La ligne Lille-Leers 5e partie : la traversée de Flers

Venant de Lille, la ligne quitte Hellemmes au carrefour avec la rue Jules Ferry : elle oblique alors vers la droite le long de ce qui est aujourd’hui le centre commercial Cora. Elle va traverser Flers, toujours sur le chemin de grande communication numéro 6, qui a pris ici au 20ème siècle le nom de rue Jules Guesde.

A partir de ce point, à l’origine, le trajet va devenir franchement campagnard, après les constructions relativement clairsemées sur le territoire d’Hellemmes. A Flers, le plan cadastral de 1890 n’indique pratiquement aucune habitation, mis à part un petit groupe au droit du bourg de Flers et quelques rares fermes éparses : le tramway y circule au milieu des champs.

Plan cadastral de 1890 – Document archives départementales

Il est à noter que 50 ans plus tard, la proportion de terres agricoles n’a pratiquement pas diminué. Comme le montre cette photo aérienne IGN de 1947, peu avant la fermeture de la ligne, la fièvre bâtisseuse ne s’est pas encore manifestée :

Photo IGN

Parmi les bâtiments que la ligne dépasse au niveau du Bourg, on remarque sur les photos qui suivent, juste après le carrefour avec le chemin menant au Sart, un petit groupe de constructions et une grande ferme, dénommée, sur le plan cadastral de 1825, la « ferme de la Frannoy ».

L’un de ces bâtiments est l’école des filles. On retrouve cet ensemble quasiment inchangé aujourd’hui.

Photos coll. Particulière et Google

De même, la très ancienne ferme existe toujours elle aussi ; elle est aujourd’hui dénommée de « ferme du haut » après avoir été connue sous le nom de ferme Delesalle. Elle offre maintenant au public des animations culturelles et artistiques.

Photo Google

Mais le bourg s’étend, et le côté impair de la rue ne tarde pas à se bâtir. En face de la ferme, plusieurs maisons sont érigées aux numéro 247 et suivants. La photo suivante, des années 30, nous montre les constructions bordant la rue et la voie du tramway.

Photo collection particulière

Ces maisons sont toujours présentes aujourd’hui. L’aspect du quartier n’a pas tellement bougé, même si le revêtement de la rue a changé et que les voitures qui parcourent celle-ci se sont modernisées.

Photo Google

Un peu plus loin, la rue, laissant à sa droite l’ancien château, s’étire quasiment en ligne droite, passant devant le lieu-dit Tiraloque entre les hameaux de la Cousinerie et de Canteleux. Ici alternent aujourd’hui maisons anciennes et habitations récentes, mais on continue toujours à suivre sans peine l’ancienne ligne du tramway.

Photo Google

De nos jours pourtant, la proportion des constructions neuves augmente petit à petit et le quartier prend un aspect plus aéré alors qu’on approche de l’autoroute de Gand. Enfin, celle-ci coupe notre route. Pour retrouver notre chemin, il faut la traverser. De l’autre côté, on peut de nouveau la suivre sur une centaine de mètres à hauteur du Mac Donald. On arrive à l’endroit où elle remontait par un coude brusque vers le nord et le hameau du Recueil en longeant la commune d’Annappes. Ici, plus question de suivre quoi que ce soit, car toute cette zone a été bouleversée lors de la constitution de Villeneuve d’Ascq et l’édification du quartier de la Cousinerie dans les années 1970.

Avant et après l’autoroute urbaine – photos Google

Dans cette zone, il est pratiquement impossible de retrouver l’emplacement de la ligne. Mais nous pouvons en superposant les cartes anciennes sur une carte IGN moderne parfaitement y tracer le parcours disparu de notre ligne de tramways.

Carte IGN au 25 000ème.

Il est possible de nous imaginer ce tracé à la sortie de la Cousinerie : il traversait pratiquement la voie rapide là où s’étend aujourd’hui l’échangeur donnant accès au quartier. La voie traversait le rond-point qu’on connaît de nos jours.

Photo Jpm

Mais, de l’autre côté de l’échangeur de la voie rapide, nous retrouvons l’ancien chemin numéro 6 qui, débouchant du passage souterrain, va nous amener à Hemponpont et au Recueil.

Photo Jpm

Ici, on retrouve un peu l’environnement de l’époque : maisons anciennes et verdure. Après environ deux cents mètres, nous laissons sur la droite la route conduisant au Recueil et nous prenons à droite pour arriver à Hem.

Photo Jpm

A suivre…

Robert Jonckheere : l’Observatoire de Hem

Fils de Louis Jonckeere, dirigeant d’une manufacture de lainage et draperie, rue Pasteur à Roubaix, Robert Jonckeere vient au monde, en 1888, dans cette même ville. Comme son frère aîné il effectue, au début des années 1900, un séjour en Angleterre pour y apprendre la langue et y suivre des cours à l’Ecole Polytechnique et à l’Université de Londres ; c’est dans ce pays qu’il rencontre sa future épouse Thirza.

Robert en 1904 (document JC Thorel)

En 1904, son père le rappelle en France pour commencer à l’initier à ses affaires. Cependant son travail à la manufacture ne le passionne pas même s’il a réussi à obtenir la confiance de son père pour représenter l’entreprise en Angleterre où il peut ainsi revoir fréquemment sa bien-aimée, tout en prospectant de nouveaux clients.

Il commence alors à passer ses nuits à observer les étoiles, d’abord avec un verre de monocle et une loupe avant de se procurer des lunettes de plus en plus puissantes, et se plonge dans la lecture de nombreux ouvrages traitant d astronomie. Puis il s’inscrit à différentes sociétés astronomiques : de France, d’Angleterre et même des Etats-Unis.

