Le centre social du Carihem

L’office municipal HLM a construit au Carihem un ensemble de 220 appartements qui ont été terminés en décembre 1964. Depuis, près de sept cents personnes habitent cette nouvelle partie du quartier, et la création d’un centre médico-social est apparue opportune, car la plus proche structure de ce type se situe rue Franklin. Le nouveau centre devient donc une annexe de celui de la rue Franklin, en attendant un ensemble social plus vaste, dans la ZUP des Trois Ponts, pour laquelle les travaux vont bientôt commencer, et on envisage qu’ils ne soient pas terminés avant 1970. Ce coin de Roubaix fait l’objet de multiples projets, comme le rappelle le maire Victor Provo, des écoles seront construites, les PTT vont y installer un nouveau centre de tri, on prévoit même une antenne d’autoroute vers Wattrelos et Dottignies !

Le lotissement du Carihem Photo NE
Le lotissement du Carihem Photo NE

Pour l’heure, les habitants du quartier du Carihem, de la rue de Leers, de la rue Boucicaut sont également concernés par ce service de proximité, qui doit ouvrir le 2 août 1966. Le centre médico-social du Carihem comprend une grande salle d’attente attenante à la salle de soins, où se tient le bureau de la directrice Mme Doutreluigne.

Vue extérieure du centre Photo NE
Vue extérieure du centre Photo NE

Quels soins y prodigue-t-on ? Pansements, piqûres, rayons ultra-violets et infra-rouges, délivrance de feuilles de soins pour l’aide médicale gratuite, protection maternelle et infantile, service de vaccinations. Le centre est ouvert tous les jours, sauf le dimanche, de 10 heures à 11 heures 30, mais la permanence sera progressivement allongée. Le second rôle du centre sera d’accueillir les anciens, qui deviendra un lieu de rencontre et de repas qui seront d’abord distribués, puis organisés sur place.

Cette création fait suite au souhait de l’administration municipale, que rappelle Victor Provo lors de son allocution : que chaque quartier soit doté d’un centre médico-social. L’inauguration de ce nouveau centre a lieu le jeudi 28 juillet 1966. Y assistent les maires de Roubaix et de Wattrelos, un certain nombre d’adjoints, le directeur de l’office municipal HLM, M. Ditte entre autres personnalités, et quelques habitants du Carihem. Ce centre médico-social était situé au n°11 rue du stand de tir.

Pendant l'inauguration Photo NE
Pendant l’inauguration Photo NE

La poste au Carihem

Par une décision du 4 juillet 1963, la municipalité fait l’acquisition d’un terrain de 52 000 mètres carrés au sud est de Roubaix dans une zone située entre les voies de chemin de fer, la rue Boucicaut et la rue du Carihem. Ce terrain doit servir à constituer une réserve foncière pour l’implantation de services publics et, en particulier, d’un centre de tri postal. Cette décision est déclarée d’utilité publique en 1964. Cinq ans plus tard, une délibération municipale conduit à la cession de 47 000 mètres carrés de cet ensemble aux PTT pour édifier ce centre destiné à l’expédition des nombreux colis et catalogues en provenance des entreprises de vente par correspondance. Ce terrain est particulièrement adapté à sa destination, car, situé à proximité immédiate des voies de la gare du Pile, il est constitué essentiellement de jardins et de terres agricoles.

La zone en 1971 – photo IGN
La zone en 1971 – photo IGN

La première tranche des travaux démarre en 1973. On coule la plate-forme destinée à supporter les voies et les quais d’embarquement. Le trafic progressant d’année en année, il faut voir grand : on prévoit huit voies ferrées et quatre quais, ainsi que quatre voies de garage. Cette première tranche, comprenant les quatre premières voies, verra également la construction d’un bâtiment administratif provisoire en attendant des installations définitives. Le site abrite déjà le central téléphonique du Pile, construit récemment.

