Inaugurations

Alors qu’on annonce son inauguration officielle pour fin septembre, le centre commercial Roubaix 2000 s’agrandit encore avec l’installation progressive de nouveaux magasins. Cependant les commerçants installés, une quinzaine, ouverts depuis le printemps, se plaignent des cellules vides. Un centre commercial est un ensemble, il faut que le client y trouve tout ce dont il a besoin. Les promoteurs sont à Paris, ce qui retarde les opérations, mais également tout le monde n’a pas ouvert en même temps. Quoiqu’il en coûte, les cellules ne doivent pas rester vides ! Déjà la fermeture du centre du Lido est annoncée pour le 31 août !

Le GIE annonce l’arrivée d’un directeur chargé de coordonner les actions commerciales. Il s’agira de M. Blum, élève de la dernière promotion de l’école CEPRECO. Toutes les cellules commerciales ne seront pas occupées pour l’inauguration, mais la vingtaine de trous noirs restants sera masquée par des panneaux décoratifs. Des jardinets situés au milieu des allées viendront agrémenter le décor. Le GIE s’est également préoccupé des désirs de la clientèle par le moyen d’un sondage qui a recueilli une centaine de réponses, lesquelles expriment les souhaits suivants : trouver à Roubaix 2000 le plus grand nombre de magasins spécialisés, pouvoir faire ses achats entre midi et deux heures.

inaug2003totInauguration du magasin à l’enseigne 2003 Photos Nord Éclair

Le 16 septembre, c’est l’ouverture du magasin collectif 2003, à l’enseigne résolument optimiste, dans lequel il est possible de s’habiller de la tête aux pieds dans une agréable ambiance musicale et dans un décor qui allie modernisme et raffinement. Quatre grands magasins se sont associés pour ce projet : Jacqu’bis, vêtements pour dames et jeunes filles, Herbaut Denneulin la maison bien connue de vêtements de la rue de l’alouette, Papillon Bonte pour les chaussures ; l’animation musicale et la vente de disques et cassettes sont assurés par la maison Scrépel Pollet.

pompiers2000Les pompiers de Roubaix 2000 Photo Nord Éclair

Le 28 septembre sont inaugurés le parking souterrain et les deux niveaux du centre commercial. On fait le point : sur 70 surfaces commerciales, 33 sont occupées et 28 en activité. L’animation est lancée : une voiture de pompiers d’un modèle ancien sillonne les rues du centre de Roubaix, avec à son bord une dizaine de jeunes filles souriantes, de rouge et de blanc vêtues, chargées d’annoncer l’événement.

inaugRx2000totLes officiels et le centre commercial Roubaix 2000 Photos Nord Éclair

Les officiels procèdent à la visite du parking souterrain, et M. Maeght, directeur de la voirie à la communauté urbaine, leur donne quelques indications : le parking peut accueillir 1246 voitures, on parle abonnements et fréquentation, sans oublier la sécurité.

Puis on fait le tour des magasins du centre, pour finir à la gourmeteria pour la réception au champagne. Lors de cette réception, il y aura six allocutions : Pierre Maisonneuve, PDG de la SEGECE, Jean Papillon président du GIE, Charles Verspieren pour la chambre de commerce et d’industrie de Lille Roubaix Tourcoing, Arthur Notebart président de la communauté urbaine, Victor Provo président du conseil général et maire de Roubaix, et Pierre Rouaze secrétaire général de la préfecture représentant le Préfet. M. Maisonneuve retrace l’historique de Roubaix 2000, rend hommage à la municipalité, fait l’état des lieux et met en valeur ce bel exemple de restructuration urbaine et commerciale.Jean Papillon énumère les atouts de Roubaix 2000, le parking, les allées marchandes couvertes, la solidarité des commerçants groupés en un Groupement d’Intérêt Economique. Il souhaite la prospérité pour Roubaix 2000 et pour Roubaix dans son ensemble. Charles Verspieren déclare que Roubaix 2000 est un point positif dans l’évolution de la vie commerciale roubaisienne, autrefois morcelée, aujourd’hui rassemblée. Il souhaite également qu’une solution soit trouvée pour le cheminement piétonnier entre la place de la liberté et le centre commercial.