Domicilié chez ses parents, au 137 boulevard de Paris à Roubaix, il parvient à persuader son père de lui faire construire un petit observatoire sur le toit de la maison familiale, au dessus de sa chambre, opérationnel pour les fêtes de Noël de 1905 et appelé Stella, qui lui permet de se lancer, dès 1906, dans des observations astronomiques assidues et méticuleuses.

Robert devant son observatoire Stella (document JC Thorel)

En guise de cadeau paternel, pour sa majorité, il envisage la construction d’un véritable observatoire et finit par trouver le site idéal, de près de 2 ha, au lieu dit La Citadelle, hameau des 3 baudets à Hem, sur une petite colline de 53m d’altitude,lieu où avait été installé par l’armée, à la fin du siècle précédent, le Fort de la Lionderie.

Observatoire route d’Hem (document collection privée)

Ce terrain est acheté par parcelles à des cultivateurs de Hem en janvier 1908. L’accès se situe sur un boulevard ouvert à la circulation en 1902 et qui prendra le nom de boulevard de l’Observatoire. En Août 1908, tandis que les travaux se poursuivent, Robert épouse Thirza et les époux s’installent dans leur logement de l’Observatoire en Mai 1909.

Mariage de Robert et Thirza en 1908 (document JC Thorel)
Leur habitation au centre de la photo (document collection privée)

A l’entrée du terrain se trouve la conciergerie et, au 1er étage, le logement pour les aides attachés à l’Observatoire. Puis sont construits 3 corps de bâtiments reliés par des galeries :

Plan (document JC Thorel)

-au centre la grande coupole d’un diamètre intérieur de 8,24 m

-au sud la salle de la lunette méridienne

-au nord l’appartement de la famille, les bureaux et la bibliothèque,

soit un total de 57 mètres de façade

-un peu plus au Nord le chalet de météorologie

Robert sur sa chaise d’observation dans la coupole (document collection privée)
la lunette méridienne (document JC Thorel)
la bibliothèque riche de plus d’un millier de volumes (document JC Thorel)

En1909, Robert effectue ses premières mesures et, pour publier rapidement ses mesures et découvertes, il crée le Journal Astronomique de l’Observatoire de Hem dont le numéro 1 paraît dès septembre 1909.

Journal Astronomique 1909 (Document association Jonckheere)

Les observations météorologiques commencent en mai 1909 et un Journal Météorologique de l’Observatoire de Hem est créé en 1910 dont le 1er numéro paraît début 1911.

Journal Météorologique 1911 (Document association Jonckheere)

Le 22 Mai 1910, Robert est le 1er à retrouver la comète de Halley dans le ciel de la région : « astre chevelu qui donne l’impression d’une nébulosité vague et inconsistante, suivie d’une longue queue » ; sa publication contribue ainsi à la campagne d’information destinée à contrer une presse sensationnaliste annonçant la fin du monde.

Comète de Halley 1910 et Annonce fin du monde 1910 (document JC Thorel)

En 1911, il reçoit la visite de personnalités et d’astronomes éminents tel que Mr Benjamin Baillaud, directeur de l’observatoire de Paris, et Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille, qui par leurs rapports extrêmement favorables sur ses travaux, lui font augmenter la subvention départementale dont il bénéficie.

Robert et Benjamin Baillaud 1911 (document JC Thorel)

A suivre…

Remerciements à Mr Jean-Claude Thorel, auteur du livre : Le ciel d’une vie- Robert Jonckheere ainsi qu’à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem

Remerciements à l’Association Jonckheere pour son document : Extrait des premières publications de l’observatoire de Hem, édité en 2009.

Docteur Léon-Célestin Coubronne

Né en 1850, et arrivé à Hem en 1874, en qualité d’officier de santé, Léon-Célestin Coubronne y a exercé la médecine pendant près de 50 ans.

Il a son cabinet face au carrefour d’Hem-Bifur, au 59 de la partie de la chaussée de Lille, future chaussée à grande circulation n°6, puis route de Saint-Amand et enfin rue du Docteur Coubronne à partir de 1928.

Cabinet du Docteur, marqué d’une croix blanche, dans les années 1900 (Document collection privée)

Sa voisine Rosalie Mulliez est couturière. On raconte que quand il doit recoudre un patient il a recours aux services de celle-ci…

Célibataire, il vit, après la mort de ses parents avec sa gouvernante Mlle Berthe. Il effectue ses visites en voiture à cheval assis à côté de son cocher Auguste Debaisieux.

Berthe la gouvernante et Auguste le cocher (Document BD Au temps d’Hem)

Il ne se signale par aucun fait retentissant mais seulement par une bonté proverbiale, un désintéressement et une sollicitude qui lui attirent la sympathie de tous. Chacun bénéficie de ses soins et de ses attentions, surtout les pauvres.

Il s’efforce également d’améliorer les conditions d’hygiène dans la commune et mène un combat contre le déversement des eaux sales dans les rues et chemins et tente de faire fermer l’usine d’équarrissage. Il met en place une assistance médicale gratuite pour les plus défavorisés et prévoit une consultation de nourrissons.

Combat contre le déversement des eaux sales (Document BD Au temps d’Hem)
Visite à l’usine d’équarrissage (Document BD Au temps d’Hem)

Lorsqu’il décède, en Octobre 1923, la commune de Hem et les populations d’alentour (Lannoy, Lys, Forest et Annapes où il se rendait en visite chez ses patients) lui rendent hommage en nombre, avec beaucoup d’émotion, en présence de Mr. Delecroix, maire de la ville. La Musique Municipale exécute plusieurs marches funèbres.

