Avenue des villas : un prolongement

L’avenue des Villas est maintenant ouverte entre la rue de Lannoy et la rue de Barbieux. Pour se rendre au parc, il est prévu d’emprunter la rue Montyon, qui n’est pas achevée. Elle est toujours barrée par une construction, et constituée par le tronçon d’un ancien sentier communal. De plus, elle forme un angle important avec l’avenue des Villas, et sa largeur prévue n’est que de douze mètres contre 30 à l’avenue des Villas. Ces inconvénients inspirent un autre plan : plutôt que de réaliser enfin la rue Montyon, pourquoi ne pas prolonger l’avenue des Villas en ligne droite par une voie de même largeur qu’elle ?

Le prolongement imaginé – Document archives municipales.

 Les propriétaires des terrains nécessaires à la prolongation de l’avenue sont essentiellement la société Lemaire Lefebvre, Edmond Ternynck-Dorneuil, ainsi que Pierre Delsalle-Defives, qui possède les bâtiments situés le long de la rue de Barbieux, juste dans l’alignement de l’avenue qu’ils barrent entièrement.

Dans une lettre datée du 21 Février 1899, certains des propriétaires concernés acceptent de céder les terrains nécessaires pour prolonger l’avenue entre la rue de Barbieux et l’avenue Lenôtre « en prolongation directe et sans courbe ». La ville s’engage à racheter ou à exproprier les deux propriétés implantées sur le passage de la voie, et à déclasser la rue Montyon, en restituant le terrain sur laquelle elle a été tracée. Ce terrain avait été cédé gratuitement quelques années plus tôt par Maxime Brame, qui le tenait de son père, Jules Brame, député et sénateur, également propriétaire du château de Beaumont à Hem. Le reste de ses propriétés a ensuite été cédé à la société Lemaire et Lefebvre, qui les a acquises en 1896. C’est donc elle qui récupérerait les terrains libérés par la rue Montyon.

Un obstacle toutefois , Edmond Ternynck, qui possède un terrain situé le long de l’avenue Lenôtre entre la rue Bossuet à la rue Montyon, et peu soucieux de voir ce terrain amputé et coupé en deux, entend contraindre la ville à tenir ses premiers engagements en ce qui concerne la rue Montyon. Il refuse tout arrangement amiable.

Le tracé est en nette pente (3,4 %) vers l’avenue Lenôtre et les eaux devront s’y déverser. Il faudra y construire un acqueduc pour les recevoir. Le projet est approuvé par le préfet et déclaré d’utilité publique en janvier 1901.

Document archives municipales

On procède activement aux formalités d’expropriation, d’indemnisation et d’acquisition des immeubles en vue de démolition. Edmond Ternynck, mis devant le fait accompli, accepte finalement un règlement à l’amiable. La rue Montyon est déclassée et supprimée, les servitudes la concernant disparaissent et les terrains qui la constituaient sont redistribués à leurs anciens propriétaires.

Les travaux peuvent démarrer. On se borne à niveler la voie nouvelle et à recouvrir le sol de cendrées. Les riverains vont pouvoir construire le long de la nouvelle avenue.

 

 

Roubaix 2000 et les quinquennales

En 1978, c’est dans le secteur Anseele, Sainte Élisabeth, Fraternité et Roubaix 2000 que vont se dérouler les fêtes quinquennales de Roubaix. Cet événement est organisé par le comité des fêtes du secteur, sous les auspices de l’administration municipale roubaisienne.

Ce secteur regroupe de longue date plusieurs quartiers, dont la rue de Lannoy constitue la colonne vertébrale : le quartier des longues haies devenu Edouard Anseele Roubaix 2000, à présent rénové, le quartier Sainte Élisabeth autour de l’église du même nom, le quartier du Tilleul, du nom de l’arbre qui se tenait autrefois au carrefour de la rue de Lannoy et de la rue Jules Guesde (ancienne rue du Tilleul), le quartier du Cheval Blanc, lequel tient son nom d’une ancienne auberge située nom loin du carrefour formé par la rue de Lannoy et les boulevards de Mulhouse et Reims, et le quartier de la Fraternité, qui tient son nom de l’hôpital tout proche.

Le président du comité des fêtes, M. Van Den Bossche, rappelle l’historique récent des difficultés du secteur, dues à la coupure avec le centre ville, aux travaux qui durèrent plus d’une décennie. Pour lui, ce secteur, à présent rénové, est redevenu l’un des attraits de Roubaix. Il rappelle le rôle du comité des fêtes, qui est d’assurer le maximum de manifestations et de festivités capables d’attirer et de drainer de plus en plus la population roubaisienne, mais aussi celle de nos villes et communes voisines.