Arthur Notebart rend hommage à l’acte de courage de la municipalité roubaisienne, et insiste sur la volonté de la communauté urbaine de poursuivre de tels efforts. Puis il mentionne le projet de rénovation de l’Alma Gare en évoquant l’effort à réaliser sur les liaisons nécessaires, routières et autres, afin que Roubaix soit partie intégrante dans la vie de la métropole, car cette ville mérite beaucoup. Victor Provo parle du souci de son administration de donner à Roubaix une image de marque convenable, rend hommage à ses interlocuteurs, et souhaite que toutes les cellules du centre soient occupées pour le milieu de l’année prochaine.

Le secrétaire général de la préfecture souligne l’importance de l’événement pour Roubaix et qualifie le centre commercial de Roubaix 2000 d’exemple qui doit faire école.

à suivre

Commerces de la rue Jean Goujon

ruejeangoujonLa rue Jean Goujon en 1956 Photo Nord Éclair

La rue Jean Goujon fut établie dans le prolongement de la rue du Tilleul, future rue Jules Guesde, afin de permettre l’accès au parvis de l’église Saint Jean Baptiste terminée en 1890. Ses premières maisons et commerces apparaissent du côté pair, elle est viabilisée en 1904, ce qui la transforme en une rue très passante et commerçante.

Commençons la visite par le n°2. L’estaminet de 1900 voisinait déjà avec un boucher au n°2 bis avant de devenir la boucherie charcuterie Derruder dans les années vingt. C’est un marchand de volailles qui lui a succédé au milieu des années soixante. Le n°4 fut d’abord une épicerie, avant de connaître divers occupants : un cordonnier, un marchand de meubles, un marchand de chaussures. Le n°6 est occupé dès les années vingt par un marchand de chaussures, il l’était encore dans les années soixante dix avec la maison Dubois.

La quincaillerie Teffri Photo Lucien Delvarre

La quincaillerie Teffri a laissé un souvenir durable dans la mémoire des gens du quartier, elle a démarré au début du vingtième siècle, et elle se trouvait au n°16 jusque dans les années quatre-vingts. Un teinturier occupe le n°18, dès les années vingt, et ce jusqu’au dépôt Duhamel des années soixante. En 1984, il y aura là une épicerie. Le n°20 abrite un ébéniste en 1922, puis ce sera la société de chauffage central Clairbois et Boiveau, les équipements ménagers Clairbois. Un cabinet immobilier puis un cabinet d’assurances ont pris la suite dans les années soixante dix.

La rue Jean Goujon, les commerces côté pair Coll Thiébaut

Le café au n°22 est un des plus anciens commerces de la rue. D’abord cité comme tabac en 1900, il est indiqué café en 1922 et le restera jusqu’à nos jours avec des tenanciers différents. Le n°24 était entre les deux guerres, la librairie Hertogh Vanheule. Après guerre, un électricien, puis un fleuriste lui succéderont. La coopérative roubaisienne de consommation se trouvait au n°26 en 1931. Après guerre, une poissonnerie y restera une vingtaine d’années, et c’est aujourd’hui un Lavomatic. Le n°28 a toujours été un commerce de fruits, légumes et primeurs, tenu après la seconde guerre par M. Debersée. Les n°30-32 sont le domaine de la boulangerie pâtisserie. Dans les années trente, s’y trouvait la biscuiterie roubaisienne. Enfin le 32bis était un estaminet salon de coiffure, avant de devenir un café à part entière, qui a aujourd’hui laissé la place à une agence immobilière.

Au n°1, les Coopérateurs de Flandre et d’Artois Coll Thiébaut

Le côté impair comporte moins de commerces, du fait de la présence du square Corot, qui coupe sa perspective au milieu de la rue. Autrefois, le n°1 fut un estaminet, avant de devenir une maison de mercerie, puis de bonneterie et de lingerie jusque dans les années cinquante. Les Coopérateurs de Flandre et d’Artois y sont installés en 1955 pour une vingtaine d’années.

