sur les rues adjacentes sur la ville de Croix : les rues Eugène Duthoit et de l’amiral Courbet.

le plan de l’entreprise ( document archives municipales )
la rue de Croix ( document archives municipales )

Pour prospecter une nouvelle clientèle, Bieher édite un catalogue très complet. L’entreprise propose également le dépôt vente, et la location de matériel comme par exemple des chariots élévateurs. Dans les années 2000 la société continue de se développer et rachète encore des parcelles de terrain. L’entreprise s’étale désormais sur 12.000 m2.

document collection privée

Au milieu des années 2010, le patron de l’entreprise, Benoit Coqueval, constate que la conjoncture économique se dégrade et que malheureusement le volume des affaires diminue. En 2015, c’est la cessation de paiement et, en Janvier 2016, Biehler est placé en redressement judiciaire. Le nombre de salariés passe alors de 18 à 15 personnes.

L’entreprise fondée en 1886, véritable institution, n’a pas vocation à rester en centre ville, car l’espace est trop grand et le stock trop important. Biehler est locataire du terrain, et pourrait bien plier bagages. A la place, la ville de Croix qui est la plus concernée, pourrait envisager de faire construire des logements.

document Nord Eclair

En 2017, l’entreprise Biehler déménage à Neuville en Ferrain, sur le site de l’ancienne société PRS, et passe de 12.000 m2 à 5.000 m2 : moins d’espace mais mieux investi. Le nombre de références est réduit également et passe de 6.000 à 2.000 pièces. Une grosse partie du matériel est liquidé par les ventes aux enchères. Les machines restantes sont déménagées par 150 semi-remorques. Biehler ne compte plus que 10 salariés. Quelques temps après, l’entreprise Biehler rejoint le groupe Perry et devient « Perry Biehler »

document Pierry

Quant au terrain de l’ancienne entreprise Biehler, situé sur les communes de Roubaix et Croix, un projet voit le jour en 2022. Après la destruction des anciens bâtiments Biehler, quatre immeubles vont sortir de terre pour un total de 106 logements de type 2 3 et 4.

documents archives municipales et Nord Eclair

Deux immeubles seront commercialisés en accession classique, et deux en accession maîtrisée pour des primo-accédants avec plafond de ressources.

document Nord Eclair

L’entreprise créée en 1886 quitte donc Roubaix après plus de 130 années d’existence.

Remerciements aux archives municipales

106 rue Jules Guesde

Alors que la ville de Hem, comme les communes avoisinantes, foisonnait d’estaminets au début du 20ème siècle, le n°106 de la rue Jules Guesde, soit l’une des 2 rues principales du centre ville était à cette époque une simple maison d’habitation. Le bâtiment ne devient un commerce et plus précisément un café que dans les années 1950.

A cette époque, et jusqu’au milieu des années 1960 c’est A Chastain qui en est l’exploitant. Puis lui succèdent M Lapage et enfin dans les années 1970 le couple Hayart. Le café Hayart fait alors également de la restauration rapide et dispose d’une salle pour réunion, d’un grand parc avec jeux pour enfants de de terrains de pétanque.

Publicité de l’année 1970 (Document Mémento public du CIT (Commerce industrie tourisme) de la ville de Hem)

Puis en 2008 le magazine de la ville Tout’Hem annonce le début des travaux dans l’ancien café destiné à devenir…une crèche, semi-privée et semi-publique. La ville s’associe en effet à la fondation « Rigolo comme la vie », du groupe Okaidi, pour la créer. Pour ce faire Okaidi rachète le terrain à la ville et s’occupe des travaux nécessaires à la transformation du local.

Quant au coût de fonctionnement, il sera pris en charge à 30% par la ville, l’entreprise et la CAF, et 10% par les familles, 6 places étant réservées pour les salariés de l’entreprise et 10 pour les familles hémoises. Dans cette partie de la ville n’existait pour le moment que le système de crèche familiale à domicile, laquelle fête alors ses 30 ans.

La maison en travaux en 2008 (Document Tout’Hem) et la façade de la crèche en 2022 (Document Google Maps)

Lorsque la structure ouvre en fin 2008, elle accueille 22 enfants entre 3 mois et 4 ans. Edwige Theeten dirige cette crèche multi-accueil en compagnie de 4 professionnelles : une éducatrice spécialisée, co-responsable, une éducatrice de jeunes enfants, une auxiliaire de puériculture et une animatrice petite enfance.

