Jean-Baptiste Pennel

Jean-Baptiste Pennel est né à Roubaix en 1896 et, après des études de chimie, il est professeur à l’IPR (Institut Professionnel Roubaisien, 22 rue de la Paix) en 1916 puis à l’ ITR (Institut Technique Roubaisien, 37 rue du Collège) jusqu’en 1930. Entre temps, en 1920, il épouse Joséphine Mignauw, et reste roubaisien jusqu’en 1939, date à laquelle le couple s’installe au 190, boulevard Clémenceau à Hem.

Vue aérienne de la propriété du couple en 1947 (Document IGN)
Le 190 Bd Clémenceau en 2008 (Document Google Maps)

Parallèlement à son expérience pédagogique, il fonde, dans les années 1920, avec Joseph Flipo (lui aussi domicilié à Hem, rue Jean Jaurès) l’entreprise qui devient la SA Pennel et Flipo en 1924, 384 rue d’Alger à Roubaix, spécialisée dans la fabrication de feuilles caoutchoutées et la confection d’articles d’hygiène. (Voir sur notre site un article précédemment édité et intitulé : Pennel et Flipo).

Usine Pennel et Flipo Roubaix (Document BNR et Ateliers mémoire de Roubaix)

On le trouve facilement l’outil à la main à l’occasion de ses passages en atelier, où il n’hésite pas à former lui-même les ouvriers sur le fonctionnement d’une machine ou une opération de fabrication. L’entreprise est ainsi à l’origine de l’invention du bulgomme, dont la marque est déposée en 1936.

Au départ, c’est un revêtement de sol en caoutchouc de 5 mm d’épaisseur, dont le nom exact est « Bulgomme silence ». On en pose dans les cliniques et hôpitaux pour protéger du bruit, des talons aiguilles et des brûlures de cigarettes.

En 1936, l’entreprise roubaisienne échappe à l’agitation grâce aux bons salaires et aux nombreux candidats à l’embauche. En 1942, pour éviter aux jeunes de l’entreprise le STO (Service de Travail Obligatoire) en Allemagne, Jean Pennel crée un camp de travail à Bougival et un camp forestier et de culture maraîchère à Ascq. Durant les dernières années d’occupation de la ville, et de pénurie alimentaire, un comité, présidé et animé par Mr et Mme Jean-Baptiste Pennel, distribue des soupes populaires à Hem .

Comité de libération, extrait de compte-rendu signé par Jean Pennel (Document Historihem)

Il lance la formule « à chacun sa chance » pour les jeunes défavorisés et fonde, en 1943, des Centres d’orientation professionnelle, des centres d’apprentissage, des centres de formation des cadres sur Roubaix Tourcoing et décide de faire participer tous les partenaires sociaux à la gestion des centres, initiative appuyée par le maire de Roubaix : Victor Provo.

Lors de la libération de Hem, en Octobre 1944, une délégation municipale du comité de libération, nommée par arrêté préfectoral, se réunit en mairie et parmi ses membres figure Jean-Baptiste Pennel, industriel. La réunion se clôture sur une vibrante marseillaise entonnée à l’unisson par l’assemblée suite à l’allocution du maire, Jules Delesalle.

Photo de Jules Delesalle maire de 1935 à 1945 (Document Hem d’hier et d’aujourd’hui)
Extrait de la délégation municipale d’ Octobre 1944 (Document Historihem)

En 1945, il met en place dans l’entreprise roubaisienne un comité de nature consultative préfigurant le futur comité d’entreprise. En 1951, il institue le contrat de participation aux bénéfices qui réserve au personnel 20% des résultats et un an plus tard il met en place la prime d’intéressement. Enfin en 1959, il signe le 1er accord d’entreprise.

Entretemps, en 1955, il est nommé président du syndicat national des industries du caoutchouc, lequel regroupe l’ensemble des 450 maisons françaises travaillant le caoutchouc et les produits voisins. Le personnel de la maison Pennel et Flipo, cadres et ouvriers, lui présentent leurs félicitations, considérant comme un honneur pour la région que l’un de ses chefs d’industrie ait été choisi.

Nomination comme président du syndicat national des industries du caoutchouc en 1955 (Document Nord-Eclair)

La même année, au mois de mai, le challenge du patron le plus sportif de France, créé pour encourager le sport à l’usine, est attribué à Mrs Pennel et Flipo. La journée commence par une visite de l’entreprise au cours de laquelle sont suivis les différents stades de la transformation du caoutchouc. Ensuite, en guise de première manifestation de la grande activité sportive au sein de l’usine, les membres de la section de judo font une démonstration de leur talent.

Puis un apéritif d’honneur servi dans la grande salle du bar de l’usine est suivi d’un grand banquet réunissant de nombreuses personnalités autour de Mrs Pennel et Flipo. Au cours des discours sont évoqués la proportion importante des pratiquants du sport aux établissements Pennel et Flipo et Victor Provo relève le caractère social de l’entreprise très justement mis à l’honneur.

Enfin, le représentant du ministre de l’Education Nationale remet la médaille d’or de l’éducation physique à Mrs Pennel et Flipo. Puis tout le monde se dirige vers le stade Amédée Prouvost où de déroule une grande fête sportive et Mr Philippe Potin, neveu du donateur du challenge, remet le trophée aux deux chefs d’entreprise. 

Remise du trophée par Mr Philippe Potin à Jean Pennel (Document Nord-Eclair)

Lors de l’exposition universelle à Bruxelles en 1958, tout le stand français est recouvert de Bulgomme et résiste parfaitement aux chaussures des nombreux visiteurs. En 1974, Jean-Baptiste fête le cinquantenaire de l’entreprise Pennel et Flipo qui compte plus de 1000 salariés et invite le député-maire de Roubaix, Victor Provo, à couper le ruban.

Photo du cinquantenaire de l’usine (Document Hem d’hier et d’aujourd’hui)

A suivre…

Remerciements à la ville de Hem, l’association Historihem ainsi qu’à André Camion et Jacquy Delaporte pour leur ouvrage Hem d’hier et d’aujourd’hui.

Le Chalet à Hem

En 1955, le 164 de la rue du Général Leclerc à Hem, à l’angle de la rue de la Tribonnerie, apparaît dans le Ravet-Anceau, dans la catégorie café et cycles, au nom de Pringuet-Brelle. L’établissement est répertorié à ce nom jusqu’en 1971, année à la suite de laquelle c’est Mlle Demarecaux qui reprend le café pour quelques années ; l’enseigne « Au chalet » est alors spécifiée sur l’annuaire.

Auparavant rien ne figurait à cette adresse et les cafés étaient répertoriés par un alignement de noms de propriétaires sans que leurs adresses ne soient précisées. Impossible donc, si ce n’est par les souvenirs des anciens habitants de savoir quelle famille représente la photo ci-dessous, à priori prise dans les années 1920 devant le café à l’enseigne « le Chalet », la légende de la photo dans le livre Mémoire en Images de Hem ne le précisant pas.

Tout juste peut-on voir que l’entrée se faisait à priori au n°1 de la rue de la Tribonnerie sous les fenêtres du 1er étage. On peut également constater qu’à l’époque la rue n’était pas encore pavée, le lotissement de la Tribonnerie n’ayant vu le jour qu’en 1962.