Le parvis de Roubaix 2000 en 1978 Collection SER

Le groupement des commerçants de Roubaix 2000 sort son premier journal intitulé Shopping Roubaix 2000, et son président, Roger Fruit, qui vient d’être réélu en mars, en profite pour faire le point. Roubaix 2000, c’est à présent 52 boutiques aux activités variées, plus le super marché Auchan. Ce petit journal, d’une vingtaine de pages, présente les publicités de tous les magasins du centre commercial, accueille le mot du maire Pierre Prouvost, qui rappelle les enjeux du développement du centre de la ville. Il relaye également l’information sur les fêtes quinquennales. Quel sera le programme des quatre journées de juin consacrées à cet événement ?
Le vendredi 2 juin, il y aura la retransmission en couleur du Match de football de la coupe du monde France Italie, au foyer bar du théâtre Pierre de Roubaix, boulevard de Belfort.
Le samedi 3 juin, un cortège folklorique et musical de plus de cinq cents participants défilera dans le quartier, à partir de 16 heures. L’itinéraire part de la rue Montgolfier, emprunte la rue Jouffroy, puis la rue Jules Guesde, rejoint la rue de Lannoy, le boulevard de Belfort, rue Henri Dunant. Il prend ensuite le boulevard Gambetta, rejoint le parvis de Roubaix 2000 sur lequel les sociétés vont parader, puis elles reprennent la rue de Lannoy jusqu’à la Place de la Fraternité.  A 18 heures, on attend l’arrivée de l’Harmonie Communale de Tournai qui défilera avec sa clique dans le quartier. Le soir, l’Harmonie Royale d’Estaimpuis et l’Harmonie Communale des Pompiers de Tournai donneront un concert au théâtre Pierre de Roubaix.
Le dimanche 4 juin en matinée, ce sera la réception des sociétés participantes par le comité organisateur de Monsieur le Maire, des adjoints et conseillers municipaux, du comité directeur des festivités et des présidents et membres des sociétés participantes. L’Original groupe de Wattignies animera une promenade musicale dans le quartier avant de rejoindre le lieu de la réception.

Une société en pleine action pendant le défilé Photo Nord Éclair

Le soleil sera de la partie, ce sera une grande journée d’animation populaire, et l’on peut penser que ce fut aussi une belle journée pour le centre commercial et les commerçants des quartiers traversés.

L’union des Trois Villes

Au début des années soixante dix, l’histoire de la cité des Hauts Champs rejoint celle du quartier des Trois Villes. En effet, Hem, Lys et Roubaix se touchent avec les lieux dits suivants : Hauts Champs, Longchamp, Trois-Baudets, Trois–Fermes, Lionderie, Chemin Vert, Gare-de-Débord. Ce quartier des Trois Villes est constitué en grande partie par des constructions réalisées pendant la décennie précédente. Sa population est équivalente à celle d’une commune de 16.000 à 17.000 habitants, selon la presse. Cependant les équipements sont peu nombreux : il y a les écoles, deux centres sociaux, quelques magasins et depuis un an  une maison médicale. Pour animer ce vaste quartier, il faut un cœur de ville, pour lequel un espace existe, la grande plaine qui se trouve derrière la grande barre, entre la maison médicale et le centre social des Hauts Champs.

L’aménagement du terrain derrière la Grande Barre Photo Nord Éclair

En février 1971, au cours d’une réunion organisée par le CIL et les associations représentatives du quartier, les trois municipalités décident de créer un syndicat intercommunal, dont la vocation sera de définir les besoins en équipements du quartier des Trois Villes. Mais il faut attendre le 21 mars 1972 pour que le principe d’une première réalisation soit acté, celui d’une piscine près de la maison médicale. Le Syndicat intercommunal est donc créé, sans tarder, car l’opportunité d’une opération lancée par la Jeunesse et les Sports visant à édifier 1000 piscines industrialisées allait leur échapper, il ne restait qu’une piscine à attribuer pour le département du nord. La construction doit démarrer fin 1973.
Mais le quartier a d’autres besoins d’équipements collectifs : une crèche, un foyer de jeunes travailleurs, un centre de soins, mais aussi un terrain de football, un autre de volley ball, une piste d’athlétisme, sans oublier un bureau de poste, des cabines téléphoniques et une antenne de police.
Un certain nombre de personnes physiques et d’associations se réunissent le 23 octobre 1972 et crée l’Union des associations du quartier des Trois Villes, qui se donne comme objectif de veiller à l’aménagement et à l’équipement des terrains du secteur, en vue d’améliorer le cadre de vie, conformément aux besoins exprimés des habitants. Il s’agit pour eux de ne pas lâcher les municipalités, les administrations, les sociétés HLM pour qu’on passe aux réalisations.