Au n°3 se trouvait une boucherie, jusque dans les années quatre-vingts. Le n°3 bis a longtemps été occupé par le commerce d’un grainetier, Modart en 1953, et Deborgher par la suite. Le photographe Deladerière se trouvait au n°5 en 1900, il y restera une vingtaine d’années avant d’être remplacé par un comptable. Un teinturier est au n°7 pendant les années trente, la boucherie hippophagique Nys au n°9 dans les années cinquante, et plus récemment au n°11 une pharmacie dans les années soixante dix. Tous ces commerces sont aujourd’hui disparus. La boucherie chevaline qui fait l’angle de la rue d’Hem a sans doute pris la suite du n°9.

La rue Jean Goujon a donc été le digne prolongement commercial de la rue Jules Guesde pendant tout le vingtième siècle.

Premiers magasins et GIE

Le 19 janvier 1972, les supermarchés Lemaire ouvrent un 30ème point de vente de 3000 m² de surface. Cette société dont le siège se trouve à Hazebrouck vient à Roubaix avec une offre commerciale attractive : la qualité et le service du spécialiste alliés à la commodité et aux prix des grandes surfaces. Les premiers jours commerciaux de Roubaix 2000 seront donc animés par les activités promotionnelles du supermarché Lemaire, qui connaît un départ en flèche.

 

A la fin du mois de janvier intervient la création d’un G.I.E (groupement d’intérêt économique), qui regroupe tous les commerçants du centre, et dont la compétence est l’animation commerciale de Roubaix 2000. Un directeur salarié sera embauché dont le rôle est de trouver des idées d’animation commerciale, d’organiser des manifestations de promotion, de favoriser des expositions,… Les questions de copropriété, la répartition des assurances des bâtiments, les charges communes (gardien, escalators) sont confiées à un syndic du centre commercial. Les commerçants du GIE de Roubaix 2000 se déclarent indépendants mais souhaitent avoir des rapports de bon voisinage avec leurs collègues du centre et de la rue de Lannoy. Ils actent le nom de Roubaix 2000. Les ouvertures de magasins commenceront dès Pâques 1972, mais l’inauguration aura lieu à la Pentecôte. Quelques problèmes subsistent, parmi lesquels l’accès des piétons au centre commercial, venant de la place de la liberté ou de la rue Pierre Motte, vu le passage continu entre les boulevards Leclerc et Gambetta. On parle d’aménager le terre plein, de démolir une maison qui fait l’angle de la rue de Lannoy…Une enseigne lumineuse Roubaix 2000 sera bientôt posée, et on rassure les commerçants, leur patentes ne seront pas plus élevées qu’au Lido.

Roubaix 2000 Segard et Criston pub NE

 

En mars, le chemisier habilleur Criston et les tissus Segard annoncent leur ouverture dans le centre commercial.  Les premières mesures du GIE : confier le nettoyage à la municipalité, installer une sonorisation permanente et mettre en place la surveillance générale du centre avec une équipe de gardiennage. En avril,  une cafétéria de 300 places, un magasin tout pour l’enfant, un magasin d’habillement masculin, un magasin d’habillement professionnel et de loisirs, une boutique de tissus et le chausseur Cendry vont ouvrir.

 

En avril également, quatre grands constructeurs automobiles viennent exposer leurs derniers modèles sur le parvis de Roubaix 2000, alors qu’on attend l’ouverture de deux magasins Blondeau « up » et « mini up ». Les majorettes de Lambersart viennent compléter le tableau.

 

En Mai c’est l’ouverture de la Gourmeteria au dessus du supermarché Lemaire.