Photo Chalet années 1920 (Document Mémoire en Images de Hem) et Photo prise au même endroit en 2016 (Document Google Maps)

En 1972, la presse se fait l’écho du passage du champion cycliste Bernard Hinault chez le restaurateur hémois installé depuis quelques mois : Mr Castelain, l’occasion pour l’article de vanter : « le cadre sympathiquement campagnard de l’Auberge du Chalet, la gentillesse de l’accueil, et la cuisine empreinte d’une simplicité de bon aloi » ayant su séduire le champion fin gourmet.

Le passage de Bernard Hinault en 1978 (Document Nord-Eclair)
Publicité des journées du coq des restaurateurs hémois et photo de Mr Castelain (Document Nord-Eclair)

Puis l’Auberge du Chalet apparaît , en tant que telle, dans le Ravet Anceau, en 1979, sans que le nom de ses propriétaires n’y figure. Cependant en1982, dans le bulletin de l’Office Municipal d’ Information de la ville, est publiée une annonce publicitaire indiquant les nouveaux propriétaires de l’auberge : Mr et Mme D’Haese.

Publicité de 1982 (Document OMI « La Famille » de Hem)

Instantané de mémoire : « Quand je m’installe à Hem Centre en 1986, l’auberge du Chalet est le restaurant traditionnel de Hem, à l’atmosphère intimiste, à la décoration sobre où il est plaisant à un couple de venir déguster des plats savoureux au calme et où l’accueil est toujours agréable ».

En 1993, l’auberge est reprise par le couple Suppa, Bruno en cuisine et son épouse en salle. Fils de restaurateurs, Bruno a fait l’école hôtelière et a travaillé dans un restaurant en Belgique avant de s’installer à son compte à Hem. L’atmosphère est alors toujours chaleureuse et la cuisine délicieuse et évolutive au fil des saisons. C’est une adresse incontournable de la restauration dans l’agglomération roubaisienne.

Bruno Suppa en cuisine (Document Facebook)

Après une vingtaine d’années passées dans ce restaurant le couple Suppa décide de passer à autre chose et reprend La Terrasse des Remparts à Lille. L’auberge du Chalet change alors d’enseigne et devient en 2008 l’auberge du roi de la Moule sous la direction de Christian Leroy, ancien chef de cuisine à l’ Ecume des mers à Lille.

Au menu 30 recettes différentes de moules, des classiques aux plus originales, mais aussi différents plats de poissons et de viandes cuisinés de façon régionale et traditionnelle.

Christian Leroy en cuisine (Document magazine Tout Hem) et Carte publicitaire (Document collection privée)
Restaurant l’auberge du Roi de la Moule en 2008 (Document Google Maps)

Plus tard, l’auberge devient simplement l’Auberge du roi et propose une cuisine de produits frais et faits maison, principalement axée sur l’univers de la mer : dorade, sole, lotte, raie…Le restaurant régale les papilles des amateurs de poissons et de fruits de mer pendant une dizaine d’années.

Auberge du Roi en 2016 (Document Google Maps)

Puis en 2016 c’est la société Lise et Nico qui prend la suite sous l’enseigne « Le sot l’y laisse ». Lise Vermeersch et Nicolas Noblet, respectivement monitrice d’équitation et directeur commercial d’imprimerie, se sont rencontrés lors d’une formation de reclassement en cuisine et ont eu l’idée de monter ensemble un restaurant.

Lise et Nicolas : Le Sot l’y Laisse (Documents Facebook)

Ils ont donc repris l’auberge du roi à sa fermeture et, après quelques mois de travaux et l’élaboration d’une nouvelle carte, ouvrent leur nouveau restaurant sur la base de menus imaginés par eux-mêmes à partir des produits disponibles au fils du temps. Pas de spécialisation pour eux mais une recherche constante de qualité à base de produits frais et donc une carte qui change très souvent.

A partir de 2019, c’est seule que Lise, chef de cuisine, continue l’aventure. Elle privilégie le classique revisité et propose une cuisine de saison, de marché avec une touche d’originalité. Le restaurant est à son image, simple et classique, mais aussi chaleureux et accueillant.

Intérieur du restaurant (Documents site internet)
Lise Vermeersch à l’accueil et en cuisine (Document site internet et Facebook)

Très vite le restaurant se fait un nom dans la métropole lilloise et le Petit Futé le place dans ses recommandations du guide 2022. Malheureusement la crise sanitaire met à mal le fonctionnement de ce restaurant encore bien jeune et celui-ci ferme ses portes en Mars 2021, mettant fin à une belle aventure pleine de promesses.

Recommandation Petit Fûté 2022

L’avenir seul dira si l’établissement situé à l’angle de la rue du Général Leclerc et de celle de la Tribonnerie, qui a abrité pendant plus d’un siècle estaminets, cafés puis restaurants va continuer à héberger ce type d’activités ou si, comme pour beaucoup d’anciens commerces, ce bâtiment va perdre sa vocation commerciale pour revenir à l’usage d’habitation.

Remerciements à la ville de Hem et à Bernard Thiébaut pour son ouvrage Mémoire en images de Hem.

Quand Le Corbusier vint à Hem

Le château de la Marquise doc Historihem

Le château de la Marquise, une vaste propriété qui appartenait autrefois à la Marquise d’Auray, servit de dépôt de munitions pendant l’occupation. En septembre 1944, les allemands préviennent la population qu’ils vont faire sauter les dépôts de munitions. Après les explosions la destruction est totale, il ne reste plus rien du château.

Après l’explosion du dépôt de munitions doc Historihem

La propriété a ensuite été acquise par la société roubaisienne d’HLM, pour y édifier des logements. L’aménagement de ce lotissement doit comprendre un jardin public et fait l’objet d’études. À l’époque, il y a deux chantiers à l’étude, la résidence du Parc à Croix et le lotissement de la Marquise à Hem. « Pour les immeubles de la résidence du parc construits sur le terrain du peignage Holden, nous avons fait appel à Jean Dubuisson. Pour la Marquise à Hem, nous hésitions… »1

Vue du lotissement de la Marquise IGN 1947

Un samedi d’octobre 1952, un visiteur de marque est attendu sur le terrain hémois. Il s’agit de M. Le Corbusier, l’architecte bien connu, recommandé aux roubaisiens par Eugène Claudius Petit, Ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme. Le Corbusier a élaboré les plans et supervisé la construction de la Cité radieuse de Marseille, sa première unité d’habitation dont la construction s’achève en 1952. Il s’agit d’un « village vertical », composé de 360 appartements en duplex distribués par des « rues intérieures ». Surnommée familièrement « La Maison du Fada », cette réalisation fait partie des œuvres de Le Corbusier classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les autorités indiennes, au début des années 1950, lui confient le projet de la ville de Chandigarh, nouvelle capitale du Pendjab située sur un haut plateau dominé par la chaine himalayenne.

C’est donc en octobre 1952 qu’il vient visiter le site hémois. Il est accompagné de M. Albert Prouvost, Président du CIL de Roubaix Tourcoing et des dirigeants des sociétés d’HLM, MM Victor et Michel Hache directeurs de la société La Maison Roubaisienne. Les personnalités ont été auparavant accueillies à la mairie par M. le docteur Leplat maire d’Hem, Marquette adjoint et Lepers secrétaire de la mairie. À la suite de quoi, Le Corbusier se met au travail et envoie un projet à Albert Prouvost.