Faire-part de décès (Document d’archive Historihem)

Henri Masquelier, prêtre-journaliste, assiste à la cérémonie. Né à Hem en 1856, dans une famille de cultivateurs du Petit-lannoy et ordonné prêtre en 1881 il fonde le journal lillois « La Croix du Nord » dont il prend ensuite la direction. Un compte-rendu des funérailles en forme d’hommage figure donc dans ce quotidien local en Octobre 1923.

Photo de Mr Henri Masquelier (Document Hem d’hier et d’aujourd’hui)

Dès le mois suivant, un Comité se constitue et lance une demande de contribution auprès de la population en vue d’ériger un monument à sa mémoire. La municipalité soutient cette démarche à l’origine de laquelle se trouvent de nombreux habitants de la ville et de ses environs immédiats.

Son buste, réalisé par Mr Herbaux, sculpteur, grand prix de Rome, est installé au cimetière de Hem près du grand calvaire dès 1924 et inauguré par la maire de Hem, en présence de plusieurs sociétés ( pompiers, harmonie municipale, élèves des écoles publiques et des écoles libres, sociétés de secours mutuel, etc).

Buste du Docteur Coubronne en 1924 au cimetière et Mr Delecroix déposant une gerbe de fleurs (Document d’archive Historihem)

Le buste se trouve actuellement Place de la République, contre l’église et face au café-brasserie de la mairie ; malgré un projet évoqué en 2010, il n’a pas été déménagé sur la nouvelle grand place de Hem, devant le jardin des perspectives, dans la rue qui porte son nom depuis 1928.

Buste du Docteur Coubronne contre l’église (Document Philippe Drouffe)

En 1944, les chars anglais puis américains défilent dans Hem qu’ils viennent de libérer. Le défilé photographié lors de son passage devant l’ancien cabinet du Docteur Coubronne, à priori occupé à cette époque par des particuliers, permet de se faire une idée des dégâts subis par l’immeuble et surtout par l’habitation voisine.

Défilé des chars (Document d’archive Historihem)

Dans l’après-guerre, comme durant près de 30 ans, il semble que l’ancienne demeure du Docteur ait été occupée la plupart du temps à usage d’habitation. Une photographie aérienne des années 60 permet de constater que le 59 comme la maison voisine ont été remis à neuf.

Photo aérienne d’Hem Bifur avec le n°59 marqué d’une croix blanche (Document collection privée)

Instantané de mémoire d’une personne habitant le centre d’Hem à l’époque : « je me souviens d’un magasin où l’on vendait un peu de tout, une sorte de bric-à-brac là où se trouve actuellement la clinique vétérinaire. Quant à la maison voisine, située à la place du parking actuel, elle servait de logement aux ouvriers agricoles de la Ferme Franchomme ».

Puis en 1970, le mémento public du commerce, de l’industrie et du tourisme de Hem prévient les habitants de l’ouverture très prochaine du Crédit du Nord à Hem Bifur et, en 1971, une publicité atteste de l’arrivée de cet établissement bancaire dans la rue et le journal Nord-Eclair publie un avis d’ouverture de la nouvelle agence bancaire hémoise.

Publicité 1971 (Document collection privée)

Avis d’ouverture 1971 (Document Nord-Eclair)

Instantané de mémoire : « Quand j’ai eu mon concours de la fonction publique en 1981, c’est au Crédit du Nord d’Hem-Bifur que je suis allée spontanément ouvrir un compte bancaire. L’accueil y était chaleureux et je me souviens que Mr Derache, l’un des employés, avait toujours un mot gentil pour ses clients et qu’il faisait tout pour leur rendre service ».

Le docteur Philippe Delforge ouvre ensuite, en juillet 1989, une clinique vétérinaire dans les anciens locaux de la banque. C’est l’établissement qui occupe les lieux encore aujourd’hui sous le nom de clinique vétérinaire de la Marque. La boucle est bouclée : l’immeuble sis 59 rue du Docteur Coubronne est à nouveau consacré à la santé.

Instantané de mémoire :« Quand j’habite rue du Docteur Coubronne j’ai quatre chats et les occasions ne manquent pas d’aller consulter le docteur Delforge. Il est très professionnel mais aussi très humain et sait accompagner sa clientèle au mieux même lorsqu’il arrive qu’il faille mettre un terme à l’existence de mes compagnons à quatre pattes ».

Clinique vétérinaire de la Marque en 2021 (Document Google Maps)

Remerciements à Philippe Drouffe, l’Association Historihem et la Ville de Hem ainsi qu’à André Camion et Jacquy Delaporte pour leur ouvrage Hem d’hier et d’aujourd’hui et à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem

Brasserie Brabant-Desprets

La Brasserie Desprets Bonte, installée rue Jules Guesde à Hem, au lieu-dit le Monceau, à la limite de la ville de Lannoy, est mentionnée sur le cadastre de 1890, sous l’appellation Paul Desprets et dans le Ravet-Anceau de 1893 dans les 5 brasseries existantes à Hem. Il faut savoir qu’à l’époque les 5 brasseurs étaient propriétaires de la majorité des estaminets de cette petite ville. Un courrier datant de 1873 démontre que cette brasserie existait déjà auparavant, élément corroboré par le site patrimoine de France qui estime que la construction du bâtiment a eu lieu en 2 temps au dix-neuvième siècle.

Plan de Hem de 1953 situant le lieu-dit (Document archives Historihem)

Courrier Desprets Bonte de 1873 (Document collection privée)

Sur les cartes postales du début du vingtième siècle on peut constater que l’entrée principale de la brasserie, au dessus de laquelle figure l’enseigne Desprets, se fait par le bâtiment blanc sis au 470 rue Jules Guesde, légèrement en retrait du bâtiment en briques du 466-468 par rapport à la rue.