L’Union des associations des Trois Villes en plein travail Photo Nord Éclair

Qui compose cette association ? Des représentants de l‘association des locataires de Longchamp, l’association des parents d’élèves du CES Albert Camus, de l’école Lafontaine, de l’école de Longchamp, de l’association des usagers du Centre Social des Trois Baudets et celle du Centre Social des Hauts Champs. Il y a aussi un certain nombre de personnes du quartier. Le président est M. Jean Lenne, le docteur Philippe Macquet et M. Albert Baetens en sont les secrétaires et M. Francis Noppe le trésorier.
Quels sont ses premières activités ? Trois commissions se sont mises au travail dont les thèmes sont les suivants : une enquête dans le quartier pour déterminer les souhaits de la population, le suivi des équipements décidés et les projets futurs, et enfin l’information auprès de la population et des autorités. L’union des Trois Villes se pose ainsi comme l’interlocuteur privilégié du syndicat intercommunal, et du CIL.

Le Grand Prix de la Potennerie

Roubaix est une ville de sports et de cyclisme en particulier. Il y a la grande épreuve pascale, mais aussi de nombreux circuits de quartiers, comme celui de la Potennerie. Le samedi 6 juin 1992, est organisée la cinquième édition du Grand Prix de la Potennerie et des commerçants des rues Jules Guesde et Jean Goujon. L’organisation est assurée par le Vélo Club de Roubaix, avec le concours du comité des commerçants, de la police nationale, des ambulances Bauwens Decock, de la Ville de Roubaix et du journal Nord Éclair.

La ligne d’arrivée rue Jean Goujon Photo Collection Privée

Les concurrents auront à parcourir un circuit de trois kilomètres et deux cents mètres à vingt huit reprises, soit une distance de 89,600 kilomètres. Ouverte aux juniors et aux seniors de 3e et 4e catégorie, cette épreuve se déroule en fin de journée, le départ étant donné à 18 h 30 rue Jean Goujon, et l’arrivée jugée au même endroit vers 21 h 00. La feuille d’engagement de l’épreuve annonce 62 inscrits, des clubs suivants : le V.C. Roubaix, le V.C. Wattignies, le CEPF Flandres Artois, le C.C Lillois, le C.C. Leersois, l’E.C. Wattrelosienne, l’E.C. Tourcoing, l’A.G.C Thumeries, la Pédale Madeleinoise, l’E.S. Arques, le V.C.U Halluin, l’U.S. Roncquoise, le V.C. Condé Macou, l’E.C. Faches Thumesnil.

Dominique Dieryckx du V.C. Roubaix l’emporte au sprint d’un demi-boyau devant Laurent Duquenne, son coéquipier.

Les vainqueurs de 1992 Photo Nord Éclair

En 1993, pour la sixième édition, trente neuf concurrents se présentent sur la ligne de départ. Après 2 h 45 de course, le vainqueur franchit la ligne d’arrivée. Il s’agit d’un sociétaire du Vélo Club de Roubaix, Gérard Carette, qui bat au sprint son camarade du VCR Dominique Dieryckx, et qui se voit remettre le trophée par les ambulances Bauwens Decock qui parrainaient le grand prix.

Remerciements à Michel Denayer pour la documentation

Histoire du Flint

Le Flint, vous connaissez ? C’est ce café brasserie qui fait l’angle du boulevard de Fourmies et de la rue Carpeaux. On peut y boire un verre, déjeuner, acheter un jeu de grattage…

L’histoire du Flint commence avec le début du siècle. En 1904, c’était une épicerie au n°44 du boulevard de Fourmies, sans doute une épicerie buvette comme il en existait beaucoup à Roubaix, où l’on pouvait boire un petit verre pendant que se remplissait le cabas des commissions…