Le projet Le Corbusier de 1953 pour la Marquise site http://www.fondationlecorbusier.fr

Albert Prouvost raconte très précisément comment il s’est personnellement opposé à l’intervention de Le Corbusier.  « Le célèbre architecte… nous soumet un projet qui ne plait pas : immeubles trop hauts trop rapprochés les uns des autres, balcons conformes au modulor qui ne laissent apercevoir qu’un pan de ciel et ne permettent pas de profiter des beaux arbres de la marquise d’Auray. » Et il ajoute : « Je le lui fais remarquer en m’efforçant à la diplomatie ». Le grand architecte lui répond par courrier : « ce sera bien assez bon pour vos pauvres types ! » Albert Prouvost se vexe. « Sans doute fallait-il prendre cette phrase au deuxième degré », ajoute-t-il dans ses mémoires1. Le projet resta sans suite.

Albert Prouvost et Le Corbusier

L’architecte et l’industriel ne parviennent pas à s’entendre. Ce fut finalement un collège d’architectes qui se forma sous l’impulsion de MM. Lapchin architecte en chef du CIL, et Marché géomètre. On retrouve dans ce collectif les noms suivants : MM Finet, Lecroart, de Maigret, Ros, Maillard, Neveux, Spender, Verdonck…Un plan masse fut établi et on s’attacha à préserver le site qui fut divisé en 105 parcelles. Un article de la presse locale de 1958 évoque dans son titre Le Corbusier, en dénaturant le sens de sa création : sur le terrain de l’ancien château de la Marquise, on prépare une authentique Cité Radieuse. Le groupe CIL UMIC avait en effet abandonné la construction de HLM pour des maisons individuelles destinés à des milieux plus favorisés2.

1Toujours Plus loin, Mémoires d’Albert Prouvost éditions La Voix du Nord

2Article de presse de 1958 figurant dans le site Historihem

Teinturerie Declercq (suite)

La teinturerie Declercq est l’une des premières à utiliser un camion et Oswald figure en 1927 dans l’annuaire des grands cercles et du Grand Monde (Cercle de l’Union, Jockey-Club…) Manifestement la famille Declercq est une famille qui compte et la teinturerie fonctionne à plein régime même si Oswald a préféré cesser l’activité de teinture pour ce consacrer à l’apprêt.

Côté vie privée Oswald a épousé Aldegonde Screpel avec laquelle il occupe la maison d’habitation bâtie dans l’enceinte de l’usine et occupée auparavant par Napoléon Paul et son épouse Céline Roussel. Ils ont une voiture avec chauffeur et lorsque celle-ci le ramène à la maison, le chauffeur continue alors jusqu’au garage situé au cœur de l’usine. Là une plaque tournante lui fait effectuer un demi-tour afin qu’elle soit garée dans le bon sens pour sa prochaine sortie.

Photo d’un camion avec les chauffeurs en attente dans la rue (Document Famille Declercq)

Un important mouvement de grève se développe en France au lendemain de la victoire du Front populaire aux élections de mai 1936 : les ouvriers occupent leurs usines et s’organisent tandis que le pays est paralysé. A la mi-juin 1936, le Grand Echo du Nord de la France annonce un très important mouvement de reprise du travail dans les différents établissements en grève de l’agglomération lilloise et notamment la fin de la grève et la reprise du travail de 80 ouvriers à la teinturerie Declercq à Hem.

La teinturerie est reprise ensuite par Oswald fils, né en 1901, quand son père la lui cède après avoir racheté les parts de tous les autres membres de la famille et petits actionnaires. Elle devient sa propriété unique en 1943 et compte alors jusqu’à 162 ouvriers.

Photo d’Oswald fils (Document famille Declercq)

Pendant la 2ème guerre, l’usine continue à fonctionner comme en témoigne une facture de 1940. Le pont d’ Hempempont et, par voie de conséquence les riverains subissent également des destructions. Une facture de 1946 montre que l’entreprise survit à la guerre et continue à travailler dans l’immédiat après-guerre.

Destruction au niveau du pont pendant la seconde guerre (Document collection privée)
Factures de 1946, 1949 et 1952 (Documents Historihem)

Oswald a épousé Marthe Cottaz et vit dans la maison de maître située à droite de l’accès à l’usine avec leurs 2 fils : Philippe né en 1933 et Alain né en 1937 et leurs 2 filles Nicole et Janick. Son père emmène Alain très tôt dans les ateliers car il est passionné par la mécanique.

La maison de maître habitée par la famille à côté du pont et juste à droite de l’entrée de l’usine (Documents collection privée et famille Declercq)

C’est ainsi que ce dernier commence à travailler très jeune dans l’usine, à l’âge de 17 ans. N’étant pas très scolaire il apprend à souder avec les ouvriers de l’entreprise et se fabrique un karting avec lequel il se rend de son domicile rue de la Tribonnerie jusqu’à l’usine d’Hempempont.

Alain sur son karting (Document Carnets de Cheminée)

(Sur le sujet du domicile voir l’article paru sur notre site sous le titre : Famille Declercq, 28 rue de la Tribonnerie).

Puis il se forme au métier sur chacune des machines de l’entreprise, afin de pouvoir obtenir par la suite des responsabilités. Ainsi il parvient, comme son père, à remplacer les ouvriers malades ou absents et à relancer la production sur différentes machines. A la mort de son père il reprend donc l’affaire avec son frère Philippe qui a fait l’ITR (Institut Technique Roubaisien).

Photo d’Alain et Philippe Declercq (Documents famille Declercq)
Photo aérienne de l’usine en 1962 (Document IGN)

Après la mort d’Aldegonde en 1964, c’est Philippe et son épouse Mariam qui élisent domicile dans la belle maison d’habitation située rue de Croix, et ils y résident jusqu’à la vente de l’entreprise en 1991. Oswald fils quant à lui vit avec Marthe dans la maison de la rue de la Tribonnerie.

Dans les années 1970, l’entreprise devient la Société Nouvelle Declercq Frères et pratique uniquement l’apprêt de tissus de laine mixte ou imitation ainsi que divers traitements comme le calandrage, le tondage et le rasage des tissus.

Philippe s’occupe alors principalement des finances et gère l’aspect commercial et Alain quant à lui supervise tout ce qui est mécanique et le suivi du traitement des tissus. Les 2 frères gèrent l’entreprise « en bons pères de famille » et tout se gère en interne sans intervention extérieure ni syndicat.

Facture société nouvelle Declercq frères (Document Historihem)
Plan de l’usine (Document famille Declercq)
Un salarié sur sa machine (Document famille Declercq)

Les salariés sont alors au nombre de 120 et chacun a une machine attitrée mais Alain peut se substituer à l’un d’eux en cas de besoin afin de faire en sorte que la production ne s’interrompe pas. Puis des machines modernes sont achetées et fonctionnent en continu, entraînant un besoin en personnel moindre. Les départs en retraite et autres ne sont donc plus remplacés et l’effectif tombe à 60 personnes.