Les travaux de la première tranche – Photo la Voix du Nord
Les travaux de la première tranche – Photo la Voix du Nord

Il n’est que temps ! les entreprises par correspondance roubaisiennes ont expédié l’année précédente plus de 16 millions de catalogues et 22 millions de paquets, ce qui représente la moitié des envois du département. Les entreprises trient elles-mêmes leurs paquets qui parviennent au centre dans des sacs postaux prêts à l’expédition. Ceci représente jusqu’à 40 000 sacs et 80 wagons par jour, traités jusque là par le centre considéré comme vétuste de la rue de Menin, dans la gare annexe de l’Union. Le nouveau centre pourra, lui, expédier jusqu’à 160 wagons quotidiennement. Dans un premier temps, le centre traitera les paquets de Roubaix-Tourcoing, ainsi que les plis non urgents du département, triés jusque là à Lille. Une photo de 1976 ne montre toujours que quatre voies, alors que les 8 sont en service en 1978.

Le site en 1978 - photo IGN
Le site en 1978 – photo IGN

Cette année là voit une demande de permis de construire pour une extension au central téléphonique du côté de la rue Boucicaut. Le bâtiment existant (bâtiment blanc sur la photo) va quasiment doubler de surface. Par ailleurs, le centre de tri s’enrichit d’un nouveau bâtiment, qui s’élève le long du pont du Carihem.

Le nouvel ensemble - Document archives municipales et IGN 1982
Le nouvel ensemble – Document archives municipales et IGN 1982

En 1992 on termine de nouveaux aménagements : une plate-forme routière, construite le long de la rue Boucicaut, à l’intérieur de la boucle formée par l’ancienne voie allant vers la frontière par Wattrelos. Elle comporte 10 quais de déchargement et 37 quais de départ, et est destinée à diminuer la charge de l’ancien bâtiment arrivant à saturation. L’ensemble passe de 5 à 12 hectares. La Poste anticipe là un virage vers le tout-routier par abandon de l’acheminement ferroviaire. Les anciens sacs postaux sont désormais remplacés par des conteneurs, sortes de chariots filoguidés automatiquement entre le camion qui le livre et celui qui l’emporte. Aussitôt terminé, cet équipement est testé au mois de mars en grandeur nature à son débit maximum.

La nouvelle plate-forme – Document Nord Eclair.
La nouvelle plate-forme – Document Nord Eclair.

L’inauguration est prévue pour l’été, mais une grêve des poids lourds la repousse. C’est en septembre qu’Emile Zuccarelli, ministre des Postes et Télécommunications, se fait déposer en hélicoptère sur la plate-forme même, où il est accueilli par M. Dilligent. Parmi les invités, les responsables des principales maisons de vente par correspondance, qui viennent visiter ce fleuron de l’automatisation unique en France.

Photo Nord Eclair.
Photo Nord Eclair.

Les photos aériennes postérieures successives montrent d’abord la végétation croître sur les voies ferrées de la plate-forme, puis la disparition de celles-ci en même temps que de celles constituant le faisceau marchandises de la gare du Pile, dont une grande partie des emprises est finalement occupée par les bâtiments de Camaïeux. La plate-forme reçoit aujourd’hui des remorques routières en attente de chargement.

Le site aujourd'hui – Photo IGN
Le site aujourd’hui – Photo IGN

 

La Rue de Leers : une naissance difficile

Les Trois Ponts et le Carihem en 1845

 Une loi accordant aux communes une subvention pour faciliter l’achèvement des chemins vicinaux, est promulguée le10 Juillet 1868. Les municipalités songent aussitôt à profiter de ces subsides.

En janvier 1869 la commune de Leers se préoccupe de l’établissement d’un chemin vicinal reliant Leers à Roubaix qu’elle juge « d’une utilité incontestable, tant sous le rapport industriel qu’agricole ». Ce chemin, d’une largeur de 10 mètres, doit aboutir au pont Caudron, à la limite de Roubaix, et se raccorder au chemin n°15 qui conduit au hameau des Trois Ponts. On décide de l’exécution de ce chemin, à condition que les terrains concernés soient abandonnés gratuitement par leurs propriétaires, dont les biens devraient en contrepartie bénéficier d’une plus-value.