Dix ans plus tard, c’est un estaminet tenu par M. Béghin. Après la première guerre mondiale, il reprend ses activités, et les complète avec la vente des tabacs. Vers 1925, le café devient en plus la recette auxiliaire des postes, signe de l’évolution en importance du quartier qui commence à apparaître : le Nouveau Roubaix. Quelle pouvait-être la clientèle de ce café ? Les ouvriers du textile, car il y a plusieurs entreprises importantes dans les alentours : l’usine Dazin Motte aujourd’hui disparue et remplacée par des appartements, l’usine Ternynck à l’angle de la rue David D’Angers, aujourd’hui Damart…

Mais la vie de quartier étant fort animée, on peut imaginer que le Flint a pu accueillir le siège d’une ou de plusieurs associations ou peut-être un siège de club sportif ? Il y aurait eu des combats de coqs à l’étage ! Tous les témoignages seront les bienvenus.

En 1933, le café était tenu par M. Horent, toujours au n°44. En 1935, la numérotation des habitations du boulevard de Fourmies a changé, le café est alors au n°118. Le tenancier a  également changé. Un ancien mécanicien formé à l’institut syndical de Tourcoing, M. Jules Vanneste, venant de Mouvaux, reprend le café avec sa femme.

M. et Mme Vanneste derrière le bar du Flint dans les années trente Photo collection particulière

Fin 1939, Jules Vanneste sera mobilisé et retenu prisonnier pendant 5 ans, en Allemagne. Il semble que le café soit resté ouvert pendant la guerre, la kommandantur ayant fait apposer sur sa vitrine l’affichette « interdit aux juifs ». Jules Vanneste reviendra à Roubaix après avoir été libéré par les américains. Démobilisé le 15 juin 1945, il fera le pèlerinage de Lourdes en 1946 avec les personnes revenues des camps de concentration. Puis en 1955, il renouvelle le bail du fonds de commerce, débit de boissons, pour une durée de neuf ans. Le café a gardé la vente des tabacs, et pour quelques temps encore la recette auxiliaire des postes. Il dispose même d’une cabine téléphonique !

La rénovation du Flint en 1972 Photo Nord Eclair

En juin 1972, le Flint fait l’objet d’une rénovation. M. et Mme René Vanneste, aucun lien avec la famille précédente, invitent leur clientèle à découvrir le nouvel environnement du café, blanc et lumineux, ainsi qu’à déguster un large choix de bières.

Depuis, il y a eu plusieurs repreneurs du fonds de commerce, en 1989, 1995 et en 1999. Les derniers tenanciers sont arrivés en 2006. L’acte notarié fait apparaître les activités actuelle du commerce : débit de boisson Licence IV,  brasserie, articles de fumeurs, bimbeloterie, loto, gérance d’un débit de tabac, jeux de la Française des jeux.

Le café brasserie le Flint est toujours un endroit agréable, où l’on peut boire un verre et discuter accoudé au bar, ou assis en salle si l’on préfère. On peut y déjeuner sous une véranda qui apporte beaucoup de clarté à l’établissement.

Merci à Michel Denayer pour la documentation et aux tenanciers actuels pour les informations

Victor Hugo aux trois Ponts

Dans la deuxième partie du 19ème siècle, les communications entre le centre de Roubaix et la partie Sud-Est de la commune n’étaient pas très faciles : après avoir emprunté la rue de Lannoy, il fallait suivre des sentiers plus ou moins carrossables, boueux la plupart du temps. On ouvre en 1886 le boulevard de Mulhouse reliant la rue de Lannoy et la nouvelle gare de Roubaix-Wattrelos, mais le hameau des trois ponts reste mal desservi et le besoin d’ouvrir une autre voie de communication se fait sentir.

Plan cadastral de 1884 – archives municipales

En1889 des propriétaires (Mme veuve Bossut Delaoutre et M. Lievin Her) offrent à la ville le terrain nécessaire pour établir une route de 15 mètres de large allant de la rue de Lannoy à la place des trois Ponts, et une autre, de 12 mètres reliant la précédente au boulevard de Mulhouse.

Ils offrent également la possibilité de prolonger la rue Pierre de Roubaix jusqu’à la future rue sur l’emplacement de l’ancien chemin de Lannoy devenu rue de Maufait.

Après délibération, une demande de déclaration d’utilité publique en vue de la rectification du sentier de Courcelles (ou sentier de la ferme de Courcelles) est déposée au ministère. On donnera à la nouvelle voie le nom de Victor Hugo qui vient de mourir. Le projet prend forme : Cette nouvelle rue, tracée en ligne droite, sera revêtue de scories. L’aqueduc central creusé sous la rue se raccordera à celui de la rue des trois-Ponts, dans lequel se jette déjà le ruisseau des trois-Ponts.