L’entreprise est alors revendue en 1991 à une société qui a d’abord racheté tous ses clients. Il s’agit du Groupe Chargeurs, une entreprise française, qui œuvre dans la protection temporaire de surfaces, l’entoilage pour l’habillement, les textiles techniques et la laine peignée haut de gamme.

A compter de la même année, Philippe Declercq quitte l’entreprise et la maison d’habitation datant du 19ème siècle et ayant abrité jusqu’alors la famille Declercq. C’est le nouveau directeur nommé par le groupe qui s’y installe avec sa famille.

Si une nouvelle direction est installée dans l’usine Alain Declercq y reste néanmoins jusqu’à sa retraite en 1997 en qualité de salarié. Il réalise la jonction entre la nouvelle direction et le reste du personnel. Après son départ la teinturerie Declercq fonctionne encore environ 2 ans avant que la petite quarantaine de salariés restants soient licenciés et les machines revendues à l’étranger. L’usine est alors complètement vidée et présente un spectacle de désolation.

Photos d’ateliers (Documents famille Declercq)

Désamiantée à l’initiative de la famille, toujours propriétaire des murs, elle est mise en vente mais la MEL exerce son droit de préemption en 2001. L’usine reste alors en friche pendant de nombreuses années, jusqu’à ce qu’un acheteur soit trouvé en 2013 pour le terrain sur lequel va se construire un projet immobilier.

Le projet, confié au cabinet Trace Architectes, prévoit à la fois des résidences d’appartements (une cinquantaine de logements au total), mais aussi des espaces verts et des commerces sur 700 mètres carrés (par cellule de 150 mètres carrés chacune)

Projet Jardins de la Marque (Document site internet)

Auparavant la MEL et la ville de Hem décident de tout raser, sauf la cheminée qui est classée. La première phase commence par la démolition de l’ancienne demeure construite sur le site, laquelle est atteinte par la mérule, a été squattée et vandalisée depuis le départ de son dernier occupant en 1999, et n’entre pas dans le projet immobilier .

La demeure dans les années 1970 côté façade et côté jardin (Documents Famille Declercq)
Démolition de la maison de maître sur la friche en 2013 (Documents Famille Declercq)

Pourtant le site industriel quant à lui, contaminé par les métaux lourds et hydrocarbures, de par son passé industriel doit passer par une phase de dépollution. Ce n’est qu’ensuite que peut commencer la phase de démolition proprement dite qui se produit en 2015, les pelleteuses épargnant seulement la cheminée, intégrée au futur projet.

Enfin en 2016, la première pierre des jardins de la Marque est posée, les 4 bâtiments de 3 étages doivent comporter des logements sociaux. Une micro-crèche est également prévue au pied de la cheminée. Quant aux commerces un caviste et des commerces de bouche sont pressentis.

Pose de la première pierre (Document ville de Hem)

Actuellement en lieu et place de l’ancienne teinturerie, on trouve donc une petite zone commerciale variée et agréable. La cheminée a été conservée et s’est fondue dans le nouveau paysage, servant de vigie à la micro-crèche ouverte sur le site. Le long de la rue du général Leclerc l’ancien mur de briques a été conservé.

La zone commerciale Biocoop et boucherie Lesage (Documents site internet)
La crèche au pied de la cheminée et le mur conservé (Documents site internet)

Des appartements sont disséminés côté rue Leclerc et côté Marque, environnés de verdure. Il s’agit de petits blocs de faible hauteur (2 étages) qui assurent à leurs habitants un cadre verdoyant et paisible. Les photos aériennes des années 2009, 2018 et 2022 nous montrent clairement l’évolution du site qui d’industriel devient résidentiel.

Résidences d’appartement (Documents Trace Architectes)
Photos aériennes de 2009, 2018 et 2022 (Documents IGN et Google Maps)

Remerciements à Alain et Laurent Declercq, à la ville de Hem, l’association Historihem ainsi qu’à André Camion et Jacquy Delaporte pour leurs ouvrages Hem d’hier et d’aujourd’hui et Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem, Paul Delsalle pour son ouvrage Histoire de la vallée de la Marque et Robert Hennart pour sa promenade en Pévèle Mélantois

Teinturerie Declercq

Les industriels s’installent plutôt dans la seconde moitié du 19éme siècle dans le village de Hem qui auparavant restait à vocation agricole. Deux brasseries et une distillerie sont les premières industries répertoriées sur Hem dont celle de Mr Louis Vandenbogaert, originaire de Tournai en Belgique, lequel est d’ailleurs maire du village durant quelques temps de 1812 à 1816.

Napoléon III, qui souhaite concurrencer l’Angleterre incite à l’implantation d’industries dans le Nord de la France et c’est dans ce cadre que Napoléon Paul, né en 1835, et Armand Alphonse Victor De Clercq, né en 1837, qui franciseront ensuite leur nom en Declercq, originaires de Renaix (Belgique) décident de monter une entreprise le long de la Marque à Hem.

A cet effet tous deux reprennent une brasserie qui faisait faillite au 185 rue de Lille (actuelle rue du Général Leclerc) et y créent une usine textile de teinturerie et d’apprêts en 1857. Ils ont épousé 2 sœurs Céline et Flore Roussel dont le frère est un entrepreneur roubaisien du textile de la rue de l’Epeule : Emile Roussel. Puis Victor, qui ne s’épanouit pas dans cette activité laisse l’entreprise à son frère et se consacre à une activité de brasseur.

CPA de la rue de Lille à son extrémité avec l’usine, vue vers Hempempont et vue depuis Hempempont (Documents collection privée)
Photo de Napoléon Paul (Documents famille Declercq)

Malheureusement la teinturerie de Napoléon Paul périclite et il doit emprunter à son beau-frère Emile Roussel pour remonter l’entreprise. Ce sont ses fils, Paul Alexandre et Oswald Paul né en 1872 , repreneurs de la teinturerie qui, après la mort en 1898 de Napoléon Paul, remboursent son beau-frère, ayant travaillé avec acharnement pour redresser l’entreprise et gagner la somme nécessaire.

Quant à Victor qui a lui aussi emprunté à Emile de quoi monter sa brasserie en 1895 il en fait une affaire florissante qui lui permet de placer ses enfants. Pourtant par la suite, avec l’arrivée des coopératives, l’entreprise périclite à son tour et ce sont les fonds garantis par diverses propriétés sur Hem et les cabarets appartenant à la brasserie qui permettent le remboursement de l’emprunt.

Photo d’Oswald, fils de Napoléon Paul (Document famille Declercq)

En 1893, Paul Declercq fils est répertorié comme teinturier dans le Moniteur de la Bonneterie et du Tricot. Par la suite avec l’arrivée du charbon, l’usine se voit adjoindre une grande cheminée, comme en atteste encore la date figurant sur la cheminée en briques : 1899.

Afin d’en faire une affaire florissante les 2 frères décident alors de se concentrer sur l’apprêt soit le traitement de finition après le tissage, permettant de donner au produit son aspect final, qui consiste en la modification des fibres textiles par le biais d’une action chimique, telle qu’une teinture.

A cette époque les eaux de la teinturerie se déversent journellement dans la Marque « sans avoir été traitées au lait de chaux ni décantées » et les eaux restent noires et infectes. Elles stagnent et des détritus de toutes sortes y surnagent. Le voisinage se plaint d’autant qu’il émane de la rivière des odeurs nauséabondes, et le danger représenté pour la santé publique est pointé du doigt. Cette prise de conscience va entraîner l’installation de bassins de décantation.