 

Le comité du GIE est nommé, le président en est Jean Papillon, le secrétaire Christian Gourniaux et MM Lepez, Bocage, Desrousseaux et Basuyaux en sont membres, M. Jacquard étant le contrôleur de gestion. Le recrutement d’un directeur est à l’ordre du jour. Mais les installations prennent du retard, et l’inauguration de la Pentecôte est remise à plus tard. Ce sera pour septembre…

D’après Nord Éclair

Péripéties avant l’ouverture

maquetteLa maquette du centre commercial Photo Nord Éclair

On connaît la configuration du futur centre commercial au moins par l’exposition de sa maquette, en juin 1969 dans un magasin de l’allée centrale du Lido, le centre provisoire de transit entre les commerces de la rue de Lannoy et Roubaix 2000. Elle provient des bureaux d’études de la S.E.G.E.C.E à Paris. En novembre 1969, le hall d’information ainsi équipé reçoit les candidatures et les demandes de renseignements, mais il est également possible de s’adresser aux bureaux parisiens de la S.E.G.E.C.E.

rx2000ducielLe centre commercial en chantier Photo Nord Éclair

Mars 1971, M. Maisonneuve, directeur de la S.E.G.E.C.E vient commenter devant la presse la maquette du centre commercial, et un de ses collègues annonce que des études sont en cours pour permettre aux commerçants indépendants d’avoir accès à une formule de prêt leasing sur 14 ou 16 ans. Quelques péripéties ont retardé son ouverture : le grand magasin qui devait jouer le rôle de locomotive s’est désengagé, un projet d’un collectif de commerçants indépendants aurait contribué à arrêter le chantier, et surtout on s’est aperçu que le terrain du centre commercial ne pouvait être vendu aux commerçants puisqu’il appartenait à l’Etat ! En effet, il est construit sur l’emplacement de la rue de Lannoy qui est une route nationale, et on a oublié de la déclasser, sept ans après sa fermeture à la circulation !

Le crédit lyonnais s’installe dès l’été 1971. Suivent l’ouverture du parking en septembre 1971 et du cinéma en octobre 1971. En décembre, la moitié des commerces sont vendus, la plupart roubaisiens, mais peu réintègrent la rue de Lannoy qu’ils ont quitté quelques années plus tôt, parmi lesquels les Ets Blondeau.

Trente cinq parcelles ont été attribuées : huit magasins de confection, quatre de chaussures, deux marchands de tissus, un pressing, une maroquinerie, une droguerie, une boutique loisirs hommes, un magasin d’électroménager, deux banques, un opticien, un assureur. Il faut y ajouter un drugstore, le cinéma, une crêperie restaurant, un café brasserie. Il reste une trentaine de cellules : une boulangerie, une charcuterie, un traiteur sont souhaités et on cherche un libraire…

demlondeauPublicité Blondeau dans Nord Éclair

Le magasin Blondeau annonce son transfert du Lido vers le nouveau centre encore nommé Lannoy 2000 en décembre 1971, et c’est l’occasion des ventes exceptionnelles. On discute encore du nom du centre commercial, et ça se joue entre centre commercial de la rue de Lannoy et Roubaix 2000. La fédération des groupements commerciaux de M. Coquant opte pour la 1ere, qui lui semble sans doute moins agressive commercialement parlant. Alors que l’ouverture se profile pour le printemps 1972, on apprend qu’un supermarché Lemaire ouvrira ses portes le 12 janvier.

Le cinéma de Roubaix 2000

colisee2bisPrésentation de la nouvelle salle aux officiels Photo Nord Éclair

En septembre 1971, alors qu’on se prépare à l’ouverture du centre commercial, la presse annonce l’ouverture de deux cinémas, l’un dans le centre lui-même, le colisée 2 et l’autre, à deux pas, dans la grand Rue, le Club.

Le colisée 2 est situé au premier étage  du centre commercial, juste à côté de l’escalator. C’est une salle de 220 places qui sera présentée à la municipalité et aux personnalités le 5 octobre à 18 h 30. La première manifestation officielle du centre commercial Roubaix 2000, après l’inauguration du parking, c’est donc la présentation du nouveau cinéma aux officiels, avec drapeaux tricolores, visite guidée et démonstration. Le maire Victor Provo et M. Thibeau adjoint sont présents parmi les personnalités. MM Deconninck et Desrousseaux, gérant et directeur du Colisée guident leurs hôtes dans la nouvelle salle. M.Deconinck signale que le public revient au cinéma à Roubaix. M. Fabre, l’architecte, explique le but recherché : l’époque est aux petites salles, avec simplicité et confort, pour attirer la clientèle dans le centre commercial. Victor Provo remercie M. Deconinck pour son audace créative, et il coupe le ruban qui barrait le système de commande de la projection. Pendant vingt minutes, les premiers spectateurs ont pu admirer la qualité de l’image et du son grâce à quelques documentaires.