Documents archives municipales

Une adjudication est lancée ; l’entreprise Desplanques est déclaré adjudicataire. Elle réalise les travaux de construction et la réception définitive est faite en 1895. Quelques années plus tard, en 1909, on décide de paver la chaussée sur une largeur de 8 mètres. Une première adjudication échoue, et c’est finalement Jules Waquier et Mme veuve Baudouin sont retenus pour réaliser conjointement le pavage. La réception des travaux a lieu en 1912.

Document archives municipales

L’essor de la ville est tel à cette époque que les constructions ne tardent pas à apparaître. Usines, commerces, et maisons particulières vont très vite s’élever le long de la nouvelle rue…

 

 

 

Les dominos de Brossolette

Depuis 1965, le CIL de Roubaix Tourcoing construit des dominos, qui sont des résidences pour personnes âgées, réservées aux « plus vaillants ». Les premiers dominos construits se trouvent dans le quartier de Beaumont à Hem derrière l’église Saint Paul, et rue du Caire à Roubaix. Depuis il y en a eu d’autres, à Leers, Wattrelos, rue de Toul, à Toufflers, à Lys lez Lannoy et à Roubaix, le béguinage Marlot sur l’emplacement de l’ex usine Salembier et le béguinage Brossolette, dans la rue et près de la tour du même nom…

Les dominos du béguinage Marlot Photo Nord Eclair

Un domino est une petite maison individuelle comprenant une chambre, une salle de séjour, une cuisine et un cellier. Un témoin nous emmène visiter un domino de la rue Brossolette.

Les dominos du béguinage Brossolette en construction en 1972 Photo Nord Éclair

Nous sommes dans les dominos qui sont situés rue Brossolette, au pied de la tour du même nom. Ils sont gérés par Villogia. Ce secteur n’est pas du tout résidentialisé, mis à part une grille qui a été posée, parce qu’il y avait des gens qui se servaient de cet espace vert comme d’un raccourci pour repartir sur les Hauts-Champs. C’est ouvert à tous vents, tout le monde peut entrer librement. Malgré tout, il ne s’y passe pas grand-chose. C’est très arboré. Il y a trois barres de maisons, avec des espaces verts qui sont entretenus par Villogia. Mais chacun des habitants essaye de s’approprier un peu les lieux et de personnaliser son espace vert, et le bailleur laisse faire. Accessoirement, les pots de fleurs empêchent les circulations intempestives en vélo au ras des portes. A l’arrière des dominos, la pelouse est entretenue par Villogia, mais les gens qui habitent là s’en servent comme de leur jardin : l’été on y met une chaise-longue, éventuellement un barbecue… Donc, les avantages, sans les inconvénients de l’entretien.

Les dominos Brossolette recto verso Photos Gérard Vanspeybroeck

Il y a une batterie de garages situés au pied de la tour, dont certains appartiennent à des personnes des dominos. Juste derrière, on aperçoit les murs de l’usine Jules. Il n’y a pas de régisseur, et pas de gardien. Ceux qui le souhaitent peuvent se faire livrer les repas du CCAS. Il est évident qui si on n’est pas autonome, on ne peut pas vivre dans un de ces dominos. C’est comme dans un appartement. Les prix sont en fonction des revenus, mais c’est à peu près de 300 euros par mois. Ça reste très raisonnable.

Mes parents arrivent dans ce domino à la fin des années 80, venant de leur appartement de la rue Fragonard. Pour ma mère qui venait du fin fond de la campagne de Wattrelos, aux confins d’Estaimpuis, la rue Fragonard, c’était un grand progrès du point de vue du confort. La rue Fragonard, pour ma mère, c’était vraiment le bonheur, c’était le centre du monde. Un jour mon père décide qu’on va partir habiter dans un domino. Autant dire que, pour ma mère, ça a été un crève-cœur. Elle est partie vraiment en marche arrière jusqu’au domino. Et, comble de malchance, c’est à ce moment là qu’on a commencé à démolir l’église Ste Bernadette, qui était juste derrière, et ma mère, comme consolation, a pu assister à toute la démolition de l’église. Autant dire qu’elle nous a fait une déprime à ce moment là…