CPA de l’usine située à l’Hempempont face au café de la Renaissance (Documents collection privée)
Enveloppe à en-tête de Declercq Frères (Document famille Declercq)

L’usine est constituée d’un atelier de fabrication en rez-de-chaussée aux murs de brique, couvert d’un toit à longs pans brisés recouvert de tuiles flamandes. Les bureaux fonctionnent sur 2 étages carrés, avec murs de brique, pierre et béton armé. Le bâtiment les abritant possède une terrasse et un toit en pavillon couvert en ardoises.

Les bureaux sont installés dans un bâtiment faisant le coin de la rue de Lille et de la rue de Croix, qui abritait auparavant le bureau de péage du pont de la marque. Ce pont en bois et très étroit à la fin du 19ème siècle, est d’une grande importance pour la liaison Lille-Lannoy, tant pour le commerce que pour l’armée. Il est alors surveillé par les policiers du commerce extérieur (douaniers).

Sans ces péages dédiés aux routes, la presque totalité des ponts et autres ouvrages destinés à franchir les passages difficiles, qui furent construits en France jusqu’au dix-septième n’auraient en effet pas existé et, après la construction, il fallait entretenir, réparer et surtout reconstruire.

Pont d’ Hempempont (Document BD Au Temps d’Hem)

En avril 1904, des grèves éclatent pour réclamer la journée de 10h. Le journal politique quotidien La Lanterne relate que le comité de grève roubaisien ne peut que constater l’insuccès de ses négociations avec le patronat et convie les ouvriers à nommer dans chaque usine des délégations appelées à négocier avec leur patron. Ce même journal déclare qu’à l’usine d’apprêt Declercq le personnel était au complet la veille alors même que 11 teintureries roubaisiennes sur les 43 sont en grève. En 1908, la teinturerie est récompensée d’un grand prix dans la catégorie fils et tissus laine à l’exposition franco-britannique de Londres, section française.

Jusqu’en 1910, d’autres teinturiers apprêteurs s’installent le long de la Marque, tant et si bien que l’eau de celle-ci ne va plus suffire et qu’il va falloir utiliser des forages atteignant une centaine de mètres de profondeur pour approvisionner les usines en eau.

Facture de 1911 (Document Historihem)

A la veille de la première guerre mondiale, les ouvriers des 3 teintureries et des 2 usines d’apprêt de la ville prennent le tram ou le vélo pour se rendre au travail. Les gens de la ville viennent le dimanche à Hempempont, par le tramway pour manger des anguilles à l’Auberge juste en face de la teinturerie Declercq.

Les tramways d’Hem ont même leur chanson :

« Vous voulez aller en ville

c’est l’heure d’aller travailler

il n’y a rien d’plus facile

vous allez chercher le tramway.

Faut jamais s’en faire pour l’heure,

on peut prendre tout son temps,

comme y en a tout’s les demi-heures,

quand on l’rate, on a l’suivant

Ah ! C’qu’on est bien

su l’fameux tramway d’Hem…e

La Compagnie nous protège

elle n’veut pas nous éreinter

elle nous donn’ quand il n’y a pas d’neige

deux et parfois un tramway.

Les deux sont toujours en route

à moins d’panne évidemment

pour l’abonné y a pas de doute

c’est un système épatant

Ah ! C’qu’on est bien

su l’tramway du pat’lin ! »

CPA arrêt du tramway à l’Hempempont (Documents collection privée)

Lorsque l’occupation commence en Octobre 1914, la commune, comme toutes les autres est soumise à des vexations journalières et un pillage méthodique qui fait le vide aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé. Des hommes sont arrêtés pour constituer des bataillons de travailleurs forcés, lesquels sont envoyés travailler en Allemagne.

La commune doit également subvenir au logement, au bien-être et à la nourriture de l’ennemi. Au début de 1915, la maladie s’installe dans quelques foyers telle le typhus et le maire doit faire procéder à la désinfection des maisons. A la teinturerie Declercq des bains douches sont installés pour soldats. En 1918, les Allemands se retirent non sans avoir tiré quelques obus sur le pont d’Hempempont et l’avoir détruit derrière eux, ce qui amènera sa reconstruction en béton après-guerre.

Destruction du pont en 1918 (Document BD au temps d’Hem)
CPA du pont dans les années 1920 (Document collection privée)

A suivre…

Remerciements à Alain et Laurent Declercq, à la ville de Hem, l’association Historihem ainsi qu’à André Camion et Jacquy Delaporte pour leurs ouvrages Hem d’hier et d’aujourd’hui et Jacquy Delaporte, Christian Teel et Chantal Guillaume  pour leur bande dessinée Au Temps d’Hem, Paul Delsalle pour son ouvrage Histoire de la vallée de la Marque et Robert Hennart pour sa promenade en Pévèle Mélantois

Damart Hem partie 2

Damart Hem partie 2

Le centre d’expédition n’ouvre donc ses portes qu’en septembre 87 soit plus de 5 ans après la cession des terrains destinés à sa construction et son inauguration a lieu en Novembre en présence de nombreuses personnalités : parmi elles, Mr Longuet, ministre délégué chargé de la Poste et des Télécommunications, Mr Aurousseau, préfet de la région, Mr Diligent, sénateur-maire de Roubaix, et bien sûr Mme Massart maire de Hem.

Photos de l’inauguration (Documents Nord-Eclair)

C’est Paul-Georges Despature, président du directoire de la SA, qui accueille les prestigieux invités en compagnie des « pères fondateurs » de Damart : Joseph, Jules et Paul Despature, et de Xavier Ruyant, directeur du nouveau centre hémois. Sont également de la fête Nicolas Hulot, journaliste-aventurier, et Hubert de Chevigny, pilote d’ULM, ayant vaincu début 87 le pôle nord en ULM, équipés de sous-vêtements thermolactyl et sponsorisés par la Poste.

Lors de la visite Mr Longuet découvre la partie stockage cartons entièrement automatisée, la galerie de liaison où est coupé, à cette occasion, le traditionnel ruban, l’unité de prélèvement où le ministre s’entretient avec quelques ouvrières, l’unité d’emballage avec ses nouvelles machines automatiques, et enfin la zone d’expédition avec la toute nouvelle peseuse-affranchisseuse spécialement mise au point pour l’usine hémoise.

Le traditionnel ruban (Document Nord-Eclair)

Pour commémorer l’événement de l’inauguration d’un centre de vente par correspondance par le ministre de la Poste, un bureau de poste provisoire est installé où est apposé le cachet commémoratif de la manifestation, reprenant, comme il se doit, le désormais fameux slogan Damart « froid moi jamais ».

Cachet commémoratif (Document collection privée)

Au cours de son discours Mr Despature souligne la qualité des liens que son entreprise entretient avec la Poste « maillon vital, fournisseur indispensable et souvent unique pour la VPC (Vente Par Correspondance) » ajoutant que « pour que la Poste et la VPC restent compétitives il importe que l’évolution générale des tarifs s’oriente vers la stabilisation». Chez Damart en effet le budget annuel dédié à l’affranchissement dépasse l’investissement consenti pour la construction des bâtiments hémois soit quelques 100 millions de francs.