De son côté, la ville de Roubaix s’intéresse également à l’amélioration des communications entre les deux communes, « tant au point de vue des intérêts commerciaux, que de ceux de l’alimentation de nos marchés ». Une commission est chargée de cette importante question. Elle insiste sur le fait que le chemin reliant les deux communes est resté dans l’état où il se trouvait il y a deux siècles, à une époque où « Roubaix suffisait lui-même à tous ses besoins ». Elle ajoute : « ce chemin tortueux n’est plus à la hauteur de notre époque ». On projette donc de déclasser ce chemin étroit, passant par les fermes Lebrun et Fremaux, qui a ensuite donné naissance aux rues des Trois Ponts, de Tournai, de Cohem et de Carihem. On pense le remplacer par un chemin direct. Cette proposition est envoyée au conseil général, qui l’accepte. Le vieux chemin est déclassé, et le conseil général vote des crédits pour le nouveau. Mais on s’aperçoit qu’une confusion s’est produite, et que le nouveau chemin classé est celui proposé par la commune de Leers sur son propre territoire, et non celui envisagé par la municipalité roubaisienne sur le sien ! Le conseil municipal réitère donc sa demande de classement pour le nouveau chemin comme branche principale, renonce au déclassement du chemin actuel, et décide, lors des travaux d’établissement de la nouvelle branche, de paver également l’ancienne voie sur trois mètres de largeur et de la classer en deuxième catégorie. Le nouveau chemin partira de l’extrémité du nouveau boulevard Beaurepaire, et traversera en ligne droite les terres de la ferme de Bury-Courcelles et rejoindra Leers au niveau du bas voisinage.

Le tracé prévu pour le nouveau chemin

 Mais d’autres difficultés surgissent : la municipalité de Leers veut modifier le tracé initial sur son territoire, sur lequel se trouvent plusieurs constructions. La ville de Roubaix s’en tient au tracé prévu, pour lequel les riverains ont accepté de céder gratuitement la plus grosse partie du terrain nécessaire. La mésentente s’installe et les travaux ne sont toujours pas réalisés en 1876. A ce moment, Alfred Motte, propriétaire-riverain du boulevard Beaurepaire, offre son concours pour débloquer la situation, venant ainsi en aide à la caisse des chemins vicinaux. Il propose de participer au financement du pavage de la dernière partie du boulevard Beaurepaire, attendu depuis 1869, et de participer par moitié aux frais d’expropriation nécessaires pour le percement de la voie nouvelle. Par ailleurs, M. Simoens propose de démolir à ses frais un bâtiment situé à Leers sur le tracé de la future route. Le projet avance : on prévoit de construire en 1877 un aqueduc sur le ruisseau du pont Caudron en partageant les frais d’établissement entre les deux municipalités. On lance en 1879 une enquête d’utilité publique en vue du classement, qui aboutit l’année suivante.

Pourtant les expropriations traînent en longueur, si bien que M. Degraeve, adjudicataire des travaux de pavage le 24 mars 1880, dont le chantier est arrêté, demande une indemnité pour compenser les retards pris. Finalement, les travaux s’exécutent malgré toutes ces difficultés, et le nouveau chemin voit le jour.

La situation en 1886
 Les documents proviennent des archives municipales

 

La rue de Carihem

Cette rue emprunte une partie du tracé de l’ancien chemin vicinal n°15 reliant le hameau des Trois Ponts et le village de Leers entre le passage à niveau n°157 sur la voie de chemin de fer de Somain à Menin de la compagnie du Nord-Est et la rue de Leers (chemin d’intérêt commun n° 142).