Le bâtiment début 20ème et en 2021 (vue de Lannoy vers Hem)(Documents collection privée et Google Maps)

Le bâtiment début 20ème et en 2021 (vue de Hem vers Lannoy) (Documents Hem Images d’hier et Google Maps)

Dès 1923, apparaissent dans les Ravet-Anceau les établissements Brabant-Desprets dirigées par Bernard Brabant, brasseur au 466-468-470 rue Jules Guesde à Hem, probablement suite à un mariage avec une descendante de Paul Desprets.

En ce début du vingtième siècle, la bière est livrée dans les cafés en tonneaux : la rondelle = 160 litres. Les rondelles sont portées par 2 hommes à l’aide d’un harnais d’épaule en bois appelé le « tiné ». Un 3ème doit les aider pour charger ou descendre les escaliers de la cave.

Porteurs de rondelles (Document Hem Images d’hier)
Porteurs de rondelles (Document bd au Temps d’Hem)

Les plates-formes sont tirées par 2 chevaux ou 3 mulets pour effectuer les livraisons.

Plates-formes de livraison (Document Hem Images d’hier)

A partir de 1947, on retrouve la société Brabant-Desprets répertoriée à la fois dans la brasserie et le commerce de gros de vins et spiritueux.

Tarif des vins et spiritueux en 1934 (Document archives Historihem)
Publicité années 50 (Document collection privée)

En revanche la famille Brabant-Desprets n’est pas domiciliée sur place. A cette époque on lui retrouve une propriété au 452 rue Jules Guesde soit juste avant la brasserie en venant du centre d’Hem. Cette importante propriété se distingue clairement sur la photo aérienne de l’époque.

Photo aérienne de 1947 (Document IGN)

Dans les années 60 la brasserie Brabant-Desprets semble à son apogée. Une vue aérienne permet de mesurer son importance en terme d’ampleur face à l’hospice.

Vue aérienne de la brasserie en 1962 (Document IGN)

Elle ne lésine pas sur la publicité et le sigle représentant les deux lettres B entrelacées du prénom et du nom de son propriétaire Bernard Brabant figure sur les cartes publicitaires et sous-bocks distribuées par l’entreprise.

Carte publicitaire  (Document collection privée)
Affiche publicitaire et sous-bock (Document archives Historihem)

L’entreprise est ainsi répertoriée jusque dans les années 70. En revanche en 1979 plus aucun établissement n’est indiqué à cette adresse. La propriété familiale apparaît en revanche toujours comme étant celle de la famille Brabant-Leurent après avoir été quelques années la demeure de Mme Vve Brabant-Desprets.

En 1981, le journal Nord-Eclair consacre un bel article à la reconversion de l’ancienne brasserie Brabant en centre d’accueil pour artisans. Sur les 4000 m² de la brasserie, les bâtiments inoccupés depuis plusieurs années constitués de : « logement, atelier, atelier de fabrication, logement patronal, magasin industriel, abri, magasin » selon le relevé du site consacré au patrimoine de France, ont été rachetés et les locaux sont revendus à des prix intéressants à des artisans.

Brasserie côté cour (Document Nord-Eclair)

La façade extérieure est préservée et rénovée tandis que les bâtiments sont rasés puis remis en valeur dans une zone d’activité dénommée l’ancienne brasserie.

Brasserie en façade (Document Nord-Eclair)

Les caves de la brasserie accueillent alors 5 orchestres de la région qui ne trouvaient pas de locaux. Cette information fait écho à une photographie du début du vingtième siècle qui peut être une forme de publicité pour la brasserie ou signifier que les propriétaires ou les employés de celle-ci participaient à l’époque à une formation musicale.

Photo musiciens Brabant (Document collection privée)

Depuis 1982, un certain nombre d’entreprises se sont succédé dans les anciens locaux de la brasserie au 466-468, exerçant les professions les plus diverses : commerce de voiture, entreprises de bâtiment, agence immobilière, mais aussi activités de santé humaine telles que psychologie et sophrologie. La façade extérieure a été rénovée au fil du temps et aujourd’hui le bâtiment a fière allure et évoque par son architecture le souvenir du passé industriel hémois.

Le bâtiment en 2008 et 2020 (Documents Google Maps)
La façade du 468 rénovée en gros plan (Document Google Maps)

Remerciements à l’Association Historihem et la Ville de Hem et Jacquy Delaporte pour son ouvrage Hem images d’hier ainsi qu’à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem

L’auberge du Coq

Ce bâtiment, sis sur la place d’Hem, doit dater du XVIIème siècle ; on invoque alors Saint-Corneille pour guérir le « haut mal » ou épilepsie, ainsi qu’une foule d’autres maladies. Les pèlerins sont fort nombreux et viennent d’un peu partout chaque année plus spécialement autour du 14 septembre, anniversaire de la mort du saint.

Invocation de Saint-Corneille (Document Au Temps d’Hem)

Avant d’invoquer celui-ci, une coutume fort ancienne consiste à offrir un coq vivant souvent acheté dans cet établissement. Quand on s’y attable, chacun apporte en même temps sa bûche pour participer au chauffage ou l’achète au tenancier.

Cet estaminet sert également de Maison Commune pour la réunion des échevins et baillis de l’Ancien Régime puis des Conseillers municipaux après la révolution et jusqu’en 1883, année de construction de la première Mairie.

Représentation de la Maison Commune (Document BD Au temps d’Hem)

La société des archers apparaît à Hem en 1834 comme l’indique son drapeau. C’est un groupement sportif qui oblige ses membres à présenter certaines conditions de moralité, à prêter serment et à observer les règlements de la compagnie Il existe des concours individuels et des concours entre sociétés. Celle de Hem a son siège à l’auberge du Coq.