L’accueil des enfants à partir de décembre 2008 (Document Nord-Eclair)

C’est la pédagogie Loczy (méthode hongroise) qui est appliquée dans la crèche : chaque enfant est encouragé vers l’autonomie et les soins sont individualisés. Les parents sont impliqués et il existe un cahier de vie, où l’on retrouve photos et commentaires de la semaine, qui permet de relier les 2 lieux de vie de l’enfant : la crèche et la maison.

L’ancienne maison est équipée d’un grand espace de vie, de 2 chambres et d’une nurserie. Le cadre de vie est sécurisé, adapté au développement des petits et à l’accueil de leurs familles.

Photos de l’intérieur (Documents site internet)

La crèche est équipée d’un espace extérieur qui fait écho au parc avec jeux pour enfants du café Hayart. Le jardin et la terrasse en sol souple ont été aménagés de manière à sécuriser les moments passés par les enfants à l’extérieur. La vue panoramique permet de se faire une idée de l’ensemble.

Photos de l’ espace extérieur (Documents site inernet)
Photo panoramique du 106 rue Jules Guesde et pal (Documents IGN et Google Maps)

Rigolo comme la vie crée, gère et manage la structure comme la dizaine d’autres établissements créés dans la métropole. Les crèches suivent bien sûr, comme il se doit, les réglementations de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) et de la PMI (Protection Maternelle Infantile).

Il est Rigolo (comme la vie) de constater comment un ancien café a pu devenir une crèche 50 ans plus tard.

Remerciements à la Ville de Hem

Maternité Paul Gellé

Depuis le début du vingtième siècle, l’avenue Julien Lagache abrite l’Hôpital de la Fraternité et, parmi ses pavillons, une maternité de 22 lits, accueillant « pour y faire leurs couches, toute femme ou fille, sans distinction de nationalité ou de religion » : la Maternité Ternynck (construite grâce aux dons d’Henry Ternynck, industriel roubaisien, et de ses fils : Henry, Edmond et Felix).

Le plan de la Maternité Ternynck dans l’Hôpital de la Fraternité et photo du pavillon près de la chapelle (Documents collection privée et archives municipales)

De nombreux roubaisiens voient le jour dans ses locaux mais, à la fin des années 1960, un constat s’impose : l’évolution des soins et le nombre des accouchées impose la construction d’une nouvelle maternité pourvue d’un équipement moderne. La construction de celle-ci a lieu presqu’en face de l’Hôpital de la Fraternité sur un terrain vierge de construction jusqu’alors.

Vue aérienne de l’Hôpital de la Fraternité et du futur emplacement de la maternité en 1953 (Document IGN)

Fin 1970, la construction commence (sur ce sujet voir un précédent article publié sur notre site sous le titre : Une nouvelle maternité aux trois ponts). La nouvelle maternité devrait fonctionner d’ici 18 mois grâce à une équipe de praticiens compétents sous la direction du Professeur Gellé.

Le chantier fait les gros titres de la presse locale en novembre 1970 (Document Nord-Eclair)

Né à Armentières en 1904, Paul Gellé, après de brillantes études à la Faculté de Médecine de Lille, est nommé Chef de Clinique à la fin des années 1930 puis Professeur Agrégé d’Obstétrique à la fin des années 1940. Dès 1935, il est accoucheur à l’Hôpital de Roubaix, avant d’y devenir chef du service de gynécologie-obstétrique.

Après guerre, c’est lui qui a doté la maternité d’un service d’hospitalisation en chambres individuelles, d’un bloc chirurgical, d’un secteur de prématurés puis d’un service de gynécologie de 20 lits à orientation à la fois médicale, endocrinienne et chirurgicale en liaison avec la maternité. Il est ainsi à l’origine d’un authentique service de gynécologie-obstétrique qui sera longtemps le seul de la région.

Photo du professeur Paul Gellé (Document Pôle Ressources du Patrimoine Hospitalier et Médical du Nord)
Les fondations de la future maternité (Documents archives municipales)

La première pierre du nouveau pavillon de gynécologie-obstétrique est posée le 12 décembre 1970 par Victor Provo, maire de Roubaix et Président du Conseil Général du Nord et de la Commission Administrative du Centre Hospitalier, descendu en compagnie de nombreuses personnalités dans les fondations du futur bâtiment. Là après avoir scellé le cylindre de plomb contenant le traditionnel parchemin, avant de placer le tube dans la pierre symbolique, il la dépose et la cimente ensuite dans un angle de la construction.