A la fin du dix neuvième siècle, la rue est pavée, bordée de fossés et traverse les champs. Elle n’est pas encore éclairée : M. Pennel, maraîcher au hameau de Carihem réclame la pose de quelques lanternes à pétrole et la réparation de la chaussée. Il n’y a alors le long de la rue que deux constructions : une ancienne ferme placée juste après le passage à niveau, et un estaminet tenu par M. Pottier en 1891 (cet estaminet porte le numéro 160 en 1933). La ferme est au nom de Jean Louis Fremaux-Lorthioir, habitant de la rue de Vaucanson en 1875, qui a repris la ferme Fremaux rue des Trois Ponts en 1880. Il s’installe finalement en 1885 dans la ferme de la rue de Carihem près du chemin de fer, qu’il rachète à Fidéline Sophie Bonte, épouse de Joseph Moulin. Il l’occupe quelques années, puis en juin 1895, il demande l’autorisation de construire quatre maisons sur l’emplacement de la ferme, face à la voie ferrée et « sur le vieux pignon face à la rue de Carihem ». Ces maisons existent encore aujourd’hui.

En 1910, il figure donc dans le Ravet Anceau non plus comme cultivateur, mais comme rentier. En 1914 on retrouve à la même adresse le nom de Fremaux-Duleu, un fils du rentier, sans doute…

Malgré le peu d’habitations desservies, l’état de la rue préoccupe la municipalité, et en 1899, le directeur du service de la voirie estime nécessaire de fixer l’alignement et le nivellement en prévoyant une largeur de 12 mètres. Quelques maisons sont à frapper d’alignement, mais elles « sont dans un état de délabrement tel qu’il n’y a pas lieu… de tenir compte de leur existence ». Un certain nombre de terrains sont à racheter aux riverains pour assurer les alignements.

La rue se construit peu à peu, mais un plan des futurs travaux datant de 1905 ne montre, hormis les maisons précédentes, que quelques bâtiments près de la rue de Leers, une ferme au coin de la rue Boucicaut, une rangée de maisons près de la voie de chemin de fer et une construction au passage à niveau (sans doute une maison de garde-barrière). L’année 1909 voit la construction du stand de tir, qui va apporter un peu d’animation à cette rue campagnarde.

On projette la construction d’un aqueduc, mais la réalisation des travaux est retardée : en 1926, M. Neirynck, propriétaire au n°30 se plaint de fuites au conduit placé sous la chaussée, car les eaux des fossés  ont envahi sa cave . En 1930 l’aqueduc n’est toujours pas réalisé, et le service de la voirie déclare sa construction urgente. En 1932, les riverains ayant volontairement comblé les fossés, le service de la voirie propose de curer ces mêmes fossés et de réparer le pavage de la rue. On poursuit les reprises d’alignements et les achats de terrains jusqu’à la deuxième guerre. Quelques autres immeubles sont construits, sans que la rue perde pour autant son caractère calme et champêtre. Peu de transformations donc, il faudra attendre les années 50 pour que son aspect change considérablement, accompagnant le développement du quartier…

 

Une passerelle pour le Carihem

L’opération Carihem, croquis de Marcel Pinot Nord Éclair

 Le principe du passage supérieur est retenu, mais un nouvel élément vient modifier le dossier. En 1967, les avenues Motte et Salengro ont reçu la vocation provisoire de voie rapide vers la frontière belge. En fait il sera bientôt question de faire la jonction entre une voie rapide de contournement par les quatre cantons (Villeneuve d’Ascq) vers Dottignies. Un avant projet pour ce qu’on appelle désormais l’opération Carihem, est estimé à 5 millions de francs. La passerelle permettrait la jonction avec la Belgique, mais également avec le projet de pénétrante prévu sur le parcours du canal qu’on projetait de combler !

Passerelle et aménagements en 1972 Photo Nord Éclair

Au-delà de la passerelle, il y a aussi l’aménagement des rues de dégagement, Salengro, Carihem, Cohem, Brame, alors qu’on est en train de bâtir la nouvelle cité des Trois Ponts. En 1970, l’avenue du Parc des Sports est prolongée, un passage à niveau automatique est installé. C’est la fermeture définitive du PN 157, dit des Trois Ponts, une passerelle pour piétons enjambe la voie, et on commence les travaux.