Drapeau en soie brodée d’une image de Saint-Sébastien (Document Hem d’hier et d’aujourd’hui)

En 1887, l’établissement est repris par Louis Dufermont, cultivateur à Hem et conseiller municipal de la ville.

L’immeuble est situé au bout de la place d’ Hem, derrière l’église Saint-Corneille et une carte postale du début du vingtième siècle colorisée permet d’en constater l’importance.

Auberge du Coq au centre de la photographie (Document collection privée)

En 1935, une publicité annonce clairement les multiples activités de l’établissement : estaminet toujours, mais aussi marchand de légumes, fruits, primeurs et conserves de premier choix à des prix défiant toute concurrence (Arrivages frais tous les jours-Livraisons à domicile). Concrètement un couloir sépare la partie café et la partie primeurs.

Publicité 1935 (Document collection privée)

A l’occasion de la fête annuelle des brancardiers et infirmiers du Nord une manifestation est organisée à la gloire de Notre Dame de Lourdes le 07 juin 1936, par la paroisse Saint-Corneille. Lors de la procession, le cortège s’arrête devant l’auberge du coq et l’on distingue très bien sur la photographie la façade de l’établissement ainsi que son enseigne. A cette époque, ce sont donc déjà les noms de Demagny et Wauqier qui y sont indiqués.

Prospectus annonçant la procession (Document site Historihem)
Photographies de la procession (Document site Historihem)

Une vue aérienne de 1950 permet de constater que le centre d’ Hem consiste encore en quelques maisons groupées autour de l’église, environnées de nombreux champs, la vocation agricole de Hem étant encore très importante malgré l’implantation depuis la fin du dix-neuvième siècle de quelques industries.

A cette période l’immeuble situé au n° 8 de la place n’a plus aucune implication dans les affaires communales puisque la Mairie a été construite depuis plus de 50 ans. Le bâtiment n’abrite plus que 2 commerces.

Vue aérienne 1950 (Document IGN)

En 1958, le Ravet Anceau fait ainsi référence à l’établissement non plus en temps qu’auberge du coq mais en temps que café au nom de Demagny et en temps qu’épicerie au nom de Wauquier. En 1972, le nom de Demagny apparaît toujours à la rubrique cafetier mais l’épicerie Wauquier n’est plus répertoriée à cette adresse.

La maison du surgelé occupe ensuite l’immeuble à compter de 1979 comme en témoigne une publicité reprenant les trois établissements de l’enseigne dans la métropole en Mars 1982.

Publicité mars 1982 (Document Nord-Eclair)

« Instantané de mémoire : Lorsque je m’installe rue du Docteur Coubronne en décembre 1986, pas besoin de prendre la voiture pour faire mes courses au quotidien. Tous les commerces de 1ère nécessité sont regroupés dans un rayon de moins d’un kilomètre autour de mon domicile : boulangerie, boucherie, supermarché et même un vendeur de produits surgelés sur la place sur laquelle s’installe aussi le marché chaque dimanche matin».

Photographie aérienne (Document Hem 1000 ans d’Histoire)

Après la fermeture de la maison du surgelé c’est un cabinet comptable qui s’installe, en 1993, dans cet ancien bâtiment après avoir procédé à sa rénovation complète. Il s’agit du cabinet de Bernard Panyen qui ensuite développe la société Bernard Panyen et Associés, société d’expertise comptable qui occupe toujours les locaux à ce jour.

Photo du bâtiment en 2017 (Document Google Maps)
Logo de la société (Document site internet BPA)

De l’ancienne auberge du coq, ne subsiste plus qu’une trace à ce jour à savoir le coq en relief qui figure toujours au dessus de la porte d’entrée.

Photo du coq aujourd’hui (Document collection privée)

Depuis 1950, la place de la République a bien changé et l’ancienne place du village est devenue un centre ville même si des champs l’isolent encore de la voie rapide.

Photo aérienne 1989 et 2021 (Document IGN et Google Maps)

Remerciements à l’Association Historihem et la Ville de Hem ainsi qu’à Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem 

Marie-Paule Cadeaux (suite)

Marie-Paule Deshayes est également la responsable de l’Union Commerciale pendant 20 ans et n’est jamais à court d’idées pour mettre en oeuvre diverses opérations commerciales, au moins une par année.

Dès 1993, elle organise ainsi une opération Noël avec l’association commerciale « Hem j’aime », afin de tenter de redynamiser les petits commerces de Hem qui subissent la concurrence des supermarchés. Des lots (petit électro ménager et paniers garnis) sont remis aux participants du tirage au sort de la quinzaine commerciale de fin d’année.

Photos du lancement de l’opération et de la remise des lots (Documents La Voix du Nord 1993 et 1994)

La même année a lieu le jumelage de la ville de Hem avec celle de Wiehl, en Allemagne dans le district de Cologne, à l’initiative de Denise Houdry ajointe à la culture de la ville de Hem. A cette occasion Marie-Paule prend l’initiative de créer dans les commerces de la ville des vitrines aux couleurs de l’événement également marqué par des festivités : rencontres sportives, échanges scolaires, fête champêtre, plantation de l’arbre du jumelage dans le parc de la mairie, etc

le jumelage et la vitrine de la boutique à cette occasion (Document Marie-Paule Deshayes)

1994 est l’année de « La Brasserie du Commerce », c’est-à-dire, « l’opération moules » le jour de la braderie. Ce jour-là les commerçants de Hem régalent 350 convives dans la salle Leplat où ont été installées de longues tables recouvertes de sets « Hem en fête ». Après plusieurs soirées de préparation et plusieurs heures de nettoyage sur le parking de la salle, quelques 400 kilos de moules et 200 kilos de frites sont servis à table le midi pour le plus grand plaisir des « bradeux ».