Plan réalisé par Gérard Vanspeybroeck

On entre par la porte fenêtre, directement dans le séjour. Il n’y a pas de vestibule, pas de couloir une surface de 53 m2 environ. Un salon salle à manger, une chambre, une cuisine, une salle de bains et un cellier. Il n’y a pas d’autre fenêtre que la porte-fenêtre, ce qui oblige parfois à allumer, même en pleine journée.  Dans la chambre, il y a aussi une fenêtre. Au fond, on arrive dans la cuisine : un évier sur la gauche, la chaudière individuelle de chauffage central au gaz, et une porte fenêtre à l’arrière. Selon la disposition des maisons, les gens entrent par un côté ou par l’autre. Ensuite, un petit couloir avec un placard dans le fond, une trappe qui permet d’accéder aux combles pour y ranger quelques objets. La salle de bains comporte également le WC, et il y a un vasistas pour la lumière du jour, une douche adaptée pour les personnes âgées, sans rebord, qui a été installée récemment. Tout au fond, un cellier avec des possibilités de rangements des légumes. Les orientations diffèrent selon les rangées de bâtiments.

Vue générale des dominos de la rue Brossolette Photo Gérard Vanspeybroeck

En ce qui concerne la vie collective,  beaucoup d’évolution en fonction du turn-over. La piste de pétanque qui est aujourd’hui abandonnée, était autrefois très utilisée. Maintenant la plupart des gens qui habitent dans les dominos possèdent des voitures. Ça les rend très mobiles, ils vont se balader, ce qui n’était pas vrai avant, les gens vivaient plus là,  il y avait plus de vie collective.

Le jardinier, l’horticulteur et le fleuriste

Voici l’histoire professionnelle d’une famille du quartier Raverdi Potennerie. M. et Mme Hector Hoste étaient au service du château du Raverdi, propriété occupée par l’industriel Georges Heyndrickx et sa famille jusqu’à la première guerre. M. Hector Hoste était le jardinier et Mme Hoste la cuisinière. Après la guerre de 14-18, ils se sont installés avec leurs enfants boulevard de Reims. A cette époque, la rue Montgolfier vient d’être prolongée de la rue de la Potennerie jusqu’à la rue Jean Baptiste Notte, coupant ainsi le grand parc de la Potennerie formé par les propriétés Heyndrickx et Motte.

Dans les années 1920, Hector avec ses deux fils, André et René s’installent jardiniers sur un grand terrain de la rue Philippe Auguste loué à la famille du “château”. Ils y cultivent surtout des fleurs, font l’entretien de jardins à l’extérieur, et un peu à la fois, ils construisent des serres. . A l’époque, on faisait des chrysanthèmes qui ne venaient pas de Hollande. Les deux fils font construire leur maison et s’installent l’un au 198 rue Dupuy de Lôme et l’autre au 42 rue Philippe Auguste. Le terrain exploité donne sur les deux rues, et il y avait là les couches qu’on allait ouvrir ou fermer. Il y avait une petite cheminée avec une chaudière, car en hiver, ou au moment de la Toussaint, quand il faisait très froid, on chauffait les serres au charbon.

L’exploitation de la rue Philippe Auguste en 1935 Collection particulière

Après la guerre, Hector Hoste est décédé, la famille augmente et les deux frères se séparent. René Hoste part s’installer, toujours pour les fleurs, près du cimetière de Roubaix, Place Chaptal. André Hoste et son épouse continuent l’exploitation et rachètent la moitié du terrain de la rue Philippe Auguste. Pendant la guerre, ils ont surtout cultivé les légumes, qui étaient vendus sur place au voisinage. Puis la vie a repris, les occasions d’offrir des fleurs sont devenues plus fréquentes, et Mme Hoste a décidé qu’ils allaient construire un magasin de fleurs, au 198 rue Dupuy de Lôme.

Madame Hoste et le magasin de fleurs de la rue Du Puy de Lôme Collection Particulière

C’est leur fils, également prénommé André, qui après avoir fait un stage chez un grand fleuriste parisien, donnera  à ce magasin une renommée que beaucoup lui envieront. Doué et courageux, il a fait des choses magnifiques, comme par exemple  l’inauguration  d’IBM rue Verte, la décoration de la Préfecture au moment des vœux, la Lainière. C’étaient des occasions exceptionnelles, et de la véritable décoration florale. La belle histoire de la famille et du magasin de fleurs s’est arrêtée à la fin des années 1990 quand André fils a pris sa retraite.