En réponse Mr Longuet s’engage donc, tant sur la fiabilité du service que sur la compétitivité des tarifs, avec en point de mire, l’horizon 92 et le marché unique européen, et se déclare désireux de rendre hommage par le biais de Damart à la VPC en général laquelle représente 10% du chiffre d’affaires de la Poste.

Photo aérienne du centre d’expédition en 1988 (Document IGN)

Ainsi que le souligne Mme Massart dans son discours ce bâtiment, très moderne, ne fait pas l’unanimité et représente la « cathédrale du thermolactyl » pour les uns et le « Beaubourg d’Hem » pour les autres, l’important étant que le dynamisme de Damart pourrait permettre aux hémois de bénéficier de nouveaux emplois.

Photo de Damart Hem (Document collection privée)

Quelques temps plus tard, un transporteur de la Somme perd le contrôle de son poids-lourd et , juste devant l’usine flambant neuve, finit sa course dans le fossé. Bilan de cet accident impressionnant: plus de peur que de mal pour le chauffeur, une circulation interrompue pendant 3 heures à hauteur de Damart en fin de voie rapide, et un pylône d’éclairage public renversé…

Photos de l’accident en 1987 (Document Nord-Eclair)

Soucieux de rassembler toute son activité logistique à Hem l’entreprise réalise en 2009 un agrandissement considérable du site inauguré en grande pompe 22 ans plus tôt. Deux bâtiments sont ajoutés : le premier, de 4.000 mètres carrés, doit permettre le stockage de catalogues et le routage des mailings. Le second, sur 10.000 mètres carrés, doit servir à la préparation des colis.

L’extension de 15.000 mètres carrés porte donc l’ensemble de l’usine à 50.000 mètres carrés. C’est désormais de Hem que partent toutes les commandes pour les clients de la VAD (Vente A Distance), les stocks pour les différents magasins et points de vente, ainsi que les 140 millions de catalogues envoyés chaque année en France et à l’étranger.

Un tel flux nécessitant de meilleures conditions d’accès aux axes routiers un aménagement de la voie rapide a été réalisé par le Département afin que le site hémois lui soit désormais directement raccordé.

Extension du site originel en 2009 (Document VDDT Architectes)

A l’occasion de l’inauguration du nouveau site c’est le premier ministre François Fillon en personne qui se rend sur place accompagné de deux de ses secrétaires d’état: Valérie Letard et Laurent Wauquier. Une salariée, parmi les 500 personnes (essentiellement des femmes) désormais employées sur la plate-forme, leur explique l’organisation mise en place pour éviter aux préparatrices de commandes de trop se déplacer. A l’issue de la cérémonie le 1er ministre rencontre les professionnels de la VAD en mairie de Hem puis prononce un discours à la salle des fêtes.

Inauguration de l’extension du site en Octobre 2009 (Document Alamy Banque d’Images)

Puis en 2015, dans l’optique de doper de 25 % ses performances opérationnelles et de diviser par deux ses délais de livraison, Damart annonce un investissement de 5 millions d’euros dans la modernisation de sa plate-forme logistique de Hem. Ce site doit en effet accompagner la croissance du réseau de magasins. De 85 points de vente en 2015, Damart devrait compter plus de 125 implantations en France d’ici huit ans.

De plus, les ventes sont très liées aux variations climatiques. Si chaque année 4 millions de Thermolactyl sont vendus, l’usine doit pouvoir faire face lors de grands froids à des pics atteignant 30.000 commandes par jour ! Le projet consiste donc en la mise en place d’un système de type « trieur à pochette ».

Enfin, cette mécanisation accrue doit permettre aux 450 salariés de la plate-forme de bénéficier de meilleures conditions de travail : réduction du nombre de tâches répétitives, diminution des ports de charges, simplification de l’organisation des ateliers…

Nouvelle machine à colis (Documents la Voix du Nord)

Comme le montre la photo aérienne de 2020 la physionomie du boulevard Clémenceau à hauteur de la sortie de la voie rapide a bien changé en presque 40 ans et les champs ont donc laissé la place à un énorme site industriel sur lequel plusieurs centaines de salariés travaillent.

Site Damart à Hem en 2020 (Documents Google Maps)

La « Maison Hantée »

A la sortie d’ Hempempont, à la limite des territoires des villes de Hem et de Villeneuve d’Ascq, se situe une grande bâtisse en briques rouges, construite en 1939, qui semble à l’abandon. Entièrement claquemurée elle ne laisse deviner que des tentures en lambeaux aux fenêtres et des amoncellement de branchages devant la façade. A l’entrée un chien bruyant et agressif joue les cerbères.

Photos de la maison (Document collection privée)

Pourtant cette maison, tout droit sortie d’un film d’Alfred Hitchcock, a en fait toujours été habitée par des agriculteurs, connus du quartier pour vendre des pommes de terre. Un panneau de bois posé devant la grille fait en effet régulièrement la publicité de cette vente à tous les automobilistes qui passent devant pour rejoindre la voie rapide.

Pourtant la rumeur publique est tenace et veut que la demeure soit hantée par le fantôme d’un enfant de 5 ans décédé dans ses murs et dont les parents ont dès lors quitté la maison pour la mettre en location. Depuis, les différents occupants ne seraient pas restés, terrifiés par des pleurs d’enfant et des bruits de pas.

Différents propriétaires et/ou locataires s’y seraient également pendus dans la même pièce au fil des décennies. Par ailleurs il serait impossible de détruire l’immeuble car les engins de chantier y tomberaient en panne et les ouvriers y seraient blessés dans d’étranges circonstances.

Un étudiant en communication lui a consacré son mémoire de fin d’études et la propriété est devenue une star du Web, se classant dans le top cinq des maisons hantées recensées dans la région. De nombreux sites lui consacrent régulièrement des articles faisant d’elle une icône des phénomènes surnaturels.

Parallèlement, en raison de sa réputation, la demeure attire les jeunes en mal de sensations fortes et les buveurs de bière balancent des canettes sur la maison et ses occupants. Ceux-ci se voient donc contraints de murer les fenêtres afin d’éviter une casse permanente.

Photo de la façade avec ses menuiseries puis murée (Documents divers sites internet consacrés aux phénomènes paranormaux).

Pourtant en 2006, la maison quitte le domaine ésotérique pour le religieux. L’église évangélique d’expression africaine l’achète en effet pour y installer un centre culturel et le pasteur Emmanuel Kamondji explique dans le journal « La Voix du Nord » que la rumeur des fantômes pourrait avoir été propagée par un banal conflit de voisinage.

Photo du pasteur devant la maison en 2006 (Document La Voix du Nord)

Cette église cherchait en effet des locaux depuis une dizaine d’années pour y installer un temple, et un centre pour les associations de catéchèse, d’alphabétisation ou de soutien aux SDF et a été séduite par la situation de la propriété, au bord de la voie rapide, et par ses larges volumes.

Photo panoramique de la maison à l’époque et de l’emplacement de celle-ci en 2021 (Documents Google Maps)

Les paroissiens, qui doivent prendre possession des lieux dès 2007, commencent aussitôt à débroussailler le jardin avant que les travaux de réfection ne commencent, dès les financements trouvés. Les aménagements intérieurs permettent rapidement aux fidèles de se réunir dans les salles prévues à cet effet.