Photos de la salle Leplat et publicité pour l’événement (Document Marie-Paule Deshayes)

Puis Marie-Paule et son mari entament à nouveau une rénovation de la façade en 1995 et un agrandissement intérieur. La nouvelle vitrine permet de mettre en valeur l’élégance des produits proposés par la boutique. A cette occasion la publicité qui paraît dans la presse met l’accent sur le côté de plus en plus chic de la boutique et des produits proposés à la clientèle.

Photo de la nouvelle façade (Document collection privée) et de l’intérieur de la boutique rénovée (Document Marie-Paule Deshayes)

Marie-Paule, en plus de la papeterie et de la maroquinerie ainsi que des classiques de son commerce se lance en effet dans les listes de mariages. Elle se consacre à l’esprit « traditionnelle boutique » et ne propose que du haut de gamme qui ne se vend pas en grande surface. Elle reste ainsi fidèle à son idée de faire venir dans son magasin une clientèle à la recherche de ce que l’on ne trouve pas ailleurs.

Nouvelle publicité (Document collection privée)

A la fin des années 90 et pendant 10 ans, Marie-Paule participe également à l’opération du Téléthon, une association caritative déterminée à vaincre la maladie, et avec laquelle, en femme d’engagement, elle ne peut envisager de ne pas faire quelque chose, entraînant à sa suite l’union des commerçants dont les gérants du pressing hémois de la rue Jules Guesde.

Téléthon 1999 à Hem (Document Marie-Paule Deshayes)

Dans le même esprit, elle participe à une exposition organisée à la salle Leplat, le salon de la femme, en 2002, où elle fait en sorte que son « stand » soit le plus attractif possible et représente au mieux les différents types de produits accessibles dans sa boutique, petite par la taille mais grande par le contenu proposé.

Photo de l’exposition de 2002 à la salle Leplat (Document collection privée)

Enfin, toujours partante pour toute initiative de nature à mettre de la vie dans la commune et ainsi participer à la redynamisation du commerce hémois, elle participe à une manifestation organisée en partenariat entre la municipalité et l’association « Bien Vivre à Hem », à savoir l’élection de l’ambassadrice de la ville en 2002.

Flyer annonçant l’événement et photo des lauréates avec Marie-Paule (Document Marie-Paule Deshayes)

Le temps a passé vite et en 2010, Marie-Paule prend sa retraite. Malheureusement il n’y a aucun repreneur pour le fonds de commerce et le magasin familial ferme ses portes.

Le bâtiment est vendu et ce n’est qu’en 2013 qu’Olivier Roffiaen y installe son auto-moto-école, encore en activité à ce jour.

Photo du bâtiment à vendre en 2010 et de la nouvelle auto-moto-école en 2020 (Documents Google Maps)

Remerciements à Marie-Paule et André Deshayes

Le château et la ferme de Beaumont

Le fief de Beaumont à Hem remonte au 13ème siècle et appartient initialement à la Maison de Lannoy. La première représentation que l’on a du château remonte aux années 1640, par l’intermédiaire du chanoine Antoine Sanders, dit « Sanderus », théologien et érudit auteur de nombreux ouvrages au dix-septième siècle. Le domaine se situe au bout du chemin de Beaumont, sur un simple chemin rural.

A l’époque le fief de Beaumont se compose d’un château bâti sur motte avec donjon et chapelle, entouré de grands fossés et d’une cense contenant maison, étables, bergerie, grange, fournil, basse-cour, jardins, prés, pâtures, bois, champs entourés d’eau et terres de labour. (Source historique des « château et cense de beaumont » à Hem Nord publiée par Mr Volpi, basée sur les recherches de Max Barrois)

Croquis du 1er château de Beaumont (Document archives Historihem)

Le domaine se maintient dans son intégrité jusqu’à la révolution. Une vente réalisée en 1732 à la famille Libert (conseiller du roi de France) fait en effet mention :« d’un château seigneurial avec porte, avec une basse cour et plusieurs jardinages entourés d’eaux pour l’usage et la commodité du seigneur et attenant au château, un lieu manoir amassé de granges, étables, fournil et autres édifices à usance de cense, avec prés, pâtures, bois, chaingles (enceintes), eaux, rejets, flots, flégards (sentiers) et terres labourables en plusieurs pièces tenant ensemble et contenant 25 bonniers environ ». (Sources généalogiques et historique des provinces du Nord)

En 1773, le château, en mauvais état, est vendu par la famille Libert à Paul Joseph Dutoit, fermier de Beaumont, et Michel Joseph Letellier maçon à Hem. Ensuite en 1872, c’est Jules Brame Delemer qui devient propriétaire du domaine puis Max Barrois son descendant.

Le journal Nord-Eclair de 1941, dans sa rubrique : Regards sur le passé, publie une photographie du château de Beaumont au début du vingtième siècle. S’agit-il bien du château situé dans le fief de Beaumont comme le laisse supposer l’article du journaliste qui en reprend l’histoire, ou s’agit-il d’une autre propriété ? En effet, dans l’annuaire de 1923, le château de Beaumont est la propriété d’un industriel nommé Glorieux et c’est encore le cas en 1948 mais il s’agit d’une propriété sise au 209, boulevard Clémenceau et non de l’ancienne seigneurie.

Photo du Château au début du 20ème siècle Document Nord-Eclair)

Dans les années 1930, on retrouve l’impressionnante propriété de l’ancien fief de Beaumont sur une vue aérienne au niveau du 12 de l’actuelle rue Montaigne à Hem, à la limite de la ville de Croix.

Photo aérienne du Château de Beaumont en 1932 (Document IGN)

En 1931, la cense de Beaumont est toujours entourée de douves. Elle est gérée par Louis Lienart qui la laissera l’année suivante à son fils Pierre. La pièce d’eau cerne une île où se trouve un chalet. Le château est alors à l’opposé de l’entrée de la ferme.