Le jardinier, l’horticulteur, le fleuriste Collection particulière

Emprunts, chantier et tramways

En 1932, les travaux entrent enfin dans une phase active. On s’occupe des immeubles à démolir,c’est à dire les numéros 289 à 299 et l’immeuble à l’angle de la rue de Valenciennes. Le 289 est alors occupé par M. Gertgen, négociant en charbons, le 291 par M. Raux, négociant en matériaux. Huit entrepreneurs soumissionnent à l’appel d’offre pour ces démolitions, et c’est l’entreprise Julien Taillez qui est retenue.

Document Journal de Roubaix

La ville a contracté un emprunt de dix millions et demi de francs pour l’exécution des travaux (voie mère, gare de débord, et suppression des passages à niveau), emprunt gagé sur le produite des surtaxes locales temporaires perçues pendant 30 ans. Mais les travaux de démolition des immeubles expropriés, commencés en 1933, s’arrêtent très vite : par suite de l’augmentation des devis, il manque en 1934 deux millions de francs pour poursuivre. La municipalité fait alors une demande de subvention au ministère. D’autres subventions sont demandées aux conseils Régional et Général. Mais il faut aussi procéder soit à un nouvel emprunt, soit à l’augmentation des surtaxes. Les travaux sont au point mort.

En 1936, on en est toujours à essayer de boucler le budget. Les suppressions des PN du boulevard d’Halluin et du Crétinier sont abandonnées. Seul celle du boulevard Beaurepaire reste à l’ordre du jour. Le ministère refuse la subvention demandée, arguant qu’il ne dispose pas de fonds pour supprimer des passages à niveau autres que sur les routes nationales.

Les travaux ne reprennent qu’en décembre 1937. La crise aidant, un arrêté du ministère du travail réglemente fixe les conditions pour les travaux à réaliser : il faut utiliser de la main-d’œuvre locale comprenant au moins 50% de chômeurs secourus et moins de 10% de travailleurs étrangers. De même, les matériaux employés doivent être français. En 1938 les terrassements sont réalisés par les soins de la SNCF. Pour cela, on construit sur le boulevard deux murs de soutènement et on remblaye entre les deux murs. Enfin le pont lui même, supporté par des piliers, est coulé en béton.

Photo archives municipales

A la demande de l’E.L.R.T, et pour renforcer leur résistance aux chocs éventuels, on décide d’intégrer les pylônes supportant la caténaire (fil trolley aérien alimentant les motrices en électricité) dans la structure du pont. Ils seront eux aussi construits en béton armé et implantés au droit des poutres maîtresses ; ils feront ainsi partie intégrante de l’ossature de l’ouvrage.

Photo Nord Eclair

On en est à la couverture de la chaussée. Une adjudication est lancée pour le pavage de la rampe, du pont lui-même, du rond-point près du pont du Sartel, et de la rampe d’accès vers Leers. On pose les rails du tramway. La double voie du boulevard Beaurepaire se réduit à une voie unique sur la rampe et le pont à cause de la largeur du tablier. Les tramways ne pourront donc pas s’y croiser. Il reste enfin à procéder aux essais de résistance du pont avant la mise en service, et le pont devrait être mis en service à la fin du mois de décembre. Mais, nouveau contretemps, le gel intense interrompt les travaux de pavage, et ce n’est que mi-janvier que la circulation peut enfin emprunter le pont.

Documents Journal de Roubaix

 

 

Les travaux laborieux

Document Archives municipales

L’adjudication pour la construction de l’avenue des Villas est faite à Jules Desplanques, entrepreneur à Roubaix, choisi parmi six soumissionnaires. Le cahier des charges, établi en septembre 1876, précise que l’entrepreneur doit terminer les travaux dans un délai de huit mois sous peine d’une amende de 10 francs par jour de retard. La partie entre Barbieux et la rue Carpeaux doit être terminée dans les trois mois.

Les travaux commencent dans le courant du mois de novembre 1896 au droit de la rue Carpeaux. Ceux-ci sont réalisés à la pelle, les déblais étant transportés à l’aide de wagonnets traînés par des chevaux sur des rails provisoires. Pour parvenir au profil prévu par le service de la voirie, il faut araser des buttes, au niveau de la rue de Barbieux, de la rue Carpeaux, au débouché de la rue Henri Régnault, après le boulevard de Fourmies. L’entrepreneur est tenu de commencer les travaux au droit de la rue Carpeaux, point le plus bas prévu pour la première partie du tracé.