colisee2Le système de projection automatique Photo Nord Eclair

L’inauguration proprement dite se fera le 12 octobre avec la projection du premier film et une réception. Pour l’occasion, on joue la première à Roubaix du film de Claude Lelouch « Smic Smac Smoc ». Le décor est minimaliste, pas de scène, un mur de briques et de moquette, pas de jeux de rideaux compliqués devant l’écran. Les fauteuils sont spacieux et confortables, le sol recouvert de moquette… L’espacement des sièges, la climatisation, la bonne déclivité facilitant une vision toujours dégagée contribuent à faire de cette salle un agréable lieu de loisirs. La projection est automatique : mise en route du film, ouverture et fermeture de la lumière dans la salle, réglage de l’écran à la bonne dimension, diffusion de la musique d’ambiance. L’appareil de projection est équipé d’un système à plat qui permet la projection de plus de quatre heures sans discontinuité. Un petit ordinateur à cartes perforées donne l’ordre des modifications en cours de programme.L’exploitation de cette salle demande un personnel réduit : un opérateur (qui pourra s’absenter) une caissière et une ouvreuse. Un circuit de télévision permet de suivre le déroulement du programme depuis la caisse. Deux maisons roubaisiennes ont contribué à l’équipement du Colisée 2 : les travaux de marbrerie ont été effectués par les Ets Duquesne 210 grand rue, et les Ets Scrépel Pollet ont réalisé le contrôle de projection par télévision en circuit fermé. De fait ce cinéma se présente comme la première salle automatisée du Nord. Le prix de l’époque : 6 francs jusque 17 heures, et  8 francs après, le cinéma étant permanent.

salle colisee2La salle du Colisée 2 Photo Nord Eclair

Dès le lendemain, le Colisée 2 est ouvert à l’exploitation. C’est une salle qui fonctionne de 14 h à 23 heures, c’est-à-dire qu’il y a quatre projections par jour sans interruption. Des séances pourront être présentées le matin et à l’heure de midi. Assez paradoxalement, la presse annonce que les films présentés là ne seront pas ceux qui attirent la grande foule. Il est également envisagé la projection une fois par semaine d’un film d’art et d’essai. Le Colisée 2 est le premier cinéma de poche permanent de Roubaix, il sera suivi le 15 novembre par le Club, salle annexe du Casino, dont l’entrée se situera Grand Rue.

La boulette !

lannoy2000
Publicité parue dans Nord Éclair

Juin 1971, l’ouverture du centre commercial est à présent imminente. Une campagne publicitaire est alors lancée, d’une part pour annoncer l’événement prévu à l’automne, et d’autre part pour relancer la vente des surfaces commerciales. Mais stupéfaction générale, le centre commercial a pris le nom de Lannoy 2000 !

Voici qui replonge les deux cités dans leur combat médiéval, à l’époque où Pierre de Roubaix, de la Maison de Bourgogne, s’en allait à la tête de ses chevaliers, châtier Jean de Lannoy, inféodé au roi de France ! Etre un roubaisien heureux, c’est devenir lannoysien (comprendre lannoyen) c’est donc quitter Roubaix ? Inversement, Lannoy devient le cœur de Roubaix ? C’est à y perdre son latin !

Accessoirement, parler de Lannoy 2000, c’est éviter de parler des longues haies (ou oublie définitivement) et d’Édouard Anseele (un flamand, collectiviste qui plus est !).

La rue de Lannoy deviendrait donc un quartier ? C’est oublier un peu vite les quelques kilomètres de commerces qui portent encore ce nom du boulevard de Belfort jusqu’à Lys Lez Lannoy !

Cette boulette publicitaire est dénoncée par la presse roubaisienne, comme « l’œuvre imprudente de publicitaires parisiens ignorant la géographie locale ».