Pose de la première pierre le 12 décembre 1970 (Document Nord-Eclair)

La nouvelle maternité voit son rez-de-chaussée achevé en 1971 et le premier étage en cours, sachant que son ouverture est programmée pour novembre 1972. Deux étages doivent être réservés aux accouchées et le 3ème étage à la gynécologie. Les jeunes mères ainsi que les femmes admises en gynécologie disposeront de chambres à un ou deux lits, avec lavabos et WC particuliers. Il y aura même une salle d’attente pour les papas anxieux.

La construction avance en 1971 (Document Nord-Eclair)

Le sous-sol accueillera : biberonnerie, chaufferie, groupe éléctrogène, archives, bibliothèque, vestiaires et sanitaires du personnel. Au rez-de-chaussée on trouvera : six salles de travail, trois salles de réanimation, trois salles de garde, sept salles d’examen, quatre salles de repos, trois salles d’admission, une salle d’attente pour les pères, une salle d’analyse, une salle radio, le cabinet du dentiste, une salle pour voitures d’enfants, une garderie, le bureau du chef de service, le secrétariat médical et les bureaux des assistants. On y trouve également le secteur opératoire : deux salles d’opération, deux salles d’anesthésie, salle de réveil et salle de stérilisation.

Les 1er et 2ème étage, dédiés à l’obstétrique, comprennent chacun huit chambres à 2 lits, quatorze chambres à 1 lit, cinq nurseries, 2 salles de jour, une cuisine, 2 tisaneries, 2 pièces pour le linge, un local pour les fleurs et une salle de bains. Quant au 3ème étage, consacré à la gynécologie, il comprend 18 chambres à 1 lit, onze chambres à 2 lits, une salle de soins, une salle d’examen, 2 salles de jour, une salle de préparation de soins, une salle de change, une cuisine, une tisanerie, une salle de bains, une salle pour les visiteurs, 2 bureaux pour les externes et un bureau pour les infirmières.

Fin de chantier et inauguration du nouveau pavillon de gynécologie-obstétrique prévue pour le 2 décembre 1972 (Document Nord-Eclair)
Plan de la maternité (Document archives municipales)

Un souterrain construit sous l’avenue Julien Lagache permet au personnel de rejoindre les nouveaux locaux depuis l’Hôpital de la Fraternité. La desserte du nouvel immeuble est quant à elle assurée par 3 monte-charges qui permettent de faire accéder les malades, sur les lits, aux différents niveaux. La mise en service et le transfert des patients peut avoir lieu. La Maternité, baptisée Pierre de Roubaix, ouvre ses portes en 1973.

Inauguration de la nouvelle maternité de Roubaix (Document Nord-Eclair)
La maternité dans les années 1970 (Documents Archives municipales)

Quatre ans plus tard, en 1977, le professeur Gellé, à l’âge de la retraite et un an avant son décès, se voit enfin accorder la filiation du Pavillon Pierre de Roubaix. Au cours d’une manifestation officielle devant la façade de l’établissement, Victor Provo évoque les mérites du professeur Gellé « pontife de la médecine dans la métropole » et le félicite d’avoir choisi le professeur Crépin comme successeur à la tête de la maternité. C’est ensuite le professeur Gellé lui-même qui vient au secours de Victor Provo, à l’aide de sa canne, pour retirer le voile qui couvre le nouveau nom du Pavillon : « Paul Gellé ».

Pavillon rebaptisé Paul Gellé en 1977 (Document Nord-Eclair)
Publicité de la Caisse d’Epargne de Roubaix en 1977 (Document Nord-Eclair)

Remerciements aux archives municipales de Roubaix

A suivre…

La maternité de Wattrelos

En janvier 1935, les travaux d’agencement étant complètement terminés, les services de la maternité vont pouvoir fonctionner. L’inauguration officielle a lieu le dimanche 20 janvier à 10 heures 30 en présence de l’administration municipale, du Conseil Municipal et du représentant de M. le Préfet du Nord.