Photos de la ferme en 1931 (Documents archives Historihem)

En 1944, les propriétaires sont Mrs Barrois et Detroyat (célèbre aviateur). En 1945, le château, loué à l’association : « les amitiés scoutes », devient un lieu de réunion des troupes scoutes et guides. Les derniers gérants sont le couple Meyci jusqu’en 1961. La Cense est ensuite rachetée puis aménagée, en 1962, par Mr Remi Ange Silvio Volpi, industriel roubaisien dans la teinture à façon au 232 boulevard de Fourmies.

En 1947 et 1962, les vues aériennes montrent un domaine toujours aussi imposant sans autre demeure dans le voisinage immédiat.

Photos aériennes de 1947 et 1962 (Documents IGN)

En revanche, dès 1976, les habitations se densifient et en 2021, l’ancienne cense de Beaumont est environnée de maisons.

Photos aériennes de 1976 et 2021 (Documents IGN et Google Maps).
Vue de l’étendue du domaine sur le plan de la ville (Document Google Maps)

Pourtant la construction en elle-même n’a pas beaucoup changé et lorsque l’on observe de plus près la photographie de l’entrée du domaine côté ferme, en venant de la rue Boileau, on s’aperçoit que le porche crénelé déjà observé sur les photos de 1931 se retrouve à l’identique sur les photos actuelles.

Photo du porche actuel (Document archives Historihem)

Le 12 rue Montaigne est aujourd’hui le siège de l’entreprise de recherche-développement en autres sciences physiques et naturelles de Mr Luis Gonzales Alvarez. De nos jours, lorsque l’on passe dans la rue Montaigne on ne voit aucune trace de l’ancien domaine ; seul un petit portail blanc, à côté du numéro 6, donnant sur une allée marque l’entrée de l’ancien château. Dans la rue Boileau, le portail n’est pas plus grand mais une petite plaque indique la présence de la Cense de Beaumont. Au fond de l’allée on distingue le porche crénelé dont la photographie figure ci-dessus.

Photo du portail côté Boileau (Document Google Maps)

Remerciements à l’Association Historihem 

Marie-Paule Cadeaux

C’est en 1955 que le numéro 162 de la rue Jules Guesde à Hem apparaît pour la 1ère fois dans le Ravet-Anceau. Il s’agit alors d’une quincaillerie au nom de Mol qui en 1958 change de propriétaire pour devenir celle de Mr Vandenabeele.

Carte postale années 1900 (Document collection privée)
publicité mol (document collection privée)

Dès 1959, le commerce devient la propriété de Gérard et Thérèse Leysens. Il s’agit alors d’un modeste commerce. La porte donne sur un couloir et le magasin se trouve dans la première pièce à droite, tandis que la famille habite dans les autres pièces et que Gérard possède un atelier tout au fond.

Comme l’indiquent leurs publicités parues en 1963 et 1966 dans le journal Nord-Eclair, le commerce se spécialise alors dans le chauffage et l’électro-ménager même s’il est toujours répertorié dans la rubrique quincaillerie de l’annuaire.

Gérard Leysens est en effet chauffagiste de profession. Il est très apprécié dans le quartier où il est toujours prêt à dépanner les habitants et se fait aussi une spécialité d’installation et de dépannage dans les écoles.

Publicités de 1963 et 1966 (Document Nord-Eclair)

Thérèse quant à elle s’occupe de la vente des ustensiles de ménage et si, dans un premier temps elle ne dispose que de 2 fenêtres en guise de vitrine et d’un magasin très exigu, le couple procède ensuite à l’agrandissement du magasin et à l’ouverture d’une véritable vitrine dès les années 1960.

bis La vitrine et l’intérieur du magasin avant l’agrandissement (Document Marie-Paule Deshayes)

Ainsi en 1972, la publicité de l’établissement porte encore essentiellement sur les convecteurs électriques de la marque EFEL. Le commerce reste surtout orienté sur les gazinières, bouteilles de gaz, machines à laver…

Publicité de 1972 (Document Nord-Eclair)

En 1982, dans le bulletin d’information de Hem Gérad Leysens diffuse une publicité faisant état d’un commerce d’articles ménagers, de quincaillerie, de papeterie, de fantaisies et de cadeaux. En effet son épouse s’est diversifiée vers la papeterie, les cartes postales et les jouets, même si, en 1984, le magasin figure encore dans le répertoire des commerçants de Hem à la rubrique quincaillerie.

Publicité de 1982 (Document office municipal d’information de Hem) Photo du magasin après l’agrandissement et l’installation de la vitrine (Document collection privée)

Marie-Paule Deshayes, leur fille, reprend le magasin lorsque ses parents prennent leur retraite en juin 1986, alors qu’elle était jusqu’alors agent d’encadrement dans une société de vente par correspondance roubaisienne. Elle change néanmoins d’activité ; il s’agit dorénavant d’une boutique de cadeaux et non plus d’un magasin ressemblant encore à une quincaillerie bazar, mais un simple bandeau sur la façade préexistante en fait état dans un premier temps.

Photo du magasin Marie-Paule Cadeaux en 1986 (Document Marie-Paule Deshayes)

Dès l’année suivante, avec son mari André, elle décide d’agrandir le magasin mais aussi de rénover la façade afin de pouvoir mettre en valeur les traditionnels articles de ménage ainsi qu’une vaisselle de qualité, des articles en cristal et toutes sortes d’idées cadeaux pour tous types d’événements.