De fait la question du nom n’est pas tranchée. En septembre, diverses propositions ont été lancées, dont Lannoy 2000, Point Nord, ou encore Lido…En décembre, la dénomination Roubaix 2000 semble faire l’unanimité. Ce centre commercial aura finalement été bien mal nommé, puisqu’il ne connaîtra pas l’an 2000, ayant été démoli juste avant. Mais ceci est une autre histoire…

Le premier Auchan

Au début des années 60, les habitants du nouveau quartier des Hauts-

Photo Nord Eclair

Champs manquent de commerces de proximité. Les magasins les plus proches sont rue de Lannoy, ou Boulevard de Fourmies. Jeanine témoigne : « Nous, c’était plutôt la Justice, pour l’alimentation,les vêtements, ou alors, on allait faire les courses en centre ville ». L’arrivée d’un  super marché de l’autre côté de l’avenue Motte est donc particulièrement appréciée.

Inauguré par le préfet du Nord en décembre 1961 dans les bâtiments de l’ancien tissage Léon Frasez, devenu en 1953 la Filature de laine Arlaine puis la filature Maille-Picarde, ce libre service offre une surface de vente de 1140 m2. Son entrée rue Braille s’ouvre sur un parking de 200 places. Une nouveauté : des « paniers roulants » sont mis à la disposition de la clientèle. Remplis au fur et à mesure des achats dans les rayons, ils permettent de transporter sans fatigue la marchandise jusque dans le coffre de la voiture !

Photo Institut Géographique National

Il n’a pas encore de dénomination et s’appelle le Super-marché. Plus tard, en référence au nom du quartier, Gérard Mulliez l’appelle « Ochan », puis « Auchan ». Jeanine continue : « En fin d’après-midi, on décide d’aller à Auchan pour la première fois, on est arrivés dans ce hangar immense, et encore, des salles n’étaient pas ouvertes. On a passé un temps fou à rassembler l’essentiel des provisions dont on avait besoin, le contenant, je ne m’en souviens plus, l’aménagement intérieur était sommaire, mais il y avait tout, partout… ». Sur les publicités, l’accent est mis sur les prix pour attirer la clientèle.

Photos Nord Eclair

L’une des plus grandes mutations du commerce vient de commencer.

L’histoire du Supermarché Auchan  de l’avenue Motte(1961-1985) a été relatée dans la revue Ateliers Mémoire Mémoires des Ateliers n°2, disponible en Médiathèque de Roubaix

La pharmacie de l’Avenir

La pharmacie de l’Avenir est familière à plusieurs générations d’habitants du quartier. Elle semble être implantée place Spriet depuis toujours.

FourmiesI169-Ph

Photo Jp Maerten

Dans les années 20, le quartier se construit et commence à prendre l’aspect que nous connaissons aujourd’hui. C’est l’ époque où la plupart des maisons entre la place du travail et la place Spriet s’implantent. La construction des HBM ne va pas tarder.

En 1925, le terrain faisant l’angle de l’avenue Linne et du Boulevard de Fourmies fait partie de la propriété de M. Narcisse Jaune, qui possède un café au n° 103-105, devenus au moment de la renumérotation de la fin des années 30 les numéros 163 -165. Le terrain est ensuite cédé, et, le 21 Juin 1927, monsieur Lerouge, habitant Willems demande l’autorisation de construire un immeuble à cet endroit. L’architecte est J. Debonneville, rue St Georges à Roubaix. Le plan montre la vitrine d’une boutique au rez-de-chaussée, et l’immeuble est prévu pour plusieurs logements, desservis par une porte placée à gauche de la façade. Son plan correspond tout à fait à ce que nous connaissons aujourd’hui :

FourmiesI169-Pl

Document Archives municipales

En 1929, l’immeuble n’est toujours pas en service (le numéro n’existe pas encore dans la rue), mais en 1932, on trouve M. Lerouge parmi les habitants du n° 111. En 1933 on trouve notamment à cette adresse R. Declercq, confections dames.