Le profil en long de la future avenue.
On voit bien que la voie future descend continuellement depuis la rue de Barbieux jusqu’au point bas au carrefour de la rue Carpeaux, puis remonte jusqu’au boulevard de Fourmies avant de redescendre jusqu’à la rue de Lannoy.

Mais rien ne semble se passer comme prévu. En février 97, une note de service adressée à M. Desplanques, déplore que …les travaux de terrassement vers la rue de Barbieux marchent avec une lenteur désespérante, et menace d’appliquer les sanctions prévues au cahier des charges,  les travaux étant arrêtés soit par le mauvais vouloir soit par l’impuissance de l’entrepreneur...

Au mois de juin, les riverains se plaignent également et constatent qu’…il est notoire que M. Desplanques est incapable de donner aux chantiers l’activité nécessaire pour assurer l’achèvement des travaux, même avant la mauvaise saison.

L’entrepreneur est mis en demeure d’augmenter le nombre des ouvriers et de terminer les travaux.

Fin juillet, il est constaté qu’il n’est qu’à la moitié de sa besogne, et qu’il organise mal le travail de ses terrassiers  faisant conduire à plus de 150 mètres des terres qui trouveraient leur emploi à moins de 20 mètres du lieu d’extraction… et que par ailleurs, les travaux réalisés ne sont pas satisfaisants : l’aqueduc est construit avec des briques absolument informes, la chaussée est insuffisamment remblayée, contrairement aux ordres reçus. Les autorités menacent de refuser la réception des travaux, de ne pas payer le transport des remblais sur les trottoirs, et d’organiser une régie au compte de l’entreprise. L’entrepreneur proteste en arguant de la pluie, du mauvais état du sol.

Carte de 1886 surchargée du tracé des voies nouvelles- document archives municipales

Les seuls points possibles pour l’évacuation des eaux étaient le riez des trois ponts, près de la rue Carpeaux, l’aqueduc de la rue de Lannoy et la drève de l’Espierre dans le quartier de la Justice.

En mars 1898, la rue n’est toujours pas utilisable, et les riverains se plaignent. Le directeur du service de la voirie constate lors d’une visite qu’il n’y a qu’un seul ouvrier sur le chantier ! La circulation des tramways, arrêtée par les travaux rue de Lannoy, doit impérativement être reprise, sous peine de dommages et intérêts à la compagnie des tramways. Les plantations d’arbres prévues ne pourront être faites à la saison prévue. En juin, il a accumulé une amende correspondant à 226 jours de retard !

Au moment de solder des travaux, en mai 1899, on constate que l’entrepreneur a dépensé plus que les crédits prévus. Il faut imputer cela au budget supplémentaire de l’exercice courant.

En Décembre 99, l’entrepreneur proteste par voie d’avocat contre la somme qu’on lui alloue pour la réception des travaux, la déclarant insuffisante. Le service de la voirie lui répond que si des conseils lui ont été donnés, c’est sur sa demande formelle et parce que le soussigné le sait presque illettré et incapable de lire et d’appliquer un plan…  et qu’enfin, il n’est rien dû à M. Desplanques».

Celui-ci revient à la charge en octobre 1901 pour dire que c’est la mairie qui l’a obligé à commencer les terrassements au niveau de la rue Carpeaux, dont l’aqueduc n’était pas encore construit et qu’à cause de cela,  … la ville a rendu le travail… d’une difficulté inouïe. L’eau jaillissait au premier fer de louchet.  Il décrit les difficultés des travaux : les chevaux… s’enfonçaient jusqu’au ventre… et  toutes les terres se vidaient au fond de la tranchée au fur et à mesure qu’on la vidait… On était parfois des journées sans avancer d’un millimètre. Il demande donc, en raison des difficultés exceptionnelles de terrassement et des transports, une plus-value

Enfin les travaux s’achèvent et la rue est tracée. Elle consiste en une chaussée recouverte de scories, sous laquelle est placé un aqueduc central, et deux trottoirs plantés d’arbres. Elle traverse les champs. En 1906, le Ravet Anceau signale, près de la rue de Barbieux, la présence d’un estaminet côté impair, de trois maisons côté pair, et rien d’autre avant l’usine de velours Motte-Bossut qui vient d’être construite (1903) à l’autre extrémité de l’avenue.

L’avenue dans les années 30, vue prise en direction de Barbieux – Photo Collection Bernard Thiebaut