Photos de l’intérieur avant l’incendie (Document collection privée)

Fin 2014, un incendie, vraisemblablement d’origine criminelle, ravage la maison en fin de soirée. La porte d’entrée a en effet été fracturée et le feu s’est propagé dans les escaliers pour atteindre les combles. Plusieurs centre de secours des environs doivent unir leurs efforts pour venir à bout du sinistre.

Photos de l’incendie en décembre 2014 (Document La Voix du Nord)

Les dégâts occasionnés par l’incendie étant trop importants pour pouvoir envisager une rénovation l’église évangélique propriétaire des lieux doit se résoudre à faire abattre l’immeuble en juin 2015.

Le bâtiment après l’incendie (Documents collection privée)

Ainsi que le relate le journal La Voix du Nord, dans son article au titre évocateur : « la maison hantée ne fera plus peur », paru au lendemain de la démolition, malgré les anciennes rumeurs aucune avarie n’est venue perturber le travail de la pelle hydraulique, laquelle est venue à bout de la « maison hantée » en une heure et demie.

L’article précise toutefois que les ouvriers ont attendu que toute la maison soit par terre avant de faire le tri car on ne sait jamais : une tuile qui vole…

Démolition du bâtiment en juin 2015 (Documents collection privée)

Damart Hem partie 1

Héritiers d’une usine de draperie et tissage fondée en 1850 à Roubaix, et face au déclin du secteur textile, trois frères, Joseph, Paul et Jules Despature, recherchent une idée de génie pour sauver leur entreprise. Elle leur est soufflée par leur vieille tante, qui, victime de rhumatismes, ne jure que par les vertus de la triboélectricité (phénomène créé par la mise en contact de deux matériaux de nature différente).

En 1953, ils ont donc l’idée de créer des sous-vêtements réchauffant à partir d’une fibre synthétique, la chlorofibre, très efficace contre le froid, l’humidité et les rhumatismes. Par une alchimie savante, les micro-frottements du tissu créent, au contact de la peau, une énergie qui génère une chaleur électrostatique. Ils appellent leur création : le Thermolactyl et, comme leur entreprise se situe rue Dammartin à Roubaix, choisissent comme nom pour leur marque : Damart.

les frères Despature (Document site Damart)

L‘entreprise a alors la bonne idée de faire contrôler son nouveau produit par le milieu médical avant son lancement, puis d’éditer un petit catalogue de vente par correspondance, afin de vendre ses produits en direct de l’usine. Et elle bénéficie de la grande vague de froid hivernal de l’hiver 1954.

La société s’installe au 25 rue de la Fosse-aux-Chênes à Roubaix et se spécialise dans la confection de vêtements, sous vêtements, corseterie pour les personnes de 50 ans et plus, ainsi que des chaussures, y compris pour enfants.

siège de la société de nos jours (Document Google Maps)

A la fin des années 50, la société Damart s’installe également au 160 boulevard de Fourmies à Roubaix, sur le site de l’ancienne usine Ternynck (usine aussi vieille que le quartier, construite en même temps que le Boulevard de Fourmies), et prolonge le bâtiment de la filature vers le Boulevard de Fourmies. Ce site abrite les services des expéditions, la majorité des ventes se faisant par correspondance, qui emploient à cette époque 200 personnes.

Damart au Nouveau-Roubaix (Document collection privée et Google Maps)

Damart soigne avec humour ses slogans publicitaires qui sont restés gravés dans les mémoires. Dès la deuxième moitié des années 1960, elle détourne, pour la radio, le célèbre tube de 1965 du chanteur français Henri Salvador, « Le travail c’est la santé », devenu « Le travail c’est la santé, Thermolactyl, c’est la conserver !« . Puis la marque invente, en 1971, pour la télévision, le célèbre « Froid, moi ? Jamais ! Je porte Thermolactyl de Damart !« .

Publicité 1965 et 1971 (Document site j’aime les mots.com)

En 1982, un nouveau projet d’implantation voit le jour : Damart projette de construire une nouvelle unité, sur un terrain de 53000 mètres carrés en bordure du boulevard Clémenceau, dans la commune voisine de Hem. Après deux ans de négociations l’acte administratif de cession du terrain est enfin signé même si le projet n’est encore qu’à l’état d’ébauche.

A cette époque, comme le montre la photo aérienne ci-dessous, le boulevard Clémenceau à Hem est encore bordé de champs du côté gauche en venant du centre ville juste au bord de la voie rapide. Or le problème de l’emploi y est le même que dans tout le versant nord-est de la métropole, à savoir un taux de chômage élevé qui touche plus de 10% de la population active.

Photo aérienne de Hem Clémenceau (Document IGN)

C’est la raison pour laquelle depuis 5 ans, le maire de la ville, souhaitant drainer des emplois sur Hem a créé la commission d’emploi, et la municipalité intervient ainsi dans des opérations destinées à favoriser l’implantation d’entreprises créatrices d’emplois pour la commune, le projet Damart représentant à cet égard une inestimable opportunité.

Quant à l’entreprise, à l’étroit dans ses locaux du boulevard de Fourmies à Roubaix, elle voit dans la construction de cette nouvelle unité beaucoup d’avantages :

  • d’une part la proximité des unités déjà existantes devrait permettre un déplacement des services sans trop de difficultés.

  • d’autre part, une bonne partie du personnel de Damart Roubaix est originaire de Hem et le transfert des activités représente un avantage certain pour ces employés.

    Finalement, ce n’est qu’en 1986 que tombe l’arrêté préfectoral créant la ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) et permettant aux travaux de débuter. En juillet 1986, camions et bulldozers font leur apparition entre le boulevard Clémenceau et la rue de Beaumont.

    Deux immenses bâtiments sont construits : l’un réservé au stockage, d’une surface de 5000 mètres carrés sur 20 m de haut, l’autre destiné à l’exploitation, composé de 2 niveaux d’une surface de 8000 mètres carrés chacun. Les deux sont reliés entre eux par une galerie de 64 mètres de long.

A suivre. . . 

La brasserie Leclercq à Hem (Suite)

 

Publicités Leclercq Frères au 14 rue de Croix (Documents Historihem)

Après la guerre l’activité reprend sous le nom de Leclercq Frères, répertoriée dans le Ravet-Anceau de 1923 aux rubriques brasseur et cultivateur. Comme souvent à cette époque la brasserie est propriétaire d’estaminets tels que celui exploité par Jean Corteville sur la Place Verte (actuelle place de la République) qui distribue leurs bières. Sur la photo ci-dessous datant de 1932, la fanfare « La Gauloise », pose au complet devant l’estaminet.

Maison Jean Corteville (Document Mémoire en images de Hem)

Pendant la seconde guerre mondiale, la brasserie Leclercq est retenue comme abri pour le secteur de l’Hempempont, la rue de Lille et le Trié, avec la pelleterie et l’usine Electra, dans le cadre des instructions préfectorales de la défense passive dont le commandement est assuré par le maire de Hem. En 1945 et 1948, le Ravet-Anceau reprend l’entreprise Leclercq Frères à la rubrique brasserie.