A partir de 1935, on rencontre la première mention d’un monsieur A. Lhuillier, pharmacien au 169 bis. A partir de 1955 le numéro deviendra le 171,et M. Lhuillier y figure encore. Il tiendra encore la pharmacie en 1965, trente ans après son arrivée.

En 1970, la dénomination devient la Pharmacie de l’Avenir. Deux pharmaciens figurent à cette adresse, C. Clerc et F. Doogbaud. La pharmacie est-elle devenue trop importante pour un seul pharmacien ? Qui pourra compléter l’histoire de cette pharmacie ?

Le premier supermarché Auchan de France

Les derniers morceaux de campagne du quartier du Nouveau Roubaix ont disparu quand on a construit la nouvelle cité des Hauts Champs, située entre l’église Sainte Bernadette, la première du nom, et l’usine Motte Bossut. Ce quartier déjà bien peuplé vient donc d’être complété par une cité de 900 logements, ce qui a sans doute contribué à la création d’un super-marché, installé dans les murs d’une ancienne entreprise textile. Le tissage Léon Frasez construit en 1925 presque en face de l’usine Motte-Bossut, fermera avant la seconde guerre, et sera repris vers 1948 par la société de retordage de laines/la filature de laine Arlaine.

auchanfacade
La façade du premier Auchan doc NE

L’environnement des collectifs d’habitation de la rue Braille ou de la plaine des Hauts Champs ont donc favorisé l’ouverture d’un magasin libre-service. Jusqu’ici, on a beaucoup construit sans penser au ravitaillement des habitants, qui s’approvisionnent chez les commerçants du boulevard de Fourmies, de la rue de Lannoy, voire sur Lys ou sur Hem. Ces magasins sont relativement éloignés pour la nouvelle cité des Hauts Champs. Le retordage de laines sera déplacé et un commerce dont l’enseigne rappelle le lieudit commence sa carrière.

auchanblog
L’intérieur du premier Auchan doc NE

Il est inauguré le samedi 23 décembre 1961 en présence de M. Robert Hirsch, Préfet du Nord, et de nombreuses personnalités régionales et locales, parmi lesquelles se trouvent les  représentants des villes de Croix, Hem, Roubaix, Wattrelos, ceux des chambres de commerce de Lille et Roubaix, ceux du patronat textile, dont le PDG des Trois suisses, et celui de la Redoute, entre autres.

Les premiers clients sont d’abord frappés par le grand parking, d’une capacité de 200 voitures. Puis c’est la grande variété des rayons dans lesquels on peut faire son marché avec un panier roulant, qui permet d’amener les marchandises jusqu’à la voiture. Ce libre-service possède en effet des rayons très variés : épicerie, fruits et légumes, crémerie, boucherie, vins, bières, eaux minérales, confiserie, pâtisserie, boulangerie, produits d’entretien, petite quincaillerie, vaisselle, papeterie, librairie, jouets, disques (avec appareil d’écoute automatique) rayons textiles et habillement, bonneterie, sous vêtements, linge de maison.

Henri se souvient :

Je venais de prendre mes fonctions aux Ets Losfeld, grossiste en fromages, mais surtout 1er affineur de mimolette de France (et même d’Europe !). Monsieur Joseph Losfeld m’a demandé de faire la 1ère livraison de fromages au nouveau super marché de Roubaix des Hauts Champs. C’était le premier du groupe actuellement appelé Auchan. L’inauguration devait avoir lieu le lendemain, c’était le branle-bas de combat ; j’ai été reçu par le personnel très sympa, mais particulièrement énervé, ils n’étaient pas des spécialistes en fromage ! Monsieur Gérard Mulliez était présent, et il contrôlait tout. Très absorbé, il a oublié le petit pourboire du livreur, mais je lui pardonne…

Dans chaque rayon, un choix considérable de marques. La devise de la maison avait de quoi plaire : plus de marchandises pour moins d’argent ! Un dernier avantage convaincant : le super-marché est ouvert de 8 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 20 h toute la semaine et de 9 h à 13 h le dimanche. Ce sont là les premières innovations d’une surface commerciale qui va s’affirmer au long des années en inventant encore, jusqu’à la création d’autres surfaces de cette marque. Roubaix fut ainsi une nouvelle fois terre d’innovation…