Cette cérémonie marque la fin de toute une série de travaux dont le montant s’élève à plus de un million et six cents cinquante mille francs. Le programme a pu être réalisé grâce au concours financier de la ville, qui a voté un crédit de 936.000 francs et une subvention allouée par le Pari Mutuel de 750.000 francs. En plus de la construction de la Maternité, la commission administrative a pu étendre son programme primitif en raison des rabais obtenus lors de l’adjudication du gros œuvre soit environ 400.000 francs. Elle a apporté d’appréciables améliorations dans l’ensemble des services : installation d’une chaufferie générale avec canalisations souterraines la reliant aux différents pavillons, construction d’un pavillon pour les religieuses, installation d’une cuisine moderne mixte gaz vapeur. L’amélioration des services de l’hôpital par le déplacement du Centre chirurgical va permettre de séparer par la suite d’une façon plus complète et plus pratique les services de médecine et de chirurgie. La construction de huit nouveaux logements pour vieux ménages porte leur nombre à vingt. Ces travaux terminés, les établissements hospitaliers comptent actuellement environ 380 lits (hospice hommes et femmes), vieux ménages, hôpital, contagieux et maternité.

Vue aérienne, la maternité est le bâtiment de droite Coll Part

Une cérémonie d’une grande simplicité se déroule le dimanche 20 janvier à l’hôpital de Wattrelos, à l’occasion de l’inauguration de la maternité et des autres travaux importants. Une réunion s’est tenue dans le coquet intérieur de la nouvelle maternité en présence de M. le docteur Vieilledent, inspecteur de l’hygiène, délégué de M. le Préfet du Nord, de M. Paul Debeurme, président de la commission administrative des hospices, de MM les docteurs Victor Leplat, Maillard, Jean et René Leplat, de l’administration municipale, représentée par M. Delvainquière et de nombreux conseillers municipaux, de MM. Cuenot commissaire de police, Lepercq architecte, Lombaert, Delcroix, Arbion, Brunelle, administrateurs des hospices, Honoré économe des établissements hospitaliers, Dusoulier secrétaire adjoint de la mairie, Couillet chef des travaux, Houttemane secrétaire de police, Tonneau brigadier de police.

Paul Debeurme doc JdeRx

M. Paul Debeurme fit l’historique des établissements hospitaliers et parla de leur développement. Il salua ensuite M. Vieilledent et félicita M. Lepercq architecte. Il remercia l’administration municipale de sa générosité envers les hospices et rendit hommage à M. Honoré aux religieuses et au personnel dévoué. Il exprima sa reconnaissance à MM. Les docteurs et particulièrement à M. Victor Leplat qu’il salua comme le doyen des établissements puisque le distingué praticien les fait bénéficier de sa science depuis le 11 juin 1888, soit presque un demi-siècle.

M. Vieilledent exprima les regrets de M. le Préfet retenu par ailleurs. Il se dit heureux de venir à Wattrelos et se plut à reconnaître la parfaite organisation qui règne dans les établissements hospitaliers. Il félicite les personnalités qui ont contribué à l’édification de la maternité et à l’exécution des autres travaux. Il assure enfin les personnes présentes de la bienveillance de M. le Préfet pour le succès de l’œuvre, qui se développera grâce aux concours intelligents de la sage-femme, des religieuses et du personnel. Après ces allocutions, les personnalités visitent la maternité la salle de chaufferie et les différents pavillons où d’utiles améliorations ont été effectuées. Une délégation a tenu après l’inauguration à aller déposer une gerbe sur la tombe de M. Ledoux ancien économe.

À l’occasion de l’ouverture, le public est admis à visiter les nouvelles installations le dimanche 27 janvier de 10 heures à midi et de 14 heures 30 à 16 heures 30.

à suivre

Le basket ball à Hem

Le 27 décembre 1893 est présenté comme la date de la « première partie de basket-ball disputée en Europe », en l’occurrence à Paris. Toutefois «  la sauce ne prend pas de suite en France » et, si des championnats nationaux de basket-ball sont organisés en 1921,  il semble qu’il faille en chercher la raison au cours de la première guerre mondiale et plus particulièrement au cours du séjour du corps expéditionnaire américain en France entre 1917 et 1919. Mais la date majeure est en réalité le 25 juin 1932, date de création de la Fédération française de basket-ball (FFBB). 

L’exercice de ce sport commence à Hem comme beaucoup d’autres sports : au sein du patronage des églises Saint Corneille et surtout Saint Joseph. Les équipes portent alors le nom de la paroisse qu’elles représentent. Ainsi la Saint Joseph reste active jusque dans les années 1950-1960, participant régulièrement à des tournois entre communes. C’est alors Mr Marcel Rosseau, anciennement secrétaire, qui préside le club.