Vue de la passerelle pratiquement terminée Photo Nord Éclair

Le « passage supérieur » du Carihem est le premier ouvrage réalisé sur la voie express des Quatre Cantons à Dottignies, destinée à désenclaver Roubaix. Il sera inauguré le samedi 10 février 1973 après plus de deux ans de travaux. Pendant ce temps, l’antenne de Roubaix piétine du côté d’Hem, et on commence à parler de voies sur berge sur le canal. L’inauguration fut double, puisqu’on célébra aussi l’ouverture du groupe scolaire Léo Lagrange dans le quartier des Trois Ponts. Cette passerelle eut pour effet de couper le Carihem du quartier des Trois Ponts, et d’intensifier la circulation vers le centre commercial de Leers et la zone industrielle de Roubaix Est.

Descente de la passerelle, le jour de l’inauguration Photo Nord Éclair

 

Le parc des sports du Carihem

Une photo aérienne de 1953 nous montre qu’au delà du passage à niveau de l’avenue Roger Salengro, au lieu dit « ferme de l’Espierre », la zone située derrière les maisons bordant la rue de Carihem, est encore constituée de terres agricoles cultivées, reste du patrimoine de l’ancienne ferme Fremaux, toujours propriétés de la famille.

Ces terrains sont pourtant repris par la ville qui, en 1955, cède l’espace jouxtant le stand de tir au service intercommunal des eaux de Roubaix-Tourcoing, tout en conservant une vaste parcelle située le long des voies ferrées et traversée par l’ancien chemin qui reliait la ferme de l’Espierre et celle qui borne aujourd’hui la zone commerciale d’Auchan Leers. Ces terres ne vont pas être cultivées très longtemps, puisqu’on y installe une décharge municipale dont se plaignent rapidement les riverains.

La décharge du Carihem Photo Nord Éclair

Cette décharge est pourtant amenée à disparaître, car on forme en 1972 le projet d’aménager cette zone en espace vert, et d’y créer un terrain de loisirs. On entoure le terrain d’une clôture, on nivelle et on nettoie l’ancienne décharge en profitant d’une aide financière du ministère de la protection de la nature et de l’environnement, dans le cadre de la restauration du paysage urbain. Ce « mini parc Barbieux » pourrait également permettre d’agrandir l’espace dévolu à la colonie de vacances du centre aéré situé de l’autre côté de la voie ferrée…

Photo la Voix du Nord

On construit donc des installations sanitaires et divers équipements pour les enfants du centre aéré, mais on envisage également, parallèlement à la création d’un espace vert planté d’arbres, l’implantation de terrains de football destinés à l’entraînement, mais qui pourraient également être mis à la disposition du public. On s’oriente donc vers une vocation mixte pour le parc : sports et loisirs y cohabiteraient. Un square est d’abord aménagé au coin des rues de Carihem et du stand de tir pour desservir les collectifs récemment construits de l’autre côté de cette dernière rue.

Document Nord Matin

 Une couche de terre végétale est répandue sur le reste du terrain, qui est ensuite engazonné. On pense réserver deux hectares pour les terrains de sport, et les quatre restants pour la détente. Au final, au lieu de terrains de football et d’une zone de loisirs, on se trouve aujourd’hui devant un ensemble complètement dévolu au rugby, mis à part le square déjà réalisé, qui continue depuis lors à accueillir régulièrement sur ses  bancs les mamans et leur progéniture.