Photos Nord Éclair

Sonia et Dalila se souviennent

C’était la grande surface de proximité jusque dans les années 80… car celui de Leers était plus grand. On se souvient du rayon « café » d’où se dégageait une forte odeur… l’emballage sous-vide n’existait pas encore ! On pense qu’il y avait un étage dont l’accès se faisait par une rampe (pente d’accès) : le rez de chaussée était réservé à l’alimentaire et l’étage pour le reste. Mais ça on en est plus vraiment sûres.

Jeannine :

Je viens de prendre connaissance de votre blog suite à l’article paru dans Nord Éclair. Je viens de faire un retour en arrière !!En 1963 je faisais la « reprise des vides » sur le terre plain devant l’entrée du magasin. J’ai tenu ce poste quelques années. A l’époque, pas de « machine » tout se faisait de tête. C’est bien de se souvenir. Merci à vous. Jeannine.

Un complément :

Le 24 décembre 1961, c’était l’ouverture d’un super marché dans le quartier des Hauts Champs et du Nouveau Roubaix, qui allait être à l’origine de bien des changements dans la vie commerciale et dans les habitudes des habitants du quartier, puis de la ville. A la date de son ouverture, il s’appelle juste Super – Marché et son adresse est avenue Motte à Roubaix.

Le café des Trois Ponts

3ptsavantOù se trouvait donc ce café ? A l’angle de quelles rues ? Qui en était le propriétaire ? Quelles sociétés y avaient leur siège ? Quand a-t-il disparu ? A vos souvenirs et commentaires…

Anne Marie nous écrit :

J’habitais le quartier des 3 Ponts de 1933 à 1951 et je pense que ce café était situé à l’angle des rues Beaumarchais et Victor-Hugo. Ce café se trouvait au n°1 de la rue des trois ponts, au débouché de la rue Beaumarchais qui allait jusque là avant l’ouverture de l’avenue de verdun.

Claudine confirme :

Ce café se trouvait au N° 1 de la rue des Trois ponts, au carrefour avec la rue Beaumarchais, et juste en face de la ferme LEBRUN qui se trouvait au N° 2 de la rue des Trois Ponts (c’était la ferme de mes parents, qui y l’ont habité et exploité jusqu’à sa démolition en Septembre 1966, et nous avons été les derniers habitants de l’ancien quartier)

Annie retrouve des souvenirs :

Je suis née au 10 rue des 3 ponts en 1942 à coté de la ferme Lebrun et presque face au café qui se trouve sur la photo. J’ai envie de vous livrer un souvenir datant de 1953, ma grand mère était cuisinière à la cantine de l’école Jean Macé et lorsque les graves inondations ont eu lieu en Hollande l’école a accueilli des petits enfants hollandais le personnel de la cantine ne comptaient plus ses heures pour faire des repas à tout ces enfants aidés pour cela par des gens du quartier. Les enfants dormaient dans la salle des Fêtes et certains chez l’habitant il y eu beaucoup de solidarité. Je pourrais remplir des pages de souvenirs de mon ancien quartier.

Annie poursuit :

Le café au coin de la rue des 3 ponts appartenait vers 1940 à Mr et Mme Delannoy je ne pense pas qu’il y avait d’association, simplement les hommes jouaient aux cartes et il y avait un système d’épargne et quand il y avait assez d’argent ils organisaient un « Pierrot » (haricots saussisses). Vers les années 50 ce café a été habité par des Nord Africains venus travailler chez nous, ils habitaient une vingtaine dans ce café ensuite quand leurs femmes et leurs enfants les ont rejoints ils ont eu d’autres logements.
J’ai parlé des inondations en hollande mais dans le quartier des trois ponts nous en avions tres souvent et j’ai souvenir que certains traversaient la place des trois ponts en barque.tous les habitants avaient des barrages qu’ils installaient à leur porte d’entrée dès que menaçait un orage.
à bientôt pour d’autres souvenirs…