Publicités bières Leclercq années 50 au 40 rue de Croix (Documents Historihem)

Dans l’annuaire de 1953, en revanche l’entreprise apparaît à la rubrique brasserie au nom de M. Leclercq. Puis dès 1955, l’entreprise « Brasserie Leclercq » est reprise à la rubrique du commerce de gros de vins et spiritueux. La fabrication s’arrête donc dans les années 50. C’est dans les années 60 que l’on retrouve ses dernières publicités Elle commercialise alors une bière Bock du Faisan de qualité supérieure. Les bâtiments sont vendus et démolis en 1976.

Bière Bock du Faisan (Documents Historihem)
Vues aériennes en 1947 et 1962 (Documents IGN)
Dernières publicités années 1960 (Documents Historihem et Nord-Eclair)

En 1982, on retrouve Jean Pollet inscrit en qualité d’exploitant agricole au 40 rue de Croix. Puis en 1998, La Gourmandine / Le Clos de la Source, installé à Mouvaux depuis 1991, ouvre un nouvel établissement dans le domaine, chargé d’histoire, du 40 rue de Croix à Hem. Il s’agit d’un service de traiteur qui met 4 espaces à disposition de sa clientèle dans l’ancienne et magnifique ferme-brasserie :

– La Nova (180 m²): Poutres apparentes, mezzanine et terrasse ouverte sur le jardin pour une salle très accueillante,
– La Grange (300 m²): Un toit de chaume magnifique, des murs de briques, de belles poutres en chêne, une mezzanine
– La Voûte (100 m²): Aménagée dans les anciennes écuries, la salle dispose d’un plafond de deux hauteurs en forme de voûte recouverte d briques.
– La Champêtre (60 m²): moderne et intime, idéale pour des repas de petits groupes réussis.

Le clos de la Source vu de la rue et de la cour intérieure (Documents Google Maps et site internet)
Vues d’une salle décorée (Documents site internet)

Exception faite de la malterie disparue depuis 1976 après plus de 50 ans de fonctionnement, le quartier est donc resté identique à ce qu’il était au début du 20ème siècle si l’on fait abstraction de la proximité de la voie rapide qui ne parvient cependant pas à altérer le charme et la tranquillité des lieux.

Vue aérienne de 1982 (Document IGN) et de 2020 (Document Google Maps)

Remerciements à Historihem, la Ville de Hem, André Camion et Jacquy Delaporte pour leurs ouvrages Hem d’hier et d’aujourd’hui et Hem 1000 ans d’histoire, et Bernard Thiebaut pour son ouvrage Hem Mémoire en images.

La brasserie Leclercq à Hem

Dès l’époque de la révolution française, on retrouve, à l’extrémité sud-est du bois de la Fontaine (situé sur Croix), les familles Leclercq, fermiers, cultivateurs et brasseurs à Hem, au pavé de Croix. C’est Jean-Philippe Leclercq, échevin pendant 44 ans, qui crée une brasserie avant la révolution. La ferme quant à elle existe déjà depuis le 16ème siècle.

Blason de la famille Leclercq, première brasserie de Hem (Document Hem 1000 ans d’histoire)

Parmi les dépendances se trouve la célèbre « grange au mars » où l’on stocke la belle et bonne bière de saison du bon vieux temps jusqu’en mars. C’est dans la cave de cette grange de plus de deux cent mètres carrés, située presque en face de la future brasserie Leclercq du 20ème siècle à gauche de la ferme (actuellement Le Clos de la Source), que deux prêtres, natifs de l’endroit les abbés Denis et Henri Leclercq, célèbrent la messe en cachette lors de la révolution.

La dépendance de la brasserie, à gauche, marquée d’un point blanc, au début du 20ème siècle (Document Historihem)

C’est le journal Nord-Eclair qui en 1968, relate la démolition en cours de ce bâtiment, frappé d’alignement depuis très longtemps, qui était tombé en ruine. On constate en effet sur une photo de la brasserie Leclercq au début du 20ème siècle, sur le trottoir d’en face une ruine dépassant les autres maisons.

La grange au Mars en cours de démolition en 1968 (Document Nord-Eclair)

Après la révolution, Charles Leclercq, fils de Jean-Philippe, répertorié comme laboureur, autrement dit paysan aisé possédant un cheval pour labourer, devient maire de la ville de Hem.

Charles Leclercq nommé maire de Hem en 1795 (Document Au temps d’Hem)

Ce n’est qu’à partir de 1850 qu’il est cité comme brasseur, remplacé ensuite par son fils Louis-Florentin qui épouse Esther Taffin et qui rentre au conseil municipal après la chute du second empire. La famille d’Esther possède un terrain, situé entre la rue de Lille (actuelle rue du Général Leclercq) et le cours de la Marque, que son époux met en lotissements. Par ailleurs, entre 1830 et 1850, il prospère en exploitant des carrières de sable sur ses terres d’ Hempempont.

Plan de la brasserie vers 1830 (Document Historihem)
Plan du quartier dans les années 1860 (Document Historihem)
Papier à en-tête Leclercq-Taffin (Document collection privée)

C’est Louis-Florentin Leclercq-Taffin qui fonde en 1890 un syndicat des brasseurs de la campagne dont il devient le président, en vue de défendre les intérêts de ceux-ci, le cas échéant, contre les brasseurs des villes déjà organisés en syndicat des brasseurs du Nord. Il devient à son tour maire de la ville de Hem par la suite.

Ce n’est qu’en 1904 qu’une malterie est construite par Louis et adjointe ainsi à la « ferme-brasserie » mise en place par son père. L’année de sa construction apparaît clairement sur sa cheminée. Dès lors la brasserie Leclercq, connue sous le nom de Brasserie d’ Hempempont, prend de l’expansion, se modernise et voit sa renommée grandir ainsi que son personnel.

La brasserie au début du 20ème siècle (Document collection privée) et la brasserie à côté de la ferme (Document Historihem)
Les ouvriers prennent la pose en 1904 (Document Hem 1000 ans d’histoire)
La ferme et l’habitation de la famille (Documents Historihem)

Pendant la première guerre mondiale, Charles Leclercq, héritier avec son frère de l’entreprise familiale, écrit à celui-ci qui est au front : « après un repos de 8 jours, nous avons de nouveau des allemands à loger mais nous ne nous tracassons pas trop car nous sommes habitués ; c’est la 14ème fois que nous en avons à loger. A la brasserie, je force la fabrication et remplis les caves des clients en prévision des mesures prises pour la réquisition du malt. A Lille il n’y a plus que 3 brasseries qui travaillent sous le contrôle et pour le compte des boches…A la ferme on sarcle les blés ».

Charles doit ensuite évacuer, comme l’ordre en a été donné à tous les hommes de 18 à 48 ans. Ne pouvant aller au delà de Lille, il s’y cache dans les caves de son beau-père, Mr Salembier. Puis il retourne à Hem auprès de sa femme et de leurs 8 enfants. Il n’est pas inquiété alors que son frère le croyait prisonnier des allemands.

A suivre…

Remerciements à Historihem, la Ville de Hem, André Camion et Jacquy Delaporte pour leurs ouvrages Hem d’hier et d’aujourd’hui et Hem 1000 ans d’histoire, et Bernard Thiebaut pour son ouvrage Hem Mémoire en images.