Le square fleuri Photo Jpm

Une rue coupée en deux

Vingt ans après le tracé de la rue de Leers, et à la demande des riverains, on projette en 1890 le percement d’une rue parallèle, qui relierait le chemin du Sartel et le chemin de Carihem. Cette voie va couper en deux les terres de la ferme Bury-Courcelles, appartenant alors à Emile Tiers, qui représentent l’essentiel des terrains entre le canal et la voie du chemin de fer. La ferme elle-même est desservie par un court chemin privé ouvrant sur la rue de Leers. La nouvelle rue la borderait ainsi à l’Ouest. M. Tiers est également propriétaire d’une autre ferme située rue de Carihem, à son carrefour avec la future rue. Le plan d’origine s’arrête à l’ancien chemin n°9 dont la partie allant du Sartel aux trois Ponts a été coupée en deux par la construction de la gare du Pile. La dernière partie du chemin allant vers le canal deviendra la rue Basse.

Le quartier en 1886 – Document archives municipales

 Les riverains signataires de la pétition s’engagent à céder le terrain nécessaire au percement d’une voie de 12 mètres de large, comportant une chaussée de 7 mètres qui serait pavée au fur et à mesure des constructions et comporterait un aqueduc destiné à évacuer les eaux de cette zone. Ils s’engagent également à participer aux frais d’établissement de la voie et de l’aqueduc. La mairie, soucieuse d’ajouter une voie qui permettra aux industries de s’installer entre chemin de fer et canal, autorise l’ouverture de la rue Boucicaut, et la classe dans le réseau des voies publiques roubaisiennes. Mais l’aqueduc ne dépassera jamais la rue d’Amsterdam. Dès l’année suivante, les Hospices, propriétaires du triangle formé par le boulevard Beaurepaire, la rue Basse, et le chemin de fer, acceptent de céder gratuitement le terrain nécessaire à la prolongation de la rue jusqu’au boulevard.

La proximité du canal et du chemin de fer favorisent la desserte d’entreprises industrielles, et celles-ci s’installent très vite : dès 1903 s’installe le long de la rue, la fabrique d’engrais Honoré de Koning qui s’étend sur 80 mètres de façade ; puis, un peu plus loin, l’atelier de mécanique de M. Grau. De l’autre coté, s’implante la brasserie Brichaert Gertgen. En 1909, M. Deroubaix demande l’autorisation de construire une fonderie de fer et de cuivre. On trouvera dans les années suivantes une fonderie au 3 (Cateau et Espriet), et une autre au 75 après la rue d’Amsterdam (J. Menu). En 1935, on la retrouve sous la dénomination des fonderies du Sartel. Cette même année, s’implante une entreprise de charpente métallique au 14 (M. Browaeys) et du côté pair une usine d’engrais Houzet-Debruycker. Plus tard, après la guerre, l’entreprise Mather et Platt font construire un atelier de mécanique à côté des établissements Browaeys.

Une photo aérienne de 1932 nous montre la densité des constructions du début de la rue :

Photo IGN

On voit également que la rue accueille aussi des habitations, souvent implantées par rangées transversales, propriétés de MM. Triboux, Tiberghien et Farvacque. En 1943, on trouve la cité Dorchies après le numéro 67.

Mais, sans qu’on sache trop pourquoi, les constructions ne semblent pas s’étendre au delà de la limite de l’ancienne ferme de Bury-Courcelles. La rue, encore qu’incomplètement viabilisée, et revêtue de scories, est pourtant tracée jusqu’à la rue de Carihem. Elle est même suffisamment empruntée pour que la traversée de la voie ferrée soit protégée (après guerre, M. Lemaire est garde-barrière). Mais, ne desservant pas d’habitations, la rue est de moins en moins utilisée. Sa largeur diminue faute de passage et elle ne dessert plus que des jardins ouvriers. Enfin, en 1973,  la création du centre de tri lui porte le coup de grâce ; la maison du garde-barrière est rasée et la rue est barrée, n’offrant plus, vue du ciel, que l’aspect d’un simple sentier.

Photos IGN 1962 et 1976

La rue, qui comptait 945 mètres de longueur en 1958, est désormais coupée en son milieu et sa dernière partie annexée au centre de tri. Les passants n’auront même pas eu à perdre l’habitude de l’emprunter jusqu’au bout !