Photo du magasin en 1987 après rénovation (Document collection privée)

Instantané de mémoire : « Lorsque je vis à Hem Centre, dès que je veux faire un petit plaisir à mes enfants qui vont à l’école de la Vallée, je passe avec eux chez Marie-Paule leur acheter une « bricole ». A la rentrée des classe, les cahiers, trousses et stylos prennent beaucoup de place. Cependant je peux toujours y trouver du petit électro-ménager en dépannage, de la vaisselle et surtout le cadeau de bon goût qui fera plaisir. Le magasin n’est pourtant pas grand mais Marie-Paule a toujours l’idée de génie pour peu qu’on lui explique à quelle occasion le cadeau va être offert ».

En 1989, elle décide de s’inscrire au Challenge du Mercure d’Or de la Chambre de Commerce et de l’industrie de Lille-Roubaix-Tourcoing, qui récompense les performances individuelles des entreprises commerciales, et remporte le prix. Si elle l’obtient c’est parce que, au delà des changements matériels apportés au magasin, elle a fait preuve d’un dynamisme commercial et d’un sens de l’accueil et du service qui ont retenu l’attention du jury.

A suivre…

Remerciements à Marie-Paule et André Deshayes

Lobry – Milidée

Ignace Lobry, dont le commerce est répertorié comme quincaillier dans le Ravet Anceau de 1958, et comme vendeur de journaux dans celui de 1968, au 88 rue des Ecoles à Hem, apparaît également, dès 1968, comme vendeur de journaux-tabac au 229 avenue Laennec à Hem. 

Publicité Lobry (Document collection privée)

Comme le démontre sa publicité Ignace Lobry n’exploite pas seulement ce qu’il est convenu d’appeler un tabac mais un commerce beaucoup plus varié dédié à la presse, les fournitures scolaires et les cadeaux en tous genres, et ce dans ses deux points de vente. Son commerce de la rue des Écoles est installé dans des bâtiments annexes de l’ancien Château Olivier, à savoir les écuries.

Photo Lobry rue des écoles années 50 et photo Milidée années 2000
(Document collection privée)

La vue aérienne de 1951 montre un quartier en cours d’évolution avec les constructions qui débutent à la Lionderie, en lieu et place de l’ancien parc du Château, détruit en 1944. Au bord de la rue des Ecoles on distingue très bien les bâtiments des anciennes écuries, seul vestige des annexes du château.

Photo aérienne rue des écoles 1951 (Document IGN)

La boutique de l’avenue Laennec est une construction neuve.

Photo Lobry avenue Laennec (Document collection privée)

La vue aérienne du quartier Longchamp de 1969 montre en effet un tout nouveau quartier à l’emplacement d’anciens terrains agricoles figurant sur le document de 1951.

Photo aérienne avenue Laennec en 1951 et 1969 (Document IGN)

Ignace Lobry n’hésite pas, en plus de publicités régulières publiées dans les journaux, à créer des événements publicitaires à l’occasion de l’une ou l’autre fête, telle que Saint Nicolas qui propose aux enfants une photo en sa compagnie.

Photo St Nicolas 1967 (Document collection privée)

Instantané de mémoire : « Quand j’ai emménagé à Hem avec mes parents dans le nouveau lotissement de la rue des Écoles, j ai tout de suite pris mes marques dans ce magasin qui ressemblait à une caverne d’Ali Baba aux yeux de l’enfant de 10 ans que j’étais. Je m ‘y sentais comme chez moi grâce à Mauricette, la vendeuse, qui m’accueillait toujours avec le sourire et bienveillance et m’aidait à choisir un cadeau en rapport avec mon budget. J’y achetais mon Pif Gadget et Mickey Parade ainsi que, pour la rentrée des classes mes stylos plumes, cahiers, etc »

Lorsqu’ Ignace Lobry cesse son activité, en 1984, H. Hellebuyck reprend l’entreprise et le commerce change alors de nom pendant 3 ans mais Mauricette reste toujours présente, rue des Écoles.

Publicité Hellebuyck (Document collection privée)

En avril 1987, quelques mois avant la cessation d’activité de la société Hellebuyck, fin 87, Mauricette Duquenne reprend le commerce de la rue des Écoles, pour le plus grand bonheur des riverains.

Publicité Mauricette Duquenne (Document collection privée)

Instantané de mémoire : « Étant moi-même revenue vivre à Hem Centre j’ai alors retrouvé le chemin de la rue des Ecoles pour y acheter mes revues ainsi que des jouets pour mes enfants ainsi que leur nécessaire pour la rentrée des classes, la presse enfantine »

Mauricette Duquenne exploite son magasin, à l’enseigne Milidée jusqu’en février 2002.

Photo Milidée rue des écoles (Document collection privée)

Après la fermeture, la boutique reste vide durant plusieurs mois puis 2 boulangeries s’y succèdent. A l’heure actuelle il n’existe plus aucun commerce au 88 rue des Écoles.

Photo des 2 boulangeries successives (Documents Tout’Hem et collection privée)

Quant à l’ancien magasin de l’avenue Laennec, un temps repris par un boucher-volailler, le bâtiment a ensuite été détruit et une mosquée a été construite à son ancien emplacement.

Photo de la boucherie volailler et de la mosquée (Documents google maps)

Le 28 rue de la Tribonnerie à Hem

En 1923, le fermier Louis Jonville, propriétaire d’un hectare de terre enclavé dans le terrain de la Marquise d’Auray de Saint Pois, et en mésentente avec celle-ci, décide de vendre son terrain et c ‘est Mr Declercq Oswald, père, industriel en teinturerie et apprêts, à Hempempont qui se porte acquéreur.

Terres de la marquise en 1933 et enclave du terrain concerné déjà construit (Document IGN)

Continuer la lecture de « Le 28 rue de la Tribonnerie à Hem »