La Saint Joseph dans les années 1950-1960 (Documents Historihem)

C’est en mai 1965 que nait le HSBB ou Hem Sport Basket Ball, créé par des nostalgiques de la Saint Joseph. La déclaration en préfecture de l’association Hem Sports indique pour président Francis Callens et pour vice-président Marcel Rosseau qui, 2 ans plus tard, est médaillé d’honneur de la jeunesse et des sports. Puis Daniel Voreux remplace Francis Callens, avant d’être lui même remplacé par Marcel Rosseau à la fin des années 1960.

Naissance du club et médaille d’honneur de la jeunesse et des sports, bons résultats des jeunes basketteurs d’Hem Sport (Documents Historihem et Nord-Eclair)

A cette époque, le club se compose d’une seule équipe dont les joueurs disposent d’un premier terrain extérieur derrière l’église Saint-Joseph puis d’un 2ème terrain extérieur sur une partie de l’ancien parc de la Marquise, devenu terrain municipal de sports après la fin de la deuxième guerre mondiale. Dans l’équipe des minimes, le capitaine Jean-Marie Delaey, se fait remarquer dès la fin des années 1960, alors que le club remporte des résultats prometteurs.

La salle Blaise Pascal (intérieur et extérieur) (Documents ville de Hem)
Vue de la rue et vue panoramique en 2023 (Documents Google Maps et site internet)

A la fin des années 1960, une première salle des sports est enfin mise à la disposition du club, qui s’est agrandi, dans le quartier des Hauts-Champs : la salle Blaise Pascal. Cette salle qui accueille également la gymnastique avec la Vaillante restera la salle du basket jusqu’au milieu des années 1970. Ainsi fin 1968, les 56 licenciés du club y sont reçus au moment de Noël, notamment pour fêter le titre de champion 68-69 brillamment remporté par les benjamins.

La brillante victoire des benjamins du club et la fête de Noël à la salle Blaise Pascal (Documents Historihem)

Sous la nouvelle présidence de Jacques Deveyer, les cadets s’illustrent en coupe de France, au début des années 1970, même s’ils doivent s’incliner en 8ème de finale. Durant la saison 1971-72, l’un des minimes est appelé à devenir célèbre dans une autre activité sportive, à savoir Alain Bondue, futur champion cycliste. La fête, désormais annuelle, d’ Hem Sport a lieu à la salle Blaise Pascal sous le patronage du journal Nord-Eclair qui remet, en 1972, aux basketteurs de leur équipe seniors la coupe pour le challenge de la correction.

Les cadets en coupe de France, les minimes dont Alain Bondue à gauche, et la fête annuelle en 1972 (Documents Historihem HSBB)

Ce n’est qu’un début puisque, en 1973, alors que le club compte 80 licenciés, l’équipe masculine accède, pour la première fois, en excellence départementale. Durant cette même année, deux dirigeants du club : Eugène Delcourt, vice-président, et Arthur Lesage, trésorier, reçoivent, en récompense de leur dévouement à la cause du basket, la médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports des mains de René Cruypenninck, adjoint aux sports.

L’équipe masculine en excellence départementale et remise de la médaille de la Jeunesse et des Sports en 1973 (Documents Historihem)

Pour la saison 1974-75, six équipes du HSBB sont engagés dans les championnats de l’Union des Flandres. Et durant la saison 1977-78, une section féminine est créée au sein du club qui compte alors 7 équipes et plus de 130 licenciés. C’est également en cette deuxième partie de décennie 1970 que le club obtient une nouvelle salle :la salle Delcourt, située 52 rue Jean Jaurés, sur le terrain du CES Albert Camus, pour y poursuivre son évolution. Mais son accès se fait alors par la cité des provinces (Rues d’Artois et de Picardie) et la salle ne sera désenclavée qu’en 1986 avec un accès direct par la rue Jean Jaurès.

La salle Delcourt des années 1970 (Document HSBB)
Saison 74-75 et 1976 création de la section féminine (Documents Historihem)
Désenclavement de la salle en 1986 (Documents Nord-Eclair)

A suivre…

Remerciements à Karim Brahimi et André Ninrinck et à l’association Historihem